Valls veut limiter la vitesse à 80 km/h sur les routes

Invité sur BFM TV face à Jean-Jacques Bourdin, Manuel Valls a annoncé qu’il songeait à expérimenter une baisse des limitations de vitesse de 90 à 80 km/h sur les réseaux secondaires de quelques départements témoins.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Valls veut limiter la vitesse à 80 km/h sur les routes

Publié le 24 janvier 2014
- A +

Invité sur BFM TV face à Jean-Jacques Bourdin, Manuel Valls a annoncé qu’il songeait à expérimenter une baisse des limitations de vitesse de 90 à 80 km/h sur les réseaux secondaires de quelques départements témoins. « 40 millions d’automobilistes » s’oppose formellement à cette décision liberticide qui intervient alors même que le Conseil national de Sécurité routière n’a encore effectué aucune recommandation en ce sens.

Un communiqué de « 40 millions d’automobilistes »

Depuis l'expulsion de Léonardo, la jeune kosovare, Manuel Valls est sous le feu des critiques de la gauche.

Le rôle du CNSR remis en question

« Comment interpréter les propos du ministre alors que le CNSR ne s’est lui-même pas prononcé ? Est-ce la bonne manière de « réconcilier les Français avec la sécurité routière » selon les vœux de son président Armand Jung ? » s’interroge Daniel Quéro, président de « 40 millions d’automobilistes » et membre du CNSR.

« S’il s’agit d’une simple chambre d’enregistrement visant à apporter une caution aux décisions arbitraires et dogmatiques du ministre de l’Intérieur, il ne faudra pas s’étonner que l’opinion publique ne soit pas dupe » s’insurge Pierre Chasseray, délégué général de l’association.

L’Angleterre un exemple pour la France

L’Angleterre est le pays référence en matière de sécurité routière au niveau européen. Pourtant la vitesse des axes secondaires y est limitée à 97 km/h (60 miles/h) avec des résultats bien meilleurs qu’en France.

En Allemagne, même constat ! La vitesse y est pourtant limitée à 100 km/h sur les axes secondaires et les résultats sont inexorablement plus flatteurs que dans l’hexagone. Dans l’écrasante majorité des pays européens, la vitesse de 90 km/h semble uniformisée. Alors pour quelle raison Manuel Valls veut-il abaisser les limitations de vitesse sur nos axes secondaires ? Quelles sont ses réelles motivations ?

À focaliser l’attention sur la piste vitesse, on oublie toutes les autres pistes où les progrès peuvent être plus importants.

L’influence de lobbies « autophobes »

Force est de constater que la déclaration de Manuel Valls semble être profondément influencée par les préceptes de quelques lobbies anti-voitures reprenant des formules mathématiques antiques pour soutenir une baisse du nombre d’accidents. Considérant qu’1 km/h de vitesse moyenne en moins permet instantanément d’abaisser la mortalité de 4%, voilà sans doute pourquoi Manuel Valls, qui souhaite atteindre des objectifs de sécurité routière ambitieux, apporte une écoute attentive à leurs arguments.

Osons l’affirmer, c’est faux. Si nous suivons ce théorème absurde, c’est aux endroits où la vitesse est la plus élevée que nous devrions observer le plus d’accidents. Et bien évidemment, ce n’est pas le cas. Et de loin ! Mieux encore, 2012 a connu une réaugmentation des vitesses moyennes constatées sur nos routes françaises. Selon ce même théorème, nous aurions dû assister à une reprise à la hausse de l’accidentalité. Bien au contraire, l’année 2012 c’était soldée sur une baisse remarquable du nombre d’accidents.

Quand on parle de vitesse, il s’agit de lutter contre la vitesse non adaptée aux conditions de circulation et cela n’est jamais décelé par une machine automatique.

imgscan  contrepoints 2014610 Valls limitation de vitesses

Un risque politique majeur

Un récent rapport remis au ministre de l’Intérieur prévoyait une baisse de 450 tués sur la route en cas d’abaissement des limitations de vitesse sur le réseau secondaire. Que se passera-t-il si après l’application de cette mesure, le nombre de tués sur les routes dû à une vitesse excessive ne réduisait pas de manière sensible ? Avec 25% de tués en France en 2013 justifiés officiellement par la cause « vitesse », sauver 450 vies reviendrait à réduire de 55% la proportion du nombre d’accidents dû à ce facteur !

« 40 millions d’automobilistes » lancera dès février prochain une grande opération de réinformation visant à rétablir la vérité sur les chiffres de l’accidentalité et sur l’inefficacité de cette mesure.

Par un courrier envoyé ce matin, l’association « 40 millions d’automobilistes », forte de 320 000 membres, sollicite un rendez-vous avec le ministre de l’Intérieur pour lui exposer ses arguments, fort du soutien de l’écrasante majorité des automobilistes. On ne pourra pas lutter efficacement contre la mortalité sur la route en se référant seulement à une pensée unique et à des idées reçues entretenues depuis des années. La France ne peut pas être toujours à contre-courant de ce qui se passe chez ses voisins.

Le 5 octobre 2013, « 40 millions d’automobilistes » avait lancé l’opération « Non à la baisse des limitations de vitesse ». La pétition est toujours active en allant sur www.nonalabaissedeslimitationsdevitesse.com.

Voir les commentaires (47)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (47)
  • ce qui est préconisé à la population , doit être appliqué à eux même par ceux qui l’exigent ; valls et cie ne conduisent pas , ils ont un chauffeur ; ils ne savent donc pas à quel point il est pénible et même dangeureux d’avoir sans cesse un oeil sur le compteur de peur de dépasser la vitesse réglementaire ; d’ailleur ils ne savent rien , ils ne comprénent rien , ils ne sont pas dans le même monde que ceux qu’ils emmerdent à longueur de temps ;

  • En même temps, lui il s’en fout c’est son chauffeur qui conduit.
    Je pense surtout que la principale cause c’est l’irresponsabilité et le manque de civisme de certain conducteur, comme je roule à 90 au lieu de 110 et surtout je reste sur la voie de gauche, priorité à droite ouai ca c’est la théorie j’ai du métal partout autour de moi, voir même, c’est bon le piéton vient juste de s’engager sur le passage clouté j’ai le temps de passer !
    A force, on va passer plus de temps à regarder son compteur que la route.
    J’avais entendu dire, par exemple en Allemagne, si vous avez un accident sur les portions libre et que vous roulez à plus de 130 donc, vous êtes responsable ?

    • Valls et les autres copains du Parti du Bien s’en tamponnent, ils ont les voitures avec gyrophares. Ces derniers d’ailleurs ont une tendance bizarre à se multiplier … surtout pour rentrer de week end le dimanche soir quand les méprisables moutontribuables se tapent les bouchons.

      • Entièrement d’accord, ce n’était qu’une réflexion de ma part. J’ai eu la chance de me faire coupé la route par un superbe cortège moto qui ouvre la voix et et voiture officlle qui suit, l’année dernière, tous ca pour aller inauguré le commissariat qui avait changer de proprio entre police et gendarme. Un ami policier (et oui mais on ne parle pas politique ensemble, dialogue de sourd) m’a appris par la suite que c’était justement mr Valls qui était dans la voiture ! Ce qui est amusant c’est lorsqu’il m’a expliqué qu’il était obliger de lui serrer la main alors qu’il vote Fn. J’ai trouvé ce moment hilarant ^^

  • La France urbaine, du métro et des chauffeurs, qui ne conduit pas, contre la France rurale et rurbaine qui doit conduire pour aller travailler, se ravitailler et avoir une vie sociale.

  • Dans le code de la route, instaurons les vitesses conseillées en lieu et place des vitesses limitées ! Ainsi, Valls et ses complices pourront bien abaisser les vitesses à 15 km/h sur les autoroutes, cela restera indifférent.

    Cet exemple des vitesses conseillées est l’exemple d’une modification simple, à coût pratiquement nul, qui désarme les politiciens, place leur pouvoir de nuisance sous contrôle, ce qui devrait être le but de n’importe quelle loi.

    • Je soutiens cette mesure… ce qui cause danger, c’est
      1- la vitesse excessive, inappropriée, en fonction de pleins de paramètres…. pas le non respect de l’interdiction de rouler au dessus d’une limite.
      2- le non respect des distances de sécurités, la distance étant fonction de pleins de paramètres…

      le summum de la connerie, c’est rapport au cannabis…

      Pour info, quand je vais chez ma belle soeur, j’emprunte une 2×2 voies limitée à 110km/h, même quand je suis le seul sur la route par beau temps… pour terminer, par une route de campagne limitée à 90km/h, sans marquage central, avec plein de priorité à droite et l’impossibilité de croiser un camion ou un car sans mordre dangereusement le bas coté.
      Je me sens en sécurité pour moi et pour les autres à 130 ou 150 km/s si peu de circulation sur la 4 voies… et à 60 ou 70km/h sur la petite route ( klaxonnes des autochtones assurés)

  • Moi, je voudrais limiter les gros cons à la tête de l’Etat. Car cela devient très dangereux de vivre dans ce pays.

  • Déjà il faudrait que les voitures officielles de ces grosses tâches ne roulent pas ventre à terre dans le centre de Paris en risquant à chaque fois, motards officiels à l’appui d’écraser la veuve et l’orphelin, ou verbaliser les pauvres cyclistes qui s’aventurent par mégarde devant leur passage à grande vitesse. Je connais certains chauffeurs du SPHP, ils sont pas recrutés au niveau math sup-spé. Ils obéissent comme des canassons sans cervelle dès que le gros tas à l’arrière de la calèche dit « fouette cocher ». Après vouloir imposer cela dans certains départements et certaines routes secondaires de province « ce qui sous-entend que « les régions sous-développées doivent être mise sous surveillance » et « voyons pas à Paris, les parisiens en province ne roulent jamais comme des cons, cela se saurait » revient à traiter les provinciaux de sous-hommes. C’est un classique parisien dès qu’on est sorti de la petite ceinture. C’est aussi un classique communautariste de personnes qui s’estiment appartenir à une élite et n’ont de comptes à rendre à personne. Sachez que quand le parisien s’en va de la province, le provincial respire sur les routes et va beaucoup moins vite. Le week-end, dans les régions concernées par l’afflux de parisiens, c’est tout de suite la bagarre entre les cons dont l’immatriculation est toujours la même sur le réseau routier. Grosse voitures, ou officielles ou de corps diplomatiques. La connerie sur la route est objectivement corrélée au nombre de CV fiscaux sous le capot et aux passe-droits officiels. C’est une loi mathématique. La cocarde républicaine permettant de rouler à 200 sur les autoroutes et 130 sur le réseau 90, 90 sur le réseau 50. Petit ministre de l’intérieur des cabinets républicains, commencez par nettoyer vos écuries d’Augias ! Qui puent la merde, même quand on est à l’autre bout du monde.

  • C’est ici que nous constatons que nous leur appartenons, et non pas l’inverse.

    Tant qu’on se laisse faire, ils auraient tort de ne pas le faire.

    Tous les jours, les clôtures de notre enclos se resserrent, les libertés s’amenuisent, et nous nous laissons faire …. bêtement, c’est le mot.

  • Autant je suis pour les radars et le contrôle de la vitesse car je considère la voiture comme une arme par destination et quand vous avez un accident, le conducteur responsable peut s’en sortir et d’autres personnes meurent (http://www.ladepeche.fr/article/2013/09/26/1717597-un-mort-et-trois-blesses-graves-dans-un-accident.html), autant je suis absolument opposé à une baisse de la vitesse.

    A quoi une telle baisse peut elle servir si ce n’est permettre aux pouvoirs publics une rentrée d’argent supplémentaire mais certainement pas à une diminution des morts sur la route ? Ras la casquette de pouvoir être une vache à lait même si je n’ai jamais été contrôlé en excès de vitesse.

    Quant au commentaire sur la vitesse conseillé, je dis pourquoi pas mais à une condition. Qu’il y ait une modification de la loi pour que dans les accidents de la route, la voiture soit considérée comme une arme par destination et que dès lors, le responsable se retrouve coupable de crime en cas de décès d’une personne, c’est à dire les assises.

    • Il me semble que pour qu’il y ait crime, il faut qu’il y ait volonté de tuer. Ceci dit, l’important est bien sûr que la liberté soit justifiée par la responsabilité.

    • La qualification des accidents en homicide involontaire est déjà d’actualité (cf ceci). La généralisation des vitesses conseillées ne changerait donc rien à la situation. Sanctionner les comportements inappropriés quand il y a des victimes n’est pas discutable. La liberté ne se conçoit pas sans la responsabilité qui va avec. C’est d’ailleurs pourquoi le principe de vitesse conseillée est infiniment plus responsabilisant que les vitesses limitées. Egalement, vous ne manquerez pas de noter que les vitesses limitées sont totalement inopérantes sur les quelques fous du volant.

      Les sanctions sans victime sont en revanche scandaleuses. Cette politique de sanctions tous azimuts à l’encontre des citoyens innocents ne vise pas à sanctionner les rares irresponsables mais à réduire la liberté de 99,99% des conducteurs raisonnables, en disqualifiant l’automobile comme moyen de transport efficient. Les écolos et autres terroristes anti-bagnole n’ont d’ailleurs jamais fait mystère de cet objectif et c’est bien contre ces nuisibles qu’il s’agit de lutter.

      Une précision complémentaire. Les vitesses conseillées existent déjà dans le code de la route. Leur généralisation ne présente aucune difficulté.

      • Il faut donc éliminer ces nuisibles (écolos) en mars 2014. Déjâ.

      • Au regard de la psychologie sociale, je vous rejoins pleinement sur le fait que conseiller quelque chose responsabilise davantage la personne qui reçoit ce conseil. C’est effectivement la meilleure arme mais j’entends d’ici les cris de ceux qui vont découvrir la chose. A lire: « petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens » des consorts Joule et Beauvois

        • Tant qu’ils font qu’aboyer… Après, on pourra commencer à virer les sens uniques qu’ils ont foutu partout, synchroniser les feux et en virer la moitié au moins… et pour finir mettre des espaces partagés partout ou c’est possible.

    • « Qu’il y ait une modification de la loi pour que dans les accidents de la route, la voiture soit considérée comme une arme par destination et que dès lors, le responsable se retrouve coupable de crime en cas de décès d’une personne, c’est à dire les assises. »

      C’est un drôle de gloubi-boulga juridique.

      Une voiture peut être une arme par destination lorsqu’elle est utilisée… comme arme ! Par exemple si vous vous en servez pour menacer ou pour tuer quelqu’un intentionnellement. Mais évidemment ce n’est pas le cas dans un accident.

      Il existe déjà l’incrimination d’homicide involontaire, possible en cas d’imprudence même si le code de la route à été respecté. C’est largement suffisant.

  • Suivant leur logique on arrive a la conclusion que la vitesse de 0 km/h produit 0 (zéro) mort. Donc..
    Plus sérieusement, je pense qu’ils veulent diriger la population vers le contrôle plus facile, et d’un point de vue corporatiste/communiste souhaitable, du transport en commun.
    Décourager par tous les moyens la voiture (individuelle).
    Ainsi tous les corporations – taxis, RATP, SNCF etc – peuvent demander des avantages supplémentaires au détriment des gens.

  • L’immense majorité de la diminution des morts sur la route vient de l’amelioration du reseau routier et des progres de la qualité des automobiles. Mais évidemment ce grand socialiste et censeur national ne peut pas prendre ces details en consideration: Ca l’empecherait de fliquer un peu plus ses concitoyens.

  • Tout à fait d’accord pour dire que l’abaissement de la vitesse à 80 Km/h n’augmentera pas la sécurité et ne fera pas baisser le taux d’accidents.
    Mais un autre point important n’a pas été pris en considération : quid des poids-lourds ?
    Logiquement, il faudrait abaisser également leur vitesse de 10 Km/h pour maintenir le différentiel VL/PL, nécessaire à la sécurité de la circulation.
    Or, pour en avoir parlé à un routier, l’étagement des boites de vitesse des camions n’est pas adapté à rouler à 70 Km/h et posera immanquablement des problèmes de couple aux moteurs pour tenir la vitesse imposée. Les boites automatiques vont rétrograder de 8ème à 6ème avec une augmentation du régime-moteur et donc de la pollution sonore et chimique..

  • Ouf, on aura enfin une baisse de la délinquance.
    Il est ministre de quoi déjà, Valls ?

  • Pourquoi crime : d’une certaine façon, quand on ne respecte pas la législation (tant qu’elle n’est pas abusive comme ici avec cette idée à la noix), on se fiche des conséquences de ces actes. Or conduire n’est pas un acte banal et nous ne sommes pas seuls sur la route. Le fait de commettre une infraction est donc une volonté de nuire à mes yeux et il faut donc en assumer la responsabilité (ouille aïe voila un vilain mot). Il ne s’agit donc plus d’un homicide involontaire car dans ce cas, ce n’est pas la faute de … N’est ce pas le discours de notre cher président actuel (ou de nos politiques) qui nous fait tant vomir alors pourquoi deux poids, deux mesures ? Or, en se mettant volontairement en infraction (110km/h sur une route limitée à 70 par exemple), on est pleinement fautif des conséquences de ces actes. On sait parfaitement que la distance de freinage sera rallongée et qu’il sera difficile de s’arrêter ou d’éviter un obstacle. Nous le savons, nous en avons conscience alors pourquoi mettre des circonstances atténuantes (homicide involontaire) alors que la personne connaissait les risques. La voiture, dans un certain usage , est une arme par destination. Ne pas respecter la réglementation (tant qu’elle n’est pas absurde
    je le redis) est une volonté manifeste de nuire à autrui.
    Il me semble que cette politique est d’ailleurs appliquée dans certains pays anglo saxons.

    J’ose une comparaison sur le respect: Si un chasseur chasse en pleine nature et respecte les consignes, rien à dire. Maintenant si ce même chasseur vient chasser dans votre propriété, lui tiendrez vous le même raisonnement que celui avec la voiture ? Et si ce chasseur tire en votre direction sur un gibier, qu’il le rate mais blesse ou tue un de vos proches, direz vous encore que ce n’est pas grave ?

    • « d’une certaine façon, quand on ne respecte pas la législation (tant qu’elle n’est pas abusive comme ici avec cette idée à la noix), on se fiche des conséquences de ces actes. »

      N’importe quoi.Quand on ne respecte pas une législation, tout ce qu’on peut dire c’est… qu’on ne respecte pas une législation! Seuls les crimes peuvent et doivent être condamnés, et tous les crimes ont une victime. Les législations ne font que diminuer la responsabilité (« je peux rouler n’importe comment, du moment que je respecte la loi, je ne suis pas en tord »).

      « Le fait de commettre une infraction est donc une volonté de nuire à mes yeux… »

      Voila. A vos yeux. Pas pour celui qui la commet.

      « d’une certaine façon, quand on ne respecte pas la législation (tant qu’elle n’est pas abusive »

      Il y’a des législations qui ne vous paraîtront pas abusive, mais qui le paraîtront à d’autres. On fait comment pour savoir qui a raison? Parce que pour moi, l’existence d’un vitesse limite et de feux est déjà une réglementation abusive et déresponsabilisante.

      « La voiture, dans un certain usage , est une arme par destination. »

      Exact, en cas d’agression avérée à l’aide d’une voiture. De même que la batte de baseball, la crosse de hokey ou le gros cailloux pointu. En dépassant les limitations de vitesse on en est loin.

      « Or, en se mettant volontairement en infraction (110km/h sur une route limitée à 70 par exemple), on est pleinement fautif des conséquences de ces actes »

      On est toujours pleinement responsable de ses actes, tant qu’il sont effectués librement. Vous essayez de dire que vous estimez qu’il y’a préméditation parce qu’on connaissait les risques. C’est ridicule. Cela veut dire que si je tape à 70, c’est un accident, et à 71 un homicide volontaire! Alors même que la vitesse limite est parfaitement arbitraire et n’est en aucun cas corrélée au réel danger. Et surtout, alors même que la différence entre l’accident mortel et le meurtre est une différence de nature, et non pas de degrés.

      Soit on considère que quand on tue par accident, il s’agit d’un accident mortel, soit c’est un meurtre. Mais c’est pas un coup l’un un coup l’autre.

      La vitesse peut augmenter la responsabilité (tout comme le fait de rouler sous l’emprise de la drogue ou de la fatigue) en cas d’accident, mais elle ne peut pas changer la nature du crime. Cela signifierait que la nature du crime dépends de circonstances extérieurs (exactement comme on le fait en appelant crimes de haine certains meurtres)!

  • S’ils savaient ce que l’on en a marre de leurs décisions stupides, castatrices, imbéciles et méprisantes. Ce Valls, comme Belkacem, comme Taubira, et comme tous les autres un peu plus Français, se foutent complètement de ce que nous pensons ; ils nous méprisent tellement qu’ils ne jouent même plus la comédie et nous agressent de tous côtés, que ce soit en économie, en fiscal, en sociétal, en libertés.
    Nous sommes tellement méprisés qu’ils ne nous écoutent même pas, qu’ils ne voient pas la haine et la colère qui montent. Nous sommes bafoués et violés tous les jours, nous les VRAIS FRANCAIS, par ces sous-Français qui prétendent nous imposer leurs lois, par leurs « copains », ces parasites qui nous empoisonnent la vie et tuent notre pays à petit feu. Tous les jours nous subissons leurs décisions complètement idiotes dans notre vie de tous les jours, et tous les jours, ces incompétents, ces ignares, ces sous-hommes nous concoctent des projets encore plus arbitraires et destructeurs.
    RAS LE BOL des socialistes faux Français, traîtres à notre pays, traîtres à notre peuple, islamophiles et totalitaires, francophobes et cathophobes.

  • encore une merveilleuse idée, et comme le sujet est hautement idéologique, il a toute les chance d’obtenir le succès.

    c’est aux usagers de faire bloc, comme pour les éthylotests.
    les chiffres de la sécurité routières sont excellents, donc pourquoi faire ça ?

    machine à PV plus facile ?
    liberté réduite ?
    réduire de 400 morts pendants qu’on autorise des aliments bas de gammes qui en provoque in fine encore plus…

  •  » Quand on parle de vitesse, il s’agit de lutter contre la vitesse non adaptée aux conditions de circulation  »

    Je suppose que c’est de cette évidence que part cette idée de limiter, là où c’est dangereux, à 80 la vitesse.

    Probablement qu’elle n’est franchie, là, que par des imprudents.

    • Le problème, c’est que le danger va dépendre: de la circulation, du conducteur, de son état à ce moment là, de l’état de la route, du modèle de la voiture (si vous roulez en 2CV vous n’êtes pas du tout dans les mêmes conditions que si vous êtes en Honda Civic, en terme de puissance, de couple, de tenu de route…), de son état et de celui des pneus…

      La loi impose une vitesse partout, une fois pour toute, qui agit comme un incitatif (les gens ont tendance à rouler pile à la vitesse limite, pas à celle ou ils sont à l’aise.

      Je peux adopter une conduite hyper-risquée, sans jamais regarder autours de moi à 79, y’a pas de problème, je suis super dangereux, mais je respecte la loi. Mais si je roule dans les règles de l’art à 81 sans mettre personne en danger, là je suis un criminel.

      Comme toujours, la réponse de l’état est arbitraire, uniforme.

  • Rappelons quand même que notre Constitution nous dit pour nous rassurer :
    Article 6 des Droits de l’homme : « La loi est l’expression de la volonté générale. »
    Et que le chef de l’Etat est le garant de la Constitution. Nul doute qu’il va demander la volonté générale de tous les Français au sujet des 80 km/h sur les routes.

    Citons encore le principe de notre République écrit dans la Constitution : « Gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. »
    Quoi ! ça vous fait rire ? C’est du beau !
    Bon, il y avait le référendum sur la Constitution européenne qui a été bafoué mais c’était pour voir si on suivait.

  • oui, c’est bien la vitesse qui tue: en physique, on apprend que dans la quantité d’energie, la vitesse est élevée au carré, elle a donc une grande influence sur la violence du choc.
    mais pour qu’une diminution de la vitesse routière soit opératoire, il faut rendre les transports en commun plus rentable et donc liquider la CGT. il faut aussi diminuer la distance maison-travail, est donc liquider le parti EELV.
    vaste programme…

    • Ce sue la physique ne nous apprends pas, en revanche, c’est que c’est la responsabilité qui nous permet d’évaluer correctement les risques et de rouler à une vitesse adaptée selon les circonstances. Et qu’une limitation de vitesse n’est pas un substitut adapté à la jugement individuel. Au contraire, elle détruit la responsabilité.

      Des irresponsables respectant scrupuleusement la loi ne remplaceront jamais avec bonheur des gens responsables faisant appel à leur jugement et sachant que quoi qu’il arrive, il devront subir les conséquences de leurs actes et choix, sans clémence. Hors, les seconds ne peuvent exister que si on leur permet d’être libres.

      • toi

        oui, bien sur, mais etes vous sur que vous ne surestimez pas vos concitoyens ?

        entre le fumeur qui fait payer son cancer par la société, le salaud qui abandonne son chien le 1er juillet, le p’tit gard qui file chez le médecin le lundi matin pour un  » mal de dos « , le maris qui divorce parce que sa femme a rayé la voiture… sans parler du soldat qui balance son fusil en cryant  » sauvons nous, v’la les boches, ou du RSiste qui attaque son grand père pour se payer sa dose de chit, vous la voyez ou la responsabilité individuelle dans ce pays ?

  • Ce pays devient tous les jours un peu plus invivable. Nous sommes dirigés par une classe politique incapable, inefficace, démagogique, qui méprise son électorat, n’écoute que ses intérêts électoraux, qui est de plus assez souvent corrompue et dont la dégénérescence due à la consanguinité est de plus en plus visible. C’était déjà le cas avant la deuxième guerre mondiale. cette dernière à vue émerger des hommes réellement nouveaux et pragmatiques qui ont su créer une période de renouveau qui à duré moins de trente ans. Les trente années suivantes ne sont qu’une lente descente aux enfers, dans le mépris de plus en plus affiché du reste du monde. Pour en sortir, en l’absence d’homme providentiel, il faut que chaque Français songe, en conscience, à prendre les décisions qui assurerons (peut-être) son avenir et -surtout – celui de ses enfants. Songeons d’abord à nos enfants ! C’est pour eux qu’il faut agir !

  • La vitesse non adaptée à la route et aux circonstances provoque des centaines de morts par son dépassement.
    Par contre le respect des limites généralisées de vitesse (50, 80 ou 90, 130km/h) évite peu de morts si la vitesse de celui qui conduit est adaptée à la route et aux circonstances, quelle soit plus élevée ou plus basse que cette limite généralisée. Car ces limites généralisées de vitesse ne sont pas souvent adaptées à la route et aux circonstances, surtout sur les routes secondaires. Il y a souvent des dizaines de km/h d’écart dans un sens ou dans l’autre entre ces limites, par exemple 90km/h, et la vitesse maximale adaptée à la route et aux circonstances, qui sera par exemple pour une berline compacte moderne et pour un conducteur expérimenté normal et en état normal: de 70km/h sur telle route sinueuse et large avec peu de visibilité et de 140 km/h sur une partie de ligne droite peu large mais sèche et avec bonne visibilité. Si stupidement, par inexpérience ou parce qu’il est somnolent, distrait, saoul ou drogué, ce conducteur veut aller à la vitesse limite de 80 ou 90 sur cette route sinueuse, il aura un accident, s’il dépasse de 20 ou 30km/h ces 80 ou 90 sur la portion de droite, il ne provoquera pas d’accident.
    La somnolence cause plus de morts (près d’un millier en 2011) que ce non respect des limitations de vitesse. Une vitesse passant de 90 à 80km/h augmente ces accidents dus à la somnolence, parce qu’un trajet à 80 km/h qui dure 12% plus longtemps augmente exponentiellement la somnolence, donc il y a plus de 12% de cas supplémentaires de somnolence, pire, à cette vitesse basse la monotonie du trajet augmente en moyenne et rajoute encore des risques de somnolence pour un même trajet.
    Une vitesse passant de 90 à 80 augmente de la même manière les accidents dus aux distractions, et aussi aux téléphones portables en incitant à plus les utiliser (car fausse impression de sécurité à 80 et urgence plus grande des appels qui peuvent moins attendre la fin de trajets plus longs).
    Cette généralisation à n’importe quel conducteur et circonstance est la même bêtise que les punitions collectives. M Valls considère les dizaines de millions de conducteurs français comme des enfants ou des délinquants qu’il faut réprimer en tant que groupe, aussi il leur impose des règles scélérates. Un tel mépris des personnes humaines devrait le faire évacuer de toute responsabilité publique ou collective.

  • si cette débilité prends effet ,elle sera le tombeau du promoteur censeur valls ,car même ses électeurs de gauche ne sont pas content
    cette mesure aura le même effet que les 35h de Martine Aubry ,c’est a dire plomber encore plus l’économie du pays qui en a bien besoin ,par rapport aux autres pays . cela rallonge le temps de déplacement de 11% sur nationale , ça va augmenter le racket de l’état avec ses radars et l’argent volé aux automobilistes sera autant de moins pour les autres activités
    je me demande ce qu’en pense Jean Vincent placé ,lui qui a 18000 euro de pv impayés et qu’il espérait faire régler par sa région puisqu’il se déplaçait avec voiture de fonction au frais des con tribuables

  • J’ai surtout l’impression que Valls veut être Calife à la place du Calife …

    • c’est mal parti: s’il veut etre sur de ne pas etre élu, qu’il mette la limitation de vitesse à 80 et qu’il augmente fortement le diesel…

    • Le politicien (le vrai) cherche toujours à marquer son passage dans sa présente fonction. Soit pour booster sa carrière, soit parce qu’il possède une haute opinion de lui même. Chacune de ces 2 façons de penser étant de toutes manières le faire-valoir de l’autre : il booste sa carrière parce qu’il a une haute opinion de lui même et il a une haute opinion de lui-même parce qu’il fait carrière.
      Et pour inscrire à son bilan une action remarquable qui satisfera son ego et dont il pourra se prévaloir, il ne peut se contenter d’agir comme un simple exécutant. Il doit innover, imposer de nouvelles idées et de nouvelles façons de faire. Il ne peut se contenter d’agir en fonction de rapports ou de statistiques, et surtout pas si elles ont été commandées par son prédécesseur. Il doit inventer et convaincre l’opinion de sa clair-voyance et de son engagement.
      Peu importe le justesse de son jugement ou l’efficacité de son action. Celle-ci n’apparaîtra que longtemps après son passage dans la fonction. Et qui s’en souciera ? On aura oublié qui a rajouté une couche inutile et contre-productive au milliers de règlements déja existants. L’important est de modifier les mentalités en matraquant le message pour que l’électeur pense naïvement : enfin un qui a oeuvré pour le bien publique.

      L’administration de son côté a pour fonction ultime de pondre et d’appliquer des règlements. Le bon-sens est une notion qui n’existe pas dans l’administration. Pas de responsabilité ou d’initiative individuelle. Si un dysfonctionnement est constaté, il doit d’abord pouvoir être constaté en tant que tel en s’appuyant sur un règlement qui permet de le qualifier ainsi et être remonté par voie hiérarchique. Car l’administration de commet jamais d’erreur : elle constate parfois des dysfonctionnements, si le sommet de la pyramide a émis le souhait de les évaluer.

      En matière de sécurité routière, chacun sait qu’il y a des « points noirs ». Mais l’administration a défini le nombre d’accident nécessaires avant d’envisager une action. D’autre part, on sait aussi que le danger ne provient pas simplement de la vitesse, mais du manque d’attention et de la fausse impression de sécurité que peut éprouver le conducteur sur une route bien droite, bien lisse et sans repères visuels. On construit les voies dans les lotissements avec de multiples courbes et chicanes pour empêcher les résidents de rouler trop vite avec l’esprit dans les nuages. Les virages sur une route ont par ailleurs un avantage certain : celui qui s’endort ou roule trop vite a toutes les chances de finir au fossé avant de percuter un autre automobiliste venant en sens inverse.

      Bref, la sécurité routière est avant tout une question d’ergonomie, de bon-sens et correction des erreurs – pardon, je voulais dire des dysfonctionnements. Rajouter des lignes blanches, des panneaux tous les 10 mètres, limiter la vitesse a un effet marginal qui devient négatif quand on en abuse. Tout cela est-il compatible avec la politique et l’administration ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Candidat sous la casaque présidentielle, Manuel Valls a été éliminé dès le premier tour de la 5e circonscription des Français de l’étranger regroupant Monaco, Andorre, l'Espagne, et le Portugal. La claque l’a laissé sans voix : il a même décidé de fermer son compte Twitter.

🔴 Après sa défaite dès le premier tour des élections #Législatives, Manuel Valls supprime son compte Twitter. pic.twitter.com/pwNVKemzwx

— Élections 2022 🗳 (@2022Elections) June 5, 2022

La défaite de l’ancien Premier minist... Poursuivre la lecture

À la suite de la réforme de la Constitution française de juillet 2008, des circonscriptions législatives sont créées à l'étranger pour permettre aux Français établis hors du pays d'élire des députés à l'Assemblée nationale, les Français hors de France n'étaient auparavant représentés qu'au Sénat.

Ces députés, au nombre de 11 (un par circonscription hors de France), ont été élus pour la première fois lors des élections législatives de 2012. Les Français établis hors de France ont voté pour la seconde fois lors des élections législatives... Poursuivre la lecture

Cet article doit se lire - j'insiste - comme la suite de "Manuel Valls : com’, ambition et coups de menton", portrait que j'avais écrit en décembre 2016 alors que l'ex-ministre de l'Intérieur puis Premier ministre de François Hollande venait de quitter Matignon pour participer à la primaire de gauche en vue de l'élection présidentielle de 2017.

Depuis son monumental plantage face à Benoît Hamon lors de la primaire de gauche de 2017, on le voit chercher fébrilement le parachutage politique en vue qui rendrait enfin justice à l'immense e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles