Marché automobile mars 2014 : rebond des marques françaises

Le marché automobile va mieux : Renault et Peugeot en hausse après un premier trimestre encourageant.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Marché automobile mars 2014 : rebond des marques françaises

Publié le 3 avril 2014
- A +

Par Vladimir Vodarevski.

Renault-Captur-Peugeot-2008
Le Renault Captur et la Peugeot 2008.

 

Le marché automobile en France reprend des couleurs en ce mois de mars, avec une augmentation de 8,9% pour les voitures particulières, et de 7,7% si on inclut les utilitaires légers, qui ont eux augmenté de 1,6%. Sur la période de janvier à mars l’augmentation est de 2,9% pour les voitures particulières.

Le fait marquant est la bonne performance des marques françaises. Celles-ci voient leurs ventes de voitures particulières augmenter de 17,8% en mars 2014 par rapport à mars 2013, et de 10,1% de janvier à mars 2014 par rapport à la même période en 2013. Le groupe PSA Peugeot Citroën voit ses ventes augmenter de 15,1% par rapport à mars 2013 (16,4% pour Peugeot, 13,5% pour Citroën), tandis que pour le groupe Renault l’augmentation est de 20,6% (14% pour Renault, 52,7% pour Dacia). De janvier à mars l’augmentation est de 8,5% pour PSA Peugeot Citroën (10,3% pour Peugeot, 6,3% pour Citroën), tandis qu’elle s’élève à 11,9% pour le groupe Renault (8,1% pour Renault, 25,5% pour Dacia). Par comparaison, sur la période de mars 2014 le total des groupes étrangers est en baisse de 0,5, et sur la période de janvier à mars de 5,1%. Aucun groupe n’atteint les scores des groupes français. À noter, dans les utilitaires légers, une augmentation de 20,3% pour la marque Citroën.

Peugeot Citroën profite à plein de ses nouveaux modèles. La Peugeot 208 est deuxième des ventes sur la période de janvier à mars, la Citroën C3 quatrième, la 2008 est cinquième. Surtout, le nouveau C4 Picasso de Citroën, devant la Mégane Scénic, 8ème, et la Peugeot 308 est 9ème, devant la Mégane. Que la 308 devance la Mégane, et surtout que le Picasso devance le Scénic, est un événement. Notons tout de même que les modèles de Renault ne déméritent pas, malgré leur âge. Renault place la Clio en tête des ventes, et le Captur en 3ème position.

Ainsi deux nouveaux concepts, le Captur et la 2008, permettent aux marques françaises de progresser en ventes. L’innovation paye.

Le point notable est bien évidemment le bond en avant de Dacia, qui place la Sandero en 6ème position des ventes. Dacia permet au groupe Renault de préserver sa part de marché, même si elle diminue un peu depuis 20 ans.

Les médias nationaux se focalisent sur le fait que le Renault Captur est produit en Espagne, les Dacia en Roumanie et au Maroc. Ils oublient d’ailleurs que la Clio est principalement fabriquée en Turquie, même si Renault a maintenu une production en France, pour avoir les bonnes grâces de Nicolas Sarkozy, alors président de la République. Cependant, le centre décisionnel de Renault, ainsi que sa recherche, se situe essentiellement en France. Tandis que la 2008, et la 308 sont fabriquées en France, de même que la C3 et une partie des 208. Mais le C4 Picasso vient d’Espagne, tandis que le Scénic est fabriqué à Douai.

En résumé, des nouveaux modèles français qui marchent bien, de nouveaux concepts qui cartonnent, et le low cost qui progresse, dans un marché qui se reprend légèrement après plusieurs années de chute.

Toutes les infos sur le site du CCFA.

ventes automobiles


Sur le web.

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Une autre lecture, beaucoup moins optimiste…

    « La France, un marché automobile de pays pauvre »

    http://tinyurl.com/qbqp6o6

    • Le marché automobile est particulièrement cyclique : les achats de remplacement des véhicules sont différés en cas de crise, anticipés en cas d’incitation du gouvernement. Il est normal d’assister à une reprise après une baisse.

      La question de fond est celle de l’article de La Tribune indiquée en lien : les constructeurs français produisent de plus en plus à l’étranger, ils perdent régulièrement des places sur le segment du haut de gamme et ne fabriquent bientôt plus que de petites voitures avec de faible marges bénéficiaires qui ne trouvent plus d’acheteurs ailleurs qu’en France. Le secteur est en reprise mais également en net déclin.

      C’est tout un pan de l’économie qui est en train de sombrer. Des milliers d’emplois et des revenus à l’export qui disparaissent.

      • Les citadines se vendent bien aussi en Europe. Fiesta, Panda, Clio, 208…

        D’autre part la Clio 4 est aussi longue que la Mégane 1, ces petites voitures sont de plus en plus grande, sans que le modèle inférieur ne gagne du terrain.

        Et avec la série de rappels de BMW en Chine, ils vont peut être essayer une autre cuisine…

        Après le marché Européen n’est pas folichon et nos constructeurs y sont fort exposés.

        • « D’autre part la Clio 4 est aussi longue que la Mégane 1 »

          Comme pour d’autres choses, c’est pas la taille qui compte … mais pour les salariés, les actionnaires et l’économie c’est la rentabilité. Si les constructeurs vendent sans benef dans un marché de niche donc sans se développer et être concurrentiel, nos prochains véhicules seront fabriqués à l’étranger et nos marques coulées ou rachetées.

          • Renault marge avec Dacia.

            La stratégie faible marge gros volume est un choix qui peut être viable. Pensez Amazon par exemple.

            Ensuite, bon, faut être honnète, ce n’est pas la fête du slip pour les constructeurs automobiles en général.
            Pour PSA et Renault en particulier, les analystes les voient quand même sur une pente ascendante. Ils vont peut être mourir, mais ils ont des atouts encore.

    • Tout est dit dans cet article , n’en déplaise à beaucoup ..

      Ces signaux traduisent simplement tout ce que on lit ici : les français n’ont plus d’argent , matraqués pour certains , trop aidés pour d’autres … un engrenage infernal qui tire tout le monde vers le bas , désespérant ..

  • On peut se féliciter de ces « bons résultats » des producteurs français. Mais côté consommateur ? Qu’en est-il ? Je suis pas prêt de revendre ma 206SW pour la Citroën DS4 encore.

    Vois-t-on les prix des véhicules baisser ? Dois-je croire naïvement les pubs au premier abord et espérer de biens meilleurs offres de financement, parfois sans apport initial ?

    Nous voudrions tous conduire des voitures moins polluantes, moins consommatrices et « françaises ». Mais il faut que l’offre rencontre la demande.

    Est ce que cette reprise est seulement conjoncturelle ou réellement structurelle ?

    • Il faut surtout que la qualité soit au rendez vous… Parce que bon, depuis 10 ans, c’est le no-man’s land, du low cost vendu trop cher pour ce que c’est. Le pire c’est qu’à coté de ça, les constructeurs français ont accumulé énormément de retard technologique, à force de se regarder le nombril et de se satisfaire de leur position en France.

      Souhaitons que Peugeot poursuive son renouveau, c’est la bonne marche à suivre, pourvu qu’ils persévèrent dans ce sens.

  • dans mon quartier il y des voitures francaises.
    Il y a une Deux CV verte, et une 4L beige, des collectors.

  • je n’ose meme pas immaginer comment le marche de l’automobile est faux en fRance.La meilleure preuve c’est que plein plein de francais roulent en voiture francaise, ils doivent bien trouver leur compte, c’est ca qui est bizarre vu la concurrence…

  • Mouais. Du low cost, super, surtout qu’elles ne sont pas fabriquées ici les Dacia….
    Quant au reste, autant Peugeot je peux comprendre, ils ont fait un effort notable pour améliorer grandement leurs véhicules, plus beaux et dont la qualité perçue s’est très largement améliorée, autant Renault c’est vraiment de l’achat franchouillard, parce que franchement, niveau qualité, c’est totalement indigne. Et je n’ai rien contre Renault! Je suis quelqu’un de parfaitement ouvert, et qui n’hésite pas à revoir son jugement si les faits sont là (comme pour Peugeot par exemple). Mais Renault… C’est juste plus possible, leurs bagnoles sont moches, en plastique, l’intérieur, laid et de mauvaise qualité, toujours autant de problèmes de fiabilité…

    A un moment donné il faudra quand même que Renault se remette en question, parce que bon, l’époque de la Renault 5 et compagnie (l’époque où ils faisaient des voitures de qualité), c’est révolu. Et le crédit qui va avec ne vaudra pas éternellement.
    Qu’ils suivent l’exemple de Peugeot, avec notamment leur nouvelle 308 qui est vraiment une réussite.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Gay et Christian Bailleux.

L’incohérence de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) du gouvernement suite à la Loi de transition énergétique pour la croissance verte votée en 2015 et les inévitables prises de positions extrêmes liées à la campagne électorale de 2022 pourraient contribuer à accélérer les colossales dépenses contre-productives conduisant ainsi à un désastre humain.

Arrêt programmé de la production de véhicules thermiques

Les principaux constructeurs automobiles ont annoncé l’arrêt de la constr... Poursuivre la lecture

Par Philbert Carbon. Un article de l'Iref-Europe

Le marché automobile français a chuté de près de 20 % au mois d’août. Sur les huit premiers mois de l’année 2020, les immatriculations sont en baisse de 32 % par rapport à l’année dernière.

Bien évidemment, la période du confinement a fait fortement baisser les ventes : - 72 % en mars, - 88,8 % en avril, - 50,3 % en mai. En juin, elles se sont redressées de 1,2 %, puis de 3,9 % en juillet.

Pourtant le gouvernement n’a pas ménagé ses efforts ces derniers mois, ou plus exacte... Poursuivre la lecture

Par Loik Le Floch-Prigent.

On savait l’État mauvais gestionnaire de l’industrie. Les partisans du soutien de la puissance publique dans l’industrie ont toujours insisté sur la nécessité de l’autonomie de gestion.

Pourtant, pour le dossier Renault on n’est sans doute jamais allé aussi loin dans l’interventionnisme depuis l’incarcération de Carlos Ghosn au Japon. Le navire Renault a tangué, l’alliance avec Nissan et Mitsubishi a tremblé et les membres du gouvernement, la Commission européenne et leurs fonctionnaires ont rarement é... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles