Réchauffiste, fais moi peur

Les écologistes attribuent au réchauffement climatique anthropique l’hiver pluvieux français et les phénomènes naturels extrêmes pour éviter de sombrer dans l’oubli médiatique. Bien vu, l’aveugle !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Montée des océans réchauffement climatique (Crédits Andrea Della Adriano, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réchauffiste, fais moi peur

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 26 mars 2014
- A +

Par Baptiste Créteur.

Les réchauffistes sont vexés. Plein de typhons, plein de tempêtes, des grandes marées ; des hivers tantôt rigoureux tantôt doux, des étés tantôt chauds, tantôt frais, tantôt normaux ; des pluies qui mouillent et des nuages qui assombrissent l’horizon ; et, partout, le silence ou, pire, le scepticisme. On ne parle plus assez d’eux et de leur noble cause.

Entre les Jeux Olympiques et la Crimée, entre les municipales et les écoutes, entre la NSA et Obamacare, il reste bien peu de temps de cerveau disponible pour le réchauffement climatique, anthropique ou pas. L’éco-conscience semble connaître un repli certain ; même le gaz de schiste ne fait plus les gros titres, malgré la volonté d’Arnaud Montebourg de doter la France d’une usine à gaz nationale d’extraction.

imgscan contrepoints 2013604 réchauffement climatique invisibleCertes, les Jeux Olympiques ont bien eu lieu, alors que l’origine anthropique du réchauffement climatique demeure à démontrer – et alors que toutes les tentatives en ce sens se sont soldés par l’échec cuisant de modèles moins fidèles à la réalité que le hasard. Certes, le consensus sur le climat est enfin brisé, et les voix discordantes sont enfin audibles. Presque. Certes, il est apparemment plus simple d’anticiper les résultats du 1er tour des municipales que l’évolution du climat. Mais les réchauffistes se sont habitués à leur emprise sur le débat climatique, à leurs confortables certitudes erronées, à leur notoriété, leur impact politique et leurs subventions.

Les écologistes sont souvent comme des pastèques : verts à l’extérieur, rouges à l’intérieur. Et en bons collectivistes, ils ont besoin d’unir toute la société devant des problèmes communs face auxquels la régulation par le pouvoir central est nécessaire. Le réchauffement climatique, ou le changement climatique, sont plus fédérateurs que les inégalités car ils génèrent une peur collective et une culpabilité non moins collective, qui rend les citoyens d’aujourd’hui responsables plus que jamais des générations futures. Les bébés phoques en voie de disparition sont apparemment plus attendrissants que les victimes de famine, et en attribuant au changement climatique moult catastrophes récurrentes mais imprédictibles aux conséquences insupportables (dégâts matériels colossaux, biodiversité menacée, pollution massive, fin des vacances aux Maldives), les environnementalistes peuvent espérer revenir sur le devant de la scène.

Et c’est ce qu’ils font, en utilisant l’argent du contribuable pour justifier de lui en demander plus. L’Organisation Météorologique Mondiale, dépendant de l’ONU, déclare « les phénomènes extrêmes observés en 2013 « cohérents » avec l’évolution du climat.« 

Aucun doute : le changement climatique est indéniablement anthropique, et pourrait expliquer des catastrophes naturelles plus violentes et plus nombreuses.

A la suite d’une étude particulière de la chaleur record qu’a connue l’Australie durant l’été 2013, l’OMM affirme que « les records de chaleur auraient été quasiment impossibles sans l’influence des gaz à effet de serre d’origine anthropique. Cela démontre que les changements climatiques entraînent une nette augmentation de la probabilité d’occurrence de certains phénomènes extrêmes ».

Un peu plus chaud que d’habitude en Australie, pays pourtant peu réputé pour la prédictibilité de son climat particulièrement extrême justement, attribués aux gaz à effet de serre dégagés par l’activité humaine, et voilà un phénomène expliqué, donc les autres pourraient peut-être l’être de la même façon. L’existence de cette possibilité est certaine.

La France, elle, aura connu un hiver pluvieux et chaud, attention climat en furie :

Pour la France, l’OMM relève qu’elle a connu une répétition de tempêtes, que les précipitations ont été supérieures de 40 % à la moyenne à long terme. En Bretagne, sur la côte atlantique, les pluies ont été les plus fortes depuis 1959, provoquant des inondations répétées, tout comme dans le Sud-Est, en Provence-Alpes-Côte d’Azur. L’hiver a été le deuxième le plus chaud depuis 1900, précise l’agence météorologique.

2013 aura même connu une température globale moyenne supérieure à celle de la décennie 2001-2010. Un écart extrême de 0,03°C, l’équivalent d’une fièvre minime chez l’être humain mais dont Gaïa (qu’on sait pourtant lieu d’un changement climatique permanent) ne pourrait pas s’accommoder, si tant est que la mesure de la température globale annuelle soit aussi précise.

Les réchauffistes ratent l’occasion d’orienter le débat sur de vrais sujets, énergétiques par exemple, sur le thorium, a fortiori alors que l’humanité s’inquiète plus du nucléaire depuis Fukushima. Mais ils préfèrent financer leurs énergies renouvelables par intermittence, qui certes sont plus couteuses donc plus profitables pour qui sait appuyer délicatement sur le bouton à subventions.

pollution

Ou lutter contre la pollution, la vraie, avec des solutions, vraies elles aussi. Mais non ; ils préfèrent défendre leurs mythes, adopter une attitude défensive en s’accrochant à d’indécrottables certitudes. Ils commettent la même erreur que de nombreux économistes, encore attachés à leurs dogmes keynésiens et/ou marxistes. Et ces ennemis de la vérité, d’une mauvaise foi variable, empêchent le changement et l’évolution de la pensée, dominante au moins. Au lieu de se raffiner, l’opinion se fait plus grossière et plus attentive à la qualité du titre et du papier qu’à celle de l’analyse.

Les phénomènes extrêmes ne cesseront jamais, à l’inverse espérons-le des attributions fallacieuses et des relations causales fumeuses. L’humanité gagnerait infiniment à être plus libre, mais les adorateurs du pouvoir se glorifient de leur influence auprès de lui et préfèrent déformer la réalité. Ils préfèrent s’arroger au prix de prémisses mensongères les premiers fruits de la récolte des hommes, les prémices offerts en offrande au Léviathan et à Gaïa.

Le charbon allemand peut bien empêcher les Parisiens de circuler un jour sur deux, la contradiction n’empêchera pas le raisonnement circulaire des environnementalistes. Le peak oil n’est toujours pas raillé dans les universités, la pause du réchauffement climatique n’empêchera pas les réchauffistes de dormir, et Madame Irma n’est toujours jugée plus clairvoyante ni que l’économiste en chef de la Fed ni que le président du GIEC.

Des microparticules aux catastrophes extrêmes, nous subirons toujours la soif de pouvoir des collectivistes de tout poil tant que la vérité ne sera pas exposée, en économie comme en climatologie dans la part de changement qu’on pourrait attribuer à l’homme – les deux sciences n’étant finalement que des analyses de l’action humaine. « L’action Humaine » est plus instructif que les tribunes offertes aux climatologues et économistes étatistes ; la liberté commence sans doute par là.

Voir les commentaires (115)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (115)
  • J’aime bien que vous reveniez sur l’action humaine, tout vient de là.
    Les hivers sont toujours autant rigoureux ( le niveau de neige cumulée l’année dernière était exceptionnelle, mais déjà vu dans les années 50 en France), même si les glaciers reculent et que nous polluons nos vallées , il y a toujours des champignons, des petites baies, je suis émerveillée que la nature nous offre tout cela, encore, alors que nous la maltraitons (sans pitié).
    PS: Il existe des sites communautaires d’analyse du climat intéressants et complets.

    • « J’aime bien que vous reveniez sur l’action humaine, tout vient de là. »

      Même quand celle-ci n’y est pour rien ?
      Par exemple, le RCA…

      • Je ne sais pas si elle y est pour rien, je ne parle pas de RCA, c’est un concept qui ne veut pas dire grand chose pour moi. Ca se réchauffe ça se refroidit…, moi je suis frileuse alors si on pouvait faire augmenter la température de quelques degrés encore, je ne suis pas contre!!

    • La tendance est assez claire; les hivers doux sont bien plus récurrent qui’il y a quelques décennies. C’est faux d’écrire « Les hivers sont toujours autant rigoureux ». Je ne dit rien de plus la dessus.

  • Pourtant je fais des barbecues en hiver :

    barbecue

  • Je vous remercie pour ce billet qui me « réchauffe » le coeur. Je combat sans cesse sur mon blog les théories infondées de l’effet de serre et du forcing radiatif engendré par le CO2 qui sont en directe violation des principes basiques de la thermodynamique. Certes, parler de la loi de Stefan-Boltzmann laisse dubitatif dans une argumentation mais pourtant les quelques 2500 experts auto-proclamés climatologues prévisionnistes de l’IPCC semblent ignorer cette loi sur laquelle est fondée l’ensemble de la thermodynamique de l’atmosphère ! Le problème est que les « experts » de l’IPCC n’ont pas été mandaté par l’ONU pour étudier le soleil !
    Juste pour rappel quelques-uns de mes derniers billets :
    http://jacqueshenry.wordpress.com/2014/03/19/rechauffement-climatique-non-definitivement-refroidissement/
    http://jacqueshenry.wordpress.com/2014/03/15/greenpeace-wwf-ca-suffit/
    http://jacqueshenry.wordpress.com/2014/02/28/je-suis-negationniste-et-le-resterai-climat/

    • Je vous serais très reconnaissant si vous pouviez nous expliquer où et comment les principes basiques de la thermodynamique et la loi de Stefan-Boltzmann sont violés par les théories infondées de l’effet de serre.

      • 1) Le forçage radiatif viole la seconde loi de la thermodynamique

        2) Le GIEC applique la loi de Stefan-Boltzman à des gaz qui ne sont pas des corps noirs.

        OK?

        • 1) Il n’y a pas plus de violation de la seconde loi de la thermodynamique par le forçage radiatif que par le pare-brise de ma voiture quand la chaleur passe d’un extérieur à 25º à l’intérieur à 35º.

          2) La loi de Stefan-Boltzmann est applicable à toute la matière, pas seulement au corps noir. Il faut seulement ajouter à la formule un facteur d’émissivité entre 0 et 1.

          • Conformément à la loi qui décrit les propriétés du corps noir (loi de Stefan-Boltzmann), la surface de la Terre devrait se trouver à une température de – 18°C, or ce n’est pas le cas puisque la température moyenne de la surface de la Terre est de 15°C. Les théoriciens de l’effet de serre avancent que le sol terrestre est plus chaud que -18°C parce que les gaz à effet de serre (comme le CO2) ré-émettent de la radiation vers sol et cet effet permet d’augmenter la chaleur du sol de -18 à +15.
            Or la thermodynamique dit qu’aucun objet dans l’univers ne peut se réchauffer lui-même par sa propre radiation et il ne peut y avoir de flux de chaleur d’un objet froid vers un objet chaud. Les lois de la thermodynamique expliquent la température au sol comme le résultat de la distribution adiabatique de la température des gaz constituant l’atmosphère dans le champ gravitationnel terrestre étant donné qu’un équilibre thermique radiatif s’établit nécessairement dans l’atmosphère en altitude. Une température d’équilibre est donc atteint en particulier avec les courants de convexion. De plus comparer la température moyenne au sol avec la température d’équilibre radiatif est un non sens physique puisqu’il ne s’agit pas des mêmes grandeurs physiques.
            De plus, comme pour aggraver l’erreur des « experts » de l’IPCC, le modèle utilisé par ces derniers est faux car ils considèrent la Terre comme un disque et non une sphère dans leurs calculs d’effet de serre. Ceci est en contradiction avec la loi de S.-B. Qui dit qu’un corps noir a une brillance proportionnelle à la puissance quatrième de la température avec un facteur multiplicatif sigma qui est appellé la constante de Stefan-Boltzmann (pour mémoire 5,67 x 10 puissance moins huit W/m2/K puissance 4. Or le modèle utilisé pour décrire l’effet de serre ne tient pas compte de cette « puissance 4 » puisque la Terre est considérée comme un disque et le facteur de projection de 4 (pour une sphère) est totalement ignoré.
            Enfin les théoriciens de l’effet de serre disent que si les gaz à effet de serre augmentent, la Terre va devenir plus chaude. Or c’est encore en contradiction avec la thermodynamique puisque la seule source de réchauffement de la Terre est le Soleil avec les lois de la distribution de la température allant du chaud au froid au dessus du sol et vers les hautes couches de l’atmosphère. Il faut rappeler que le spectre moyen de la radiation thermique de la Terre et de son atmosphère ressemble au corps noir à -18°C. Ce sont uniquement les courants de convection de l’atmosphère et des océans qui redistribuent l’énergie provenant du Soleil qui permettent d’atteindre au sol une température moyenne de 15°C et qui dit température moyenne ne tient justement pas compte des gradients entre pôles et équateur ni de la distribution adiabatique due à la gravité.
            Trop d’approximations et trop de non-sens dans cette théorie. Ces « experts » sont des gens malhonnêtes !

            • Jacqueshenry ; tout à fait.

              Par exemple, si la température au sol de Vénus est très élevée (le plomb peut y fondre), ce n’est pas à cause du CO2 de son atmosphère, mais de la très forte pression en basse altitude. Quand, en altitude, la pression est de 1013 hPa, la température est comparable à celle de notre planète en basses couches.

            • Merci pour la réponse.

              Il n’y a de violation d’aucune loi. Le flux de chaleur de l’objet froid, atmosphère, vers l’objet chaud, Terre, est seulement une fraction de la chaleur que la Terre envoie vers l’atmosphère et le résultat net est un transfert de chaleur d’un objet chaud à un objet froid. C’est le Soleil qui assure le chauffage et l’atmosphère seulement empêche plus ou moins la dissipation vers l’extérieur de la chaleur reçue du Soleil.

              Si le transfert de chaleur de l’atmosphère à la Terre augmente, augmentation des gaz à effet serre par exemple, pour conserver son équilibre thermique la Terre doit dissiper plus de chaleur, et selon la loi de Stefan-Boltzmann à cette augmentations de la chaleur émise doit correspondre une augmentation de la température de la Terre.

            • @Salvador

              Toutes les lois physiques ne sont que des « vues de l’esprit’, des simplifications pour permettre les calculs. La difficulté réside toujours dans le fait de savoir si on peut appliquer une loi et à quelle partie (ou l’ensemble) du système. Tant que par expérience on n’est pas certain d’appliquer correctement une loi, il y a des chances que le calcul soit faux (et non simplement approché). Si des physiciens renommés peuvent avoir un débat non-clos sur la question, c’est que l’application des lois n’est pas évidente et que la vérification expérimentale est impossible.

              Il faut se méfier de la vulgarisation scientifique qui tente de donner une représentation « intuitive » des phénomènes à partir d’un résultat connu – surtout quand le résultat n’est pas aussi connu qu’on le prétend.

            • « De plus, comme pour aggraver l’erreur des « experts » de l’IPCC, le modèle utilisé par ces derniers est faux car ils considèrent la Terre comme un disque et non une sphère dans leurs calculs d’effet de serre. Ceci est en contradiction avec la loi de S.-B. Qui dit qu’un corps noir a une brillance proportionnelle à la puissance quatrième de la température avec un facteur multiplicatif sigma qui est appellé la constante de Stefan-Boltzmann (pour mémoire 5,67 x 10 puissance moins huit W/m2/K puissance 4. Or le modèle utilisé pour décrire l’effet de serre ne tient pas compte de cette « puissance 4 » puisque la Terre est considérée comme un disque et le facteur de projection de 4 (pour une sphère) est totalement ignoré. »

              Êtes-vous certain de votre affirmation ? J’ai plutôt l’impression que cette erreur est celle, fameuse, de Courtillot…

          • 1) Vous confondez ce qui se passe dans un espace clos et ce qui se passe dans un espace semi-ouvert, avec divers types de transfert de chaleur. Vous devriez savoir qu’une serre chauffe essentiellement par convection et non par transfert radiatif IR.

            2) Le GIEC confond température moyenne e température effective, ce qui fait que ses calculs sont faux, ainsi que cela a été démontré par la publication des physiciens Gerlich et Tscheuschner.

    • Encore cette théorie fumeuse. Sachez que des esprits clairvoyant y auraient déjà pensé il y a un siècle si tel était le cas.

      • Pourquoi neige-t-il sur le Jura ces derniers jours? 🙄
        Tendance pas si nette.

        • C’est une plaisanterie? Pourquoi il neige dans le Jura en mars?
          D’autant que l’on vient de connaitre le 2e hiver le plus doux… donc selon vous la tendance n’est pas nette parce qu’il a neigé en montagne en mars…… et je parle de tendance en plus.

          • Sans compter la période exceptionnellement chaude de ces dernières semaines. Quelle mauvaise foi sans pareille.

            • On vient de connaitre le 2e hiver le plus doux; or je vous dit que ceux ci sont plus fréquent, et vous me répondez qu’au sein de cet hiver historiquement chaud il a neigé en montagne en mars et que cela suppose que la tendance (même pas sur l’hiver) n’est pas nette. Mais c’est une inoui.

            • En quoi ceci est-il pertinent à l’échelle planétaire ?

            • Et l’hiver dernier, le plus rude depuis 30 ans, vous l’avez déjà oublié ?
              Vous êtes ridicule.

            • Le ridicule ne tue pas :! 🙄 🙄 🙁

            • Quelle mauvaise foi sans pareille

              La votre, j’vous dis pas : shock :

              Prenez le cas de la Belgique, une fois… Voire le site belge ❗
              Plus de soleil, moins de pluies, même beaucoup ! Un climat plus sec, donc plus chaud, avec de l’air venant du sud.

              Vous n’aimez pas le moule frite ❓ Dommage, cest vachement bon…
              Alors allons voir sur le site du Luxembourg :

              prenons le jour le plus chaud :
              janvier : 13,9C en 1975
              janvier 2014 : 11,4C
              février le plus chaud record : 1960 à 18,2C . Cool, n’est-ce pas ❓
              Février 2014 : 12,3C. Encore plus cool, isnt it ❓ :roll : 😯 😯

              prenons le brouillard :
              février le plus brumeux : 259,0 heures en 1989
              février 2014 : 25,7 h
              février moyenne : 46,8 h

              2013 plus froid que 2012 plus froid que 2011 ❗
              1956 plus froid de 2C que 1953. ❗
              Températures stables, voire en légère baisse jusqu’en 1986, malgré le taux de CO2 en hausse.

              Évident, tout est net et limpide, n’est-ce pas ?

            • Pendant ce temps les USA se les gelaient sec, tempêtes de neige en prime :
              Yyeeeeeeeeeeeeeeeeessssssssssssssssssssssssssssss : c’est bien la preuve du réchauffement climatique :/ 🙄

            • « En quoi ceci est-il pertinent à l’échelle planétaire ? » En absolument rien. Pourquoi vous posez cette question?

            • « L’hiver dernier le plus rude depuis 30 ans » c’est complètement faux. Totalement faux. La température moyenne fut presque parfaitement conforme à un hiver moyen (-0.3°C).
              Et même si cela avait été le cas, cela n’enlèverait rien à ce que j’ai dit. Cela n’enlèverait rien au grotesque du commentaire sur la neige en montagne en Mars.
              Vous avez vraiment pas peur d’être ridicule, c’est trop marrant ici.

            • Michel C:

              Waouuu, j’aurais pas fait mieux pour vous discréditer.

              Vous prenez quelques records pour me montrer une tendance. Bravo. Ou est minitax? Il rigolerait bien.
              « 2013 plus froid que 2012 plus froid que 2011  » hahahah mais ou voulez vous en venir.
              « 1956 plus froid de 2C que 1953 » HAHAHAH

              Si j’avais dit le même chose pour prouver un réchauffement, sachez que tout le monde se serait déchainé.

              Alors que je ne parle pas de réchauffement! A aucun moment je n’ai voulu le montrer. J’aime pas quand on raconte n’importe quoi et je le signale.
              C’est dommage vous vous rattrapiez en me disant que c’est de l’humour (alors que vous étiez sérieux) et vous poursuivez la mascarade par de nouvelles perles. C’est incroyable les bêtises qu’on peut lire, bêtise que personne ne contredit puisque c’est l’église des refroidistes ici.

            • Et oui il fait froid outre atlantique. Mais vous êtes des paranos du réchauffement. Je ne parle pas de ca.
              Je met en évidence vos stupidités.

            • D’autant que l’on vient de connaitre le 2e hiver le plus doux
              Sans compter la période exceptionnellement chaude de ces dernières semaines. 
              On vient de connaitre le 2e hiver le plus doux; or je vous dit que ceux ci sont plus fréquent, et vous me répondez qu’au sein de cet hiver historiquement chaud il a neigé en montagne en mars et que cela suppose que la tendance (même pas sur l’hiver) n’est pas nette. Mais c’est une inoui.

              C’est vous qui êtes inouï : une tendance ne se décrète sur l’année passée, mais sur plusieurs années. Au moins 10. Vous me reprochez d’argumenter avec des mécanismes que vous utilisez vous même. Vous ne comprenez rien à la statistique.

              « En quoi ceci est-il pertinent à l’échelle planétaire ? » En absolument rien.
              Encore un savant délire. A mon avis si, il faut regarder à l’échelle de la planète.

              Pourquoi vous posez cette question?
              Et pourquoi on il la poserait pas cette question? Ce n’est pas une question débile, elle est sensée ❗

              Et même si cela avait été le cas, cela n’enlèverait rien à ce que j’ai dit. Cela n’enlèverait rien au grotesque du commentaire sur la neige en montagne en Mars.
              Vous avez vraiment pas peur d’être ridicule, c’est trop marrant ici.

              C’est vous qui êtes parfaitement grotesque et ridicule … Par contre vous n’êtes même pas drôle.

              Ou est minitax
              Vous avez besoin de quelqu’un pour aider ? Moi pas.

              🙁

          • donc selon vous la tendance n’est pas nette parce qu’il a neigé en montagne en mars

            Aucun sens de l’humour :!

            Allez voir l’évolution du glacier de Trient, et dites moi pourquoi, vous qui savez tout sur la science exacte qu’est la climatologie, et puisque vous semblez être docte docteur en la matière, pourquoi le glacier a cru de 1955 à 1985, pendant que le taux de CO2 augmentait à vitesse dans l’atmosphère.
            Dites moi pourquoi, il a décru de 1850 à 1880 (peu de CO2) pour reprendre du poil de 1880 à 1900 (le CO2 a augmenté sensiblement).
            En 1880, on était au charbon. 1950 voit le pétrole prendre un essor important.
            Dites moi pourquoi tous les glaciers ou presque, perdent en longueur dès 1850  ❓

            http://www.camptocamp.org/images/225196/fr/evolution

            • Vous confirmez ce que je dit. Vous ne comprenez rien. C’est comme dire que le Kilimandjaro est à lui seul la preuve du réchauffement. Vous racontez n’importe quoi, je vous le dit, et vous me parlez de réchauffement. Je n’ai jamais dit que je n’étais pas sceptique.
              Pour votre question, je n’en sais rien. Je dirait une modification du régime des précipitations. Vous restez bloquer à un seul lien de causalité? C’est du beau! Sachez que la grande partie des glaciers n’ont pas de tendance à l’augmentation.

            • Il faut au moins 20 à 30 ans pour parler de tendance. Vous osez me dire que la tendance n’est pas nette car il a neigé en mars en montagne, et ironie du sort, cet hiver fut historiquement doux.
              Vous croyez me faire de leçon de climat et de météo après les horreurs que vous écrivez.

              « En quoi ceci est-il pertinent à l’échelle planétaire ? » En absolument rien.
              Encore un savant délire. A mon avis si, il faut regarder à l’échelle de la planète.
              Vous n’avez pas compris la question ni la réponse.

              Vous avez une position insoutenable mais vous persistez dans l’absurde.

            • Et surtout vous interprétez mal mes réponses, vous dites que je confond climat et météo..à moi! Quelle blague.

            • Et surtout vous interprétez mal mes réponses, vous dites que je confond climat et météo..à moi! Quelle blague.

              Vous aimez les blagues non ❓ :shock::shock::shock:
              En voilà une : peut-être que vos réponses sont c.nnes ?

            • Il faut au moins 20 à 30 ans pour parler de tendance. Vous osez me dire que la tendance n’est pas nette car il a neigé en mars en montagne, et ironie du sort, cet hiver fut historiquement doux.

              Et vous me le reprochez, tout en disant que le mois est plus chaud que d’habitude :

              Theodoric le 27 mars 2014 à 0 h 46 min On vient de connaitre le 2e hiver le plus doux;

              Vous retournez votre veste plus vite que la lumière, c’est pour cela que vous ne vous rendez pas compte ❗
              Ralentissez 🙄 :rolll:

            • Je ne retourne pas ma veste, vous ne comprenez pas ce que j’écris. Vous dites des âneries extraordinaire, et face à l’évidence, vous fuyez. Vous avez un raisonnement qui n’est pas rationnel, c’est inutile de poursuivre.

            • @ Theodoric, « Il faut au moins 20 à 30 ans pour parler de tendance. »

              Que savez-vous de plus que la National Oceanic et Atmospheric Administration ?

              http://wattsupwiththat.com/2012/10/15/noaas-15-year-statement-from-2008-puts-a-kibosh-on-the-current-met-office-insignificance-claims-that-global-warming-flatlined-for-16-years/

            • Ah mais je ne sais rien. Mais je sais reconnaître des ânerie du style évoquer quelques record ponctuels et isolés sur une échelle de temps et d’espace extrêmement réduite pour appuyer des propos. Sans compter les autres aberrations de MichelC.

            • Theodoric le 29 mars 2014 à 2 h 55 min
              Ah mais je ne sais rien. Mais je sais reconnaître des ânerie du style évoquer quelques record ponctuels et isolés sur une échelle de temps et d’espace extrêmement réduite pour appuyer des propos. Sans compter les autres aberrations de MichelC.

              Ben, vous en dites modestement en série des conneries. Vous ne savez rien, mais vous jugez. Vous êtes Dieu ❓

              Il faut au moins 20 à 30 ans pour parler de tendance

              Ricanements. Pourquoi pas 1 heure, un jour, un mois, une année, un siècle, un millénaire, et osons, 13.4 milliards d’années ❓
              Votre proposition est donc parfaitement ridicule 😯

              Visiblement, vous ne serez jamais un bon financier, car vous croyez que l’on parler de tendance en regardant le passé. Alors que c’est impossible. Les courbes ne servent à rien sinon à planter les choux, ou les idiots. De même en météo.

              C’est vous même qui tombez le masque.
              Vous êtes un père vert. Un réchauffiste anthropique démasqué. Na, et même nanère 🙄 🙄 🙄

            • Sur ce « 20 à 30 ans », Courtillot le dit lui-même. C’est l’ordre de grandeur quand on parle de climat. Vous trouvez ça drôle?

              Non mais relisez un peu ce que vous dites:
              « Pourquoi neige-t-il sur le Jura ces derniers jours? Tendance pas si nette. »
              « Alors allons voir sur le site du Luxembourg :
              prenons le jour le plus chaud :
              janvier : 13,9C en 1975 / janvier 2014 : 11,4C
              février le plus chaud record : 1960 à 18,2C . Cool, n’est-ce pas ?Février 2014 : 12,3C.
              prenons le brouillard :
              février le plus brumeux : 259,0 heures en 1989/février 2014 : 25,7 h/février moyenne : 46,8 h
              2013 plus froid que 2012 plus froid que 2011
              1956 plus froid de 2C que 1953.
              Températures stables, voire en légère baisse jusqu’en 1986, malgré le taux de CO2 en hausse »
              Vous sélectionnez soigneusement quelques records (vous vosu gardez bien de choisir ceux qui vous arrangent), vous parlez même du brouillard et vous faites d’autres comparaison farfelues.
              Mais vous êtes sérieux? Après avoir écrit ceci, vous continuez à faire des leçons? Vous vous rendez compte de l’absurdité indescriptible de ce que vous écrivez?
              Mais c’est bien, c’est assez divertissant.

            • Theodoric le 29 mars 2014 à 2 h 55 min
              Ah mais je ne sais rien.

              Je maintiens : vous en dites en série des conneries. Vous ne savez rien, mais vous jugez.

              Theodoric le 28 mars 2014 à 20 h 16 min
              Il faut au moins 20 à 30 ans pour parler de tendance. 

              Je maintiens que vous ahanez des âneries. Ce n’est pas vous qui parlez de tendance, qui d’autre alors ? Vous avez un double ? Or s’appuyer sur une série de chiffre mesurés sur 20 ans ne sert à rien, sauf à planter des choux. Même en finance. Vous risquez de faire ricaner n’importe quel spécialiste financier.
              Qui parle de tendance, sinon les réchauffistes anthropiques ? Or c’est votre langage.

              Les choux, vous les plantez avec le nez ?

              Theodoric le 26 mars 2014 à 20 h 14 min
              Encore cette théorie fumeuse. Sachez que des esprits clairvoyant y auraient déjà pensé il y a un siècle si tel était le cas.

              Ce n’est pas vous qui attaquez JacquesHenri avec ces propos ?

              Vous vous enlisez ❗

              Pour votre culture, site facile à trouver, et ce n’est pas tout, merci de me donner raison. En voici la preuve :

              concernant le contenu scientifique d’une publication signée par Vincent Courtillot et parue en 2007 dans EPSL (sous la supervision d’un éditeur, R. van der Hilst, qui travaille régulièrement à l’IPGP comme ‘professeur invité’15). Dans cet article intitulé Are there connections between the Earth’s magnetic field and climate?16, Vincent Courtillot et ses collaborateurs ont voulu montrer que les séries temporelles des variations du champ magnétique terrestre se trouvaient être bien corrélées avec les mesures de température terrestre – suggérant ainsi l’existence d’une source de forçage non anthropique (corrélation avec un indice d’activité géomagnétique et d’éclairement solaire total). Courtillot, Le Mouël et leurs collègues ont depuis publié quatre articles19,20,21,22 qui confirment à leurs yeux de manière très claire leurs premières conclusions, et notamment le rôle important des variations du Soleil dans la variabilité des séries d’observations qu’ils ont analysées (température, pression, vitesse des vents, en Europe et aux États-Unis principalement).

              Savez-vous lire, ou bien vous prenez pour des incultes? Courtillot est un climato-sceptique. Et je ne dis rien d’autre : on ne sait pas.

              Au final, il fait plus chaud un jour, plus froid l’autre ? Il fait plus chaud que dans les années 1600 ? et moins chaud qu’en 1000 ? Et alors ❓

              C’est vous même qui tombez le masque.
              Vous êtes un père vert. Un réchauffiste anthropique démasqué. Na, et même nanère   🙄 🙄 .roll:

            • Je n’ai pas la prétention de répondre à des questions hors sujets de spécialistes. En revanche, j’ai largement le savoir nécessaire pour décrypter vos propos. Vous répondez toujours à côté. Moi je vous parle de vos records et de votre neige en mars, vous, vous me parlez de variation du champ magnétique terrestre.
              Si vous voulez parlez de réchauffement climatique, n’essayez pas de le faire comme vous le faites. Tout ceci parce que je vous ai contredit. Je rectifie tout ceux qui raconte n’importe quoi (ou se trompe) en matière de météo et de climat. Et vous n’êtes pas le seul rassurez vous. Je serais bien curieux de savoir en quoi je raconte, objectivement, des âneries.

  • l’OMM comme son nom l’indique (Organistion Météorologique Mondiale) est à priori à la base une organisation chargée de la coordination en matière de relevés et prévision météorologique. Son très remuant et médiatique président Michel Jarraud (ou plutot Secrétaire général – comme au bon temps du communisme) est un météorologiste diplomé, probablement capable dans ce domaine.

    Or on nous explique régulièrement que le climat est différent de la météo et qu’il ne faut pas reprocher à la climatologie les limitations de la météorologie en matière de prédictions tant qualitatives que sur le long terme. Alors pourquoi Jarraud vient-il régulièrement brasser du vent à propos de réchauffement climatique, avec des positions, des arguments et des analyses ridicules qui n’ont rien de scientifiques.

    Est-ce qu’il n’outre-passe pas carrément sa mission, ne détruit pas la crédibilité de la science en général et de son institution en particulier ?

    • Oui, l’OMM est devenu un vecteur de propagande en faveur du dogme du RCA, manquant ainsi à ses missions et à son éthique. C’est lamentable!

  • le simple bon sens met en déroute les élucubrations de ces arracheurs de dents:

    l’ hiver 2013 – 2014 plutot doux ? le réchauffement climatique.

    et fevrier 2012, avec -18 pendant 15 jour ? aussi le réchauffement climatique ? ben non, le déreglement climatique: plus de phénoméne abrupte…

    mais la encore, ça ne marche pas: fevrier 56 a été plus frois que fevrier 2012, et décembre 1879 encore plus frois que fevrier 56…

    2013 aurait été plus chaude que la moyenne ? on se demande bien comment il ont pu trafiquer les chiffres pour arriver à une telle conclusion. dans ma région, on retiendra 2013 comme une année particulièrement froide et pourie, comme 77, 56, 93 ….

    le déreglement climatique entrainerait plus de pluie, d’innondation, de catastrophe ? les historiens ont mis à jour qu’entre 1310 et 1320, il n’a fait que pleuvoir, surtout au cour des années 1315, 1316, 1317, succession d’années trés pluvieuses, qui engendrèrent des millions de morts dans l’europe entière… alors mème que ces années marquent la fin de l’optimum médiévale pour entrer dans la première partie du petit age glacière: et tout cela sens gaz carbonique issu des  » activité humaine « .

    souvent il suffit de savoir qui parle pour savoir que c’est un mensonge: aller dans un bistro à marseille, et pincez vous pour pas rigoler …

    • « arracheurs de dents » ! La saveur de cette expression ancienne pour qualifier les climatologues échappe peut-être aux plus jeunes …

      Une simple remarque de bon sens : un changement climatique est PAR DEFINITION un dérèglement météorologique : plus ou moins de pluie, d’ensoleillement, de chaleur, de vent et de nombreux autres paramètres.

      Par ailleurs, un changement climatique est une chose tout à fait banale puisque le climat a toujours été variable sur terre et il n’implique pas à lui seul de catastrophe et surtout pas de catastrophe globale à l’échelle de la planête, quand bien même on saurait prédire dans quel sens le climat moyen évolue.

      Enfin, une modification des courrants marins est en elle même un changement climatique, même si elle n’est pas forcément visible sur une température globale moyenne et sa cause inconnue. Ces courrants changent et on est donc en période de changement climatique. (Mais il n’y a jamais de stabilité climatique).
      Pourquoi toujours rechercher des corrélations avec un réchauffement de l’atmosphère dans un système aussi complexe. Seule une maîtrise complète du fonctionnement de la machine (que l’on ne possède manifestement pas) permettrait d’analyser et de prédire à partir des observations météorologiques.

      Comme toujours, c’est la certitude de base (infondée) que l’homme est responsable qui conduit à des pseudo-raisonnements, des attributions et des prédictions farfelues. (Et qu’on ne me parle pas des modèles !).

      Bref ils brassent du vent pour faire tourner leurs éoliennes.

      • Ce n’est peut-être pas évident pour tout le monde, mais un phénomène peut être lié et proportionnel à un paramètre, à la tendance de ce paramètre ou à la variation de cette tendance. (and so on). C’est la base de l’électromagnétisme (par exemple)

        Ne rechercher la cause que dans le paramètre (Tglobale) et pas dans la tendance ou la variation de la tendance est très limitatif, surtout pour des gens qui se prétendent scientifiques.

    • -18 pendant 15 jours? Je me demande bien où… Les températures de ce mois de février 2012 n’ont pas été extraordinaires; juste remarquablement froid 10 jours, c’est à quel point ce genre de phénomène devient inhabituel pour certain.. Par contre l’hiver actuel est un 192/1963 à l’envers, mais personne n’en parle. Inaperçu dans les médias, normal, dès qu’on est pas au dessus de la norme on crie au scandale. Je parle juste de la mémoire humaine par rapport à la météo, je ne conclue rien de plus.

      •  » – 18 je me demande bien ou ?  »

        surement pas dans ton buro !!!

        • Allez y dites moi où… la Tm pour le bassin parisien a été de +1 à +2° sur le mois. Les -18 ont été atteint que quelque fois sur une poignée de ville les plus exposées au froid continental .

          •  » aller y dites moi ou  »

            nord de la région rhones alpes, fevrier 2012, tout les matin – 18°c avec un vent de nord, pendant 15 jours, fin de la vague de froid le 17. pire vague de froid depuis janvier 1985. oliviers gelés dans l’hérault, de nombreuses céréales à resemer au printemps…

  • Dans le Grand Nord canadien, un homme blanc coupe son bois pour l’hiver.
    Après deux journées de coupe, il se demande si sa provision de bûches sera suffisante.
    Les hivers sont très froids, dans la région.
    A un vieil indien qui passe par là il demande si l’hiver sera rigoureux.
    Le vieil indien lui répond indécis :
    öUgh ! couci couça.

    Dubitatif l’homme blanc retourne couper du bois, encore.
    Au bout de quelques jours alors que le vieil indien repasse par là il lui demande :
    Alors dis-moi vieux sage cet hiver sera-t-il rude ?
    Et le vieil indien de répondre :
    ôUgh ! ôUgh ! Hiver sera rude !

    Fort de cette indication notre bonhomme retourne bûcheronner de plus belle.
    Quinze jours s’écoulent lorsque le vieux sage indien repasse par là à qui il demande de nouveau : Alors l’hiver vieux sage l’hiver, il sera rude ?
    ôUgh ! ôUgh ! ôUgh ! Hiver sera rude, sera très très très rude !

    Notre homme blanc demande alors au vieil indien sage.
    Mais, Grand Sage Indien, comment peux-tu savoir cela ?
    A quoi le sage indien répond:
    Quand homme blanc couper beaucoup bois, hiver sera très rude !

    • Ahah!! nous on coupe le bois au fur et à mesure ( ok ça aide d’avoir en sa possession une forêt de sapin, une scierie et une cheminée) parce que les Grands sages indiens ne courent pas les sentiers!

  • Nos mémoires étant volatiles, nous avons oublié les événements climatiques antérieurs. Contrairement à ce que l’on voudrait nous faire croire, nihil novi sub sole est. Par exemple, voici une rétrospective d’événements climatiques extrêmes en France.

    http://www.pensee-unique.fr/pasteau.pdf

    • Un immense merci pour ce lien. En plus je connaissais bien Marcel Leroux pour l’avoir rencontré à des séminaires pluridisciplinaires. J’ai moi-même sévi à l’Université Lyon I. Encore merci !

      • Sévi est certainement le mot adéquat. Ah! l’université (sans U) de Lyon : Faurisson, Gollnisch, et Leroux…Il semble que Lyon se soit spécialisée dans le négationnisme. C’est un marché porteur.

        • Vous faites de la diffamation envers un scientifique décédé en le comparant à Faurisson et Gollnish, ainsi qu’envers une université.

        • Keskidi
          Votre propos ne fait que souligner votre bassesse et votre endoctrinement aux thèses du GIEC.

          • Il applique la technique de dénigrement des sceptiques qui est la façon de pratiquer de la frange extrême des écologistes. Mais s’il continue à accuser nominalement les gens de tout et n’importe quoi, il pourrait avoir des petits ennuis.

      • Jacqueshenry : je suis ravi de vous avoir fait plaisir!

        kenavo

    • Excellent dossier, merci
      « La fonte de la banquise ne peut pas entraîner l’augmentation du niveau des océans, selon le principe d’Archimède. » p.15
      On pourrait même aller plus loin en annonçant une baisse du niveau des océans puisque l’eau est le seul liquide dont son solide est plus volumineux… me tromperai je ?

      • Non, et même, l’Antarctique pourrait remonter de quelques cm, car allégée d’un gros poids!

      • Quoique: ce que vous dites est vrai pour l’Arctique qui est essentiellement fait de glace (ce n’est pas un continent) mais pas forcément pour l’Antarctique car la glace fondue laissant le continent se déversera bien dans l’océan en fondant … si elle venait à fondre puisque on observerait plutôt une augmentation du volume de glace. Mais cette fonte sera probablement sans conséquence notable.

        • L’arctique, continent? -)

          Les continents « flottent » et si on les décharge, ils remontent.
          Il reste à savoir de combien, et cela ne doit pas trivial à estimer!

      • Homo Orcus: Oui, vous faites erreur. Il est exact que la glace est plus volumineuse que le volume d’eau qui l’a engendré, mais, quand elle fond, elle revient à son volume initial et le delta(niveau)=0.

        OK?

    • Il n’aborde pas assez les phénomènes climatiques de l’époque révolutionnaire. De mémoire mais je peux faire des recherches… ou alors yeneralalcazar va nous donner ses précisions tirées de ses livres d’histoire qu’il a dénichés dans les braderies.
      août 1788 Tempête-ouragan qui balaye la France de, grosso modo, la Vendée au Nord en passant par la Beauce et la Brie, détruisant les récoltes, le prix du bled s’envole.
      Dans les années 92/93/94 la Seine gèle pendant presque 3 mois à chaque hiver, les ponts deviennent inutiles, les étés sont caniculaires, je pense à l’heureux jour du 9 thermidor, le retour de Varennes aussi.
      Plus près de nous l’affaire Gérard de Nerval qui meurt gelé dans la rue, un drôle l’ayant accroché à un barreau avec un ruban bleu.

      • on pourrait rajouter la fameuse éruption du laki dont certain prétendent qu’elle serait à l’origine des troubles révolutionnaire… lire l’ouvrage d’emanuel leroy-ladurie ( que je n’ai pas trouvé dans une foire fouille… ) pour savoir ce qu’il pense du déterminisme climatique en histoire ! en fait, les années prérevolutionnaires furent marquées par des été beau et chauds, provoquant une crise de surproduction viticole et habituant les français à un prix du pain assez bas ( dans l’économie d’ancien régime, les récoltes sont belles quand il fait bon sur le printemps et l’été, sans excés ).
        l’orage du 13 07 88 sur le quart nord ouest est une des causes climatiques des troubles de 89 avec l’hiver 88 – 89, un des plus froid du siècle.

  • Faire du cherry picking pour tenter de faire croire que le RC perdure est absurde. Mais, pour l’OMM – Organisation Merdique et Mensongère), il s’agit de défendre le dogme du RCA, même en racontant n’importe quoi.

    En effet, il n’y a plus de RC depuis 1997, donc il faut faire davantage de propagande. Mais le +0,03°C montre le dogmatisme primaire de ceux qui veulent nous faire gober une précision surréaliste des mesures, sans compter le fait que la couverture aux très hautes latitudes est quasiment nulle.

    Donc les phénomènes météo présentés par l’OMM proviennent de la variabilité naturelle, et notamment de la fréquence, de la puissance et des trajectoires des AMP (anticyclones mobiles polaires), ignorés avec dédain par l’establishment climatique… et, bien sûr, l’OMM… Car le modèle AMP explique les événements climatiques sans recourir au dogme du RCA.

    Et il serait temps que l’OMM se rappelle la loi des gaz parfaits PV=nRT, qui explique simplement pourquoi la température moyenne globale de notre planète est de l’ordre de 14°C, le CO2, ce gaz diabolique et le carbone, cet élément perfide dont nous sommes faits, ayant une influence non mesurable….

  • Malheureusement cela fait longtemps que la population, influencée par les médias, est imperméable aux arguments rationnels. Une petite anecdote personnelle, que j’ai vécu récemment, qui en dit long sur l’attitude des gens : j’ai un collègue qui a vécu plusieurs années au Canada. Je lui ai demandé comment étaient les hivers. Il m’a dit qu’ils étaient très longs et surtout qu’il y avait beaucoup de neige. Je lui ai fait la remarqué que cela semblait en contradiction avec la thèse ‘réchauffement climatique’. Réponse : ‘Mais pas du tout, c’est la conséquence catastrophique du dérèglement climatique !’ Il va de soit que je n’ai pas essayé d’argumenter. Quand on est lobotomisé par les émissions d’Arte et compagnie, c’est inutile. Ce qui est assez triste, c’est que c’est loin d’être un cas isolé, mais c’est plutôt la norme.

  • 1/ La deuxième loi de thermodynamique est bien violée par le kamasoutra des soi-disant gaz « à effet de serre »
    2/ La loi de Stefan est mal appliquée et il ne suffit pas de la corriger d’un facteur d’émissivité pour la faire correspondre à la réalité

    C’est expliqué là, mais il faut avoir le courage de lire: http://www.skyfall.fr/wp-content/2011/12/comprendre-l-effet-d-atmosphere-thermodynamique-tr-mln-cor.pdf

    •  » tout corps plongé dans un liquide reçoit une poussée de bas en haut proportionnelle à la quantité de liquide déplacé… pas de glaçon dans mon pastis !

    • vous n’envisagez tout de même pas d’exposer ici le « bidulator »?

      • Le fameux bidulator réchauffiste ? 🙂

      • pour la petite histoire, « bidulator », c’est moi qui l’ai utilisé la première fois.
        C’est pour qualifier le dispositif qui, selon la théorie des « back-radiations » de « l’effet de serre » réchauffiste, permettrait de chauffer une maison au milieu d’un champ de glace, du moment où l’on pose assez de miroirs.
        Car après tout, la troposphère qui est à -5°C réchauffe bien le sol à 15°C grâce aux « back-radiations », alors pourquoi pas. Hé, c’est la science climatique quand même !

        • Ne soyez pas ridicule. Ce genre de dispositif (réchauffer sa maison en l’entourant de miroir) existe et fonctionne : ce sont les isolants couches minces.
          http://www.cstb.fr/actualites/dossiers/produits-minces-reflechissants.html
          l’effet de ce type d’isolant est notoire, quantifié, mesuré. Il existe (mais il est faible, et largement surestimé par les marchands : autrement dit, ce type d’isolant est cher pour des performances médiocres).
          Et non, ça ne viole pas la 2nd loi de la thermodynamique. Celle-ci n’interdit pas l’existence d’un flux du froid vers le chaud, elle dit seulement que le flux du chaud vers le froid sera toujours supérieur et que par suite le flux net sera du chaud vers le froid.

          • on a déjà débattu à l’infini de cette problématique.
            je vous suggère d’aller sur le site de Spencer(qui croit dur comme fer aux « backradiation » ,cherchez les articles « yes Virginia… » et les suivants, et si vous avez du temps( et du courage, lisez tous les commentaires.
            Une chose est surprenante dans cette démarcher:voilà une théorie qui coûte des centaines de milliards aux populations, et un grand scientifique se croit obligé, pour tenter de la démontrer ,de réaliser des expériences’geotrouvetout » dans son jardin?(ce qui au passage prouve que cette théorie n’est pas démontrée)
            A l’époque j’avais dit: Mr. Spencer nous abien eu, il réinvente l’isolation.
            Et il en a remis une couche en tentant(et je suis parfaitement d’accord avec sa démonstration) que dans une serre, il y a une composante réflexion, minime, mais présente.
            dans l’atmosphère, turbulente, chargée en vapeur d’eau, il en va tout autrement.

            Une question:à votre avis, 0.004 ppm de CO2, sont-ils capables de chauffer la colonne d’air dans la réalité(si tant est qu’un volume de CO2 non contraint puisse être chauffé par les IR?

            • Ne mélangez pas tout. Je n’ai pas dit que la théorie du GIEC est valable (elle ne l’est pas). J’ai dis que faire à cette théorie un procès en violation du 2nd principe de la thermodynamique, c’est ridicule. Le seul résultat, c’est de faire passer les sceptiques, tous les sceptiques, pour des charlots incapable de comprendre la physique (ce qu’une partie est effectivement, hélas).

            • Il y a effectivement des arguments qui sont imparables et d’autres qui sont contreproductif.

              Sur les éoliennes par exemple insister sur la nuisance sonore et la mortalité aviaire est contre productif, le bilan économique et le résultat en terme de but visé (diminution du CO2 et de la pollution) sont imparable et donnent peu de prises à la critique.

            • je crois que effectivement que se borner à dire: un corps froid ne peut chauffer un corps plus chaud ne rend pas compte de la complexité du phénomène proposé dans cette théorie.

              Vous citez les isolants en couche mince, qui seraient redevables de la « backradiation »?
              Or, si vous avez ouvert ces isolants(qui sont constituées de couches de différents matériaux, certaines couches sont faites de métal brillant.On est donc dans le contexte de réflectivité, ce qui n’a rien à voir dans notre problème,car le CO2 ne saurait être réfléchissant.
              Si vous constituez un isolant de couches de cartons de te polyéthylènes,vous aurez un résultat équivalent.
              Pourquoi d’ailleurs ne pas remplir les double vitrages de CO2?
              Le comportement du CO2 dans l’atmosphère se saurait en aucun cas s’apparenter à un isolant.

              @Minitax
              en aucn cas je ne revendique cette dénomination, dont la patente(gratuite?) vous appartient

            • Encore une fois ne mélangez pas tout. Le coup des miroirs, c’est MiniTAX, pas moi. Il prétend que ça ne sert à rien ; il a tord et je le lui dis. Point final. Que le CO2 agissent comme un miroir (ce qui n’est pas la théorie du GIEC), ou pas, est hors sujet.

          • Si le fait que les hachoirs à oiseaux(et chauvesouris ne peuvent pas être taxées de terminator pour les volatiles, il n’est pas normal que cette filière ne doive pas se conformer aux règles appliquées aux autres industries.
            Comme par hasard ,les actions en justice initiées par la mouvance contre les champs éoliens n’aboutissent jamais, mais quand deux oies cendrées se noient dans une cuve de pétrole, cela coûte 100.000 $ à la société en question.
            Que cette filière se conforme aux règles, y compris les nuisances au voisinage(dont la perte foncière)qu’ils aient accès au marché dans les même conditions que les autres producteurs, et on rachètera la ferraille pour peanuts

    • @Scaletrans
      Très bon papier . Merci!

  • Vérifiable sur le site de méteofrance :

    Les températures maximales et minimales sont plus élevées aux Rousses qu’à Metz ❗

    C’est forcément le réchauffement à moins que, plus loufoque : plus on est plus haut et plus il fait plus chaud.
    Et malgré cela, il neige plus souvent aux Rousses qu’à Metz 🙄

  • Les libéraux sont simplements libéraux et cohérents avec eux-mêmes. A ce que je sache, les athées ne vont pas non plus à la messe tous les dimanches.

    Quand on essaye d’effrayer et de manipuler l’opinion pour lever des taxes et régenter le monde, ils sont évidemment les premiers à dire qu’ils ne sont pas d’accords. Après, je ne pense pas qu’ils soient unanimes pour trancher sur la question : le RCA n’existe pas ou il est exagéré ou il n’est pas néfaste ou les mesures ne sont pas adéquates. Mais ils s’accordent à dire que l’on se paye notre tête, que les ficelles sont énormes et que les conséquences de ce bazar sont catastrophiques.

    Jamais je n’ai vu dans les commentaires de réponse sur ces reproches : manipulation de l’opinion et gestion économique irresponsable. Mais ce sont les écologistes qui sont des idéologues et qui ne comprennent même pas qu’on puisse s’opposer à leur manipulations et à leurs courtes-vues sur les problêmes réels de la société et de l’humanité.

    • Et même si c’était vrai ? (ça ne l’ai pas, mais juste admettons, pour l’hypothèse). Le libéral ne cherche pas à imposer ses vues en détournant pour ce faire les ressources publique, il fera toujours moins de mal que le progressiste écoconscient prêt à tout, qui se croit miraculeusement épargné du risque de déni.

  • Le libéralisme n’est pas une idéologie.

    • Il y a évidemment un aspect idéologique dans le libéralisme quand il prône un état réduit aux pures fonctions régalienne : faire respecter la propriété privée et assurer la sécurité sans intervenir dans les conflits d’intérêts. Il n’existe pas de société ou de pays fonctionnant sur ce modèle strict (Et considération personnelle, la notion de sécurité peut être très largement interprétée). Notez donc que ce modèle n’a pas fait la preuve de sa totale abbération comme le communisme par exemple.

      La connotation négative du terme ‘idéologie » n’est pas dans sa définition mais malheureusement dans l’histoire et les catastrophes que les « jusqu’au-boutistes » de toutes sortes ont créées. Quand certains considèrent que la fin justifie les moyens et que la manipulation est légitime pour parvenir à un résultat, on peut légitimement (et on doit !) commencer à s’inquiéter. Certaines déclarations de gourous du RCA sont parfaitement inacceptables à cet égard.

      Comme mon pseudo l’indique, je suis un libéral pragmatique : je suis par principe opposé aux interdictions ou régulations de toutes sortes si elles ne sont pas clairement justifiées et leur efficacité ET leurs conséquences validées (vérifiées, publiées et démocratiquement acceptées). Ce qui laisse quand même pas mal de place aux compromis.

      Mais je suis encore plus opposé aux manipulations. Je n’ai pas de certitudes et je dénonce au contraire les certitudes des autres et leurs mensonges sur leurs propres certitudes.

      Le déni porte donc sur les certitudes exprimées et sur l’adéquation des réponses. Et je dénonce les mensonges et réclame l’audit et l’éventuelle poursuite en justice des falsificateurs.

  • « Les réchauffistes ratent l’occasion d’orienter le débat sur de vrais sujets »
    Donc si j’ai bien compris, l’auteur reproche à l’OMM d’avoir parlé de … météo. Bravo, contrepoints.

    • C’est normal, dès, qu’il fait un peu froid, hop ca fait la une. Les épisodes de douceurs et de chaleur remarquables ne provoquent pas d’attention (sauf canicule). Mais il existe malgré tout plein d’article sur les épisode hors normes de températures excédentaires , particulièrement (été 2003, octobre 2005, juillet 2006, hiver 2006/2007, avril 2007, novembre 2009, printemps 2011, novembre 2011, mars 2012, juillet 2013 et l’incroyable hiver 2013/2014)

      • Vous en oubliez d’autres.
        Le temps change tous les jours, ce n’est pas nouveau. Il fait plus froid, plus chaud, un peu plus de CO2.

        Et alors ❓

        • Il fait d’avantage plus chaud que plus froid en France depuis les dernières décennies. On a des épisodes de chaleur récurrent tout à fait remarquables, alors que les épisodes de froid sont infiniment plus modestes. Février 2012 par exemple est rien à côté de ce que l’on a connu en terme d’excédant à de nombreuses reprises ces dernières années. Les gens ont tendance à oublier ce qu’était le climat d’autrefois en France. Je ne dit pas que c’est valable ailleurs, je parle bien du pays.

          • En cela je rejoins Théodiriq.

          • C’est vous qui le dites : je n’ai pas cette impression. J’ai l’impression que l’on a atteint un palier.
            Je me souviens de température de 40C sur l’autoroute A6 en 1996, il avait déjà fait très chaud, suivi de températures max 17C le jour suivant.
            Cela change tout le temps :mrgreen:

            Je me souviens de 2 dames d’âge mur, quand j’étais à la piscine à Lyon, en 1968. Elles se plaignaient des nuages au mois de juillet, qu’il faisait plus frais, que le climat changeait.

        • Bien sur que ca change tout le temps, le propos n’est évidemment pas la. Vous avez très bien compris. Imaginez les articles de contrepoints si on inversait les anomalies chaudes en froides et froides en chaudes de ces dernières années en France. Ca aurait crier au scandale. L’hiver 2012/2013 (normal) est considéré comme le plus froid depuis 30 ans par certains intervenants d’ici, c’est dire la fausseté de leur ressentiment. Proportionnellement à ces accès d’exagérations, cet hiver devrait être considéré comme le plus chaud depuis 3000 ans.

          • Et alors ❓ Vous ne répondez pas ❓

            L’hiver 2012/2013 (normal) est considéré comme le plus froid depuis 30 ans par certains intervenants d’ici, c’est dire la fausseté de leur ressentiment.

            Même si ce n’est pas tout à fait exact que ce soit le plus froid, c’est un des plus froid, c’est un fait.
            L’hiver 2009/2010 à été plus froid 😯

            Proportionnellement à ces accès d’exagérations, cet hiver devrait être considéré comme le plus chaud depuis 3000 ans.
            Restez sur terre, SVP, vous allez finir dans la Lune :mrgreen:

            Que dire de l’Antarctique qui est plus froid, sans doute à cause de la couche d’ozone, ce qui génère des vents plus forts, ce qui génère des sécheresse sur l’Amérique du sud.

            Vu le comportement des gens, j’ai vu des chauffages enclenchés en été ❗ je peux vous dire que les gens s’en bananent du réchauffement.
            C’est donc vous qui ne comprenez rien, mais alors rien du tout :mrgreen:

            • Je comprend très bien comment les gens ressentent la météo, ceci de manière faussée. Pour l’hiver dernier, ne dites pas que ce n’est pas tout à fait exact, dites que c’est complètement faux. En ce qui concerne l’antarctique, je ne vous suis pas. Par contre, c’est tout à fait vrai que les gens s’en babanent, ne dites pas que je ne comprend pas. Tous ces faits sont bien connus à l’université d’Attila.

            • En ce qui concerne l’antarctique, je ne vous suis pas.
              Vous ne suivez pas un professeur?

              Extrait de l’article du journal « Le Temps » :
              Le continent gelé provoque la sécheresse en Amazonie tout en subissant les conséquences de la
              pollution amazonienne.
              «Tout ce qui se passe sur les continents, avec les activités industrielles, volcaniques ou l’utilisation du
              sol, tout arrive en Antarctique», déclare à l’AFP le physicien Heitor Evangelista da Silva, de l’Université
              de l’Etat de Rio de Janeiro
              , qui est rentré en juin de sa 19e expédition en Antarctique.Environ 80% de ce qui arrive en Antarctique, comme la pollution qui résulte des brûlis, vient de
              l’Amérique du Sud, 10% de l’Australie et 10% du reste du monde, selon lui.

              D’après M. Evangelista, qui étudie le paléoclimat antarctique, l’interaction entre glace et forêt est très
              ancienne. L’analyse de sédiments a montré qu’il y a 5000 ans, une sécheresse sévère était liée au
              climat antarctique, affirme-t-il.

              Vous ne suivez pas les scientifiques ❓ Qui êtes-vous alors ❓
              Un touriste ❓ :mrgreen:

            • Je voulais dire que je ne vois pas le rapport entre l’influence antarctique sur le continent sud américain et le reste.

      • Si 95% d’une population sont d’accord, c’est forcément vrai. C’est la loi de Poisson d’Avril :mrgreen:
        A l’université Attila, ils ont inventé la statistique déterministe 🙄

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Drôle de semaine, que je viens de passer. Non seulement tous les microbes de saison semblent s’être donné rendez-vous dans mon nez et ma gorge ce week-end, ce qui n’est jamais de nature à me faire voir la vie en rose, mais ils sont arrivés après deux conversations totalement déprimantes que j’avais eues successivement mercredi et jeudi sur les thèmes désormais incontournables de la chasse aux émissions de CO2 et du nécessaire encadrement de la liberté d’expression dans les démocraties.

Dans les deux cas, un dîner de plusieurs convives ... Poursuivre la lecture

photo de Greta Thunberg au milieu d'une foule
1
Sauvegarder cet article

L’écologisme comme idéologie illibérale avait trouvé son égérie avec Greta Thunberg, mais il semblerait, autant par commodité que par opportunité, que sa rhétorique ait glissé de l’antiscience au scientisme le plus étroit.

Pour Jean-Paul Oury, qui signe un essai au titre évocateur Greta a ressuscité Einstein, c’est désormais au nom du « progrès scientifique » bien compris que les écolos cherchent à imposer leur vision du monde à l’ensemble de la population.

 

La « science » comme idéologie

La « science » dont se récl... Poursuivre la lecture

8
Sauvegarder cet article

Le suicide par écologisme

Il faut que les choses soient claires : l’empreinte carbone qu’il s’agit de réduire, c’est vous ! Et c’est tellement vrai, tellement évident qu’une récente tribune du journal Le Monde revient sur ce qui est maintenant un but affiché de l’écologie de combat, à savoir la réduction active de l’humanité.

Peu importe que les dernières projections raisonnables montrent une réduction naturelle drastique (plus de 50 %) de la population d’ici 2100 ; pour les activistes malthusiens du climat, pas de doute : éliminer rapidement une partie de la p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles