La France, une démocratie ?

La France, une démocratie ? On peut se poser la question lorsque l’on constate le fossé profond creusé entre le peuple et les autorités le représentant.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France, une démocratie ?

Publié le 23 février 2014
- A +

Par Marc-André Chargueraud.

assemblée nationaleL’École Nationale d’Administration (ENA) a pour mission de former les corps de hauts fonctionnaires. Or ils occupent aussi la majorité des postes gouvernementaux. La séparation des pouvoirs entre l’administration et l’exécutif n’est pas respectée.

Les représentants de la fonction publique  sont surreprésentés à l’Assemblée nationale qu’ils dominent. L’explication est connue. Pour eux, se présenter aux suffrages ne comporte aucun risque. Le fonctionnaire en fin de mandat électif retrouve son emploi. Il n’en va pas de même pour les dirigeants d’une entreprise ou pour l’agriculteur qui a quitté sa ferme ou le commerçant qui s’est retiré de son établissement…

Comme la plupart des démocraties, la France a une chambre haute, le Sénat. Ses membres représentent les unités territoriales et sont élus au suffrage indirect par les élus locaux. Ailleurs les deux Parlements doivent approuver toutes nouvelles législations. En France, un vote négatif du Sénat n’est dans les faits que consultatif. En dernier ressort, c’est l’Assemblée Nationale qui décide.

Bien qu’élue au suffrage universel, l’Assemblée Nationale ne représente pas l’ensemble de la nation. Le système électif majoritaire élimine de fait des partis qui représentent moins de 10% de la population. La prime donnée au parti qui réunit le plus de voix lui permet d’être majoritaire au Parlement, même s’il ne représente que 20 ou 25% de suffrages.

Une majorité des électeurs se sentent ignorés. Ils ne sont pas ou mal représentés à l’Assemblée Nationale. Leurs élus territoriaux au Sénat sont dépourvus de tout pouvoir décisionnel. Le Parlement et le gouvernement sont dominés par les membres de la fonction publique. De nombreuses réformes urgentes sont ainsi bloquées. Un désenchantement du peuple envers les « politiques » en résulte. La crise grave que le pays traverse et les sacrifices qu’elle demande  pousse ce mécontentement à son paroxysme. La multiplication des grèves et des rébellions locales en attestent. Pour sortir de cette impasse dangereuse, il faudrait que les groupes politiques dominants aient le courage de décider de reformes qui restaurent la confiance du peuple envers ses dirigeants.


Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Dans une vraie démocratie on vote les lois, la fiscalité, aucune des 120’000 lois ni les innombrables impôts n’ont été choisi et décidé par le peuple, le terme de démocratie « souveraineté du peuple » est totalement impropre. Les Français n’ont aucun choix, aucune souveraineté.

    Hors la corrélation entre vraie démocratie et liberté est très forte, La France est mal classée dans les deux:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_d%C3%A9mocratie
    http://www.heritage.org/index/ranking

  • La droite anti-républicaine s’était acharnée à dépaver les rues rien que pour contrarier les casseurs qui ne trouvaient plus de projectiles bien calibrés pour être efficaces. Merci à la gauche d’y avoir remédié compte tenu des économies de la pénibilité-retraite que cela entraine. Ce n’est pas si souvent que l’on pense à l’épuisement physique des gauchistes.

  • Une découverte?
    Plus aucun compatriote doté circonvolutions pariétales normales a parfaitement compris que nos classes dirigeantes énarchies et Cie ne sont pas seulement des  » Bons à rien » mais également des « Mauvais partout »…
    Il suffit de mesurer leur performance à l’aune de l’état du pays : 60 ans de pouvoir entre les mains de l’ENA et voilà leur bilan
    Dans chaque pays occidental, la sanction serait tombée depuis longtemps mais en France personne n’ose demander des comptes

    • Bravo pour ce commentaire ! L’ENA et les énarques aux ch…tes !

      Juste une remarque ou une question : pourquoi pariétales les circonvolutions ? En quoi le cortex pariétal est-il indispensable ou même seulement qualifiant pour comprendre la catastrophe provoquée par les crétins qui nous dirigent depuis 1946 ?

      Bien cordialement.

  • En attendant Yanoukovitch et son chalet d’école autrichienne est « hors la loi »… Les pleureuses du FN montent aux fronts ..LOL

  • Un grand pas serait fait en désignant par tirage au sort les 300 parlementaires, constituant un panel représentatif de la population.
    Elus pour 6 ans, renouvelé par tiers tous les 2 ans .

    La missions serait celle des parlements actuels : contrôle de l’exécutif + transcription des lois européennes + contrôle de l’efficacité des loi, avec pouvoir d’enquête.

    Suppression de tout les comités Théodules ,

  • Pour yona fiedman, c’est techniquement impossible d’avoir une démocratie de grande taille.

    http://www.esprit68.org/utopies.html

    il a de bons arguments, et les faits semblent le rejoindre, en ce que n’importe quelle mode de gouvernement même le communisme marche à petite échelle, et n’importe laquelle fini mal a grosse écheclle, même le capitalisme (qui devient de copinage, sans scrupules, ingérable, instable).

    il décrit bien comment notre système se sclérose et devien trop lent pour répondre aux urgences.
    L’alternative serait un cessesion comme les cantons suisse.
    c’est d’ailleurs la solution promue par nassim nicholas taleb, pour les démocratie mais aussi pour la syrie, ou l’ukraine.

    incompatibles avec no dogmes, donc on préfère la sclérose et la révolution.

  • Seuls les fonctionnaires sont représentés à l’Assemblee Nationale et ce sont toutes les autres professions qui sont pressurées par les impots

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

Le libéralisme est décidément une notion bien floue et très mal perçue par une grande partie des Français, nourris dès le plus jeune âge aux mamelles de l’État et qui sont persuadés, à tort puisqu’on le leur fait croire en permanence, que le libéralisme serait je ne sais quelle force occulte organisée qui les plongerait dans une sorte d’océan où ils se noieraient sans que personne leur vienne en aide. D’où la justification de l’interventionnisme et de l’État-providence, sans lesquels nous serions sans doute perdus.... Poursuivre la lecture

La démocratie est un sujet que nous avons souvent abordé, et qui a été étudié depuis fort longtemps par de très nombreux intellectuels. Loin d’être notre horizon indépassable, elle a donné lieu à un certain mysticisme.

Mise en cause dès ses origines, ayant rencontré des difficultés inhérentes à sa nature dès son apparition dans la Grèce antique, la démocratie semble une fois de plus à bout de souffle et menacée non seulement dans ses fondements, mais dans son existence-même. D’où l’intérêt du débat engagé entre deux philosophes contemp... Poursuivre la lecture

Dans une première partie, nous avions vu ce qui caractérisait une société de méfiance, à savoir :

centralisation administrative excessive, bureaucratie omnipotente, affaiblissement des initiatives, décharge de la responsabilité.

 

Dans cette seconde partie, il conviendra d’insister à la fois sur l’absence de responsabilité et sur les carences institutionnelles.

 

Une société de défiance caractérisée par une décharge de responsabilité

C’est le propre des systèmes centralisés où l’État oscille : trop faib... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles