Financement des infrastructures et écotaxe : halte à l’intox !

D’aucuns prétendent que l’abandon de l’écotaxe nuirait au financement des infrastructures routières. Mais combien coûtent les infrastructures et combien rapportent les automobilistes ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Portique écotaxe sur une autoroute française (Crédits : Murielle29, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Financement des infrastructures et écotaxe : halte à l’intox !

Publié le 20 novembre 2013
- A +

Par Kevan Saab.

Portique écotaxe sur une autoroute française (Crédits : Murielle29, licence Creative Commons)
Portique écotaxe sur une autoroute française (Crédits : Murielle29, licence Creative Commons)

Le mouvement des bonnets rouges en aura surpris plus d’un : venue d’un fief socialiste, la fronde fiscale qui a retenti jusqu’à la capitale a renvoyé au placard l’écotaxe, un impôt dont le nom bobo-compatible et l’impact indirect sur le Français lambda aurait dû lui assurer une introduction discrète dans le porte-monnaie du quidam moyen. Assurément, voilà un impôt qui aurait violemment calmé les ardeurs entrepreneuriales de nos amis bretons, qui comme tient à le rappeler M. Mélenchon ont le culot de tenter tant bien que mal d’exporter leurs produits dans toute l’Europe ! On murmure aussi qu’ils feraient ça afin d’en dégager un profit ! Non mais, où va le monde ?

Manque de bol pour l’exécutif, la filière agricole bretonne, mourante, a décidé de faire des siennes sur le chemin de l’abattoir, semant la zizanie dans la bétaillère. Le mal s’étant propagé à d’autres régions, l’État se retrouve aujourd’hui dans l’embarras pour faire rentrer cette énième goutte d’eau dans le vase fiscal déjà plein à ras bord.

C’était sans compter sur l’ingéniosité d’une petite clique de députés PS, EELV et UDI, qui n’hésitent pas à monter au créneau (ici dans Le Monde) pour défendre la taxe maudite, brandissant fièrement l’argument du financement des infrastructures routières en défense de l’écotaxe, qui si abandonnée, amputerait la pérennité des infrastructures du pays. Allons donc voir ce que les faits disent sur la question.

Les infrastructures routières : combien ça coûte ?

La France possède le réseau routier le plus étendu d’Europe, rien de surprenant étant donné que notre pays est aussi le plus étendu d’Europe occidentale. Évidemment, l’entretien et l’agrandissement d’un tel réseau nécessite des investissements annuels importants, ainsi, le European Road Network estime dans son rapport annuel à 11 942 millions d’euros les investissements totaux annuels  publics et privés  en France dans l’expansion et l’entretien du réseau. Pour mettre cette somme en perspective, on pourrait dire qu’elle représente plus ou moins 0,5% du PIB français, ou grosso modo l’équivalent de 1% de la dépense publique en France (et encore certaines de ces dépenses sont encourues par les compagnies d’autoroutes).

Les automobilistes : combien ça rapporte ?

Les automobilistes et les transporteurs routiers étant les principaux utilisateurs de ces infrastructures, on est en droit de se demander combien ces usagers de la route font rentrer dans les caisses de l’État pour les 12 milliards de dépenses annuelles qu’ils génèrent. Voilà donc le compte-rendu détaillé pour l’année 2010 :

Revenus

(en milliards d’euros)

Taxes sur les produits pétroliers

32,26

Taxes à l’immatriculation

1,92

Revenus des péages autoroutiers reversés à l’État

3,93

Taxes sur la possession de véhicules (ex : TVS)

1,27

Autres taxes

1,20

TOTAL

40,58

 

Sans compter les retombées économiques annexes générées par les utilisateurs de la route, ces derniers payent sous forme de taxes diverses et variées près de 3,5 fois le prix de tous les investissements routiers annuels en France !

Avant d’imposer une nouvelle taxe sur les usagers de la route, eux qui ont déjà largement été mis à contribution ces dernières années, au prétexte d’améliorer les infrastructures qu’ils utilisent, commençons par retrouver la trace des 40 milliards d’euros annuels qu’ils font rentrer dans les caisses publiques.

Source : European Road Statistics 2012.

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • Les chiffres qu’aucun média (à part vous) n’a relayé de l’actuel TIPCE (ex TIPP) parlent d’eux mêmes.
    Ils suffisent amplement à entretenir et investir dans les infrastructures routières et même ferrés !
    Par contre ils ont renouvellé les concessions sur les autoroutes à des entreprises qui n’ont pas rempli leur part du contrat de manière satisfaisante (défaut de bonne maintenance).
    L’Etat est sur ce dossier soit des incompétents ou pire des corrompus.

  • Il y a aussi la taxe a l’essieu sur les camion, je ne sais pas si elle comprise dans votre liste, on pourrait aussi inclure les amandes ect ect on est sans doute loin du compte

  • clair et net.

    ecotaxe, carbonne , réchauffement climatique. les bobo adorateurs du loup en liberté, niquecarla hulot et son deltaplane, yan- arthus ( tient ! pas trés ouvrier comme nom ? ) et son helicoptère, auraient du aller plus vite en besogne pour leur impot pipo, et le faire voter au millieu des année 2000, quand le hasard qui commande au climat, à donné à la france des année chaude et sèches, la pilule aurait mieux passée auprés des agriculteurs du nord de la france. ceux-ci sont confronté depuis plusieurs années à un trés mauvais temps, pluie, froid, neige en mai, -15°c dans des zones pourtant océaniques, qui, mème s’ils peuvent etre crédules et regardent la TV vers 20 h 30, les font douter de la réalité du  » réchauffement global « .
    on est le 20 novembre, et une nouvelle foi, il neige abondement en plaine sur la moitié nord: les bobards, ça prend un moment, mais mème les plus con finissent par ce rendre compte qu’on les mène en bateau.

    qu’on utilise deja les impots existant comme il se doit avant d’en inventer de nouveau.

  • Article qui dénonce bien la gabegie de l’état et surtout le mensonge des politiques, à ce stade il n’est plus question de parler d’incompétence, trop facile.

    En effet, les structures routières et autoroutières françaises sont très largement financées par les impôts et taxes (directs, indirects, local, état).
    L’écotaxe, le nom suffit à lui seul à susciter le rejet et dont il est nécessaire de bien rappeler l’origine (grenelle de l’environnement, entre autre) aurait pu dans son idée, se justifier par l’élargissement de l’europe.

    Ainsi, cette taxe prélevée via des portiques et autres systèmes cinétiques, frapperait-elle tout le monde en europe, roulant sur n’importe quel sol.
    Il y avait la une certaine idée d’équité, à la condition expresse et seulement, qu’à son instauration soient supprimés tous les autres prélèvements nationaux de toutes natures, nous aurions même pu envisager une diminution drastique de ceux-ci eu égard aux chiffres (avérés) que produit l’auteur.

    Mais d’évidence ce n’est pas ça qu’ils veulent, cette taxe est un impôt supplétif qui sert à alimenter les caisses d’états qui sont des puits sans fonds (1).
    Plus grave encore, une partie non négligeable de cet argent (nous le dénonçons tous depuis des années) servirait à alimenter les caisses de mouvements écologistes et autres ONG satellitaires ainsi que des syndicats de toutes nature.
    Sans compter que la manne que se partage les entreprises tant conceptrices que gestionnaires des installations, garantit pareillement l’état de la fidélité d’icelles.

    C’est par le principe récurent de l’impôt que l’état structure sa puissance, assoit son pouvoir (Absolutum dominium) et se donne les moyens de son clientélisme, la corruption est ainsi totale.
    Dès lors nulle surprise de constater que des élus viennent soutenir le dossier, ils défendent ainsi leurs propres intérêts et prébendes et préservent leurs invraisemblables mais pourtant réels avantages.

    (1) l’analogie avec l’astrophysique et l’état est troublante, les trous noirs par leur singularité empêchent la matière et le rayonnement de s’en échapper, l’état est ainsi un véritable trou noir économique, culturel, et humain.

  • Il y a une grosse coquille dans cet article. Vous mentionnez 11 942 millions d’investissements qui se transforment plus loin en 12 milliards.
    Une relecture avant parution serait la bienvenue.

    • 11,942 milliards arrondis à 12… c’est pas vraiment une coquille !

      • CQFD, les écolos enculent les mouches

        • Oui ma Najat a dit qu » elles étaient consentantes.

          L’ état dit que cette écotaxe servira a financer des nouvelles infrastructures écologiques ( ferroutage entre autre). Et c’ est vrai que l’ expérience nous montre que les sommes prélevées par l’ état pour de bonnes raisons sont toujours détournées, pour ça on peut lui faire confiance.

      • Il est inqué millions et non milliards. Il faut mettre ses lunettes avant de répondre

        • 11 942 000 000 d’Euros = 11 Milliards 942 millions d’Euros (soit « à la louche » 12 milliards ou 12 000 000 000)
          Je suppose qu’avec votre pseudo, vous ne portez pas de lunettes, mais des lentilles.

        • @Ecolo2000

          1 000 millions = 1 milliard

          Encore faudrait-il savoir compter avant de critiquer.

  • L’analyse est intéressante. elle gagnerait en crédibilité si les sources concernant les recettes, étaient citées, et si l’auteur de l’article affichait clairement son identité, ne pensez vous pas? Merci toutefois pour l’analyse que vous nous proposez.

  • Quelqu’un a pensé à maintenir l’éco-taxe pour les étrangers en transit ?

    • Il est nettement plus malin de ne pas taxer non plus les étrangers, en échange d’une gratuité pour les français à l’étranger. Ça revient peu ou prou au même sur le plan des échanges financiers mais ça ne coute rien en administration.

  • Flamby : conneries sur conneries,…… a part accident cerebral, ou s’arretera-t-il ?

  • Ne me parlez pas du réseau routier en France, c’est une calamité. Partout, dans le moindre Bourg fleurissent les ralentisseurs, si haut à casser les ressorts, même à 20 km heure. Donc obligé de prendre les grandes axes! La signalisation est désastreuse, ils ont des  »benêts » à la DD…. Et les autoroutes? Il faut tout de même savoir qu’elles ont été vendues en partie à bas pris à des particuliers , comme Raymond Barre etc… bien placés et ce sont eux qui encaissent le bénéfice!!!
    L’Etat ne devrait pas se plaindre, mais tout argument pour faire des recettes, pur mensonge souvent, est bon!

    • Vous oubliez le fleurons de nos infra-structures, outils à ruiner du pneu, user du carburant parceque ça casse l’élan, user des plaquettes de frein…j’ai nommer le rond-point.

      Je vous dis pas le prix c’est indécent.

      je pense honnêtement que seul 1 rond point sur 3 est efficace (dangerosité des carrefours ou régulation du flux). Le reste n’est qu’une chimère couteuse.
      Et pour les extremistes des accidents, la solution 1 flic régulièrement dans les carrefours, c’est dissuasif, et les gens ralentissent dans le doute que le flic y soit.
      1 flic, ça coute moins cher que ces rond point, et ça fait de l’emploi.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
infrastructures écotaxe
0
Sauvegarder cet article

Par Jonathan Frickert.

Votée tard dans la nuit de mardi à mercredi, le Sénat a validé le projet d’une écotaxe frappant les camions circulant sur l’autoroute A35 reliant les deux villes alsaciennes de Saint-Louis au sud à Lauterbourg au nord.

Si le projet doit encore recevoir l’aval de l’Assemblée nationale, le principe semble être acté, d’autant qu’il avait été annoncé en catimini par une ordonnance publiée au printemps et ouvrant la possibilité d’une taxe sur le fret routier en Alsace.

Il faut dire que l’autoroute en que... Poursuivre la lecture

l'écotaxe
0
Sauvegarder cet article

Par Michel Gay.

L’écotaxe avait été imaginée par le Grenelle de l'environnement de 2007, puis abandonnée fin 2014 suite à la fronde des « bonnets rouges » qui emporta les portiques et leurs caméras de contrôle après une coûteuse installation aux frais du contribuable et n'ayant jamais servi.

L'écotaxe : la taxe « écologique » de trop

Suite aux réflexions orientées par des professionnels lors la Convention citoyenne pour le climat, et au projet de loi présenté le 10 février 2021 en conseil des ministres, l'exécutif s’interroge su... Poursuivre la lecture

Par Michel Negynas.

Le président Macron a fait du « sauvetage » du climat un support pour exister sur le plan international. L’accord référent n’est il pas l’Accord de Paris ?

L’écologisme macronien

Mais on sent bien que pour lui les questions environnementales sont des sujets parmi d’autres, avec un fort relent électoral. Il est jeune, mais toutefois pas suffisamment pour avoir connu Science Po telle qu’elle est maintenant : un organe de propagande pour écologistes radicaux post-modernistes.

À beaucoup de détails, on sub... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles