Le grand bond en avant « Made in France »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le grand bond en avant « Made in France »

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 1 février 2014
- A +

La France est un pays d’exceptions qui n’admet pas d’exceptions. Aucun diffuseur de contenus ne se soustraira à la contribution à la création artistique ; aucun citoyen, aucune entreprise ne se soustraira au financement de l’État par l’impôt ; aucun parent ne soustraira ses enfants à l’école de la république ; aucun actif ne se soustraira à notre modèle social unique qui refuse d’admettre la fin de son monopole.

Certaines libertés, en revanche, admettent des exceptions. La liberté d’expression, par exemple, s’inscrit désormais dans un cadre ; elle doit respecter la dignité humaine et ne pas favoriser le développement de troubles à l’ordre public, ni inciter à la haine.

La vie politique est, elle aussi, faite d’exceptions. Les hommes politiques estiment avoir droit à une vie privée plus privée que les simples citoyens, même lorsqu’ils ont longtemps couvert ceux qui trahissaient la parole publique. Ils ne sont pas non plus soumis aux mêmes impôts que le reste des citoyens, ni aux mêmes régimes sociaux, alors que ce sont eux qui les votent.

L’exception française veut aussi que le ministre de l’Éducation disqualifie d’un revers de la main les doutes et inquiétudes de nombreux parents d’élèves sur l’enseignement de la théorie du genre à l’école. D’un revers de la main droite.

Le sujet a été évoqué lors des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, mardi 28 janvier, par une question posée à Vincent Peillon par le député PS de Seine-et-Marne, Olivier Faure.

Le ministre de l’éducation lui a répondu : « L’éducation nationale (…) refuse totalement la théorie du genre. Et elle refuse les instrumentalisations de ceux qui, venus de l’extrême droite négationniste, sont en train de vouloir répandre l’idée qui fait peur aux parents, et blesse les enseignants, que tel serait notre point de vue. (…) Je veux très solennellement rassurer tous les parents de France : n’écoutez pas ceux qui veulent semer la division et la haine dans les écoles. Ce que nous faisons ce n’est pas la théorie du genre, je la refuse, c’est promouvoir les valeurs de la République et l’égalité entre les hommes et les femmes. »

Il est étrange de nier une théorie qui peut pourtant revêtir un intérêt conceptuel, même si des rumeurs inquiètent les parents au point de les pousser à retirer leurs enfants de l’école de la république, au moins temporairement. Étrange de la nier quand les outils de formation à l’égalité femmes-hommes à l’école comprennent une conférence sur la construction de l’identité sexuée de l’enfant. Et surtout, il est inquiétant qu’un ministre de l’Éducation fasse preuve d’aussi peu de pédagogie ; si la théorie est intéressante, ou si elle n’est pas enseignée, l’expliquer aux parents aurait sans doute plus de sens que leur assimilation à l’extrême-droite négationniste.

imgscan  contrepoints 2014633 théorie du genre

Si les parents sont convoqués, ce n’est d’ailleurs pas tant pour les rassurer :

Cette initiative vise à « expliquer » aux intéressés « la réalité des choses » et à « leur rappeler que dans notre pays il y a une obligation scolaire à l’égard des enfants », a-t-il déclaré devant la presse à la sortie du conseil des ministres.

D’une façon générale, toute inquiétude ou critique de l’action gouvernementale semble, aux yeux de la classe politique, être initiée ou instrumentalisée par l’extrême-droite ; et des mesures générales sont prises en réponse à des cas particuliers.

On demande aux entreprises des « contributions », faute de quoi on mettra des menaces en application. Oui, nos ministres menacent par voie de presse des entreprises envisageant de s’installer en France, ou déjà installées.

On attend des citoyens qu’ils s’auto-censurent, certaines opinions devenant des délits. On étend la surveillance des citoyens, aussi bien dans les moyens que dans les situations la permettant. On dénonce régulièrement des ennemis de l’intérieur, qui, pour citer Vincent Peillon, veulent semer la division et la haine. On cherche à modeler l’enfant, l’arracher à ses attaches pré-républicaines.

Alors certes, il y a dans le discours de nombreux Français des exagérations et approximations sur la théorie du genre, certains arguments contre le mariage homosexuel ont jeté le discrédit sur ses opposants, et il est parfois rageant de défendre la liberté d’expression pour en voir un usage nauséabond. Soit.

Mais la France n’en glisse pas moins dangereusement sur la pente du totalitarisme. Parmi ceux qui dénoncent aujourd’hui une dictature socialiste, la plupart en dénoncent avant tout le socialisme, refusant de comprendre que les moyens qu’ils voient aujourd’hui déployés contre eux étaient déjà à portée des gouvernements et parlementaires avant.

Rares sont ceux en effet qui comprennent que le seul moyen de se prémunir d’un usage qu’ils désapprouvent de la force publique est de limiter l’usage de la force publique, que la seule vraie alternative à une éducation obligatoire contraire à leurs principes est la liberté scolaire, et d’une façon générale que la seule garantie du choix est la liberté et que l’État ne doit pas défendre une position unique, même en alternance quinquennale, mais une position neutre.

Les partisans d’un État fort sont mystérieusement convaincus que l’État agira dans leur sens. Les étatistes de droite s’aperçoivent aujourd’hui que c’est loin d’être toujours le cas ; à eux de savoir s’ils préfèrent lutter pour avoir le pouvoir sur le reste du pays, ou lutter pour leur liberté et celle des autres. La liberté accueille tout le monde mais n’admet pas d’exceptions.

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • Peillon me rappelle ce personnage :

  • Le Gouvernement est en train de faire le grand ménage sur ses sites officiels tel un malfrat détruisant les preuves de ses forfaits avant une descente de police !

    Un amendement non adopté voir Page 13 Mme Julie Sommaruga : « Cet amendement a pour objet l’intégration dans la formation dispensée dans les écoles élémentaires d’une éducation à l’égalité entre les femmes et les hommes et à la déconstruction des stéréotypes sexués. Il s’agit de substituer à des catégories telles que le « sexe » ou la « différence sexuelle », qui renvoient à la biologie, le concept de « genre », qui montre que les différences entre les hommes et les femmes ne sont pas fondées sur la nature, mais sont historiquement construites et socialement reproduites. »

    En lien : Cet amendement n’a finalement pas été voté en particulier grâce à la pression de LMPT et sa manif avenue Duquesne. Attention à ne pas répandre de fausses rumeurs qui feraient croire que cet amendement est passé.
    http://www.assemblee-nationale.fr/14/pdf/cr-cedu/12-13/c1213031.pdf

  • Imaginez ça : http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Aventures_de_Rabbi_Jacob
    Cela serait censuré aujourd’hui….à méditer !

  • Je voudrais juste modéré les propos car les profs du public sont quand même des branleurs et des râleurs…..de là à appliquer toutes les lois à la con….

    • Votre propos, Golum, concernant les profs du public manque de mesure. Des « branleurs » il y en a partout et il y a ceux aussi qui cherchent avant tout à instruire leurs élèves.

      Mais l’enseignement du genre à la maternelle et dans le primaire , se fera pour deux raisons :
      1) La plupart de ces enseignants sont de gauche et en bons petits soldats ils appliqueront les programmes.
      2) Ils ignorent dans leur grande majorité le contenu de cette théorie , et il suffirait de leur demander s’ils ont lu ou entendu parler de Judith Buttler.
      C’est bien l’ignorance qui est le pire des fléaux , et lorsqu’elle concerne ceux qui sont censés enseigner , on a de quoi s’inquiéter…

      • C’est absolument vrai. On peut remplacer instruire par déformer les jeunes cervelles malléables.
        Autre chose, cela se fait avec une envie de bien faire….un socialiste voulant transmettre sa passion et sa vision du monde et de la société.
        En gros, c’est pas gagné d’avance de lutter contre un fantôme qui façonne la société en coulisse.

  • Je ne vois pas le rapport entre négationnisme et théorie du genre…

  • jesuisunhommelibre
    1 février 2014 at 19 h 04 min

    Le point le plus importante de cet article est la denonciation de ceux qui dénoncent le pouvoir mafieux actuel, parce qu’ils voudraisnt instaurer leur propre pouvoir mafieux.

    La crise actuelle n’a pas commencé en 1981 mais en 1974, avec l’arrivée de Giscard (premier enarque président). Le seuil des 40% de prélèvement (et du chomage qui vient nécessairement avec) vient de cette période là.

    Je pourrais même remonter jusqu’à la guerre de 14-18, quand l’état, sous pretexe du conflit s’est arrogé de nombreux pouvoirs qu’il n’a jamais rendus par la suite.

    C’est d’ailleurs à partir de cette période qu’il n’y a plus eu de gouvernement liberal en France.

    Quoiqu’il en soit merci à Creteur pour la mise en exergue de ce travers des non libéraux : Chacun veut imposer son point de vu par la force, et donc par le pouvoir.

  • Comme toujours, bon article.

    Mais l’égalité des genres existe depuis longtemps sans que l’on se donne tout ce mal. En voici une belle sculpture de Hugo Lederer (« la baronne cruelle »):

    https://secure.flickr.com/photos/helmut_dietz/6068912230/in/set-72157627369879643

    • Chuuut ! Il ne faut plus dire « égalité des genres » mais « égalité des sexes » ! Il paraît que la théorie du genre n’est qu’un complot d’extrémistes pour discréditer les gentils socialistes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Paul-Jacques Lehmann[1. Paul-Jacques Lehmann est économiste, professeur des Universités. Il est l'auteur de Le capitalisme est-il encore d'actualité ? publié chez Ellipses en 2012.].

Le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire a annoncé fin novembre la prolongation  jusqu’au 31 décembre 2022 du renforcement du contrôle des investissements étrangers pour protéger des entreprises françaises de secteurs stratégiques.

Cette mesure avait déjà été modifiée en 2018, date à laquelle le seuil de détention déclenchant le... Poursuivre la lecture

Par Pieter Cleppe[1. Pieter Cleppe est rédacteur en chef de BrusselsReport.eu].

Au cours des deux dernières décennies, l'Union européenne a réussi avec beaucoup de succès à conclure des accords commerciaux avec des pays extérieurs à l'UE. Elle a conclu des accords commerciaux avec le Chili, l'Égypte, la Géorgie, Israël, le Japon, le Mexique, la Corée du Sud, l'Ukraine, Singapour, le Canada, l'Afrique du Sud et le Vietnam. Certains de ces accords ne sont entrés en vigueur que provisoirement et partiellement, mais il est indéniable que l... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Nous avons déjà rappelé dans le volet précédent de cette série les origines de la terrible catastrophe qui est survenue et de la crise profonde qui en découle. Nous avons aussi montré en quoi le libéralisme ne pouvait en aucun cas y être lié et que, au contraire, c’est bien la gestion calamiteuse des États qui est plutôt en cause.

Loin de partager ce diagnostic, l’époque semble au contraire se présenter comme une fantastique opportunité, de toutes parts, de rêver le « monde d’après », selon le mode bien conn... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles