Ras-le-bol

Aujourd’hui le fossé se creuse entre les pays peuplés d’indignés et de désespérés et ceux où l’optimisme et l’harmonie ont pu renaître.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pause fiscale (Crédits : Sabine Nourrit/Aleps, tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ras-le-bol

Publié le 24 septembre 2013
- A +

Aujourd’hui le fossé se creuse entre les pays peuplés d’indignés et de désespérés et ceux où l’optimisme et l’harmonie ont pu renaître.

Un billet d’humeur de Jacques Garello.
Un article de l’aleps.

Ras-le-bol ! Ras-le-bol fiscal bien sûr. Mais aussi ras-le-bol politique, ras-le-bol social, ras-le bol sociétal. J’en ai ras-le bol, vous en avez ras-le-bol ; alors que faisons-nous ?

Le ras-le bol fiscal est tellement visible et nuisible que Pierre Moscovici lui-même s’en est ému. Il est rare que les vrais alcooliques confessent qu’ils ont trop bu. Mais nous sommes gouvernés depuis quelques décennies par des ivrognes, les uns s’enivrant au gros rouge, les autres au champagne. 48% de prélèvements obligatoires sur le Produit Intérieur Brut, voilà qui suffit à expliquer le blocage de la croissance, le chômage, la stagnation du pouvoir d’achat. 57% de dépenses publiques, et une dette publique de 2.000 milliards d’euros, soit pratiquement à 100% du PIB : ras-le-bol de ces annonces mensongères sur la sortie de crise.

Le ras-le bol fiscal a sa traduction politique avec l’incroyable affaire de la pause 2014. Il est vrai que le Président aime prendre la pause devant les caméras. Il se pose désormais en grand menteur, si l’on en croit le Premier Ministre qui, aux dires de sa propre porte-parole, aurait eu une parole malheureuse. La pause dans la fiscalité n’est peut-être pas pour demain (qui y croit d’ailleurs ?) mais à quand au moins la pause dans l’incohérence ? À quand la pause dans la diplomatie à géométrie variable, dans la succession de rodomontades et de renoncements ?

Mais j’élargis mon ras-le-bol politique au-delà de la majorité. Ras-le-bol de l’incessante bataille des chefs à l’UMP, tous prêchant l’unité d’un parti trop riche en leaders trop pauvres.

Ras-le bol de les voir dans l’impossibilité de bâtir le moindre programme, et de continuer à se réclamer du modèle social français. Ras-le-bol du populisme de Madame Le Pen, qui fait du Venezuela de Chavez un modèle de fierté nationale, qui s’en prend à la mondialisation et à la finance, comme naguère Hollande, et qui fait l’apologie de la diplomatie gaulliste, celle qui a trahi l’Algérie française et nous vaut l’invasion aujourd’hui.

Le ras-le-bol social, je l’éprouve à l’examen de la non-réforme des retraites, puisque l’on va traîner encore quelques années le boulet du régime par répartition. Un boulet en forme de bombe qui va nous exploser à la figure. Un allongement de la durée des cotisations en 2037, une hausse des cotisations en 2017, la découverte de la pénibilité du travail : n’en avez-vous pas assez de ces pitreries ? Le ras-le-bol social, je le ressens encore à l’examen de la loi Duflot, monument à la gloire de la lutte des classes et du collectivisme, négation de la propriété et de la responsabilité.

Pourtant, c’est le ras-le-bol sociétal qui m’afflige et m’inquiète le plus. Le mariage pour tous, la réforme pénitentiaire, l’endoctrinement des enfants : voilà trois révolutions tranquilles (à ce jour) qui mènent notre pays à la destruction morale et au totalitarisme, l’une frayant le chemin à l’autre. Oubliées les trois manifestations de plus d’un million de Français. Sous silence l’adoption d’enfants par des couples sans lendemain. Ignorées les protestations de tous les hommes d’ordre et de loi qui savent que la peine diminue le crime. Méprisés les droits des victimes, et renforcée l’impunité des assassins. Minimisé le conditionnement idéologique des élèves, instruits de la théorie des genres et des valeurs du laïcisme. Effacés les parents et les « déterminismes familiaux ». Hôtes de l’Éducation nationale, des millions de jeunes gens et de jeunes filles seront bientôt initiés et affranchis de toute référence morale, porteurs de la pensée unique. Hôtes, otages ou prisonniers, je ne saurais dire. Je demanderai à Madame Taubira, qui s’y connaît en prisons, en familles et en libertés.

Alors, que faisons-nous ? On se révolte ? On se prépare à quoi ?

La révolte est la réaction la plus spontanée. Sans doute faut-il dénoncer et combattre toutes ces erreurs économiques, tous ces fléaux sociaux, toutes ces déviances morales. Mais où mène la révolte, une fois l’angoisse et la peur exprimées ? Le péril populiste guette la nation française, il ne propose aucune solution durable et conduit à la haine civile. La révolte est un exutoire passager et dangereux, même si elle s’exprime dans les urnes.

J’en ai ras-le-bol mais je ne me révolterai pas.

Pour autant je ne suis pas résigné. Car il y a à mon sens mieux à faire. Il faut se préparer et préparer les gens autour de nous à une véritable rupture économique, politique, sociale, sociétale. Elle aussi peut s’exprimer dans les urnes et elle le fera tôt ou tard, en France comme ailleurs. Mais, en attendant une traduction politique, elle exige la conception et la diffusion d’un message de paix et de liberté. Un message, pas un catalogue fourre-tout de mesures ponctuelles. Tout changement doit s’inscrire dans une logique de liberté et de responsabilité.

Cette attitude est la seule qui réponde réellement au ras-le-bol et qui soit de nature à faire renaître espoir et confiance. L’histoire récente nous montre que l’Amérique a été de retour avec Reagan, que l’Angleterre est redevenue une grande nation avec Thatcher, que l’Allemagne a pris une inflexion décisive avec Schröder, tout comme le Canada, l’Australie, la Nouvelle Zélande, la Suède, etc. Dans chacun de ces cas, ce n’est pas un leader providentiel qui a permis à la société de changer radicalement, c’est la reconquête intellectuelle et le renouveau moral qui ont porté ces leaders au pouvoir, parce que les idées avaient déjà séduit la nation. Aujourd’hui le fossé se creuse entre les pays peuplés d’indignés et de désespérés et ceux où l’optimisme et l’harmonie ont pu renaître.

Les libéraux ont ce privilège de croire à quelque chose de fort, d’éternel et d’universel : la dignité de la personne humaine, le respect de sa vie, de sa liberté et de sa propriété. Sachons faire partager cette foi, sachons nous rencontrer autour d’elle, sachons offrir la seule alternative au ras-le-bol. Qu’en dites-vous ?


Sur le web.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Devant les caméras, on doit écrire « prendre la pOse ».

  • Les anglais auraient dû cloner Margaret Thatcher pendant qu’il était encore temps. On aurait fait une souscription nationale pour en acquérir une copie. Merci Mr Garello.

  • Je ne comprends pas cette phrase ou ai peur de la comprendre : « Sous silence l’adoption d’enfants par des couples sans lendemain ».

  • Il cause, voire pérore nôtre bon monsieur Carello, mais que propose t-il?
    Rien!!
    Sommes devenus assez stupides pour avoir besoin de recourir aux lumières d’un expert (un de plus) qui nous encourage à quoi? A rien!
    Nous, petites personnes du Peuple, sommes assez responsables pour savoir quand (et si) nous devons nous révolter! Sommes assez conscients pour savoir comment rejeter tous ces parasites qui nous polluent depuis des décennies!
    Faîtes confiance aux « petites gens » Mr Carello

  • décidément, certains (beaucoup) n’ont toujours pas compris 60 ans après, qu’en 1962, après 8 ans de guerre, l’Algérie Française était morte, la victoire de l’armée française (indéniable) n’ayant pas créé les conditions d’une paix durable.
    Et pourtant, le chef de l’état de l’époque avait multiplié les conférences de presse pour l’expliquer…
    Au moins, il a résolu le problème, ce qui n’avait pas été fait pendant 130 ans.

  • « Sous silence l’adoption d’enfants par des couples sans lendemain. »
    Tous les couples homo sont sans lendemain ?

  • Etre libéral n’est pas rassembleur politiquement, c’est une vision professionnelle de sa vie.
    En revanche proposer une société plus morale, au sens chrétien du terme, défini, par exemple pour moi, une message politique.
    Oui, tout le monde en a ras le bol, le soucis, c’est que personne n’arrive à capter cette exaspération, à part les extrêmes.
    Une vraie réflexion sur le rôle que devrait jouer l’état serait intéressant pour réellement dévoiler une dichotomie dans l’électorat et définir des lignes sur la volonté des gens.
    Mais il y a un soucis, là aussi, c’est que pour beaucoup d’entre nous, il y a une volonté non avouée de profiter (ou d’offrir à d’autres non légitimes de la largesse) de l’état providentiel au dépends des autres, sans la moindre retenue morale, c’est pour cela que revenir à une morale basée sur le travail et l’effort est nécessaire avant de commencer un débat qui devient nécessaire dans notre beau pays.
    On a oublié que les droits ne valent rien ……………. sans les devoirs.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

La liberté est le sujet fondamental au centre des préoccupations de Contrepoints, à travers articles, analyses, réflexions, discussions.

Au-delà de l’actualité, de l’Histoire, des perspectives d’avenir, qu’en est-il de ce sujet dans la littérature, en particulier lorsqu’on pense à son opposé le plus extrême : le totalitarisme ?

J’ai déjà eu l’occasion, ici-même, de commenter quelques grands romans d’Ayn Rand, qui trouveraient toute leur place dans cette série. Je vais donc prolonger avec d’autres réal... Poursuivre la lecture

droit des étrangers
1
Sauvegarder cet article

Par Robert E. Wright.

Vous entendez souvent cette question lors de réceptions et de dîners chics, chez le coiffeur et dans la salle de repos du bureau. Pourquoi les habitants de X ne se révoltent-ils pas tout simplement et ne remplacent-ils pas leur méchant ou "cupide" dirigeant Y ?

Pourquoi pas, en effet ? De toute évidence, malgré les exactions de Y, les coûts attendus de la rébellion doivent dépasser ses bénéfices attendus.

Un peuple n'a pas d'intérêts homogènes

Le peuple n'a nulle part des intérêts homogènes. Certains... Poursuivre la lecture

Au Canada, en Nouvelle Zélande, et ailleurs, les convois de la liberté sont un signe, peut-être le plus éloquent, non seulement d’un rejet spécifique d’une politique sanitaire arbitraire et injuste, mais plus généralement d’un nouvel autoritarisme en Occident.

Ces manifestations sont intéressantes car pour une fois ce sont des Anglosaxons qui ont pris l’initiative de se révolter contre les violations des libertés individuelles qu’ils subissent depuis deux ans. Cela est relativement inhabituel car ce sont des populations ayant tradition... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles