Femmes, l’État ne veut que votre bonheur !

femmes_usine

Selon Najaut-Belkacem, les femmes sont discriminées devant l’impôt lorsqu’elles font déclaration commune avec leur partenaire. Voilà une affirmation bien hasardeuse.

Par Phoebe Anne Moses.

femmes_usineNajat Vallaud-Belkacem vient d’annoncer publiquement que le gouvernement souhaite mettre en place une imposition séparée sur le revenu des couples. Si ce n’est pas encore une fois juste un effet d’annonce, il y a à (re)dire sur cette information.

Rappelons que les couples mariés forment un seul foyer fiscal, que les époux regroupent leurs deux revenus et qu’ils bénéficient alors d’un calcul du nombre de parts qui composent leur foyer. C’est très souvent une mesure qui apporte un bénéfice fiscal, puisqu’il est communément admis que le mariage donne un avantage par rapport aux célibataires.

Najat Vallaud-Belkacem souhaite faire croire aux femmes que c’est pour leur bien que cette mesure doit être prise. En effet, l’argument du gouvernement est le suivant : les femmes sont lésées quand elles mettent leur revenu dans la déclaration commune du couple pour le calcul de l’impôt. En effet, c’est le foyer (époux + enfants éventuellement) qui est imposé et si on part du principe qu’elles payent la moitié de l’impôt du foyer, elles auraient payé beaucoup moins en déclarant leur (faible) revenu à part. Mme Vallaud-Belkacem a même expliqué que c’était très injuste pour les femmes qui ne travaillent pas, car leur revenu étant égal à zéro, elles se retrouvent liées à leur mari pour payer un impôt qu’elles n’auraient pas payé du tout si elles avaient été seules ou si elles avaient fait une déclaration séparée de revenus. De plus, cela favoriserait la recherche d’emploi des femmes, qui selon N. Vallaud-Belkacem s’arrêtent souvent de travailler pour élever les enfants, et sont alors très démunies quand elles se retrouvent seules après un divorce.

Il serait peut-être bon d’expliquer deux ou trois détails à Madame Vallaud-Belkacem. D’abord, que plus aucun contribuable français ne va croire qu’on modifie le calcul de l’impôt pour son bien. Ça, c’était avant. Maintenant, le contribuable a bien compris que l’État n’a plus d’argent et que pratiquement tous les moyens sont bons pour en trouver (taxer les livrets A, les assurances-vie, sont deux exemples saugrenus de ce qui a pu être envisagé pour éviter le naufrage total du budget, c’est donc dire à quel point maintenant nous ne sommes pas dupes).

Mme Vallaud-Belkacem pense que les femmes sont lésées en payant des impôts qu’elles ne paieraient pas si elles étaient seules. Cela signifie que Mme Belkacem pense que dans le couple, quand le mari gagne plus que sa femme, il oblige quand même sa femme à payer la moitié de l’impôt, quel que soit le montant qu’elle aurait dû payer seule (même zéro euro). Mme Vallaud-Belkacem semble penser que dans un couple, c’est toujours 50-50 pour toutes les dépenses. Ou alors c’est que le mari profite de sa femme pour faire baisser ses impôts à lui.

Ensuite, un autre détail aura peut-être échappé à la ministre : quand les gens se marient, ils font souvent un « pot commun » et pas seulement pour l’impôt mais aussi pour financer les études des enfants, l’alimentation, les vacances … Il n’est pas certain que les femmes soient totalement perdantes dans cette configuration. Certes il arrive que les femmes arrêtent de travailler pour s’occuper des enfants, car souvent le couple calcule qu’il est plus intéressant que ce soit la femme qui sacrifie son travail plutôt que l’homme. Mais dans nos contrées civilisées, pour prendre une décision pour leur avenir commun, l’homme et la femme discutent, argumentent et tombent d’accord. En France, toutes les femmes ne sont pas sous la coupe d’un mari qui les oblige à quitter leur travail ! En France, les femmes peuvent faire des choix, elles peuvent avoir leur propre responsabilité.

Enfin, quid du quotient familial ? Qui va déclarer qu’il « possède » les enfants ? Si, comme Mme Vallaud-Belkacem semble le penser, dans un couple c’est toujours 50-50, ça va se compliquer quand on a 3 enfants !

Cette modification de l’impôt n’est pas une mesure en faveur des femmes, c’est une intox pour essayer d’amadouer la moitié (féminine) de la population, ce qui faciliterait la mise en place d’un nouvel impôt. Les femmes ne s’y laisseront pas prendre.

Il y a peu était évoquée la possibilité de faire fusionner l’IR et la CSG, ce qui supposerait un impôt prélevé individuellement et non plus sur un « foyer ». On ne peut s’empêcher de penser que ce changement, supposé « en faveur des femmes » est un pas de plus vers cette fusion. Il est dommage que pour faire passer une mesure visant simplement à récolter plus d’impôts, on en arrive à monter les gens les uns contre les autres, et qu’on essaie d’influencer les femmes en leur faisant croire qu’elles sont lésées … donc inférieures ! Au même titre que l’on fait croire aux citoyens qu’ils sont lésés par le départ de Français vers les pays étrangers, on souhaite encore une fois diviser pour mieux régner.

François Hollande aime rappeler qu’il est le Président de tous les Français, et qu’il doit tenir compte aussi des gens qui n’ont pas voté pour lui. Malheureusement avec de telles mesures, c’est plutôt le gouvernement des pauvres contre les riches, des délinquants contre les victimes, et maintenant : des femmes contre les hommes. Le rassemblement, c’est pas pour maintenant.

Lire aussi : l’édito du jour