La fracturation au propane saluée par le Time

La fracturation au propane n’intéresse pas uniquement notre ministre du Redressement productif, le Time Magazine a classé cette technique susceptible de « changer le monde » comme l’une des meilleures inventions de l’année 2013.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La fracturation au propane saluée par le Time

Publié le 4 février 2014
- A +

Par Aymeric Pontier.

Fracturation au propane b

Comme tous les ans, le magazine Time a dressé une liste des 25 meilleures inventions ayant été révélées au grand public au cours des 12 derniers mois. Ce classement (subjectif) est décomposé en différentes catégories : « Wildly Entertaining », « Extremely Fun », « Compelling », « Interesting », « Totally Cool », « A Major Deal » et « World-Changing ». La catégorie la plus enviée par toutes les entreprises ou entités de recherche du monde étant bien évidemment la dernière…

Parmi les cinq innovations ayant eu cet honneur en 2013, on trouve : la prothèse rétinienne Argus II de la société Second Sight, le drone de combat X-47B fabriqué par le groupe Northrop Grumman, le pancréas artificiel réalisé par Medtronics, l’exosquelette Rewalk et… la fracturation au propane gélifié brevetée par la compagnie canadienne Gasfrac.

Dans le cadre de l’exploitation du gaz de schiste, la fracturation au propane gélifié est à tout point de vue révolutionnaire. Et cumule en effet les avantages vis-à-vis des techniques classiques à la fois sur le plan environnemental et sur le plan économique.

Tout d’abord, l’injection de propane et de sable permet de se passer d’eau et d’additifs chimiques pour la fracturation de la roche-mère. Ce qui réduit le trafic de camions-citernes de 80%, évite le coûteux retraitement des masses d’eau polluée, et surtout élimine les risques de contamination des nappes phréatiques. En outre, la fracturation au propane gélifié est plus efficace que la stimulation à l’eau. L’heptafluoropropane a une tension de surface inférieure à celle de l’eau : cette caractéristique lui permet de s’étaler plus aisément dans les interstices de la roche et de ne pas déformer les formations géologiques des réservoirs de gaz naturel. En revanche, il possède une viscosité supérieure à l’eau, qui lui permet de capturer davantage de molécules de gaz lorsqu’il remonte vers la surface. La conjonction de ces deux éléments rend ce fluide plus performant que l’eau pour la stimulation de la roche-mère.

Mieux encore, le produit peut être récupéré en même temps que le gaz extrait, puis être réinjecté autant de fois que l’on veut ! Le fluide est ainsi réutilisable à plus de 95% !

Le seul inconvénient du propane est qu’il est inflammable en présence d’oxygène et doit être manié avec une grande précaution en surface. C’est pourquoi Gasfrac a dû développer un système d’extraction entièrement clos et largement automatisé, afin de limiter au maximum les interactions des travailleurs avec le produit. Et encore, même ce petit défaut peut désormais être contourné grâce à une autre invention que l’on doit cette fois à la société EcorpStim (le principal concurrent de Gasfrac) : la stimulation au propane non-inflammable à base d’heptafluoropropane.

Fracturation au propane
Cliquez pour agrandir.

L’heptafluoropropane possède il est vrai un nom barbare, mais il est totalement inoffensif pour les êtres humains comme pour les animaux. D’ailleurs, il est présent dans tous les inhalateurs distribués aux enfants et aux adultes asthmatiques ! C’est dire. Et il s’agit justement de la méthode que le Ministre Arnaud Montebourg souhaite tester en France…


Sur le web. Mis à jour le 04.02.14 à 15h30.

Voir les commentaires (56)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (56)
  • et vous croyez vraiment ce que vous écrivez .
    injecter du gaz pour récupérer du gaz ne vous choque pas ?

    ce système ne peut pas être économiquement viable puisqu’il est ‘écolo’ . l’Écologie n’existe que pour renchérir les couts et détruire l’Europe…mais vous le saviez déjà

    • tien te voilà toi, tu t’es aussi fait virer de libé on dirait?

    • Reactitude: « et vous croyez vraiment ce que vous écrivez .
      injecter du gaz pour récupérer du gaz ne vous choque pas ?
      ce système ne peut pas être économiquement viable »

      Et bien merci Robert, c’était « l’avis du spécialiste » en directe du bistrot chez nanar, à vous les studios.

    • Je pense que « Reactitude » est mur pour la « science » des créationnistes. Il manque seulement un peu d’ambition pour pousser ses études …

  • …C’est la première fois que j’entends parler de cette technique miracle ( Wundertechnik ?) , vantée par le célèbre Montebourg . Le chroniqueur pourrait il nous dire si elle fonctionne en réel , ses résultats , ses forces et faiblesses ou si simplement elle n’existe que dans le cerveau de quelques adorateurs du gaz de shsite ?

  • Séduisant, vraiment. Deux remarques cependant :
    1) « disposant d’une viscosité supérieure à l’eau, le propane pénètre plus aisément dans les interstices de la roche ». Hum… Si c’est plus visqueux, ça a, au contraire, plus de mal à pénétrer les interstices rocheux.
    2) la technique risque d’être clouée au mur sans autre forme de procès, si elle utilise de l’heptafluoro-propane : c’est tout simplement un fréon, banni par les écologistes, car gaz à effet de serre redoutable !

    • Je suis allé un peu trop vite en écrivant ce passage. Le texte de l’article a été modifié.

    • Les écologistes ont effectivement déja mis en avant que c’était un GES : comme tous les fluides utilisés dans les sytèmes de climatisation ou les propulseurs pour bombes aérosols. Mais les écologistes sont évidemment aussi contre les climatisations et les bombes aérosols.

      Tous ces gaz à effet de serre que l’on envoie massivement dans l’atmosphère depuis 10 ans n’on pas provoqué la moindre variation de la température globale (on ne sais même pas dire si elle a augmenté ou diminué), mais il faudait retourner à l’age de pierre (et devenir végétarien) pour sauver le monde. Ce qui revient à euthanasier quelques milliards d’individus car sans industrie impossible de les nourrir, mais quand on aime on ne compte pas.

      • Oui, l’heptafluoropropane est un gaz à effet de serre, ce qui pourrait être un argument employé par EELV ou d’autres pour interdire toute recherche sur le sujet en France. Mais s’il s’avère exact que le produit est réutilisable à plus de 95% comme l’affirme EcorpStim, je ne vois pas le problème. Ou alors, il s’agit juste d’une opposition de principe aux énergies fossiles, consistant à faire semblant de ne pas avoir qu’on importe notre gaz d’ailleurs, notamment de Russie où les régulations écologiques sont pratiquement inexistantes.

  • Ce serait merveilleux de trouver des techniques sûres, les écolos n’auraient plus d’arguments. Vive la technologie 😀 Vive le miracle du schiste qui change le monde 😀

  • He, he , les escrologistes vont trouver la faille, ne vous inquiétez pas !!
    Ce qu’ils veulent ce sont des places chaudes dans l’administration payés par l’agent des autres et surtout ne pas perdre l’influence, donc.. ils vont trouver un argument a la con pour empêcher tout ça !!

  • Cela me semble une avancée majeure et décisive sur la question de l’exploitation des gaz de schistes : non pas qu’on ait trouvé une solution miracle, qu’on ait prouvé quoi que ce soit, ni même vérifié la faisabilité et la rentabilité de l’exploitation en France.

    Le progrès majeur réside dans le fait qu’elle oblige les écologistes à mettre en avant le véritable argument qui les poussent à s’opposer à l’exploitation : ils veulent qu’on arrête d’utiliser les hydrocarbures et que l’on s’engage dans une décroissance économique. Et ceci coûte que coûte en France, même si le reste du monde fait le contraire.

    Ca à le mérite d’être clair et chacun peut se faire son opinion. Le chômage n’est pas leur problême ; il est même souhaité puisqu’il accompagne la désindustrialisation du pays. Ne cherchez plus la cause de la persistence de la crise en France, tout est plannifié.

    • en effet, et en plus, fracturation hydraulique ou fracturation « propanique », c’est grosso modo la même chose. si ce gouvernement de branquignole a besoin de changer de vocabulaire pour faire ce que les autres font, allons y, changeons le vocabulaire et laissons croire aux crétins qu’on ne fait pas comme les autres, l’essentiel est tout de même de faire.

  • article pas assez fouille : la fracturation au propane est maintenant sure (les derniers accidents remontent a 2011)… la fracturation a l’hepta-machin est plus difficile a traiter ensuite…

    eh oleotax, ca en fait des cabannes de jardin sur la photo ! en plus il y a meme des piscines de jardin !

    • pour les lecteurs qui ne cherchent pas de la propagande liberale, un post tres interessant sur cette fracturation pas tres nouvelle : http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopic.php?f=43&t=29174&p=357302&hilit=heptafluoropropane#p357302

      (bon attention pour les adeptes de la croissance infinie, ca risque d’etre un peu dur comme forum :O)

      tiens je viens de lire que l’on serait un peu plus de 10 milliards en 2100, ca m’aurait etonne qu’il y ait des matieres premieres pour tout le monde, meme avec tous les gaz de schistes (pic en 2016 aux USA d’apres Washington (http://petrole.blog.lemonde.fr/2014/01/22/le-boom-du-petrole-americain-devrait-plafonner-en-2016-selon-washington-et-ensuite/) , les offshores profonds, les sables bitumineux et le yet to be found !…. enfin j’me comprends…

      ca sent la course desesperée…

      • oleobscène et le blog d’un journaleux expert dans les prédictions foireuses sur le pic pétrole, lol.
        Ca sent la course désespérée aux derniers bobards escrolo effectivement.
        Preuve que le gaz de schiste, c’est bien le dernier clou sur le cercueil de la propagande pichuileuse et thermocatastrophiste. Pas étonnant que nos escrolos font dans leur pantalon en apprenant ce qui se passe aux USA et qui est en train d’arriver en Europe.

      • marcel : »tiens je viens de lire que l’on serait un peu plus de 10 milliards en 2100, ca m’aurait etonne qu’il y ait des matieres premieres pour tout le monde »

        Je ne crois pas à tes conneries malthusienne, ça fait deux siècle que vous n’avez cesser de vous planter sur toutes vos prédictions & pleurnicheries parce que vous ne pigez pas un broc au fonctionnement des sociétés humaine qui ne sont pas « en croissance infinie » du tout d’ailleurs.

        De ton coté tu es vraiment un saligaud, parce que même les yeux baignés de larmes de commisération et totalement convaincu par tes inepties tu te goinfres de fossiles et de « pas durable » jusqu’au trognon.

        • coucou les gens

          bon je suis toujours effaré par la violence de l’accueil avec les personnes qui ont un avis un tant soit peu différent de la doctrine libérale… mais bon c’est le lot de tous les fanatiques…

          alors primo vous n’avez pas lu le premier lien dommage c’est l’avis d’un pétrolier sur la question (il va dans votre sens en plus !)… c’est marrant des qu’un site peut émettre une idée qui ne va pas dans votre sens, c’est un site d’escrolos-crypto-communistes… bon j’ai deja dit ca, on va mettre ca sur le dos du fanatisme…

          concernant la croissance démographique, elle est pour le moment continue et plutot exponentielle, mais je suis d’accord avec toi ca ne sera pas une croissance infinie…

          concernant le pic petrolier, c’est vrai qu’on n’avait pas vu venir les petroles de schistes. La production gagnée aux USA est d’ailleurs phenomenale mais leur declin dans la prochaine decennie le sera aussi (je suis aussi tres curieux de voir comment vont etre remis en etat les centaines de milliers de puits fores).. concernant les offshores profonds et les sables bitumineux, leur debit est trop faible et ne changera pas grand chose (tiens d’ailleurs la production de Petrobras decline pour la deuxieme annee de suite)… bon de toute facon, ou je pense que l’on s’est lourdement trompe, c’est que le pic petrolier est en fait un faux probleme, le vrai probleme c’est l’energie chere : a 80 $ le baril de petrole l’economie explose et curieusement la crise actuelle commencée en 2007 correspond au debut de l’energie chere (et aussi curieusement au pic de petrole conventionnel)… je ne pense pas que l’on reverra de la croissance de sitot (hormis guerre, pandemie, etc)… je ne parle pas de la croissance americaine financee a grands coups de planche a billet…

          contrairement a vous je trouve plutot que le present nous donne raison (crise de 2007 toujours en cours) meme si on s’est (bien) plante sur la formulation : on ne manquera jamais d’essence aux stations services, ce qui manquera c’est l’argent pour l’acheter…

          sinon un petit mot de fin, je trouve que la plupart des intervenants permanents du forum ressemblent beaucoup a ces managers hautains et violents des grandes entreprises pour qui l’employe n’est qu’une vulgaire ressource.

          ++

          • Demande à n’importe qui de réfléchir à un problême en cherchant les inconvéniants et les conséquences et il finira toujours par conclure à l’impasse et à la catastrophe. Pourquoi se limiter aux ressources naturelles et à la surpopulation. Quel manque d’imagination ! Il y a les deséquilibres de richesses, les pandémies, le fanatisme religieux, la montée du faschisme, la multiplication des improductifs avec l’espérance de vie, l’eugénisme, la guerre nucléaire ou bactériologique, les astéroïdes géocroiseurs …

            Demande à un individu d’organiser le monde et cela tournera au chaos par la mise en place de solutions à courtes vues.

            La base de la pensée libérale est que les solutions et la sagesse ne peuvent venir que de l’ensemble de la population confrontée à des problêmes tangibles. Les prévisions réalisées par des individus se révèlent toujours fausses en particulier parce qu’elles ne tiennent pas compte des milliards d’individus qui agissent pour trouver une solution aux vrais problêmes et contourner les contraintes arbitraires qu’on prétend imposer pour leur bien. Et même si ces solutions ne sont pas optimales, elles sont toujours meilleures que celles mises en place par un nombre limité d’individus sur la base de fausses estimations ou de solutions utopiques.

          • @marcel

            « alors primo vous n’avez pas lu le premier lien dommage … »

            J’en connais au moins un qui l’a lu (le post de Philippe 31/01) et qui l’a trouvé très bien expliqué : moi.

            J’ai seulement regretté le manque de références, sauf le rapport officiel cité au début. De toutes les façons, le sujet du post est la comparaison entre les bénéfices et inconvénients du propane et de l’heptafluoropropane.

            Pour ce qui est du site Oleocene lui-même, je ne partagerai pas le même enthousiasme. Non pas que ce qui y est développé serait « faux », mais, comme cela a déjà été dit mille fois, y compris ici, parce que tous les raisonnements du type de ceux qui y sont menés souffrent d’un défaut commun : ils oublient de préciser « à moins de changements fondamentaux concernant les hypothèses de travail ». Or, de ces changements « fondamentaux », il y en a tout le temps, et ils s’accélèrent.

            Les prévisions des prévisionnistes du passé, qu’il s’agisse de Malthus ou du « Club de Rome » ou d’autres, ne se sont jamais avérées fausses du fait que leurs « raisonnements » étaient faux, mais toujours parce que leurs « hypothèses » de travail ont été dépassées par la réalité de l’évolution.

            Ainsi les hypothèses de proportion exploitable de pétrole dans un gisement donné, qui paraissaient raisonnables pour évaluer ses réserves exploitables à un moment donné, ont été dépassées lentement par l’invention du fracking, qui permettait d’extraire de plus en plus de produit à cet endroit. Puis, l’affinage du fracking, et la maturation du forage horizontal – qui est arrivé à un degré de sophistication qui était tout simplement inimaginable il y a 20 ans – a brusquement « fait apparaître » des multitudes de gisements, « nouveaux » parce que requérant des méthodes et technologies qu’on n’avait pas pu prévoir, pas plus que Malthus ne pouvait pas imaginer la « révolution verte » de Borlaugh.

            L’appellation « non-conventionnel » accolée à ces procédés imprévus (fracking, exploitation industrielle des sables bitumineux) est d’ailleurs tout à fait révélatrice. On imagine assez bien ce que l’idée de creuser la terre pour en faire jaillir le pétrole avait de « non-conventionnel » à l’époque où on le ramassait dans des marres avec des seaux. De même le pompage a été non-conventionnel en comparaison avec le jaillissement spontané, les forages profonds par rapport aux forages de surface … Demain, les « hydrates de méthane » prendront le relai, ensuite … peut-être le charbon, par un ces étranges rebonds de l’histoire ?

            La déclaration du Cheikh Yamani, selon laquelle il n’y avait pas plus de raison que l’« âge du pétrole » se termine par manque de pétrole que l’« âge de pierres » ne se termine par manque de pierres est bien connue. Celle de ce cher Monsieur Colbert, qui avait, il y a près de 350 ans « lancé une grande réformation des forêts royales pour la construction navale, afin que les navires du royaume aient des mâts EN L’AN DEUX MILLE », car il s’inquiétait beaucoup que la France puisse un jour périr faute de bois, un peu moins.

            Notre propension à nous hausser du col en imaginant que l’histoire de la technologie se terminera avec nous, parce que nous aurions tout trouvé, tout exploré, tout anticipé … cette propension serait seulement ridicule, si elle ne nous conduisait pas à tenter d’arrêter, futilement d’ailleurs, ce même progrès technologique qui recèle pourtant les meilleurs espoirs des générations futures.

            • +1

              J’adore la réference à Colbert et ses inquiétudes pour la construction navale.

              Quant à la technologie qui s’arrêterait avec nous … Aujourd’hui, avec la mondialisation, on ressent au contraire de plus en plus de difficultés à suivre l’évolution technologique : elle vient de partout et non plus seulement des US ou de l’Europe et se fait dans de nombreux nouveaux domaines dont il est difficile de mesurer l’importance. On a longtemps pensé que l’électricité ou l’électromagnétisme était une curiosité scientifique ou juste utilisable pour l’éclairage. Jusqu’au jour où ayant laissé connecté 2 génératrices par inadvertance, on s’est aperçu que ces mêmes génératrices étaint aussi des moteurs …

            • PapyJako: « ils oublient de préciser « à moins de changements fondamentaux concernant les hypothèses de travail ». Or, de ces changements « fondamentaux », il y en a tout le temps, et ils s’accélèrent. »

              Voila, ils résonnent avec un monde totalement figé.
              La base du raisonnement est complètement fausse, rien à sauver.

              marcel: « La production gagnée aux USA est d’ailleurs phenomenale mais leur declin dans la prochaine decennie le sera aussi »

              Donc non. Des prédictions comme cela je t’en trouve mille à la douzaine et sur des siècles. D’une part ton « déclin sur dix ans » est une prédiction qui a autant de valeur que celles de madame Soleil (cf la fin du pétrole prédite toutes les dix année depuis deux siècles), d’autre part la technologie et les prospections ne cessent d’avancer et de découvrir de nouveaux horizons.

              Personne n’avait prédit le gaz de schiste voici 15 ans, personne ne sait quel énergie nous utiliserons dans 20 et le fossile n’est de loin pas la seule piste. Le stockage a fait un bon énorme, il suffit encore d’une avancée et des foultitudes d’énergie deviendront rentable et ce n’est pas le seul domaine.

              Marcel: « mais bon c’est le lot de tous les fanatiques… »

              Aucune de vos innombrables prévisions apocalyptique ne se sont jamais produite depuis des siècles et c’est moi le fanatique ? lol !

          • « je ne pense pas que l’on reverra de la croissance de sitot (hormis guerre, pandemie, etc)… »

            Hein?

            • Je pense que Marcel prend ses désirs pour des réalités et ne souhaite pas la croissance.

              C’est peut-être un point de vue que l’on pourrait discuter si tout allait bien sur le plan économique, mais Marcel semble ne pas avoir compros une chose : l’endettement qui progresse sans cesse depuis des décennies sert à nous faire vivre au dessus de nos moyens. Marcel pense bien sur compenser en faisant les poches aux riches sans réaliser qu’elles sont remplies de trappes à souris et que l’argent se déplace plus vite de nos jours par les virements électroniques qu’il ne lui en faut pour proférer une bêtise.

              La vérité est qu’un emprunt n’est remboursable que par l’augmentation du PIB et donc la croissance. Si on n’a plus jamais de croissance, on aura très vite crise financière, récession, montée en flêche du chomage en cercle vicieux jusqu’à aboutir effectivement à la guerre civile ou internationnale avec les créentiers et aux pandémies.

              Les politiques nous ont mené au bord du gouffre à force de politique de la demande (emprunter pour dépenser au dessus de nos moyens). Ca fonctionne sur une courte durée mais pas sur 40 ans. Maintenant il faut payer et si on ne retrouve pas de la croissance (mal barré avec Hollande) ou des richesses (mal barré avec les écolos) on est foutus : Marcel, s’il n’y a plus de croissance, tu travailleras pour des clopinettes jusqu’à ta retraite, et tu ne toucheras pas de retraite. Si tu parviens à conserver un travail et n’est pas victime des guerres et troubles sociaux ou des pandémies.

    • C’est un site d’exploration banal, j’y ai assez longtemps bossé pour savoir.
      La « piscine » est obligatoire en cas d’incendie, que du classique, et pas sûr que cette photo soit sur un site de « schiste »
      Cela dit j’espère qu’enfin on va pouvoir exploiter notre sous-sol, c’est aberrant cette situation où nos voisins le font, Les USA y vont à fond ce qui les aide sérieusement ces temps-ci, et nous on continue d’emprunter et de réfléchir, un pays de tarés que le notre et dire que j’y vis.

    • marcel : »eh oleotax, ca en fait des cabannes de jardin sur la photo ! en plus il y a meme des piscines de jardin ! »
      ————————————
      Confondre un chantier de forage et un puits complété et en exploitation, mon Dieu ! C’est comme confondre un chantier immobilier avec sa grue et ses rues défoncées boueuses à une maison finie avec son jardin.
      Décidément, notre escrolo de service n’est pas seulement un fieffé menteur, c’est aussi un irrécupérable crétin.

  • Les écolos de combat seront de toutes les façons vent debout contre TOUTE exploitation des gaz de schistes. Les histoires abracadabrantes de pollution par la fracturation hydraulique sont des prétextes pour effrayer la population.

    Les écolos de combat veulent la décroissance et sont donc contre toutes les formes de production d’énergie, sauf bien sûr celles qui sont chères et inefficaces.

    • Surprise , je ne sais pourquoi , mais j’aurais , de prime , imaginé que Papy Jako était antigaz de schistes !!!

      • @volna

        Je suis seulement anti-décroissant et aussi anti-cons

        • papy jako ,

          D’une façon générale , je me méfie , bien que me méfiant ( sic )très fortement de l’actuel état providence franchouille , des merveilleuses techniques d’extraction des gaz de schistes avec propane ou autre chose !!! Je n’oublie pas que si les nappes phréatiques sont vérolées , il y aura de gros pb d’alimentation des villes en eau ( pour mémoire , j’habite en Région parisienne , sur la nappe de Champigny , d’où vient une grosse partie de la flotte de l’IDF ) et personne ne se hasarde à dire l’impact des phréatiques via les différentes techniques d’extraction du gaz de schiste !!!

          On peut être contre la décroissance vue par les écolos et se poser qq questions !!!

          • « On peut être contre la décroissance vue par les écolos et se poser qq questions !!! »

            On peut surtout se poser des questions sur TOUT ce qu’affirment les écolos quand on sait qu’ils ont des buts inavoués parfaitement irréalistes, irresponsables et des méthodes douteuses pour propager leurs idées.

            Malheureusement, ils sont tellement prolifiques en matière de c.onneries que démêler le vrai du faux dans toutes cette propagande est un boulot gigantesque pour ceux qui tente d’y voir plus clair et une énorme perte de temps pour le simple citoyen qui veut rester lucide.

            Une chose est sure : les écologistes ne sont ni des scientifiques, ni des économistes. Et je doute même qu’ils soient des humanistes.

          • @volna
            Ce qu’on appelle le « fracking » aujourd’hui est la combinaison de la « fracturation hydraulique », dont les débuts remontent à 1948, et du « forage horizontal », qui s’est généralisé dans les années 1980.

            Les nappes phréatiques se situent à une profondeur de l’ordre de la dizaine de mètres, pouvant aller jusqu’à la centaine. En France elles ne dépassent pas 50 mètres. Les opérations de fracking se déroulent à une profondeur de plusieurs kilomètres (1500 à 3000 mètres). Les dessins (volontairement ?) sans échelle rendent très mal compte de la distance qui sépare le « lieu du délit » de la victime supposée.

            Le seul « risque de pollution » des nappes phréatiques est l’endroit où le tube de forage traverse la nappe. « Le » tube désigne en fait QUATRE tubes en acier concentriques séparés par des enveloppes de ciment (voir ici : http://bit.ly/1bqdQPB). Si on estime que 4 sont insuffisants, on pourrait en mettre 5, 6 … mettre des joints élastiques étanches … tout est possible, mais on ne calmera de toutes les façons jamais les extrémistes qui se servent de la peur qu’engendre la pollution supposée pour manipuler les masses.

            Avec ce système, plus de 10 000 fracturations sont effectuées chaque année dans le monde, sans qu’il ait été démontré UN SEUL cas de pollution d’une nappe. Bien sûr, des cas de présence de gaz (méthane) dans l’eau ont été « signalés », mais dont l’analyse a démontré qu’ils étaient sans aucun rapport avec les forages. D’ailleurs, la fameuse séquence où, dans une vidéo célèbre, on voit quelqu’un allumer l’eau du robinet, se passe à un endroit où, bien avant qu’il ne soit réalisé aucun forage, le phénomène avait été documenté dans des journaux locaux. C’est assez naturel, car, même sans aucune intervention humaine, les gaz enfouis dans les zones où sont enfouis des combustibles fossiles sont susceptibles de migrer de façon naturelle. N’oublions pas que les hydrocarbures sont des produits NATURELS.

            Vous vous posiez « quelques questions », je vous ai donné « quelques réponses ». Si vous voulez approfondir l’un ou l’autre de ces points, n’hésitez pas.

            • «  »Le seul « risque de pollution » des nappes phréatiques est l’endroit où le tube de forage traverse la nappe. « Le » tube désigne en fait QUATRE tubes en acier concentriques séparés par des enveloppes de ciment (voir ici : http://bit.ly/1bqdQPB). Si on estime que 4 sont insuffisants, on pourrait en mettre 5, 6 … mettre des joints élastiques étanches … tout est possible, mais on ne calmera de toutes les façons jamais les extrémistes qui se servent de la peur qu’engendre la pollution supposée pour manipuler les masses. » »

              … à échelle humaine , car après moi , le déluge , comme disait le Bienaimé , on peut être sûr de la résistance des tubes d’acier ( quoiqu’un séisme ?) mais quid de la résistance à un séisme ( Idf subit des tremblements de terre , par ex …) pour ces tubes et surtout , combien de temps va durer l’enveloppe de ciment ( ?) et que se passera t’il , au niveau de la phréatique , quand cette enveloppe sera fragilisée ou dissoute ?

            • je la trouve jolie !!!

              « Croyez ceux qui cherchent la vérité, doutez de ceux qui la trouvent » André Gide

            • @volna
              1) On sait faire des gratte-ciels de 800 mètres de haut qui résistent aux séismes. On ne saurait pas faire un tube qui traverse quelques dizaines de mètres ?… ou se dispenser de forer dans les endroits sismiques ?

              2) Les tubes qui traversent les nappes phréatiques n’ont pas attendu le fracking. C’est même assez routinier. De nombreux forages, peu productifs, de pétrole « conventionnel », existent déjà en région Parisienne. Ils ne font pas à ma connaissance, le tour des nappes d’eau.

              3) Lorsqu’un puits de pétrole est déclaré « épuisé », on le bouche par des injections de ciment, en enlevant au fur et à mesure le chemisage. C’est déjà le cas des puits « conventionnels ». Normalement, rien ne s’oppose à ce que la totalité du tube soit enlevé … en tout cas ce devrait certainement faire partie du cahier des charges si ce n’est pas le cas.

    • @ PapyJaako Oui, dans le style escrologie, on rigole beaucoup devant le dernier torchon accrocheur de l’Immonde (smiley qui rit avec des lunettes de soleil) :

      « Des risques de malformations congénitales près des puits de gaz de schiste »

      http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/02/05/des-risques-de-malformations-congenitales-pres-des-puits-de-gaz-de-schiste_4359944_3244.html

  • Quel risque de contamination des nappes phréatiques? Quel cas avéré, documenté, sourcé ?

  • On sera les derniers à exploiter notre GDS, mais aussi et surtout notre huile de schiste (Bassin Parisien), mais on finira par y aller.
    Ceci étant, ça me ferait des vacances si on cessait de parler d' »effet de serre », alors qu’il s’agit d' »effet d’atmosphère », et de » gaz à effet de serre » qui est une monstruosité au plan de la physique.
    Au risque de crier dans le désert, que les gens qui veulent honnêtement se renseigner lisent ceci: http://www.skyfall.fr/wp-content/2011/12/comprendre-l-effet-d-atmosphere-thermodynamique-tr-mln-cor.pdf
    et qu’ils ne se laissent pas rebuter par les équations qui ne sont là que pour les spécialistes.

  • Les écolos utilisent divers arguments contre l’exploitation des schistes (consommation d’eau, difficulté de recycler l’eau, nombre de puits nécessaires, risques sismiques, risques de porosité des gaines des puits, risques de contamination, etc.) dont je ne sais pas évaluer la fiabilité, mais au final l’argument « massue » c’est :

    – vous allez continuer à exploiter des hydrocarbures
    ou ce qui revient au même
    – mais ce n’est pas du renouvelable!

    Il faudrait demander aux écolos s’ils seraient contre l’exploitation d’un gisement conventionnel en France!

    • Il serait bon de rappeler aux écolos que c’est renouvelable, et de les moquer pour n’avoir pas la patience d’attendre.

      • Attendre le renouvellement des schistes, ça c’est de la « décroissance »!

        • simple-touriste: « Attendre le renouvellement des schistes, ça c’est de la « décroissance »! »

          On passera à autre chose tout simplement. Il pleut littéralement de l’énergie sur Terre et en 60 ans on a fait autant de progrès que tous les siècles précédents.

          Il y a des tas d’autres pistes mais tant que cette énergie là est à très bas cout tous les efforts ne se portent pas dessus.

          • En tout cas on est toujours dépendant d’énergies liquides!

            Il pleut de l’énergie diffuse, on a besoin d’énergie concentrée.
            Il pleut de l’énergie en flux continu, on a besoin de stocks d’énergie utilisable à volonté.

            On pourra regretter d’avoir consommé trop vite le stock d’énergie fossile si on ne trouve pas un remplaçant aussi pratique.

            Ceci dit, je n’ai pas d’alternative miracle à proposer et je ne suis pas décroissant. Et je consomme de l’énergie comme tout le monde, donc je ne vais pas donner de leçons.

            • On a commencé par exploiter le bois, puis à le transformer en charbon de bois, puis le charbon fossile, puis le gaz et le pétrole et enfin les « pétroles non conventionnels » …

              Ce n’est pas tant une question de stock (on n’a probablement utilisé qu’une infime fraction de l’énergie du soleil convertie en composés hydrocarbonés au cours des millénaires), mais une question de technologie et de coût. Et depuis 50 ans qu’on nous annonce la fin des énergies fossiles, on constate que dès que une ressource particulière devient rare, la technologie progresse à toute vitesse pour en exploiter une autre. Les gaz et pétroles de schistes en sont l’exemple. Ils ont en fait différé l’exploitation des sables bithumineux dont la technologie d’exploitation est encore trop chère.

              On sait en outre depuis la dernière guerre fabriquer des carburants synthétiques : ce n’est qu’une question de coût. On pourrait même transformer du CO2 et de l’eau en carburants. Les écologistes ne comprennent rien à la science, à la technologie et à l’économie. Ils se laissent abuser et s’autoabuse sur tous les sujets à force de consulter les revues qui leur vendent de la peur étayée par de la mauvaise vulgarisation scientifique, des pseudo-études technologiques ou des délires économiques de lobbyistes.

  • SweepingWave : « Ce serait merveilleux de trouver des techniques sûres, les écolos n’auraient plus d’arguments.  »
    ————————————–
    La technique sûre, on l’a trouvée et testée et prouvée sur plus d’un millions de puits depuis 10 ans sans un seul cas de contamination de la nappe phréatique : ça s’appelle la fracturation ***hydraulique***.
    Ce qui n’a jamais empêché les escrolos de pondre un tas de mensonges catastrophistes en guise « d’arguments ». Comme dab.

  • « Ministre du redressement productif » c’est vraiment une phrase avec une sonorité soviétique, les premières fois que je l’ai vu sur contrepoints je pensais qu’il s’agissait d’une sorte de jeu de mot pour rire du ministère.
    Dans la province les médias, égoût intellectuel, ont lavé le cerveau des citoyens avec leur cas de contamination imaginaire à tel point que même cette méthode je pari qu’aucun média francophone n’en parlera.

  • tous ces articles sur l’énergie, qui exposent les risques liés à des décisions prises sur base de considérations politiques, et sous l’influence de lobbys verts très puissants, ne servent à rien, désolé pour l’auteur.

    la machine infernale fonce à toute vapeur, personne ne l’arrêtera.
    exemple:
    un article sur l’EPAW signale qu’un jugement interdit la poursuite de construction d’un parc éolien dans ma région, sous peine d’astreinte de 10.000 euros par jour.
    Et bien ,ils s’en tapent, et le chantier continue.

    On ira au bout de cette imbécilité, quoi qu’il arrive.

  • Cool ! Injecter du gaz pour récupérer du gaz…Pauvre petit asthmatique qui ne pourra plus s’acheter son inhalateur vu que le prix du gaz qui le propulse sera hors de prix vu qu’il aura flambé à cause du gaz de schiste

    • @coeurbreton
      1) Vous avez une idée – même toute petite – de la valeur du gaz mis dans l’inhalateur, par rapport au prix de vente de l’inhalateur plein ?

      2) Vous savez que le propane est précisément un des constituants de tous les produits pétroliers ?

      3) Avez-vous lu l’article qui vous dit très bien que 95% du propane est réutilisé dans le puits ? et donc que le puits de fracking produira plus de propane qu’il n’en consommera ?

  • Ben, le problème principal, à mon avis, c’est plutôt qu’ils vont s’en servir pour « sauver » l’état providence, conserver le pouvoir d’achat des 25% de la population active qui vit au dépends de l’état et continuer à s’empiffrer de petits fours. Un gouvernement réellement réformateur en ferait surement un meilleur usage même si ce n’est pas tout de suite.Ce gouvernement préfèrera laisser crever la population plutôt que virer le million de fonctionnaires en trop (a minima) .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La façon dont nous formulons un problème, c’est-à-dire notre modèle mental, détermine notre capacité à le résoudre.

Le mauvais modèle mental nous enferme, tandis que le bon ouvre des possibles. Un bon exemple est celui qui distingue, dans le domaine de l’innovation, l’exploration de l’exploitation. Cette distinction est aujourd’hui universelle et semble évidente mais, comme souvent, elle est contestable, sans compter qu’elle a été sortie de son contexte et appliquée à des domaines où elle n’est pas pertinente. Il est temps de cesser de... Poursuivre la lecture

Par Jordan J. Ballor.[1. Jordan J. Ballor (Dr. Théologie, Université de Zurich ; Ph. D., Calvin Theological Seminary) est directeur de recherche au Center for Religion, Culture & Democracy (Centre pour la religion, culture et démocratie), une initiative de First Liberty Institute. Il a précédemment occupé des postes de recherche à à l’Institut Acton et à Vrije Universiteit Amsterdam.]

Qu’est-ce qui distingue quelque chose de vraiment créatif de quelque chose de simplement novateur ? Et quelle valeur accordons-nous à l’un et l’autre... Poursuivre la lecture

Ce deuxième discours prononcé à la Sorbonne marque, cette fois, une grande humilité par rapport à la situation de la France. Le rêve enflammé d’Europe de 2017 fait place à un constat lucide.

https://www.youtube.com/watch?v=sNJv6zoBCzs

 

Un constat lucide

Il est courageux d’exprimer de telles critiques face à un parterre de recteurs d’Académie et de hauts fonctionnaires, en partie responsables du bilan des (cinq) dernières années.

Ce bilan est en effet très modeste : quelques centaines de milliers d’élèves conc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles