Les suppressions d’emplois chez Alcatel-Lucent

Un jour après l’annonce d’un plan social chez Alcatel-Lucent, Jean-Marc Ayrault exige que la direction revoie son plan social.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les suppressions d’emplois chez Alcatel-Lucent

Publié le 10 octobre 2013
- A +

Un jour après l’annonce d’un plan social chez Alcatel-Lucent, Jean-Marc Ayrault exige que la direction revoie son plan social. Une agitation politique significative du problème français de l’emploi.

Par Vladimir Vodarevski.

Les suppressions d’emplois chez Alcatel-Lucent mettent en mouvement la classe politique française, d’autant que le fief électoral du premier ministre est touché. Michel Combes, le PDG d’Alcatel-Lucent, est un ancien des cabinets ministériels de la gauche. Il a présenté son plan à Bercy. D’autre part, les suppressions d’emplois en France, 900, sont relativement faibles. Donc, gageons qu’un moyen sera trouvé pour que le gouvernement apparaisse comme le défenseur des emplois face aux méchantes entreprises.

Cependant, toute cette agitation politique est significative du problème français de l’emploi. En voulant à tout prix préserver l’emploi existant, les politiciens se trompent de cible. L’exemple de Lucent aux États-Unis est sur ce point parfait.

Lucent est une entreprise de télécoms jumelle d’Alcatel. Elle est confrontée aux mêmes difficultés : changements technologiques, avec le développement de la téléphonie mobile, de l’internet, et changement de clientèle, avec la multiplication des opérateurs de télécoms. Auparavant, tout comme Alcatel, Lucent était sur des marchés avec peu d’opérateurs, et souvent des opérateurs nationaux et publics.

Cependant, est-ce à dire que l’emploi lié au secteur des équipementiers des télécoms a diminué aux États-Unis ? Je n’ai pas les chiffres, mais rien n’est moins sûr. En effet, les États-Unis ont vu la naissance d’un nouveau champion, qui a grandi avec l’internet : CISCO. Ajoutons les smartphones d’Apple, les puces de Qualcom, les serveurs de Dell, IBM et consorts, qui peuvent se retrouver chez les opérateurs de télécoms, ou encore les logiciels.

Ce qu’il faut défendre, c’est l’Emploi, pas les emplois. Il faut permettre le renouvellement des emplois, et apprendre aux gens à vivre dans un environnement en perpétuel mutation. Les politiciens, bien qu’ils le promettent tous, ne peuvent pas faire de miracle, assurer à chacun d’occuper le même emploi plus de 40 ans durant. En revanche, il y a moyen d’assurer à chacun un emploi. En permettant le renouvellement de l’économie, et en apprenant à chacun à s’adapter.


Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • qualcomm avec 2 « m ».
    Ce qui me fait rire, c’est le ministre qui demande de recommencez le plan social après 1 journée, 2 choix possibles: 1 il n’a rien a faire. 2 Il ne l’a même pas lu

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Gérard-Michel Thermeau

[caption id="attachment_236364" align="alignleft" width="250"] André Koechlin-wikipedia-Domaine public[/caption]

André Koechlin (Mulhouse, 3 août 1789 – Paris, 24 avril 1875) a été un des plus fameux constructeur-mécanicien de son temps. Cet habile entrepreneur n’a pas été un innovateur mais il a toujours su sentir le vent tourner et s'adapter aux circonstances : fabriquant d'abord des machines textiles puis des locomotives, sachant négocier l'avenir de son entreprise dans le Reich allemand après l'ann... Poursuivre la lecture

Par Michel Ghazal.

Les agressions physiques inqualifiables lors du comité d’entreprise dont deux dirigeants d’Air France ont été les victimes, notamment son DRH, M. Xavier Broseta – reconnu pour son ouverture d’esprit – sont-elles le signal que le dialogue social est totalement bloqué en France ?

Quand bien même est compréhensible l’exaspération ressentie par les salariés face à la perspective d’un plan social annonçant des suppressions de postes, j’ai rarement rencontré un dirigeant ou un DRH ravi de prendre ces mesures... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Éric Verhaeghe.

[caption id="attachment_220142" align="aligncenter" width="640"] Michel Combes credits Alcaltel-Lucent (CC BY-NC-ND 2.0)[/caption]

L’affaire Alcatel (14 millions d'euros de golden parachute pour Michel Combes, directeur général partant) se situe entre le marronnier de rentrée (chaque année, entre septembre et novembre, l’actualité traite d’au moins un cas de patron touchant le jackpot en quittant ses fonctions) et la dispute du vieux couple hystérique : on sait à l’avance ce qui va se dire, et on sent bien qu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles