Bobard, le roi des éléphants

Nos dirigeants mentent comme des arracheurs de dents. Pas un jour ne passe sans un nouveau mensonge, que ce soit pour nous dorer la pilule du chômage ou pour protéger la réputation des écologistes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013-2250 Hollande Pole emploi chomage

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bobard, le roi des éléphants

Publié le 11 octobre 2013
- A +

Nos dirigeants mentent comme des arracheurs de dents. Pas un jour ne passe sans un nouveau mensonge, que ce soit pour nous dorer la pilule du chômage ou pour protéger la réputation des écologistes. 

Un article de Marc Suivre.

C’est un fait entendu, l’honnêteté n’est pas la qualité première de nos dirigeants. Devrions-nous vraiment nous en étonner quand chaque jour médiatique nous apporte la preuve que taire et dissimuler sont des gages de longévité dans le cirque ambulant qui nous tient lieu de débat public. En matière de mensonge, nous ne sommes jamais déçus avec les héritiers de Jaurès. Quoi de plus normal, venant de gens qui pensent, sans rire, que leurs idées en matière économique et fiscale vont répandre la justice et la félicité, que le pauvre deviendra riche et que le riche… partira en Suisse. J’en veux pour preuve que depuis le retour de la morale et de la concorde, rue du Faubourg Saint-Honoré, grâce à «lui Président», les bobards nous sont délivrés à un rythme jamais vu, depuis que le meilleur ami de René Bousquet a quitté les lieux en mai 1995.

Inversons la courbe du chômage, il en restera bien quelque chose

Nous vivons depuis un an un miracle permanent, comme seule Bernadette Soubirous sut en faire émerger naguère, pour le plus grand bénéfice des marchands du temple (mais c’est une autre histoire). Après avoir passé un été 2012 à se remettre de ses mensonges de campagne, au fort de Brégançon, notre Président normal eut quelques difficultés avec le pays réel. Les Français goûtèrent, en effet, fort peu que leur dirigeant, à peine élu, partît se la couler douce, à leurs frais, alors que la crise ne s’était pas arrêtée avec le départ du « voyou de la République ». Il fallut donc, de toute urgence, trouver quelque chose pour relancer le Flanby. C’est vrai ça, passer pour un con après seulement quatre mois de mandat, c’est un peu tôt. Ce fut donc la mine réjouie et la bajoue altière car de nouveau rebondie que notre Président « gay friendly » se trémoussa chez la chaisière du 20 heures, en nous promettant que d’ici un an, il inverserait la désormais fameuse courbe du chômage. Quel bel Homme ! (et couillu avec ça !)

Que constatons-nous un an après ? Tout d’abord que le délai s’est mystérieusement rallongé. Nous sommes passés de septembre 2013 à décembre 2013, et ce, dans le consensus médiatique le plus absolu. Imaginez que le Sardanapale hongrois ait promis un « retour de la croissance » ou une inversion de la « courbe de l’immigration » (je rigole) pour dans un an et que, la nouvelle année venant, il se soit avisé de repousser l’échéance à décembre. Que n’aurions-nous entendu sur le thème du reniement. Là avec Hollande rien, pas un bruit, pas même une remarque. Qu’il est bon d’être de gauche face à une presse « libre ».

Popaul Emploi

Contrairement à une idée reçue en ces temps de troisième tiers, il n’y a pas que pour les taxes que le concours Lépine est ouvert chez les socialistes. En matière de bobards aussi, les idées fleurissent au gouvernement. Voyant que cette fameuse courbe n’était pas près de s’inverser, étant donnée la politique économique soviétiforme que développe notre État socialiste à bout de souffle, notre élite servile s’est mise à bidouiller les statistiques. Et c’est ainsi que l’on nous annonça fièrement que le chômage avait baissé de 50 000 unités de compte, en août 2013. Las, cette comptabilité digne de la France-Afrique, ne trompa que les journalistes (et encore pas tous, c’est dire si la ficelle était énorme). Au final c’est à cause de ces « salauds de chez SFR » (on vous le dit le secteur privé, voilà l’ennemi) si on n’a pas eu les chiffres qu’on aurait dû. Et les mêmes de nous vendre les SMS restés coincés dans les tuyaux de l’opérateur, comme l’explication absolue à la frénésie de radiation de « demandeurs d’emploi » qui a permis « l’embellie ». « On a été berné et il nous a fallu quatre jours, après vous avoir pris pour des neuneus, pour nous apercevoir que les SMS y z’etaient pas partis … Oups ! Désolé ! » Comme c’est commode !

La rééducation, vertu cardinale du socialisme

Dans le même ordre d’idée, du mensonge comme méthode de gouvernement, notre Président « tout mou » nous explique – et les Khmers verts à sa suite – que la fiscalité écologique se fait à somme nulle et que les taxes ainsi perçues serviront à réorienter le consommateur sur les chemins de la vertu (mais bien sûr !). Encore une fois, admirons l’énergie rééducatrice chez les collectivistes, qui font de la ponction le moyen d’amener le Peuple à faire ce qu’il ne ferait jamais de lui même (c’est bien connu le Peuple est con). Il faut reconnaître que, comme souvent, cette brillante idée de gauche a été mise en application par la droite, après la pantalonnade écologico médiatique que fut le « Grenelle de l’environnement ». La première mesure concrète à émerger de ce gouffre financier fut le « bonus-malus » automobile. Afin de réorienter les constructeurs vers la conception de véhicules moins polluants, nos énarques se sont proposés de taxer les voitures pas propres et de récompenser les moins sales. Tout aurait été pour le mieux dans le meilleur des mondes, si l’histoire n’avait pas tourné autour du gaz carbonique. Vous savez, ce méchant CO2 qui est responsable pêle-mêle : de l’extinction des dinosaures, de la chute de l’Empire romain, de la fonte des neiges, de la montée des océans, de la mort de Lady-di et de la chute des cheveux. Le problème avec les boucs émissaires, fussent-ils gazeux, c’est qu’ils ne se comportent pas toujours comme on le souhaiterait.

La fin du monde est pour demain

En l’occurrence, selon le consensus scientifique, ce même consensus qui au Moyen-Âge voulait que la terre fût plate et que les étoiles lui tournassent autour, selon lui donc, notre belle planète doit se réchauffer à vitesse grand V, à cause du CO2 qui, en s’accumulant dans l’atmosphère, agit comme une loupe vis-à-vis des rayons du soleil. Tout être humain doué de raison et nanti du manuel des castors juniors sait pertinemment qu’une lentille convexe, en concentrant en un point les rayons de l’astre lumineux, permet de mettre le feu à … ce qu’on veut. Avec une telle image pour effrayer le gogo, il est ensuite facile de faire avaler n’importe quoi au chaland, à commencer par des taxes, car comme le dirait Évelyne : « c’est bon pour la planète ».

Seulement voilà, en rangeant le manuel des neveux de Picsou, pour en prendre un de biologie de seconde (d’avant Luc Châtel), on s’aperçoit que le CO2, loin d’être un tueur patenté est aussi un élément essentiel dans la photosynthèse (vous savez le truc qui permet aux plantes de se nourrir sans aller chez Macdo). Toujours est-il que des scientifiques, rétifs à l’idée de la fin du monde provoquée par le réchauffement climatique, se sont amusés à mesurer l’augmentation réelle du gaz carbonique dans notre atmosphère (les vilains !). En effet, si ces 15 dernières années, aux dires des catastrophistes, nous avons émis plus de CO2 qu’au cours des 40 précédentes (ce qui se tient avec le décollage de l’ex tiers-monde), nous devrions en avoir plus, d’où l’effet de serre et tutti quanti. Or il se trouve que ces « traitres à la cause » n’ont pas remarqué d’élévation notable de ces taux, malgré l’augmentation de la production. Comme il est peu probable que le gaz carbonique ait aidé à boucher le trou dans la couche d’ozone (dont on ne nous parle, d’ailleurs, pour ainsi dire plus), nos scientifiques ont cherché à trouver où ce CO2 excédentaire avait bien pu aller. Bingo ! La nature étant bien faite (contrairement aux écolos) l’augmentation de la présence de gaz carbonique a contribué à l’augmentation, proportionnée, de la végétation qu’il nourrit. En clair, les arbres se sont mis à avoir plus de feuilles. Au final, plus de CO2 entraîne plus de verdure qui entraînent à son tour plus de photosynthèse qui transforme le gaz carbonique en… oxygène. C’est ballot !

Trahison énergétique

Dans ces conditions : qu’est-ce qu’ils viennent nous faire chier avec leur CO2 vous dites-vous, et avec raison. Pourquoi, puisque le gaz carbonique nourrit les plantes, devrions-nous dépenser engloutir des fortunes, individuelles et collectives, dans des énergies alternatives ou de coûteuses voitures électriques ? Parce que pour les Nicolas Hulot, Jean Vincent Placé et autres zozos médiatiques, renoncer à ces mesures, c’est admettre qu’ils se sont plantés et ça, ça leur est aussi insupportable qu’à un mormon, un rabbin ou un imam (rayer les mentions inutiles) de serrer la main de Hugh Hefner. Comme nos politiciens, oubliant toute prudence et ce, toutes tendances confondues, se sont allègrement saisi de ces peurs imaginaires, pour nous donner l’impression qu’ils servaient à quelque chose, nous ne devons rien attendre d’eux non plus, tout du moins dans un proche avenir. Tant que la génération des « cons cernés par les enjeux environnementaux » sera aux affaires, elle maintiendra la fiction envers et contre tout. Le GIEC de même, car eux c’est à s’asseoir sur de juteuses subventions que reviendrait le fait de reconnaître leurs erreurs.

À ce propos, leur dernier rapport est, en matière de bobard médiatique, un véritable collector. Il nous apprend qu’à l’horizon 2100, les températures s’élèveront dans une fourchette comprise entre 0,4 et 4,5°C (une paille statistique !). C’est beau comme l’antique ! Bien sûr, vous n’avez entendu parlé que de la prévision pessimiste, jamais de l’autre. De plus, le GIEC ne nous explique toujours pas comment il parvient à mesurer ces changements à l’échelle de la planète, alors que nous avons déjà bien du mal à prévoir la météo à dix jours, chez nous. Cette magnifique institution ne revient pas non plus sur le paradoxe qui veut que nous n’ayons jamais autant produit de gaz à effet de serre et que, malgré cela, les températures ont eu tendance à baisser (là où elles sont mesurées avec rigueur) depuis 15 ans. Seule signe de la prise en compte de cette contradiction nos prophètes de l’apocalypse parlent davantage de « dérèglement » que de réchauffement. La sémantique, c’est pratique ça permet de coller les grands froids et les grosses pluies dans la catégorie du « on vous l’avait bien dit que c’était pas normal» tout en définissant la normalité de manière empirique (des dieux de la com !)

Tout cela n’a aucune importance. Vous l’avez compris, la planète est une occasion comme une autre de taxer et surtout, un prétexte commode pour dépenser. À ce propos, attendez-vous à un festival ces prochaines années, puisque c’est à notre beau pays, si prospère et aux excédents budgétaires si colossaux, que revient l’honneur d’accueillir le prochain sommet mondial consacré au bobard climatique. Nous allons en manger de la « planète en danger » et gare aux hérétiques qui s’élèveront contre la nouvelle religion. Les « réchauffistes » ne se donnent déjà même plus la peine d’argumenter, ils condamnent leurs opposants au nom de la foi. Ils les accusent de ne pas croire. Ils prononcent à leur endroit des oukases ou des excommunications (selon les goûts). Ils commencent à ressembler à nos dirigeants qui se comportent avec le même dogmatisme, dès qu’il s’agit de parler d’immigration. Amusant non ? Comment peut-on laisser des scientifiques se comporter comme de vulgaires politiciens me direz-vous ? C’est encore une des joies que nous devons à l’hypertrophie de l’État dans nos sociétés post-modernes. L’argent public qui coule à flot depuis vingt ans sur la recherche en matière de climat a produit les mêmes effets qu’à la Sécu, à Pôle emploi ou au parlement. Des moines gras se sont mis sous la tonne et refusent obstinément d’en bouger. Leur train de vie et leur confort en dépendent, alors la vérité scientifique dans tout ça …


Sur le web.

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Le titre à lui seul vaut le déplacement comme on dit chez nous.En effet ce matin en lisant l’article on est heureux de constater que d’autres pensent comme tous ceux qui en ont marre depuis 7 ans de lire sans cesse les même déconnologies Vertes et autres.Surtout quand on sait connait ou a pris naissance le mouvement Vert et comment son mentor a définitivement tourné sa veste en voyant le mouvement devenu trop politisé .Un vrai lâche comme le capitaine du bateau qui saute en premier pour ne pas être pointé du doigt.Ce qui prouve bien le coté méfiant qu’il faut conserver à l’égard de tous ces mouvements qui veulent soi -disant sauver la planète après avoir fumé de la moquette
    car après avoir fumé un joint, faut toujours ouvrir la fenêtre ,le climat ambiant se réchauffant subitement/rire

  • Excellent article écrit dans un style que j’apprécie. Puisque l’on commence la journée par de « bonnes « nouvelles, en voici une autre entendue à Europe 1 ce matin. Il paraît que cet hiver nous risquons une grosse panne d’électricité. Le journaliste économique a commenté cette nouvelle en affirmant que cette panne pourrait être due à l’échec catastrophique de la transition énergétique notamment en Allemagne. Energie alternative plus chère (beaucoup), peu sûre et plus polluante car il faut la soutenir avec des centrales …à charbon ! Et comme les centrales à gaz ferment en Allemagne et qu’ils ont renoncé à l’énergie nucléaire, on va bien voir. Tout cela était prévisible bien sûr !
    Il semble que le vent commence à tourner …

  • Le Mensonge n’est pas seulement un moyen qu’il est permis d’employer, mais c’est le moyen le plus éprouvé de la lutte bolchevique.
    Lénine.

    • En ce qui concerne l’effet de serre, le CO2 n’agit pas comme une loupe avec les rayons solaire, enfin, ce n’est qu’un detail. De même, previsions a 10 jours et climatologie ne sont pas comparables, mais on retrouve toujours cet argument.
      Je suis toujours surpris par voir comment des etrangers aux disciplines scientifique arrivent a balayer en quelques lignes le fruit de milliers d’heures de travail, par simple opinion personnelle.
      A grand recours de raccourcis, de mauvaise foi, de banalites, voila ici un veritable pamphlet sur le « bobard climatique ».
      Mais tout ceci est a relativiser.
      Les sceptiques et les rechauffistes le sont, dans l’extreme majorite des cas, par convictions personnelles. Lieu de vie, niveau social, profession, culture, appartenance politique, religion etc… tout ces parametres determinent si on est sceptiques ou non. Il y a une veritable correlation. Par exemple, etre de droite et liberale, etre riche et habiter Paris, rime souvent avec sceptique. Il n’y a rien de scientifique dans tout ceci. En d’autres termes, seuls les scientifiques qualifies ont la legitimite de traiter de ce sujet.

      • Seuls des scientifiques qualifiés peuvent nous parler de ce sujet ? Alors plus aucun article dans les journaux non plus. Plus aucune foucarterie, hueterie, letreuterie, bovéserie dans ce cas.

      • Marcel Leroux ,éminent glaciologue et résolument anti-réchauffiste,n’était pas scientifique?

      • Il y a plusieurs niveaux à ce débat.
        La science climatique, la politique préventive, et la religion socialiste.

        Le clivage gauche-droite porte sur la politique: La gauche, aimant le collectivisme forcé et le pouvoir, veut une politique planétaire répressive extrêmement onéreuse bien qu’inefficace, de son propre aveu; la droite, réticente à contraindre et ayant compris qu’une bureaucratie ne produit jamais les résultats promis, s’y oppose.

        Sur le plan scientifique, la climatologie est un sujet extrêmement complexe, les modèles numériques très incomplets suscitent des doutes justifiés et la reconstitution de l’histoire au moyen de « proxies » sujette à caution.

        Sur le plan religieux, il y a désaccord entre judéo-chrétiens anthropocentriques pour qui l’homme doit dominer la nature (c’est-à-dire la gérer, pas la détruire); les écologistes anthropomorphistes qui idolâtrent la nature; et les socialistes obsédés par les inégalités entre pays comme entre personnes, et voient une occasion de plus pour accabler les méchants riches et défendre les gentils pauvres.

      • « Les sceptiques et les rechauffistes le sont, dans l’extreme majorite des cas, par convictions personnelles. »

        C’est tout à fait vrais mais c’est aller un peu vite en besogne. La conviction se forge sur la base de gens « qui savent » (plus ou moins) et ce sont bien les arguments scientifique qui font plus ou moins mouche et qui sont exposé avec plus ou moins de probité et d’excellence.

        Coté purement scientifique on émet des hypothèses qu’on valide ou pas par la suite par l’expérimentation. Ce qu’on constate actuellement c’est que tous les modèles climatiques se sont plantés depuis 17 ans invalidant du même coup toute la théorie réchauffiste.

        Coté non scientifique on constate les indulgences, la science mickey ou vont les financements et à quoi ils ont servis.

        • Certes, certes.. mais peu de personne, ni même les politiques, ne se forgent correctement une conviction à partir des « vrais » gens qui savent vraiment.

  • On se souvient que le mensonge de masse est un crime moral contre l’humanité du même ordre que le vol de masse ou le meurtre de masse.

    Meurtre, vol, mensonge : les causes de l’immoralité intrinsèque du socialisme. Il n’y a pas d’alternative à l’interdiction du socialisme sous toutes ses formes, fascisme, communisme, social-démocratie…

  • « comme seule Bernadette Soubirous sut en faire émerger naguère, pour le plus grand bénéfice des marchands du temple (mais c’est une autre histoire) »
    Hé bien restez dans le sujet, au lieu de nous sortir vos petites vannes antireligieuses, àa nous fera des vacances à nous les catholiques.

    • Allez donc faire un tour à Lourdes, vous y verrez une grotte, des tas de gens ayant une croyance tout à fait respectable … Et les marchands du temple.

  • « ce même consensus qui au Moyen-Âge voulait que la terre fût plate »
    Vous en avez beaucoup des âneries de ce genre ? C’est dommage car j’adhère au fond de votre article.

  • Récemment , sur tv5 j’ai entendu le Directeur pour la France confirmer les prévisions du GIEC pour 2100 , la montée de la mer etc etc et nous convaincre de « faire quelque chose » pour éviter ce désastre ….En face de lui , il y avait un scientifique qui ,se semble-t- il doutait , pour le moins ,de cette théorie fumeuse J’ajouterai que, selon moi , seul était valable ,le nucleaire , et que l’éolien et le solaire ne tenaient pas la route

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je suis souvent interrogé sur la façon dont la doctrine libérale traite du chômage et de la couverture de cet accident financièrement et humainement dramatique. Après le rejet par le Conseil d’État du projet de réforme de l‘assurance chômage, la réponse libérale prend toute sa valeur, même si elle est a priori surprenante.

Telle que je la professe, après tant d’autres, la doctrine libérale dit à peu près ceci :

Le chômage est un accident inévitable mais mineur quand le marché du travail est libre et concurrentiel. La couverture de... Poursuivre la lecture

Par Frank Shostak.

Certains experts soutiennent que la clé de la croissance économique est le renforcement du marché du travail, qui repose sur l'idée qu'en raison de la réduction du nombre de chômeurs, davantage de personnes peuvent se permettre d'augmenter leurs dépenses. Par conséquent, la croissance économique suit le mouvement.

 

L'expansion de la réserve d'épargne - et non la baisse du chômage - est la clé de la croissance économique

Toutefois, le principal moteur de la croissance économique est l'accroissement... Poursuivre la lecture

En cette fin d’été boréal particulièrement chaud et sec, la Chine, comme le rapporte CNN, a « employé les grands moyens », en ensemençant des nuages au-dessus du Hubei avec de l’iodure d’argent pour amorcer la pluie. Cela pose la question du danger éventuel de cette molécule chimique et bien sûr de la nécessité d’intervenir sur l’environnement, mais aussi de la possibilité que nous avons de le faire précisément sur le climat.

Pour traiter le premier point il faut d’abord dire que cette pratique de forçage de la pluie est effectivement ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles