Légiférons sur les retraites dorées des ministres et fonctionnaires !

Alors que les médias et politiques s’enflamment pour les retraites dorées de quelques patrons, les Français feraient bien de s’intéresser aux retraites des élus et fonctionnaires. Car contrairement aux retraites des patrons, ils sont obligés de les payer.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Légiférons sur les retraites dorées des ministres et fonctionnaires !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 29 novembre 2013
- A +

Par Baptiste Créteur.

retraitésQu’un sujet soit médiatique et fasse le buzz ne dit rien de plus que l’intérêt qu’il suscite auprès des journalistes. Théoriquement sensibles aux sensibilités des lecteurs, les gratte-papier français ne le sont pas et n’ont pas à l’être : la survie de leur employeur dépend plus de l’arbitraire étatique que du choix des lecteurs qui, depuis longtemps et de plus en plus, les délaissent.

Les distributeurs de subventions sont convaincus qu’ils favorisent la liberté d’expression et le pluralisme ; les bénéficiaires des subventions sont convaincus d’en être les parfaites incarnations ; et le contribuable finance la médiocrité d’une presse unanime dans son apologie et son indignation. L’analyse a disparu de nos journaux, au profit de l’émotion ; ils ne décryptent plus la France et le monde, ils les racontent au travers du seul prisme idéologique possible à ceux qui vivent aux crochets de cet État qui, un jour, fut censé incarner l’intérêt général.

Parmi les sujets qui touchent les journalistes et les hommes politiques figure en bonne place, au même titre que le racisme, la montée du Front National, les discriminations, l’immigration, la franc-maçonnerie, les roms et l’optimisation fiscale, la rémunération des patrons. La question est posée : ces gens payés cher par l’entreprise qui les emploie, parfois même qu’ils possèdent, pour prendre des décisions stratégiques à long terme et assurer leur croissance, qui créent des emplois et de la richesse en allouant intelligemment les ressources, ces gens méritent-ils leur rémunération et avantages ?

La question est posée par des journalistes et des hommes politiques, mais aussi par un certain nombre de Français : les patrons méritent-ils leur rémunération ?

La question est posée mais ne se pose pas, car ni les journalistes, ni les hommes politiques, ni les Français ne sont légitimes pour déterminer la rémunération des patrons ; seuls le sont ceux qui paient le salaire des patrons, qui en fixent les conditions et le montant. Évidemment, dans le système socialiste de copinage français, certains patrons doivent leur rémunération (et, souvent, leur place) à leur appartenance ou proximité avec certains réseaux. Mais dans le cas d’entreprises privées qui n’ont d’autre lien avec l’État que les considérables prélèvements, taxes et impôts dont elles sont accablées, la question ne mérite pas d’être posée.

C’était sans compter sur nos politiciens qui, à chaque fois qu’ils ouvrent un journal, envisagent de légiférer. C’est le cas d’Arnaud Montebourg, qui parvient comme la plupart de ses confrères à être aussi nuisible qu’impotent.

Sur les moyens de régulation de la rémunération des patrons, le ministre souligne que «l’autodiscipline (invoquée par le Medef, ndlr) reste à démontrer puisqu’il faut la régulation par le scandale pour que les choses évoluent».

«Si l’inefficacité est démontrée dans le prochain cas à venir, il faudra légiférer», estime-t-il. «Pour les entreprises privées, si l’autodiscipline ne fonctionne pas, le législateur est parfaitement en droit de procéder à une réglementation», martèle Arnaud Montebourg. «C’est tout à fait possible et cela existe déjà dans d’autres pays d’Europe, comme la Suisse» où les parachutes dorés ont été supprimés, conclut le ministre.

Évidemment, Arnaud Montebourg a raté l’actualité suisse. Espérons qu’il ne rate pas cette sympathique vidéo, suisse également :

Et s’il veut s’inspirer de la Suisse, Arnaud Montebourg peut toujours proposer la suppression du statut de fonctionnaire ; au lieu de cela, dans un pays qui croule sous la dette, les taxes et la réglementation, on envisage d’interdire les tatouages colorés.

Montebourg n’est malheureusement pas le seul à s’exciter :

Le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, a lui aussi estimé jeudi qu’il fallait «envisager de légiférer» pour «plus de transparence» sur les plus hautes rémunérations dans le secteur privé. «Il faut, si le code que le patronat a lui-même édicté ne fonctionne pas, envisager de légiférer. On ne peut pas l’écarter», a-t-il dit sur RTL.

Et, malheureusement, les hurluberlus qui nous gouvernent ne s’excitent pas dans le vide ; nous vivons dans un pays où des gens qui n’ont jamais travaillé dans le privé et ont toujours vécu de l’argent du contribuable ont le pouvoir de réduire les rémunérations du privé et augmenter les prélèvements au contribuable.

La retraite est pourtant un sujet crucial ; la retraite par répartition, dont l’effondrement est de plus en plus certain et pourrait survenir d’ici quatre ans et que les majorités successives d’incapables sont incapables de réformer ; mais aussi la retraite dorée des élus et des fonctionnaires. Car à la différence des retraites des patrons qui relèvent de décisions librement consenties, tous les contribuables sont obligés de payer pour les retraites des fonctionnaires et élus et d’abonder au système de retraite par répartition. S’il y a des chantiers auxquels s’attaquer, ce sont avant tout ceux qui concernant l’ensemble des Français, pas ceux qui regardent les actionnaires de PSA et monsieur Varin.

Car le coût direct des retraites des élus – du maire au député, et évidemment au président – auquel s’ajoute le coût caché dans les différentes subventions louches d’élus à associations d’anciens élus (bonjour Yann Galut), est rarement évoqué à l’Assemblée ou dans les médias grand public. Les différences de traitement entre public et privé tout autant, alors qu’elles sont inéquitables et coûteuses.

Mais les retraites des élus et fonctionnaires ne sont pas un sujet médiatique. L’opinion, elle, commence à s’y intéresser à mesure qu’elle comprend que tout ce que l’État dépense, les Français le financent. Ils envisagent sans doute d’y changer quelque chose, mais, malheureusement, ceux qui vivent les lois au quotidien ne peuvent pas légiférer ; et ils semblent encore prêts à accepter de déléguer ce pouvoir à des incapables au-dessus des lois comme Arnaud Montebourg qui n’ont pas à payer le prix de leurs erreurs, ou à obtenir le moindre résultat en échange de leur rémunération.

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • Le problème concernant monsieur Varin n’est pas uniquement lié à un contrat d’ordre privé passé entre les actionnaires et lui. Il y a problème parce-que la société qui l’emploie et doit provisionner cette retraite est actuellement en difficulté et vit en partie sous perfusion d’argent public (et je ne parle pas que des primes à la casse). C’est aussi un problème en soi (là, je parle aussi de ces fameuses primes), mais c’est ce qui légitime l’État à mettre son nez dans cette affaire.
    Cette remarque n’enlève rien à la qualité de l’article par ailleurs.

    • L’Etat légitime? Mais déjà, si Peugeot est sous perfusion d’argent public, n’est ce pas aussi du aux charges écrasantes de l’Etat susnommé? Si l’Etat n’imposait à PSA de payer plus que n’importe quel autre constructeur automobile, hors français, Peugeot serait il sous perfs?

      Qu’on soit clair, l’Etat n’est pas le docteur qui met sous perf son patient pour le sauver. C’est le docteur qui d’abord te tranche les veines et ensuite te met une perf et te demande de le remercier pour t’avoir sauver la vie. Donc non, l’Etat n’a aucune légitimité là dedans. Surtout quand on a 80 milliards de déficit, je ne vois pas comment ces cons osent donner une leçon de bonne gestion à quiconque. Qu’ils se gardent leurs bonnes recettes pour eux mêmes.

      T’imagine? C’est comme si un mec interdit à la banque de France parce qu’il s’est endetté pour acheter une Rolls Royce alors qu’il ne gagne que 1500€ par mois, t’expliquait demain à toi que tu devrais arrêter d’acheter des produits bio, car comprends tu, c’est cher et tu ferais mieux de garder ton argent…. O_O

      Les cons ça osent tout.

      Maison est d’accord, l’article est bien écrit et agréable à lire.

  • Je trouve que cette affaire est une bénédiction, on va pour voir convertir en une somme unique les retraites des politiques et des fonctionnaires.
    Les 25 000 € nets par mois que devaient toucher Varin correspondent à une retraite chapeau de 21 millions.
    Donc on pourra dire que Juppé qui touche 10 000 € par mois aura eu une retraite chapeau de 9,24 millions par une simple règle de 3.

  • C’est ça, attaquons nous à ces retraites et tout rentrera dans l’ordre…
    Le système de retraite de nos élus (et non les fonctionnaires dans leur ensemble) est aberrant. Juppé est d’ailleurs un tout petit joueur par rapport à VGE par exemple. Et même si ces sommes sont ridicules par rapport au trou de la dette, on se doit par justice de légiférer dessus.
    Parlons de justice alors. Vous estimez que les fonctionnaires touchent trop de retraite? Dans ce cas allons au bout des choses. Si l’idée est de dire que les règles privé / public soient les mêmes (ce qui est mon avis) alors il faut également requalifier les postes et salaires. A formation et responsabilité équivalente un fonctionnaire gagne moins. Donc il faudra les augmenter, et là les retraites pourront être les mêmes.

    De plus votre idée me semble assez limitée. Si votre souci est de baisser les charges de l’état, attaquons nous alors à l’efficacité du système. Regardez le nombre de lycées par ville, le nombre d’universités par régions, le nombre de formations avec moins de 5 élèves en faculté, le nombre d’institut de recherche d’une même entité dans une même ville, … Chaque doublon se voit attribuer d’un nombre d’administratifs pour gérer le bâtiment, gérer le secrétariat.
    Quel est le rôle des départements que la région ne pourrait pas assurer? Quel intérêt d’une mairie pour une commune de moins de 10000 habitants? Pourquoi ne pas regrouper les forces, gagner en efficacité et faire des économies d’échelle?

    Allons plus loin. Si l’idée est de dégripper le système, alors -et ceci n’est que 2 exemples parmi tant d’autres-
    – pourquoi sauvegarder la mafia que représente les notaires en france? Regardez l’argent qui part dans leur poche, qui dort sur leur compte en banque à chaque acquisition ou changement de propriétaire d’un bien immobilier?
    – pourquoi accepter que des dentistes ou prothésistes mettent autant de marge dans les soins alors qu’ils sont les seuls professionnels à avoir un contrôle total de la concurrence (numerus clausus) et une assurance d’être payés (sécurité sociale et mutuelle)

    Donc, s’il vous plait, plutôt que de taper toujours sur les mêmes, innovez.

    • Pour ce qui est des dentiste, je crois que 60 mllion vient de sortir un article où on en prend encore plein la gueule, donc rassurez vous y’a pas que les fonctionnaires. Ils ont juste oublié de dire qu’on est déficitaire sur 70 % de notre activité , les soins qui n’ont pas été revalorisés de puis 20ans au moins.Et pour qu’on continu à faire des soins surlesquels on perd de l’argent, on nous a laissé le tarifs libres pour la prothèse, plus pour très longtemps rassurez vous. D’ailleurs dans quelques années vous aurez de plus en plus de mal de trouver des dentistes dignes de ce nom. Je suis lême très satisfait qu’ancun de mes enfants ne prenne ma suite, si les choses continuent à ce rythme c’est une profession qui va disparaitre.
      Et en plus de celà il faut aussi qu’on se constitue une retraite au premier euro, vous , vous pouvez être tranquille, quoi qu’il arrive vous la toucherez votre retraie.

    • Vous inquiétez pas le socialisme à ce pouvoir magique de liguer les gens, les communautés les unes contre les autres. Bientôt nous allons loucher sur le voisin qui roule en BMW. Puis viendra votre voisine qui a l’air en bonne santé, vous allez la haïr. Il restera la vodka. Vive la vodka.

    • bluesmartini : « Dans ce cas allons au bout des choses. Si l’idée est de dire que les règles privé / public soient les mêmes (ce qui est mon avis) alors il faut également requalifier les postes et salaires. A formation et responsabilité équivalente un fonctionnaire gagne moins. Donc il faudra les augmenter, et là les retraites pourront être les mêmes. »

      —> C’est totalement faux : http://www.contrepoints.org/2012/09/06/7697-salaires-des-fonctionnaires-prive-avantages

      • ils parlent dans cet article de salaire moyen. Mais de façon moyenne les les fonctionnaires sont plus diplômés que dans le privé.
        un bac+3 est considéré niveau salaire dans le public comme bac+2, un bac+5 comme un bac+3 et un bac+8 comme un bac+5.

    • L’un n’exclut pas l’autre !

      Pourquoi toujours chercher à se défausser, de cette manière ?

      L’article parle des fonctionnaires. Il est donc normal (et justifié, et sain) de cogner sur ces derniers !

      Je suis toutefois d’accord avec vous : les notaires, faudrait cogner dessus aussi.

      Mais encore une fois, arrêtons à chaque fois de jouer au jeu du faux miroir.

      La crapulerie des uns n’excuse en rien la crapulerie des autres.

      Et comme je dois me couler dans le moule, j’ajouterai -au sujet des fonctionnaires- que le scandale originel ce n’est pas tant leurs retraites… mais bien leur statut.

      Il est urgent de le démonter à coup de cric.

      La garantie de l’emploi à vie en 2013, dans un pays qui compte officiellement 5.5 millions de crevards du privé au chômage ou en sous emploi, c’est simplement obscène.

      Il n’y a pas d’autres mots.

      Obscène.

      Mais réjouissons-nous : we are coming after you.

      Ils passeront à la casserole. Petit bout par petit bout (regardez « France Télévision »… ça licencie… les syndidats sont en panique).

      On commencera donc par la périphérie, les trucs trop voyants (« agences » à la con, l’audiovisuel, la « culture »)… et puis on se rapprochera du coeur : grattes papier, élus, etc.

      Y’a du boulot.

      • Yes, la gangrène étatique a attaqué les bras et les jambes. La tête bave depuis longtemps. Reste que le tronc….hélas tant que le cœur bat. Poum chac…un jour de plus de perdu.

    • « Pourquoi ne pas regrouper les forces, gagner en efficacité et faire des économies d’échelle? »

      Parce que pour gagner les élections, faut acheter un max de voix.

      • Je crois hélas que vous avez raison. Plus de morcellement signifie plus de chefs, donc plus facile de les gérer. Nous payons en partie les conséquences de Mai 68

        • Ce n’est pas une histoire de qui commande qui ou quoi, c’est juste une histoire de chiffres. Plus vous arrosez, plus vous avez des chances que les gens votent pour vous.

    • pourquoi accepter que des dentistes ou prothésistes mettent autant de marge dans les soins alors qu’ils sont les seuls professionnels à avoir un contrôle total de la concurrence (numerus clausus) et une assurance d’être payés (sécurité sociale et mutuelle)

      A priori, vous ne connaissez pas le problème; il en est de même quand vous parlez des notaires. Je vous conseille les uns et les autres de lire un écrit de mr Sannat sur les vrais raisons de la crise que vous trouverez sur « le contrarien.com ». En effet, l’attaque médiatique de ce début de semaine envers les dentistes a abouti et joue son effet. quelques semaines en arrière, il s’agissait de prendre à défaut les opticiens; maintenant, les dentistes! mais vos vœux vont être exaucés: en 2014, la profession aura l’obligation de mentionner sur chaque devis le coût du prothésiste et…..des charges du cabinet! vous serez, alors, comblés de voir un peu plus de « libéral, s’envoler mais serez déçus de constater que la marge ne sera pas celle que vous croyez. Quant au numérus clausus, c’est une aberration. Nos petits français, de ce fait, partaient en Belgique voilà quelques années, faire leurs études, ils vont maintenant en Roumanie.Seront-ils moins bien formés? pas si sûr mais ce qui est certain, c’est que déjà, ils sont légion à ne plus vouloir revenir au pays. Ce sont les roumains, espagnols(formés parfois en Amérique du sud mais ayant validé leur diplôme lors d’un passage en Europe…) qui vous soigneront. Par ailleurs, Si la sécurité sociale n’existait pas, les dentistes travailleraient-ils? Je répondrais que la compétence est toujours rémunératrice. Je pense avoir toute objectivité dans ma réponse puisque j’ai été dentiste salarié dans un centre mutualiste, dentiste conseil pour une caisse de SS, et libéral de nombreuses années. Puisque le sujet porte sur les fonctionnaires, je peux vous assurer que le montant des cotisations n’a rien à voir; quant au montant de la retraite, n’en parlons même pas. Juste un oubli, je n’ai pas abordé la notion de stress au travail, vous seriez étonnés!

    • Avant de vous en prendre aux dentistes, lisez donc cet article qui pourrait vous ouvrir un petit peu les yeux sur le problème : http://www.blogdentiste.com/3-verites-sur-la-chirurgie-dentaire-en-france/

  • Oui, le privé ne paye plus le public, d’où les emprunts d’Etat….
    Des fonctionnaires qui empruntent pour eux mêmes. On est jamais mieux servi que par soi même.

  • Varin c’est quelques millions provisionnés. la retraite Vichy-Ponzy, c’est plus de trois mille milliards non financés.

    En fRance, on aime enculer les mouches.

  • « interdire les tatouages colorés ».
    Sincèrement nous avons un parlement de champions.
    Je pense qu’il faudrait interdire tout simplement de vivre. ET oui vivre c’est dangereux…

    • Le streaming de film. Le string en nylon, l’air qui sent mauvais. Le voisin moche, la voisine qui rote. Le chien qui crotte. Non, on peut trouver et taxer n’importe quoi. Tirer un coup, fumer une vapo cigarette. Il n’y a pas de fin: c’est l’histoire sans fin du socialisme. Le socialisme prend fin à la mort de celui qui le nourri.

  • Poser la question de savoir si une retraite est méritée est sans issue…c’est une curieuse habitude d’accoler un mot à connotation morale à un autre qui n’en a aucune. dans le registre, on a aussi la taxation juste…

    Une retraite ne se mérite pas elle se finance…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
retraites
3
Sauvegarder cet article

Dans le concert des pays développés et dits libres, la France tient une place à part : voilà qui devrait satisfaire les souverainistes de tous bords. La place est celle des élèves au bonnet d’âne dans un coin de la classe.

Car il est dramatique d’observer que l’âge de la retraite a été au cœur des projets des partis en présence, et se situe déjà au cœur des débats sur la cohabitation et la réforme des retraites que le Président a promis de « boucler à l’été 2023 ».

Je ne veux pas m’étendre sur le sujet, puisque je n’ai cessé d’é... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article

Et c'est avec de fort jolis mouvements de jarrets vifs et musclés que l'inflation continue de grimper fermement notamment dans la zone euro, pendant que l'INSEE continue d'afficher des chiffres de plus en plus insolents et décalés avec la réalité vécue par les Français.

Les 5 % crânement affichés jusqu'à présent vont rapidement se muer en 8 % et en zone euro on peut même tabler sur un joli petit 12 % d'ici à la fin de l'année alors que l'inflation des coûts à la production continue de grimper de façon jugée "dramatique" par tous les sp... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Marques. Un article de l’Institut économique Molinari

Comment se comparent les rendements de la répartition et de la capitalisation ?

Pour répondre à cette question, le concept de taxation « pure » ou « implicite » est utile. Il repose sur une comparaison entre le rendement de la répartition et celui de la capitalisation.

À prestation égale, la capitalisation permet au futur retraité de cotiser moins qu’en répartition pure puisque les versements produiront des intérêts permettant de bonifier les retraites.

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles