Idée reçue : « la TVA est injuste »

Pourquoi nous dit-on que la TVA est injuste ? Est-ce le cas ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
tva

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Idée reçue : « la TVA est injuste »

Publié le 29 novembre 2013
- A +

Par le Parisien libéral.

tvaOn entend souvent, notamment de la bouche des socialistes, communistes et autres extrémistes de gauche, que « la TVA est injuste » car tout le monde la paye, quels que soient ses revenus.

Ça en dit long sur leur vision punitive de l’impôt, et sur leur capacité à séparer, dans leur tête, la dépense publique de la question des contributions.

Revenons à la base. Que dit la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789 ? Elle dit :

  • Article premier – Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits.
  • Article 13 – Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable ; elle doit être également répartie entre les citoyens, en raison de leurs facultés.
  • Article 14 – Les citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi, et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée.

S’il y a prélèvements, c’est parce qu’il y a dépense publique, et non l’inverse. Les impôts sont collectés non pas pour punir les contribuables, comme le voudrait les socialistes et communistes, mais pour financer la dépense publique.

Déjà, on sait que la dépense publique est trop élevée puisqu’elle excède de 25% les recettes. Quand la France collecte 1 euro de taxes et impôts, elle dépense 1,25 euros. Il y a donc excès de dépense publique.

Mais pour financer ces dépenses publiques, l’État utilise diverses ressources, dont la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), une invention Made in France, cocorico !

Pourquoi nous dit-on que la TVA est injuste ? Parce que le Président Hollande devait la baisser ? Parce que tout le monde la paie ?

imgscan contrepoints 2013-2426 TVAMais tout le monde ne paie pas le même montant de TVA !

Déjà, les différents taux de TVA permettent justement de tenir compte du fait que les pauvres ont une consommation contrainte, en proportion de leur revenu, plus forte.

Jusqu’au 31 décembre 2013,

  • le taux normal de 19,6% concerne la majorité des ventes de biens et des prestations de services ;
  • le taux réduit de 7% est applicable aux produits agricoles non transformés, le bois de chauffage, la livraison de logements sociaux, les transports de voyageurs, la restauration, les travaux d’amélioration du logement, les droits d’entrée dans les cinémas, musées, zoo, etc. ;
  • le taux réduit de 5,5% concerne les produits alimentaires, équipements et services pour handicapés, abonnements gaz et électricité, fourniture de repas dans les cantines scolaires, fourniture de chaleur produite à partir d’énergies renouvelables, livres sur tout support, billetterie de spectacle vivant ;
  • le taux particulier de 2,1% est réservé aux médicaments remboursables par la sécurité sociale, aux ventes d’animaux vivants de boucherie et de charcuterie à des non assujettis, à la redevance télévision, à certains spectacles et aux publications de presse inscrites à la Commission paritaire des publications et agences de presse.

Autrement dit, un habitant d’HLM qui consacre 100% de son revenu à l’alimentation, à la TV, aux musées et à l’achat de médicaments remboursés consacre donc moins de revenu, en proportion, qu’un Français plus aisé qui aurait un panier de consommation plus luxueux.

De plus, les impôts et taxes, au final, se mesurent aussi en valeur absolue. Et si on compare des achats qui peuvent concerner des ultra riches aussi bien que des classes populaires, comme l’automobile, alors les riches contribuent plus au budget de l’État. L’acheteur d’un 4×4 Porsche Cayenne (de 60 000 à 150 000 € TTC) payera toujours plus en TVA (de 12 000 à 30 000 euros de TVA) que l’acheteur d’une Dacia Logan, à partir de 7700 euros TTC soit 1500 euros de TVA.

tva sociale hollandeDonc même si la TVA n’avait qu’un taux unique, le simple fait que chacun a des revenus différents et donc des dépenses différentes permet de dire que la TVA n’est ni juste ni injuste mais est simplement collectée, en proportion des facultés de chacun, afin de contribuer au financement de la dépense publique.

Sinon, en ce qui concerne la polémique politicienne, les gens qui ont voté Hollande en pensant vraiment qu’il allait annuler les hausses de TVA initiées sous Sarkozy ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes. Les libéraux (Parti Libéral Démocrate, Alternative Libérale, les Libéraux du Modem, Nouveau Centre) avaient prévenu que tant qu’il n’y a pas de plans sérieux pour baisser la dépense publique, il n’y aura pas de baisse des taxes et impôts.


Sur le web.

Voir les commentaires (36)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (36)
  • Il y a peu à redire sur votre article à part que voys avez à 100% raison.
    Melenchon (cest lui qui accuse la Tva d’être injuste) oubliera de nous rappeller que les plus faibles revenus ne paient pas l’IR.
    Et avec ses taux réduits pour l’alimentaire et les médicaments la TVA est même socialement juste !
    Le PdG ne souhaiterait surement pas une TVA à taux unique de 10% ou plus.
    Par contre multiplier les tranches d’impôts, applicable dès le premier revenu serait socialement juste et responsable.

  • C’est exactement le même principe avec l’IR. Pour les hauts revenus, ce n’est pas une question de taux marginal mais de contribution en montant des plus riches. Si le taux marginal n’est que de 40% mais que les 5% qui paient 40% contribuent à hauteur de 10% aux ressources de l’Etat, alors il n’y a pas d’injustice. Allez faire entendre ça à un socialiste!

  • La « vision punitive de l’impôt » : ce point est important. Il explique pourquoi il est vain de débattre de fiscalité avec un socialiste.

    En effet, celui-ci parlera de « solidarité » quand, aux tréfonds de son âme perverse, il pensera « punition », punition d’abord des classes moyennes, considérées comme socio-traîtres dans le cadre de la lutte des classes fiscale, parce que les classes moyennes sont d’anciens pauvres enrichis par leur travail, des « jaunes », ce qui est un crime bien pire aux yeux d’un socialiste que l’être riche. Quand le socialiste stigmatise les « riches », en réalité il désigne les classes moyennes. Quand un socialiste stigmatise les marchés et la « dictature du consommateur », quand il prône l’égalitarisme, il cherche en fait à réduire la liberté de la classe moyenne pour le renvoyer à son état initial de pauvreté.

    Eh oui, l’objet de la lutte des classes est d’appauvrir le cœur de la population active du pays, tandis que le socialiste s’accommode très bien de l’existence de quelques très riches, surtout s’il a l’espoir de rejoindre un jour ce club fermé de privilégiés, cette nomenklatura, grâce à sa capacité politique de racketter autrui.

    • Les socialos ont beau nous faire leur cirque (« justice » blabla)… ils demeurent malgré tout prisonniers de la logique du « toujours plus ».

      Voilà pourquoi, Hollande a finit par augmenter la TVA !

      Parce que c’est la rapine fiscale la plus efficace, la plus massive, et finalement la moins douleureuse, la plus « discrète ». C’est le crime fiscal parfait.

      Alors bien entendu, les gauchistes emballent le truc en faisant le lien avec un pseudo machin de « compétitivité » pour les entreprises… qui dans les faits ne verront pas le pognon.

      A 20 %… il reste 5 points à ces gangsters. Voilà leur rêve : une TVA à 25 %… Mais par petites hausses successives pour coller au principe de la grenouille dans la casserole d’eau chaude.

      Hollande et sa clique augmenteront donc la TVA. Encore. C’est inévitable.

  • vous avez oublié de parler du taux de tva à 0 % sur les loyers que paient les pauvres, ce qui n’est pas le cas quand un riche fait construire sa maison.

  • Est- ce qu’une personne pourrait m’expliquer selon les libéraux quelle est la ponction la moins injuste entre l’impôt sur le revenu à taux fixe admettons 10%

    ou l’impôt sur la consommation avec une TVA forte à 25% admettons sur tout les biens et services.

    ?

    Merci 🙂

    • Désolé mais votre question reprend le « malentendu ontologique ».

      Qui a dit qu’une taxe devait être « juste » ?

      Une taxe doit être efficace, pour financer les services régaliens de l’état, juste ce qu’il faut, afin de laisser le maximum aux agents éco.

      La « justice » ne devrait rien à voir dans cette affaire. Mais bien entendu, des décennies de sida mental ont fait de gros dégâts… pour aboutir à cette formule orwélienne, et qui fait froid dans le dos : « la justice fiscale » !

      Quand un gauchiste ou un pseudo droitiste utilise avec gourmandise cette expression… alors il convient de prendre peur et de se tirer vite fait. Ca finit toujours en Khmer rouge.

      Quant à rêver d’un système idéal… J’opterais pour une TVA de 20 % maximum, et la suppression de tous les autres taxes/impôts.

      • j’ai dit la moins injuste possible, par définition, elle est injuste, que l’on se comprennent bien. Non ma question de départ et désolé si je me suis mal fait comprendre, serait de connaître les procédés de financement concernant le système régalien de l’Etat.

        Or si je ne me trompes pas, il existe des solutions différentes, certains vousdrait une TVA forte et c’est tout, d’autres voudraient un impôt sur les revenus dit flat tax c’est bien ça. Du coup, je n’ai pas réussi à comprendre le système que propose les libéraux , où si la discussion est sur la table à ce niveau.

        • L’avantage de la TVA est de moins permettre le fichage.

          Pour un impôt sur les revenu, même une flat tax, il faut conserver des dossiers fiscaux individuels pour toute la population, et les gens doivent continuer à remplir des déclarations d’impôts.

          Avec la TVA, non.

          • Une solution bien simple à votre problème de fichage : supprimer tous les impôts directes ou indirectes pour les classes moyennes et populaires, et compenser cela en piochant sur les fortunes colossales détenues par les hyper-riches

      • Votre système fiscale idéal, avec la TVA comme taxation unique consisterait à baisser les impôts des plus riches et à alourdir ceux des plus pauvres.

        Dans le monde, un être-humains sur 20 millions concentre le dixième des richesses. N’estimez-vous pas que cette répartition est suffisamment inégale?

  • «elle doit être également répartie entre les citoyens, en raison de leurs facultés»

    Oui, en raison de mes facultés et non de mes dépenses ! Si j’ai un revenu de dingue et que je consomme peu, mes facultés sont importantes, mais ma contribution minime.

    C’est bien le problème de la TVA : il ne reflète pas les facultés contributives des citoyens. Il serait même régressif, car plus on gagne, plus épargne.

    De plus la TVA est vraiment une horreur pour la liquidité des entreprises. Franchement on peut pas le dire autrement, mais on (les entrepreneurs) se fait arnaquer à ce niveau. Et puis l’idée que l’entreprise perçoive les taxes pour l’État me révulse.

    Je trouve qu’un IR (du travail comme du capital) à taux unique et raisonnable, couplé à un impôt négatif financé non par sur un budget fixe, mais par un pourcentage fixe des revenus de l’État serait bien plus équitable et juste. Tout en offrant un filet social minimal « dynamique » (cf. le moyen de le financer), destiné à remplacer l’usine à gaz actuelle.

    • SI vous consommez peu, vous n’êtes pas riche, vous avez seulement beaucoup d’argent. L’argent n’est pas une richesse en soit, c’est ce qu’il nous permet d’échanger qui est une richesse.

      • c’est bien ca. l’argent n’est de l’argent au sens luxe que quand on le consomme…

        en fait si on place son argent on a plus son argent, mais c’est vrai qu’on en aura plsu après.
        taxer la conso est plus juste que le revenu, car ca ne taxe pas celui qui donne son argent a d’autres , mais celui qui achète pour son confort.

        en plus ca taxe tout, y compris le travail au noir, le trafic de drogue,…

        si en plus on met des taux progressif coté luxe ou vital, c’est plus « moral » en ne punissant pas les gens qui investissent dans les bonnes choses (école) ou survivent simplement…

        je trouve plus juste de taxer les rmiste qui achète un LCD de 150cm, , que les classes moyenne qui envoient leurs enfants a l’école. après chacun est libre de payer plus de TVA…

    • Du coup, La flat tax est bien ce système que défendent les libéraux .

      • C’est le système d’un certain nombre de pays, ça n’est pas « le » système que défendent les libéraux, mais un dont ils s’accommoderaient moins mal que du nôtre.
        Il vaut mieux éviter d’associer flat tax et libéralisme, on la trouve par exemple en Biélorussie, Russie, Arabie Saoudite, au Turkménistan, et pas forcément dans les pays les mieux classés pour la liberté d’entreprendre.

        • Le fait que ce système fonctionne dans des pays ou la liberté y est restreinte n’est pas un argument valable pour le discréditer. En outre on peut très bien critiquer certains état majoritairement liberticide et aussi y déceler certaines exceptions en matière de fonctionnement que l’on peut mettre en avant au service de la liberté ? non ?

      • a noter que la TVA peut être un impot progressif, plus que la flat tax.
        il suffit de taxer plus de TVA la partie luxe de la consomation…

        ca peut as être plus injuste et inefficace que le système actuel.

    • On reste sur un postulat… d’autorité : « contribution en fonction des facultés ».

      Pourquoi ?

      La taxe devrait être perçue au moment de la « consommation » de l’argent. Pas au moment, où l’on gagne le revenu.

      En outre, il est absurde de raisonner par catégorie virtuelle. Exemple « le super riche qui n’achèterait rien ». C’est un extrême qui n’existe tout simplement pas dans la réalité.

      En moyenne, tout le monde consomme.

      Et, en moyenne, plus on est riche, plus on consomme !

      Donc où est le problème ?

      Chacun pourrait faire un choix. Investir afin d’accroître ses revenus ? Consommer son revenu au fil de l’eau ? Ne rien faire (thésauriser) ?

      Enfin, l’argument concernant la « perception » par les entreprises est un peu spécieux… Payer des taxes pour embaucher des fonctionnaires qui percevraient les taxes… avouez que ça reviendrait un peu au même, non ?

      C’est un aspect technique qui est secondaire.

      C’est drôle de voir à quel point le débat est pollué, biaisé par des années de collectivisme sournois, dès qu’on aborde le sujet de la fiscalité.

      Les gens en perdent tout bon sens !

      On demeure prisonnier d’idées-valises : « contribution selon les factultés de chacun », « justice », « justice fiscale », « redistribution », « progressivité de l’impôt », etc.

      Autant de perversions, profondes, de la pensée.

      Alors qu’il faudrait revenir à l’essence :

      -la communauté décide le périmètre de l’état qu’elle souhaite (fonctions régaliennes, et filet de sécurité sociale)

      -on obtient un budget de dépenses, ensuite on détermine une recette pour couvrir ces dépenses

      -le mode d’extraction des recettes doit être la plus neutre possible, le plus efficace

      Mais bien entendu, tout cela relève d’une utopie. Puisque, fondamentalement, il n’y a plus de communauté (nationale, d’esprit, ethnique, historique) ce qui est la condition sine qua non.

      Le socialisme a réussi cela : déclarer la guerre de chacun contre tous.

    • Wow on se calme svp. 😀

      Quelques corrections à vos propos :
      – je n’ai jamais dit que l’épargne était inutile,
      – ma citation ne constitue pas un argument d’autorité, je reprend simplement le passage de la DDHC qui est également utilisé par l’auteur pour justifier son argumentaire,
      – l’argument du problème que pose la TVA pour les liquidités n’a malheureusement rien de spécieux, je vous invite à créer votre entreprise et à voir l’impact d’une TVA à 19,6 qu’il faut payer aux fournisseurs et attendre de la récupérer auprès des consommateurs. Tout ceci pour que l’État perçoive sa taxe plus « rapidement » et pour qu’aucun consommateur n’y échappe,
      – je peux consommer peu et être riche (en investissant dans des parts d’entreprise ou en réinvestissant mes revenus dans mon entreprise qui ne subit pas la TVA), si je dilapide mon argent dans des clémentines, me direz-vous que je suis riche ? La richesse c’est le total de mes actifs (argent, biens mobiliers, immobiliers), donc mon compte en banque fourni et ma faible consommation font que je suis riche et que je consomme peu mon capital.

      @ Christophe, pourquoi la taxe devrait-elle être perçue lorsqu’on consomme et non lorsqu’on gagne ?

      Il n’est pas absurde d’extrapoler avec un « individu virtuel », ça permet de simplement de forcer le trait pour mettre en évidence le point.

      Je peux moi aussi reprendre vos formules. Ca donnerait ceci «En moyenne tout le monde gagne de l’argent. Et en moyenne, plus on gagne de l’argent, plus on est riche ! Donc où est le problème ?»

      Quant à la méthode de perception. C’est pas très compliqué. Dans le cas de la TVA on n’a quand même un régiment de fonctionnaires, même si ce sont les entreprises qui perçoivent les taxes. Dans le cas de l’IR, on a ce même régiment de fonctionnaires… Et donc cela ne revient pas au même : dans le cas de l’IR ce n’est pas à l’entreprise de le faire.

      Les gens en perdent tout bon sens, je ne vous le fais pas dire !

      @Cavagnac
      Nous sommes parfaitement d’accord. La question est de savoir comment financer les fonctions régaliennes de l’État. Par des taxes douanières, comme fût un temps (cela a constitué dans les 80% des revenus du Canada) ? Avec une TVA ? Sur les revenus ? Sur le patrimoine ? Avec une contribution volontaire ?

      Le problème avec la TVA c’est que c’est automatiquement une usine à gaz et une porte ouverte aux « niches ». On va se retrouver automatiquement avec des demandes pour moins taxer les biens de première nécessité, le logement principal, etc. etc. etc. Le bordel en perspective.

      Un IR avec flat tax me semble beaucoup plus simple à défendre et à gérer, et il n’est en rien plus injuste que la TVA. A choisir entre deux maux, j’opte pour l’IR, sans aucune niche fiscale, sans palier, sans seuil. Hop la, 10% fer alli et on n’en parle plus.

      Et de ces 10%, on consacre disons 50% pour financer l’impôt négatif et un chèque instruction pour remplacer toute l’usine d’assistanat et le système d’enseignement public. Ca nous donnerait un filet social minimal et inconditionnel. Ce filet social est un compromis à assimiler, ne serait-ce que temporairement, pour ménager les principales critiques antilibérales.

    • plus encore que morale c’est le

      l’épargne investie dans les entreprises fait monter les salaires, sans monter les impots, ni baisser les marges des entreprises…

      actuellement on a une crise de non-investissepment, non innovations

  • La TVA est injuste puisqu’elle contrevient à la Constitution à savoir l’article 13 de la déclaration de 1789.
    ART. 13. — Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable; elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés.

    L’impôt doit être :
    Egalement réparti = un seul et même taux (Ce n’est pas le cas avec la TVA)
    Entre tous les citoyens = Tous doivent le payer. (la TVA n’est payée que par les consommateurs en France)
    En raison de leur faculté = à un prélèvement proportionnel à leurs revenus. (Ce n’est pas le cas avec la TVA)

    • Tout à fait. C’est une erreur de l’auteur que de s’être basé sur la DDHC de 1789.

    • Trois arguments spécieux :
      * « également réparti » ne signifie pas un seul taux, mais le où les mêmes taux pour tous
      * ceux qui ne consomment rien ne sont pas des citoyens, ce sont des macchabées.
      * « faculté » ne signifie pas revenus.

      • Egalement réparti ne veut pas dire les mêmes taux pour tous car les uns seront portés sur la bouffe à 5 % de TVA et les autres sur les meubles ou les voyages à 20 %. Conclusion : ceux qui aiment les voyages sont discriminés.
        Il y a ceux qui consomment tout leur salaire et ceux qui n’en consomment qu’une petite partie en France en thésaurisant ou en achetant à l’étranger, donc tous les citoyens ne paient pas la même TVA en % de leurs revenus.
        Faculté dans le sens de la phrase signifie en effet revenu puisque la propriété est un droit inviolable et sacré et que nul ne peut en être privé, comme il est dit dans l’article 17 de la déclaration de 1789.
        ART. 17. — La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité.

        • Il n’y a aucune raison que la TVA soit différente en fonction du produit, sinon les cadeaux électoraux de nos politicards.

          En principe n’importe qui peut acheter à l’étranger, ça prend juste une connexion à internet.

          La thésorisation est une énorme connerie. Ca n’éxiste tout simplement pas. C’est un mot inventé par les socialistes pour dénigrer l’épargne.

          « tous les citoyens ne paient pas la même TVA en % de leurs revenus. »

          Peu importe. Ils la payent en fonction de leur consommation. Peu importe aussi que certains arrivent à en éviter une partie, l’argent qu’ils parviennent à économiser ainsi reste utile à la société.

          SI je consomme êu, mon niveau de vie est plus bas mais je fais plus d’épargne. Et quand on f’ait de l’épargne, c’est pas pour la beauté du geste, c’est toujours pour investir, ou pour sa retraite, ou en cas de coup dur. Quoi qu’il en soit je conteste que cet argent ne soit pas utile à la société.

          • Personne ici ne dit que l’épargne ne sert à rien.

            Le seul et unique point est le suivant : les différents taux de la TVA sont discriminatoires. Si on se base sur la DDHC de 1789, pour financer l’État c’est bien l’IR et non la TVA qui est suggéré.

  • La TVA est l’impôt le plus injuste parce qu’il est… le plus important.

  • La TVA est juste puisque plus on achète cher (puisqu’on a plus d’argent), plus la taxe va augmenter. Finalement, c’est une flat taxe de la consommation.

    D’autre part, chose intéressante: lorsque la TVA est prélevée, elle a fait « un tour dans l’économie ». En effet, si vous payez la TVA, c’est que vous avez consommé, et donc que vous avez fait tourner le commerce. Le commerçant à toucher sa marge, l’industriel aussi, le travailleur à vu son labeur trouver un débouché, ce qui est la condition sine qua non de son emploi (…. logique non?). Bref cet argent à fait vivre tout un microcosme! D’autre part, cet « impot » limite la corruption. Quoiqu’on fasse de votre argent, il aura fait son oeuvre dans l’économie avant de disparaitre. Alors qu’aujourd’hui on nous prélève a mort de l’argent qui du coup reste un poids inerte dans l’économie, ne fait rien tourner, et fini sa course dans le puits sans fond que l’Etat a creusé à son attention.

    Youpi.

  • En faite le meilleur système est comme a Hong kong: 0% de TVA et flat taxe de 15%.

    En France tu travailles tu payes des impôts et quand tu achète avec l’argent que tu as gagne a un magasin tu est retaxe de 19,6%. (double taxation)

    Une TVA a 0% évite tous trafiques en tous genre, surtout transfrontalier.

  • Entendu hier soir dans C dans l’air :
    dire que l’impôt proportionnel (flat tax) est juste, est un sophisme car proportionnel ne veut pas dire que le sacrifice est le même pour tout le monde. C’est l’impôt progressif qui est juste car la progressivité, c’est l’égalité de sacrifice.

    • +1 pour l’impôt progressif plus juste qu’un taux unique. Et celui-çi ne l’est pas assez (5.5, 14, 30, 45%). Actuellement les taux sont doublé ou triplé à chaque changement de bâreme !
      Et l’assiette n’est pas assez large. Même un temps partiel devrait être imposable, ne serait ce qu’un taux de 1 ou 2%.

      • Conneries.

        L’impôt progréssif est l’arme des socialistes, conçu pour casser la société. C’est même présenté comme ça par Marx.

        La justice n’a absolument rien à voir avec le sacrifice.

        Plus on est riche et plus on a une contribution forte dans la société, en tèrme de consommation, d’épargne (qui est une consommation différée), d’emploi…

        En sous-entendant que les riches doivent payer plus en proportion par soucis de justice, on nie cette contribution plus forte. En fait par envie, plutôt que par recherche de justice.

        • Vous dîtes « Plus on est riche et plus on a une contribution forte ». Insinuez vous qu’un personne comme Serge Dassault, qui gagne plus de 300000 fois le SMIC, produit 300000 fois plus qu’un smicard?

          Une imposition fortement progressive, allant jusqu’à une exonération de la majorité de la population, et une taxation à 100% sur les revenus et patrimoines issus de l’exploitation, garantirait une croissance optimale car éviterait les gaspillages dans la spéculations par les maîtres de l’économie.

    • Nous sommes au cœur de l’impossible dialogue avec les socialistes ! Leur idéologie extrémiste, obsédée par la soumission, pose que l’impôt doit être sacrificiel. En fait, les socialistes se moquent parfaitement de répondre rationnellement à des besoins ou même de redistribuer : avant tout, ils veulent faire souffrir pour assujettir et ainsi détenir fermement et sans partage le pouvoir. La redistribution n’est qu’une justification à leur fantasme criminel de propagation de la souffrance.

      Le socialisme est une survivance fantasmée de l’antique barbarie, une obscénité incluse dans le monde moderne. Le monde pourrait être infiniment plus prospère et accueillant pour chaque être humain si le socialisme n’existait pas. Le progrès de l’humanité impose donc de l’interdire sans barguigner plus longtemps.

  • Vous oubliez tous la classe moyenne dans vos raisonnements, qui ont des enfants, des ados, qui incitent aux dépenses soumises à un plus haut taux de tva et vous oublier que le riche qui dépense à l’étranger (ce qui est souvent le cas) paie moins de tva française par rapport à ces revenus. Un impôt qui se base sur des dépenses est forcément plus injuste qu’un impôt sur les revenus. Je ne comprends pas comment on peut raisonner comme vous le faites.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
austérité fiscale
3
Sauvegarder cet article

Certains pays ont choisi la flat tax, c’est-à-dire un impôt à taux unique. D’autres, comme la France, ont opté pour un impôt sur le revenu dit progressif qui varie de 0 % à 45 % selon les tranches d’imposition.

 

Impôt progressif

Ce choix permet de rééquilibrer les revenus des Français afin de lutter contre certaines inégalités avec la participation de certains d'entre eux.

Chaque contribuable étant sur un même pied d’égalité pour les impôts et taxes à taux fixe telle la TVA, nos gouvernants ont la possibilité de jou... Poursuivre la lecture

impôt équitable indemnités de licenciement
2
Sauvegarder cet article

Par Laurence M. Vance. Un article du Mises Institute

Le représentant John Linder (élu républicain de Géorgie) s'est retiré du Congrès et l'animateur de talk-show Neal Boortz est silencieux depuis des années, mais leur plan fiscal ne veut tout simplement pas mourir.

Dans le New York Sun, John W. Childs, homme d'affaires milliardaire et donateur du parti républicain, plaide en faveur du remplacement du système actuel d'impôt sur le revenu par une taxe de vente (sales tax) nationale. Il écrit :

Il existe une meilleure soluti... Poursuivre la lecture

Par Marius-Joseph Marchetti.

La cancel culture s’attaque désormais à Friedrich Hayek.

C’est ce qui ressort de cet article de The Spectator, sorti le 26 juillet 2021. En effet, un groupe nommé le LSE (London School of Economics) Class War demande la dissolution de la Hayek Society et de toutes les sociétés et associations qui sont « nuisibles aux étudiants marginalisés ». Ce sont bien les idées du « fondamentalisme de libre-marché » qui sont dans le collimateur, elles qui sont si dommageables aux classes populaires.

Peut-ê... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles