Angela Merkel : vous n’avez rien à craindre si vous n’avez rien à cacher

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Angela Merkel (Crédits : World_Economic_Forum, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Angela Merkel : vous n’avez rien à craindre si vous n’avez rien à cacher

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 31 octobre 2013
- A +

Par Philippe Nantermod, depuis la Suisse.

Ironie de l’Histoire. Ceux qui s’indignent aujourd’hui de l’espionnage pratiqué par le gouvernement américain ne trouvaient rien à redire lorsque les fiscs allemand et français achetaient des CDs de données volées. C’est avec les honneurs que les Falciani et autres Condamin Gerbier furent accueillis par les « grandes démocraties » européennes. Drapés de vertus, c’est au nom de la lutte contre les fraudeurs que nos partenaires économiques nous ont imposé tour à tour les demandes groupées d’informations, FATCA, l’échange automatique, l’espionnage industriel et la délation comme morale politique.

Personne n’approuve l’évasion fiscale, comme il ne se trouve aucune voix pour encenser la fraude aux assurances sociales ou les délits financiers en tout genre. Toutefois, la tradition démocratique exige que les enquêtes fiscales soient réalisées dans un cadre strict de légalité, garantissant aux citoyens concernés la possibilité de se défendre. L’abolition du secret bancaire, tant souhaitée par les dirigeants d’États en faillite, liquide les garanties de procédure pourtant inscrites dans les conventions internationales de protection des droits de l’homme.

À de multiples reprises, pour couvrir quelques établissements financiers peu scrupuleux, le Conseil fédéral a capitulé face aux exigences étrangères, poussant l’absurde jusqu’à reconnaître le fraudeur du fisc comme l’ennemi public numéro un. Il sera permis au fisc de mettre son nez dans les comptes des individus sans aucun contrôle. À titre de comparaison, placer sous écoute un pédophile présumé exige l’intervention d’une autorité indépendante. Ce droit ne sera plus accordé à l’indépendant suspecté d’avoir rempli incorrectement sa déclaration d’impôts. Notre société combat avec plus de célérité les tricheurs du fisc que les criminels de droit commun, c’est dire…

Angela Merkel s’émeut d’être surveillée à son insu. Quelle indécence que se plaindre de se voir soumis au même traitement que celui que l’on accorde à ses concitoyens. La sphère privée de la chancelière ne mérite pas davantage de protection que celle des Allemands qui ont le malheur de disposer d’un compte en Suisse. Quelle différence y a-t-il entre l’espionnage pratiqué au moyen de données volées et les grandes oreilles de la NSA qui renseignent le président Obama sur les moindres faits et gestes de son homologue allemande ? Je n’en vois pas.

Le scandale des écoutes téléphoniques doit pousser notre gouvernement à remettre la question de la protection de la sphère privée sur la table et à montrer que le secret bancaire constitue moins un révolver pointé contre l’État qu’une barrière juridique vitale contre les dérives de gouvernements aux abois. Malheureusement, plutôt que de profiter de l’occasion pour mettre un terme au voyeurisme ambiant, le Conseil fédéral préfère marcher dans la combine en cryptant ses communications. Triste réalité.


Sur le web. Publié dans le Nouvelliste, le 29 octobre 2013.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Bien sûr, que notre société combat avec plus de célérité les tricheurs du fisc que les criminels de droit commun : ces derniers sont des socialement proches !

    Les états n’étant rien d’autre que des mafias, les assassins, violeurs, voleurs et cie sont bien plus proches d’eux que les victimes communes à ces deux groupes de pourritures…

  • Les crétins qui veulent « une harmonisation fiscale » ou « une transparence fiscale », ne se rendent pas compte qu’ils vont être broyés par ces monstres froides que sont les états.

    Lorsque toutes les mafias étatiques se serreront les coudes, il n’y aura plus d’échappatoires pour le pauvre petit individu.
    Les états pourront à loisir s’accaparer les richesses et le travail des citoyens.
    Bienvenue en esclavage !!

  • Oui, c’est juste.
    Le phénomène révolutionnaire majeur du XXes, l’informatique, échappe encore largement à la conscience collective. Le peuple se réjouit des informations divulguées par Mediapart mais s’effraie de l’intrusion des polices ou des agents économiques dans sa vie privée.

    Oubliant sans doute que cette hypertransparence universelle (annoncé clairement par Virillio des 1985 – eh oui il faut rendre à César… -) remet en question très profondément toutes nos idées sur les prétendus « pouvoirs » démocratiques, en adoptant l’idée pernicieuse de la suppression de toutes les barrières.

    En allemand on dit « Wissen ist Macht » (le savoir c’est le pouvoir), mais l’accès aux « machines de vision »
    et aux techniques de camouflages (clairement héritées de la culture guerrière), sont en contradiction totale avec l’idée démocratique de la séparation des pouvoirs sensée protéger les intérêts individuels.

    Nos vues politiques ont toutes encore 5 trains de retard et la plupart des sociologues aussi.

  • Signalons que ces employés indélicats de banques suisses sont venus proposer leurs listes aux belges, qui les ont refusées, signalant qu’utiliser des données volées était assimilé à du recel.

    En France, on ne s’embarrasse pas de ces délicatesses …

  • Vous ne voulez pas que les gouvernements vous espionnent (enfin j’espere)?
    Il y a une solution tres simple, qui ne depends que du nombre de personnes qui l’appliqueront: dans toutes vos conversations telephoniques, ou sur internet, faites systematiquement usage des mots cles qui leur servent de base pour vous surveiller: parler donc de trafic de drogues, de tuer le president des Etats Unis, de terrorisme, de Al Quaida… ca devrait suffir a les occuper pour quelques siecles…

  • C’est surtout un ensemble de chose qui nous a conduit a la fin de la vie privée notamment l’existence des banques centrales et la fin de l’étalon or classique.Je passe sur les lois sécuritaires dont l’efficacité est relativement faible.Je passe sur l’existence de l’impôt sur le revenu…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Gay et Dominique Finon.

Duplicité et effets d’annonces sont à la manœuvre dans l’Union européenne pour saborder discrètement le nucléaire dans les faits.

Paradoxe et duplicité

La Commission européenne a publié le 31 décembre 2021 un document appelé « taxonomie » sur les critères de classement des technologies pouvant donner lieu à financement privilégié par les fonds verts. Le nucléaire y figure ainsi que les centrales électriques à gaz très émettrices de CO2 (plus de 400 gCO2eq/kWh), sous le prétexte de faciliter la ... Poursuivre la lecture

Pierre Baudry. Un article de The Conversation.

Angela Merkel a incontestablement marqué l’histoire moderne de l’Allemagne. Son arrivée au pouvoir en 2005 et son exceptionnelle longévité – comparable uniquement à celles de Konrad Adenauer (1949-1963) et de Helmut Kohl (1982-1998) – font d’elle une figure centrale de la politique allemande et européenne contemporaine.

Toutefois, après la fin de son dernier mandat en 2021, son parti (CDU-CSU, démocrate-chrétien) et son successeur désigné, Armin Laschet, ont été vaincus dans les urn... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

L’économie est un domaine trop sérieux pour la confier à des hommes politiques qui, par manque de connaissance et surtout par électoralisme sont prêts à de nombreux manquements aux fondamentaux de l’économie.

Trois choix de financement

Le premier choix de nos dirigeants est tout d’abord et par facilité celui de la fiscalité. C’est tout à fait normal à la double condition qu’elle reste équitable et surtout que soit fixée une limite tolérable, c’est-à-dire qui ne défavorise pas la pays par rapport aux autres da... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles