Grand Prix de Malaisie, la F1 pourrie par l’idéologie anti-voiture

La F1 a cédé au culte du moins, une croyance sectaire mortifère qui s’est emparée de nos élites

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Grand Prix de Malaisie, la F1 pourrie par l’idéologie anti-voiture

Publié le 29 mars 2014
- A +

Par Nick de Cusa.

La Formule 1, série de course automobile opérant un championnat du monde depuis les années 50, et ayant donné aux amateurs des champions de légende comme l’Argentin Fangio, le Brésilien Senna et l’Allemand Schumacher, avait pour raison d’être un défi aux limites de la technologie. Elle n’est rien d’autre que la retranscription dans le domaine mécanique et humain de la devise du baron Coubertin : « Plus loin, plus haut, plus fort ».

S’il fallait la résumer en un mot, il serait facile à trouver : la vitesse. Celle-ci étant, bien sûr, tempérée par la sécurité des pilotes, des autres personnels et des spectateurs.

Or, cette saison, un malaise étrange s’est installé. Le plaisir semble avoir disparu. Le champion le plus titré en activité, l’Allemand Sebastian Vettel, se plaint, comme beaucoup d’autres, que le bruit produit par les voitures de F1 est rentré dans le rang, là où il était, par tradition, le plus intimidant qui soit.

Mieux encore, le propriétaire d’écurie ayant le plus de succès, le milliardaire autrichien Dietrich Mateschitz, chef d’une célébrissime entreprise de boissons énergétiques, et d’une écurie de course dans cette série, menace d’arrêter. Pourquoi ? Entre autres pour le contrôle du flux de carburant vers le moteur, mais au bout du compte, pour la lenteur imposée depuis cette saison. Selon lui :

La F1 n’est pas là pour battre des records de consommation de carburant, ni pour rendre possible d’avoir des conversations en chuchotant pendant la course. […] Le GP2 (série junior, NDLR) donne plus de compétition et plus de bagarre, et presque les mêmes temps au tour, avec une petite fraction du budget.

Comment en est-on arrivé là ? C’est bien simple. Comme dans tout ce qui touche aux questions de transport et de l’énergie par les temps qui courent, la F1 a cédé au culte du moins, une croyance sectaire mortifère qui s’est emparée de nos élites (sauf en ce qui concerne leur propre mode vie, ne nous y trompons pas). C’est le même dérèglement climatique de l’intellect, qui prétend remplacer des productions constantes d’énergie des turbines hydrauliques, à gaz ou à vapeur, par des éoliennes, des machines industrielles intermittentes et non fiables, dont on prétend recouvrir tout le territoire, et faire porter l’écrasant surcoût à tous, frappant plus cruellement les plus pauvres. Le même dérèglement, encore, qui n’aspire qu’à nous ôter l’autonomie de libre déplacement, et à augmenter toujours nos temps de trajet, sous prétexte de sécurité, qui s’apparente de plus en plus, en fait, à de l’oppression fiscale en bonne et due forme.

Un pas de plus vers un monde où plus aucune tête ne dépasse, où tout est endoctriné et mis en coupe réglée sous une idéologie irrationnelle de défiance face à la belle caractéristique de dépassement de soi de l’humanité. Vers un monde qui bouge moins, qui fait moins de bruit, avec moins d’innovation, moins d’aspiration, moins de risque, moins d’exploits, moins d’excitation, moins de joie.

Quelle meilleur emblème, finalement, de ce nouveau monde, que cette nouvelle F1 émasculée ?

Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • On assiste au ralenti à l’effondrement de la civilisation occidentale, et la F1 en est une illustration.

    Depuis le XVe siècle, l’occident s’est développé à travers la science, le bruit et la fureur. Bien sûr, ce développement s’est accompagné de grands malheurs, pourtant dans l’ensemble l’occident n’a fait que progresser toujours « plus loin, plus haut, plus fort » pour devenir la civilisation la plus puissante et la plus prospère de la planète. C’est un fait.

    Maintenant que nous avons récolté tous les fruits de cette puissante et de cette prospérité, nous croyons pouvoir affaler les voiles du progrès technologique et pouvoir profiter des bienfaits sans avoir leurs inconvénients. Non seulement, nous arrêtons d’accélérer, mais nous freinons. Nous serons bientôt à l’arrêt, tandis que les autres continuerons leur marche en avant.

    Des civilisations entières ont disparu, il n’en reste que quelques vestiges dans des musées. Cela va plus vite qu’on ne pense, même si à l’échelle d’une vie humaine cela se fait en quasi statique.

    • Haha, les ricains doivent bien se marrer en lisant vos commentaires ! Le déclin de l’Europe est un fait, celui de l’Occident au sens large ne me saute pas aux yeux.

      • Vous êtes bien aveugles si les multiples crises aux Etats Unis ne vous sautent pas aux yeux.

        • Comme elles touchent le reste du monde. En attendant les USA dominent économiquement, militairement et culturellement. Et avec le gaz de schistes c’est parti pour durer encore un moment.

    • oui c’est stupide … laissons les gens rouler comme ils veulent … ca se régulera tout seul … plus on roule vite moins on passe de temps sur la route .. moins il y aura d’accident … les politiques préfèrent mettrent des radars pour récupérér de l’impot …

  • Le mouvement est en route depuis très longtemps… En ces temps d’ anniversaire du centenaire de la guerre de 14, on peut dire que c’ est cette guerre qui a tué la culture occidentale ou tout au moins la foi que les peuples européens pouvaient encore, sans qu’ on leur en face honte, avoir en elle. Bien sûr le paquebot pèse lourd, cent ans après il avance toujours sur son erre, peu de gens encore se sont rendu compte que les machines sont froides et que l’ eau arrive au niveau des hublots, l’ orchestre joue toujours… Mais peut être que ça remonte à plus loin encore, à ce jour de 1834 où on a créé le service des monuments historiques. Ce jour où on a laché le guidon et commencé à regarder en arrière…

  • On ne peut que se réjouir que la gendarmerie arrête des chauffards comme celui-ci, qui sous pretexte d’avoir de l’argent plein les poches croit pouvoir se permettre de rouler à n’importe quelle vitesse.
    il faut emprisonner ces gens qui méprisent les autres et le respect des règles.

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/03/29/97001-20140329FILWWW00047-arrete-par-les-gendarmes-a-258-kmh-sur-l-a6.php

    D’autant plus que médicalement, on a constaté qu’il y souvent correlation entre chauffards et impuiissants sexuels.

    • Médicalement, on a constaté qu’il y souvent corrélation entre la peur et la bêtise.

    • il faut des commentaires comme celui de grabuge pour comprendre qu’il y a des gens qui raisonnent impitoyablement a cote de la plaque, quoi qu’on leur dise.

    • Dans votre tête. Le grabuge !

      j’imagine que vous roulez en dessous de la vitesse autorisée.

    • « D’autant plus que médicalement, on a constaté qu’il y souvent correlation entre chauffards et impuiissants sexuels. »

      Ah bah c’est rassurant qu’ils ne puissent pas se reproduirent, bientôt ils n’y en aura plus…

      C’est pratique de constater la connerie à la simple lecture d’un commentaire.

    • En Allemagne, c’est autorisé. Quelle explication apportez vous au fait que, dans notre pays, on risque des années de prison pour cet acte, et que chez nos voisins c’est autorisé et légal?

      Les Allemands seraient donc tous impuissants selon vous?

      D’ailleurs je vous méprise. Paf.

  • Comme vous dites, la f1 est à l’image de la société moderne. Un règlement (loi) de plusieurs millers de pages que plus personne ne comprend. Des artifices (DRS, KERS, etc) qui sèment la confusion. Une fédération policière qui sanctionne au moindre écart (coupable sans victime) qui ose même, cette année, le permis à point ! Au final un sport (?) que je regarde de moins en mois car je ne frissonne plus comme à la belle époque (attention, je n’ai pas dit que c’était le bon vieux temps).
    Une société ou tout est aseptisée, ou il sera bientôt interdit de mourir. Le « citoyen » idéale mange des haricots vapeurs, regarde le journal de TF1 et pars en vacances une fois par an sur la cote d’azur en Renault électrique.
    A se demander pourquoi certains veulent vivre centenaire dans une telle société…

    • @ Rastapopoulos

      > Le « citoyen » idéal mange des haricots vapeurs, regarde le journal de TF1 et pars en vacances une fois par > an sur la cote d’azur en Renault électrique.

      C’est en gros ma façon de vivre que vous décrivez de façon méprisante, alors que je la revendique de manière assez fière.
      Je ne voit pas en quoi elle vous choque.
      Et en plus je souhaite vivre centenaire

      • Vous ne vous contentez pas de le revendiquer pour vous-même, vous cherchez à nous imposer votre mode de vie.

        Que votre manière de vivre vous convienne, on vous le souhaite vivement. Mais pourquoi cette obsession maladive de vouloir l’imposer à tous ? En quoi le fait que cette victime de l’Etat obèse socialiste roule à 250, sur une route et dans des conditions de circulation à l’évidence adaptées, vous gène-t-il puisqu’il n’a manifestement agressé personne ? De quoi vous mêlez-vous ?

        Les limitations de vitesse instrumentalisées pour décourager l’usage de l’automobile sont des lois iniques. Le civisme ne consiste pas à les respecter mais à respecter une vitesse conforme aux conditions de circulation. C’est pourquoi il convient de réformer le code de la route pour instaurer sans tarder les vitesses conseillées.

        Tant qu’il a pour objet de favoriser la liberté, le code de la route est une bonne chose. Mais depuis quelques décennies, il est perverti, détourné de sa finalité première, pour en faire l’instrument d’une idéologie de haine anti-automobile, de haine de la liberté. Dès lors, le civisme le plus élémentaire consiste à ne plus le respecter et plus généralement à lutter contre toutes les lois socialistes de l’Etat obèse, jusqu’au jour de la libération, c’est-à-dire le jour de l’interdiction définitive du socialisme.

      • Ouille, l’inconscient, centenaire bigleux, sourd, muet (plus de dents), isolé.
        Re rêve que l’on partage tous ❗ 🙄 🙄 🙄

  • a Montreal certains se sont plaint du bruit qui etait trop aigu, alors ils ont oblige tout le monde a passer a 6 cylindres au lieu de huit, resultat le bruit est merdique, fini le hurlement des F1…

  • Je ne regarde plus que la NASCAR

    • Moi aussi. Des gros moteurs qui hurlent, de la sueur et des cartons. Ce que la F1 n’aurait pas dû cesser d’être.

  • victoria.melville
    29 mars 2014 at 15 h 56 min

    A quand la F1 en vélo ? -_-

    • Oui, mais… bridé le vélo, bridé à 5km/h. Par souci d’égalité avec les piétons.

    • Pour le vélo aussi, ils songent à remplacer le tour de France par une compétition sur console de jeux. Plus de sueur acide, de chutes sanglantes, de sentiments de culpabilité chez les promoteurs d’îlots directionnels et de ronds-points ni d’embouteillages de camping-cars dans les cols.

  • Les grands prix moto ont vécu le même « retrait » quoique moins marqué qu’ en F1.
    La FIM avait décidé de remplacer les 500 deux temps par du quatre temps.
    Les constructeurs y ont trouvé un intérêt dans le sens où, les gros deux temps étant devenus absents du marché, le motard lambda s’ identifie plus facilement aux pilotes de GP par la proximité technologique de sa moto avec celle des grands pilotes.
    Le hic, c’ est le rendement inférieur d’ un moteur quatre temps.
    Pour limiter la baisse des performances, la compensation s’ est faite en doublant la cylindrée.
    Bref, ils ont limité la casse.
    La moto étant plus identifié « performances », les constructeurs n’ auraient pas toléré une émasculation excessive.

    • Le retrait des 2 temps s’est fait en majorité pour des raisons de pollution et de développement. Par contre en termes de baisses de performances, elles sont au contraires bien supérieures, il n’y a qu’à voir que sur tous les circuits du mondial, les meilleurs temps ont été explosés par les 4 temps.
      Pour ce qui est de la règlementation, si elle n’est pas aussi restrictive que pour la F1, elle est bien présente (limite de 4 cylindres, nombre de moteurs limité par saison, alésage 81mm, gestion électronique fournie par un seul équipementier, limite de carburant embarqué) pour limiter les couts… Et ces dernières années ont montré que peu de constructeurs pouvait soutenir une saison de courses.
      En terme de spectacle, il n’y aucune comparaison à mon avis entre de la F1 et de la moto… Je suis les grands prix depuis 1997 et c’est toujours du bonheur , que ce soit en catégorie reine ou dans les autres.

      • Comparez le rendement d’ un 2 temps et d’ un 4 temps à cylindrée égale…..
        A votre avis, pourquoi la règlementation de l’ époque a plafonné la cylindrée des nouveaux 4 temps à 1000cc quand l’ année précédente les 2 temps étaient plafonnés à 500cc?
        Les puissances relevées dans ces deux catégories étaient les mêmes alors qu’ aucune restriction de puissance n’ était imposée par le règlement.CQFD.
        Du reste, les courses auto ou moto n’ ont pas attendu la fin du XXè siècle pour imposer des restrictions.
        En contrepartie du rêve technologique bridé, une restriction nivelle le niveau des constructeurs pendant quelques temps après sa promulgation.Cela permet de redonner une chance à des bons pilotes dont le cheval accusait un peu de retard technologique.Mais cet effet est de courte durée, l’ argent des grosses écuries creusant à nouveau l’ écart.
        Les grand prix moto ont connu leurs heures de délires avant 1967 où l’ on pouvait entendre le hurlement strident des Suzuki 125 4 cylindres 2 temps et 14 vitesses, honda 250 6 cylindres…râââh.
        Le nautisme est sympa également avec des V8 2 temps de série, mais là, je m’ égare…

        • Je suis parfaitement d’accord avec vous que le rendement d’un moteur 2 temps est bien supérieur à celui du 4 temps (de l’ordre d’un facteur, un peu moins dû au phénomène de mélange de gaz frais et gaz brulés).
          Quand je parlais de performances j’évoquais la performance globale de la machine, aussi bien en matière de châssis que de motorisation ; les 2 systèmes forment un tout qui doit fonctionner de manière optimale, et surtout qui doit permettre à son pilote d’exprimer son talent.
          Et comme vous dites, cela permet aussi de faire émerger de talentueux pilotes même s’ils ne bénéficient pas de la meilleure machine.
          Je suis bien trop jeune pour avoir connu l’époque des années 60/70 pour les grand prix moto; il m’est impossible de comparer avec l’époque actuelle… Tant de choses ont changées entre les circuits, les pilotes, les motos ; mais j’aimerai trouver des enregistrements des courses datant de cette époque

          • Il faut lire d’un facteur 2 … Excusez mon erreur.

          • J’ ajouterais un troisième paramètre, le pilote.
            Dans les années 90, certains pilotes américains/australiens avaient tâté du dirt-track, discipline nécéssitant la maîtrise de la glisse sur terrain plat.
            Des pilotes comme Doohan imposaient à Honda un calage de l’ allumage dit « big bang »q ui rendait la moto plus violente mais plus adaptée à son pilotage.
            Bilan, le chassis+moteur de Doohan ne convenaient qu’ à lui et en faisaient une moto inconduisible pour les autres pilotes.
            Ayant possédé une 500 rdlc, je perds en objectivité pour causer 2temps/4temps! 😉
            Pour voir les courses de l’ époque, le meilleur témoignage est « continental circus  » de Laperrousaz:
            http://www.youtube.com/watch?v=m1wrSO_YrlY
            Effrayant!

  • Bof bof.

    Mais bon, si ça a pu vous soulager de râler un bon coup, pourquoi pas …

  • Je vais quand même regarder le GP Malaisie mais si c’est gonflant j’arrête !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
formule 1 arabie
0
Sauvegarder cet article

Par Jean Degert.

La saison de Formule 1 s’achève cette année encore dans le Golfe persique, cette fois-ci dans trois pays différents, dont deux nouveaux au calendrier, le Qatar il y a deux semaines et l’Arabie saoudite le week-end dernier.

Le royaume dont le Prince Mohammed ben Salmane est devenu la figure à l’international, est le dernier à ouvrir ses portes aux compétitions sportives mondiales. Cette première épreuve s’est déroulée sur un circuit jugé très dangereux et dont la construction s’est achevée quasiment au dernier mo... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Delsol. Un article de l'Iref-Europe

Les journaux du monde entier ont fait croire que le monde déversait ses déchets plastiques en Malaisie de manière frauduleuse. « La Malaisie ne sera pas la décharge du monde » a clamé la ministre malaisienne en charge de l’énergie, de l’environnement et des sciences, le 11 juin. Et elle a annoncé que son pays retournerait à l’envoyeur des centaines de tonnes de déchets plastiques.

La réalité est notablement différente. Certes, certains pays laissent peut-être partir sans préc... Poursuivre la lecture

Par Aaron Akinocho[1. Aaron Akinocho est journaliste spécialiste des questions agricoles et agro-industrielles africaines.].

Dans un contexte où l’information est de plus en plus fragmentée, diffusée à une très grande échelle et où le public dispose de moins en moins de recul pour analyser dans le calme les flux qui lui parviennent, il est de moins en moins facile de mener un débat serein et constructif sur certains sujets.

L’huile de palme a le malheur de faire partie de ces sujets. Cette matière première a été jetée en pâture ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles