Ukraine : état des lieux en 6 questions/réponses

Analyse de la situation en Ukraine et de la stratégie de Vladimir Poutine.

Par Stéphane Montabert.

L’avenir sombre que je prédisais à l’Ukraine il y a quelques jours s’est précipité. Sur la base d’une liste de questions-réponses, voilà mon analyse de la situation et de la stratégie de Vladimir Poutine.

1. La Russie a-t-elle déclaré la guerre à l’Ukraine ?

4256747960Officiellement, non, pour le peu d’importance que cela peut avoir. À mon sens, la ligne a été franchie quand 6.000 soldats des forces militaires russes sans marquage d’uniforme sont entrés sur le territoire ukrainien de Crimée pour prendre le contrôle des points névralgiques.

2. La Russie a-t-elle le droit de s’inviter en Crimée ou ailleurs en Ukraine ?

La Crimée était un territoire russe dont la gestion administrative a été assignée à l’Ukraine en 1954 sous Khrouchtchev, alors que l’Ukraine et la Russie étaient quasiment fusionnées dans l’URSS. La région s’est retrouvée par le hasard de l’histoire du côté ukrainien lorsque l’URSS s’est effondrée. Il n’existe pas de frontière parfaite en ce bas-monde mais clamer que la Crimée « fait naturellement partie » de l’Ukraine est aussi faux que de clamer que la Crimée « fait naturellement partie » de la Russie : ce sont de grossières approximations. Les deux parties en présence ont des arguments défendables.

Sur le strict plan du « droit d’ingérence international » défendu par certains politiciens, les troubles ayant eu lieu en Crimée sont évidemment dérisoires comparés à une occupation militaire. Il n’y a pas eu de massacre de masse, d’attentats, de guerre civile ni même de problèmes sérieux justifiant une intervention urgente pour préserver l’ordre public. La Russie n’avait donc pas un droit particulièrement solide à s’inviter en Crimée, ce qui ne l’a pas gênée outre mesure.

3. L’Ukraine est-elle condamnée à la partition ?

Avec le contrôle russe de la Crimée, la partition est une réalité. L’Ukraine a perdu la Crimée. La question ouverte concerne le destin des provinces de l’est de l’Ukraine. Tout n’est pas joué mais ces territoires pourraient suivre le même chemin.

En Crimée vivent 12% de Tartares farouchement anti-russes, survivance historique de la population de la péninsule ayant échappé aux déportations de Staline. Cette minorité est la plus susceptible de provoquer des troubles, mais ceux-ci auront pour seul effet de légitimer l’intervention russe puisque Poutine se présentera en gardien de l’ordre face au chaos si ses forces armées venaient à quitter le territoire.

Le destin des régions à forte majorité russophone de l’est de l’Ukraine est plus délicat. Dans ces zones, des habitants pro-russes ont « spontanément » manifesté pour demander leur rattachement à la Russie, mais les ethnies sont plus mélangées qu’en Crimée et la majorité n’est pas aussi nettement pro-russe. Les régions sont aussi plus facilement atteignables par des forces militaires venues de Kiev.

Le risque d’embrasement régional n’est pas nul, mais se limiterait pour l’instant à un affrontement ukraino-russe.

4. Les Européens et les États-Unis vont-ils agir ?

Pour l’instant la riposte occidentale se limite à ne plus inviter la Russie au G8. On imagine mal pareilles mesures de rétorsion faire reculer Poutine.

2330259891Sur le plan militaire, les options sont maigres. Les Européens n’ont ni les moyens financiers, ni les moyens militaires, ni même une volonté politique suffisante pour s’opposer aux forces russes. Les États-Unis ont des moyens militaires, mais ceux-ci sont déployés sur bien d’autres théâtres d’opération. Impliquer l’OTAN aurait de toute façon des répercussions incalculables. Après la révolution de février, l’État ukrainien est paralysé, au moins jusqu’aux élections prévues en mai. L’armée ukrainienne est en déshérence depuis des décennies. L’État n’a plus un sou en caisse. Les défenseurs de l’Ukraine dans ses frontières récentes n’ont donc guère d’arguments militaires à faire valoir.

De leur côté, les Russes sont financièrement en difficulté eux aussi mais leur armée a été moins négligée, ils disposent de bases sur place et enfin ils tiennent la Crimée. Plus le temps passe, plus la Russie est en position de force pour entériner une annexion de fait.

Le point central de toute opération de ce type est l’acceptation de la nouvelle situation par les populations locales. De ce point de vue, pour les Russes, l’opération est un succès. Le sentiment national est faible en Ukraine, la faute à des gouvernements successifs avivant les tensions ethniques alors qu’ils faisaient monter les enchères entre l’Union Européenne et la Russie pour mieux continuer leurs détournements. Les militants de la place Maïdan à Kiev ont beau s’époumoner « Ukraine Unie », les russophones de Crimée ne l’entendent pas de cette oreille. Ils sont bien contents d’être passés sous le contrôle de Moscou.

5. Jusqu’où ira la Russie ?

L’Ukraine étant en faillite, Poutine a dû faire la part des choses. Quitte à faire une croix sur des milliards d’arriérés de paiement de l’Ukraine envers la Russie – selon les contrats gaziers léonins signés par la « passionaria de la révolution » Loulia Timochenko ! – s’emparer de la Crimée était pour Poutine une simple façon de s’indemniser en se payant sur la bête. L’Ukraine ne s’en sort d’ailleurs pas si mal puisqu’elle a désormais une excuse parfaite pour renoncer à payer sa dette.

Héritier de l’époque soviétique (il était agent du KGB), Poutine raisonne en termes de frontières, de rapport de force, et d’image. Il a estimé que les Occidentaux étaient faibles, divisés et réticents à réagir, et donc qu’il n’encourrait pas grand-chose à impliquer militairement la Russie sur des territoires limitrophes. C’est un jeu dangereux mais jusqu’ici il s’est avéré payant. Je doute fort que Poutine rapatrie ses soldats sans avoir reçu des milliards de dollars au titre des arriérés de paiement ukrainiens, il pourrait même pousser le bouchon jusqu’à réclamer une indemnité pour avoir maintenu la paix en Crimée ! Mais l’avenir des bases militaires russes en Ukraine serait définitivement compromis, donc je n’y crois guère.

Il faut surtout espérer que Poutine s’arrêtera là. Sinon, les dirigeants d’autres régions russophones ou à forte minorité russophone hors de Russie (je pense par exemple aux pays baltes) peuvent s’inquiéter…

6. Quelle sortie de crise possible ?

Dans le meilleur des cas, la Russie aura gagné la Crimée et l’Ukraine soldé sa dette d’une façon peu enviable. Quelques régions limitrophes pourraient changer de main pacifiquement à l’issue de référendums régionaux d’autodétermination. Il faut espérer que les exactions des majorités sur les minorités (Russes contre Ukrainiens à l’est, Ukrainiens contre Russes à l’ouest) et les déplacements de population seront réduits au minimum.

Dans le pire des cas, Kiev tentera de défendre l’intégrité du territoire ukrainien – au mépris du désir des populations régionales concernées, j’insiste – et l’est de l’Ukraine sombrera dans la guerre conventionnelle et la guerre civile, avec un niveau d’implication indéterminé de l’Union Européenne et des États-Unis sous l’égide de l’OTAN. L’Ukraine étant un pays en sous-développement et dotée d’un gouvernement à la très faible légitimité au sortir d’une révolution, cette hypothèse est heureusement peu probable, malgré les rodomontades des manifestants de Kiev.

La Russie occupe depuis six ans le territoire de l’Ossétie du Sud après avoir agressé unilatéralement la Géorgie sous des prétextes cousus de fil blanc, sans subir aucune forme de sanction internationale. Poutine a simplement adapté ce scénario à l’Ukraine.


Sur le web.

Lire aussi :