Ministre marocain fouillé à Roissy : Fabius devrait présenter ses excuses aux Français

controle-aeroport-2

Les excuses de Laurent Fabius à un ministre marocain fouillé à Roissy sont légitimes. Mais c’est aussi aux Français que Fabius devrait présenter ses excuses !

Par le Parisien libéral.

D’après Atlantico, un ministre marocain, en transit à Roissy Charles de Gaulle, a dû enlever veste, chaussures, chaussettes et ceinture alors qu’il était en possession d’un passeport diplomatique, et suite à cela, notre ministre des guerres justes en Afrique, Laurent Fabius, a présenté ses excuses au nom de la France.

Évidemment, Fabius a eu raison de présenter ses excuses : c’est un geste contraire aux usages diplomatiques, puisque le ministre était porteur d’un passeport diplomatique. Mais Laurent Fabius a oublié une partie des destinataires dans ses excuses : les Français.

Commençons par cet incident à Roissy. Chaque voyageur se reconnaîtra dans ce ministre qui a dû enlever veste, chaussures et ceinture pour passer les portiques de contrôle (par contre, chaussettes ?). Tous les ans, nous subissons des contrôles de sécurité de plus en plus lourds, de plus en plus intrusifs, de plus en plus, osons le mot, obscènes, et ce pour quoi ?

controle-aeroport-2

Des ministres, on parle souvent de leur caractère déconnecté du réel. C’est bien quand ils se prennent ce dernier en pleine face ! Souvenez-vous de Kouchner et la façon dont il avait littéralement pété les plombs à Montréal le 11 juin 2010. Nous aussi, mesdames et messieurs les ministres, les contrôles aéroportuaires nous répugnent ! Les élus, ceux théoriquement chargés de contrôler les exécutifs, sont parfois décevants, à ce titre.

Poursuivons par la politique étrangère de la France qui consiste, fort logiquement, à lutter pour la paix et la sécurité dans le monde, à commencer par celle des Français. Mais le Président de la République et son ministre des Affaires étrangères nous fourniront-ils une explication sur leur stratégie qui consiste à aider des gentils islamistes dans certains pays, à lutter contre les méchants islamistes dans d’autres, tout en protestant contre des jeunes délinquants français qui font leur propre interprétation, à leurs frais, d’ailleurs, de la lutte anti-dictature, en Syrie notamment ?

Comment peut-on se coucher devant les initiatives diplomatiques de certains petits et grands États pétroliers du golfe en matière de propagation de l’islamisme tout en montrant des velléités d’aller armer, aux cotés de ces États, des groupes qui luttent contre des dictateurs, et ensuite s’étonner des contradictions ? Hollande pense-t-il que nous avons oublié sa farouche volonté d’aller combattre Bachar El Assad ? Et pense-t-il que les Français ne se posent pas de question au sujet de notre politique vis-à-vis du Maroc ? Il ne s’agit pas d’excuser, évidemment, les terroristes qui s’en prennent à des victimes innocentes, mais le terrorisme se nourrit de toutes ces contradictions, et de notre propre prise de distance vis-à-vis de nos principes et des Droits de l’Homme !

On nous vend la lutte contre le terrorisme comme l’alpha et l’omega des relations internationales, alors que dans certains cas, le terrorisme, ce sont les agences publiques de renseignement, dont les opérations ont totalement échappé au contrôle démocratique, qui le pratiquent.

Un cauchemar se profile : celui de la matrice totale, dans laquelle les États qui, comme aux États-Unis (Patriot Act) ou en France (Vigipirate, LOPPSI, Article 20 de la Loi de Programmation Militaire) et pour raisons de sécurité, auraient accordé des droits tels aux forces de police, officielles ou non, que la technologie rendra définitivement hors d’atteinte des contrôles. Or, quand ces agences, dans un avenir très proche, se seront dotées de forces robotisées de surveillance (drones) ou de répression, alors les pays démocratiques auront réalisé, à leur détriment, le rêve de l’ex-URSS et de ses satellites.

Oui, Fabius doit des excuses aux Français pour ne jamais mettre tous ces sujets sur la table. Et ne parlons pas de la promesse de Hollande de mettre fin aux contrôles de police au faciès…


Sur le web.