Un gouvernement à l’écoute

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un gouvernement à l’écoute

Publié le 29 octobre 2013
- A +

Suite aux manifestations contre l’écotaxe, Pierre Moscovoci vante la capacité d’écoute du gouvernement. Quand cette dernière se traduit par des blessés graves et des coups de matraques, le ministre démontre surtout qu’il brouille l’écoute dont il se vante.

Par h16 et Baptiste Créteur

Sur iTélé et Europe 1, Pierre Moscovici vante la capacité d’écoute du gouvernement. Venant de Barack Obama, l’affirmation aurait été moins choquante ; son gouvernement est effectivement à l’écoute de ses citoyens et des dirigeants européens et il a même considérablement investi pour qu’il en soit ainsi. Mais en France, parler d’écoute ressemble bien fort à l’un de ces petits moquages de visage dont nous sommes maintenant coutumiers.

Ou plutôt à un bon gros foutage sur la gueule ; il serait intéressant de demander aux Bretons qui ont manifesté ce weekend (en particulier aux blessés) s’ils se sentent suffisamment écoutés. Gageons que leurs réponses seraient instructives.

Soyons clairs : effectivement, le gentil Pierre peut toujours déclarer les écouter, lorsque les Français grondent aussi fort que ces derniers mois, il faudrait être sourd pour ne pas les avoir entendus. Mais y a-t-il là de quoi se féliciter ?

Quand Stéphane Le Foll affirme avoir entendu les Français, en particulier les agriculteurs et notamment les irréductibles Bretons, et leur indique qu’un rabais (promotion « Grande Quinzaine Commerciale Du Gouvernement », probablement) de 50% sur l’écotaxe est envisageable, qui croit-il tromper ?

D’une part, il menace le principe d’égalité devant l’impôt ; on peut tout de suite s’amuser à prendre les paris sur la prochaine région de France qui décidera de détruire l’un ou l’autre portique écotaxe lorsqu’elle aussi sera touchée par l’iniquité de la mesure. Le petit jeu qui suivra, à celui qui paiera l’écotaxe la plus faible, promet d’être amusant, surtout politiquement.

D’autre part, et c’est au moins aussi important, le minustre ne comprend pas que les taxes ne sont pas censées être un jouet politique qu’on ajuste réforme par réforme au gré de l’opinion, en particulier bruyante. Par exemple, on ne change pas le cadre de la loi pour accueillir une pseudo-réfugiée pseudo-kosovare pseudo-misérable, même si elle couine fort, même si les journalistes remuent l’affaire, même si des lycéens embobinés par des syndicats émettent leurs habituels petits gémissements ridicules que la puberté calmera à coups d’iPod et de chichons déstressants.

De la même façon, on ne change pas une loi qui modifie significativement la fiscalité deux mois avant son entrée en vigueur, et on ne taxe pas rétroactivement à 10 ans. D’abord, c’est très impoli vis-à-vis des gens qui, ne l’oubliez pas, payent pour vos salaires. En outre, c’est redoutablement inefficace voire contreproductif : cette idée géniale vous permettra, cette année seulement, de rapporter quelques millions supplémentaires dans cet endroit extra-froid, extra-sombre et extra-vide que vous tentez de remplir depuis des années (on parle du Trésor Public, ici, pas de votre tête – à l’impossible, nul n’est tenu). L’année prochaine, il faudra à l’évidence faire tintin : ce qui était iniquement rétroactif ne pourra plus l’être à nouveau en 2014, et le montant de cette taxe risque bel et bien de s’évaporer. Cette année, vous étiez très manifestement en slip pour voter une telle taxe ; l’année prochaine, vous serez nu.

Le président pédalo-flambyste à l’assaut du kapitalisme sauvage

 

Non, franchement, ça ne colle pas ; vous n’êtes, messieurs les ministres, qu’une bande d’amateurs aux commandes d’un vaisseau bien trop gros pour vous. On aurait souhaité que le président pédalo-flambiste soit effectivement à la barre de l’un de ces frêles esquifs de tourisme, ce qui aurait eu le mérite, en cas de gros temps, de l’inciter à rentrer sagement sur la berge. Mais l’obstination de ce dernier, et la vôtre, derrière, à persister manœuvrer le paquebot France en pleine tempête alors que vous n’avez jamais dépassé le stade de moussaillons laisse présager du pire.

On peut rêver que vous retrouviez les responsabilités correspondant à votre stature : après tout, il y a tout de même pas mal de coursives à récurer dans le bateau républicain et vous y ferez, peut-être, des merveilles ; et si, à ce poste, ayant malgré tout atteint votre « niveau d’incompétence de Peter », vous vous gamellez, vous n’entraînerez avec vous que ceux qui auront été assez idiots pour vous épauler dans vos tâches accessoires.

Malheureusement, l’ensemble des Français est aujourd’hui embarqué de force dans l’épave socialiste, vous et l’ensemble de l’appareil étatique êtes à la barre, une partie croissante de la population bronze sur le pont et le reste pédale dans les soutes. Et quand bien même elle le fait de plus en plus fort, grâce à vos courageuses gesticulations à contre courant, vos ordres contradictoires en timonerie et votre entêtement à barrer n’importe comment, ça avance de moins en moins…

Ne vous étonnez pas que certains refusent de pédaler, attaquent les contremaîtres ou quittent le navire.

Mais surtout, lorsque la révolte gronde dans la cale, ne vous félicitez pas niaisement de l’avoir entendue ; il faut être un bien piètre second pour annoncer, tant aux passagers du pont qu’au capitaine, que les grognements qu’ils entendent sont soigneusement écoutés, et que, promis promis, vous en tiendrez compte lorsque le gros temps sera tombé. À l’évidence, la seule écoute que vous savez appréhender, c’est l’autre, ce bout qui règle l’incidence de la voile… ce qui fait tache sur un fier paquebot à hélices.

Écoute (n.f., nautique) Sur un voilier, cordage servant à régler l’angle de la voile par rapport à l’axe longitudinal du voilier et en conséquence l’angle d’incidence du vent sur la voile. Il y a une écoute dédiée à chaque voile hissée (grand-voile, génois, spinnaker…).

À votre place, concentrez le cynisme habituel dont vous faites preuve, mettez tout votre butin dans les canots de sauvetage et commencez à ramer. Souquez ferme, moussaillons de pacotille. Souquez, souquez loin et oubliez-nous, laissez-nous, libérez-nous de votre insupportable présence. Sinon, tout porte à croire que vous serez débarqués sur une île ou connaîtrez la planche.

Et méfiez-vous, les Bretons ont le pied marin.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Les français ne sont pas embarqués de force dans l’épave socialiste, ils ont voté et estimé que Bouboulet était le plus apte à diriger! scrogneugneu.
    Les bretons qui ont très majoritairement choisi notre glorieux et vénéré Presidentator ont la mémoire courte. Quand il s’agissait de piquer dans les poches du voisin supposé plus riche, tout le monde était d’accord. Maintenant que les riches, c’est eux, ils ne comprennent plus. Fallait réfléchir avant.
    Puisqu’il y a écotaxe, qu’il maintienne, qu’il en ajoute et que les bretons payent et la ferment jusqu’aux élections.
    Et comme c’est une idée escrologiste, la prochaine fois qu’ils voient un candidat vert qu’ils le goudronnent au lieu de voter pour lui.

    • Non pas de force mais à l’insu de leur plein grès (nan je rigole).

      C’est le nouveau paradigme électoral, les électeurs ne votent plus pour un candidat en assurant une inutile et laborieuse alternance politique mais, éliminent celui en place avec ceux qui se présentent.
      Ainsi, nous avons Hollande, élu sur un malentendu, qui ne doit son poste qu’au motif de l’éviction désirée de Sarkozy; aux US même punition, il fallait sortir Bush, il y avait de disponible Obama.

      Quant au gouvernement actuel, en terme de navigation à la voile, ils remontent le vent en tirant des bords carrés… http://stw.fr/forumSTW/quest_answers.cfm?quest_id=29882&topic_id=22&st_row=1

  • Quelle bande de pignoufs !
    Ont-ils été « à l’écoute’ lors des gigantesques manifestations de « la Manif pour tous » qui se sont étalées sur plusieurs semaines ?

  • Plutôt que des gars qui pédalent dans les cales, je vois plutôt une armée de galériens enchaînés au fond du navire, réduits en esclavage afin de faire vivre ceux qui ont le privilège de se tenir dur le pont et peut être condamnés à sombrer avec le navire.

  • Bon hé bien, 11h55, J-M Ayrault, annonce la suspension de l’Eco-Taxe sur tout le territoire.
    Victoire !

  • Entre rire et larmes, quel régal de lire vos articles. Je suis contre les prises de pouvoir autoritaires mais si vous, H16 et Guillaume Nicoulaud venaient à faire un coup d’Etat en s’entourant de quelques personnes de bon sens qu’on peut trouver sur ce site (et il y en a quelques uns!), ça mettrait ce pays à feu et à sang mais au moins, il y aura eu une tentative libérale dans notre beau pays collectiviste!
    Merci!

  • Oui Cap’tain Mosco, vous êtes à notre écoute, nous devrions être rassurés, donc, j’avais pensé sottement que vous etiez à l’écoute des banques, quelle andouille suis-je !
    Etre à la manoeuvre d’un rafiot qui prend l’eau n’est pas chose aisée, surtout quand la voile est déchirée et que l’écoute ( terme marin) qui sert à la régler, s’effiloche.

    Allez souquez ferme !

    • H16 allume « Pierre » dans les grandes largeurs ce matin. Et ça fait du bien. Surtout les passages au sujet de « Flaubert ».

      Les initiés savent de quoi il en retourne. Mais pas tout le monde. Aussi pour comprendre le clown « Pierre », il est nécessaire d’éduquer le public.

      Alors on nous dira : « oui mais non c’est la vie privée », blablabla.

      D’une part c’est faux, puisque « Pierre » instrumentalise sa vie « privée » (en croyant servir sa petite cause) et ensuite parce que cela permet de décoder la psychologie, très particulière, de « Pierre », ainsi que ses actions.

      Au passage, vous saurez tout sur Flaubert.
      😉

      Faites tourner :

      http://tinyurl.com/n2oqxl4

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nicolas Lecaussin. Un article de l'Iref-Europe

Dans une interview accordée au journal L’Opinion du 12 juin, le nouveau président de la Cour des comptes, le socialiste Pierre Moscovici affirme : « Il faut sortir de la logique austéritaire » !

Mais où est-ce qu’il a pu voir de l’austérité dans un pays champion du monde des dépenses publiques et des prélèvements obligatoires ?

Les dépenses publiques sont passées de 1020,5 milliards d’euros en 2007 à 1318,6 en 2018. Elles sont de 20 % supérieures à la moyenne de la zone ... Poursuivre la lecture

Moscovici - Taxe sur les dividendes
0
Sauvegarder cet article

Par h16.

Joie, bonheur et petits fours frais : la Cour des comptes a enfin un président tout neuf ! Pierre Moscovici, ex-député, ex-ministre, ex-commissaire européen devient donc le premier président de la Cour des comptes, en remplacement de Didier Migaud, après cinq mois pendant lesquels le poste fut laissé vacant.

Certes, c'est nettement plus que les deux semaines nécessaires pour faire passer le ministère de l'Intérieur du Collomb au trou du cul au Castaner : Emmanuel Macron a, comme souvent, pris son temps pour confirmer là... Poursuivre la lecture

Par Fergus MacDonnell.

Alors que le processus du Brexit bat son plein, ponctué des habituelles incertitudes et tergiversations d’un exécutif indécis, l’Union Européenne (UE), par l’entremise de Pierre Moscovici, se lance dans une nouvelle tentative de s’arroger davantage de pouvoir aux dépens des États. En effet, certaines décisions européennes en matière fiscale doivent encore faire l’objet d’un vote à l’unanimité[1. Il est à noter que l’UE a déjà un rôle dans la fiscalité européenne. La taxe sur la valeur ajoutée est un exemple, mais... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles