L’islam est-il compatible avec la démocratie ?

La transition vers la démocratie ne va pas être aisée dans beaucoup de pays à majorité islamique. Mais pas à cause de l’islam,

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Islam (Crédits : zbigphotpgraphy, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’islam est-il compatible avec la démocratie ?

Publié le 6 septembre 2013
- A +

La transition vers la démocratie ne va pas être aisée dans beaucoup de pays à majorité islamique, bien entendu. Pas à cause de l’islam, mais parce que les grandes puissances avaient confié le pouvoir, dans beaucoup de pays à majorité musulmane, à des dictateurs et des satrapes qui n’ont eu de cesse que de maintenir leur population dans l’arriération la plus absolue.

Par Luis Del Pino [*]

La troisième plus grande démocratie du monde, avec 237 millions d’habitants, est l’Indonésie. 87% de la population est musulmane, alors que la liberté religieuse est garantie constitutionnellement.

L’Indonésie n’est pas une démocratie parfaite, comme ne le sont pas plus l’Espagne ou la France. Mais c’est sans aucun doute une démocratie, comme le reconnaît le Democracy Index 2012 élaboré par The Economist. De fait, en analysant les différents facteurs qui permettent de cataloguer un État comme démocratique (pluralisme politique, comportement du gouvernement, culture politique de la population et libertés civiles), The Economist accorde à l’Indonésie un niveau de qualité démocratique supérieur à celui du Pérou, du Salvador, de la Colombie ou de la République dominicaine.

La qualité de la démocratie indonésienne est même supérieure, selon The Economist, à celle de deux membres de l’Union européenne : la Roumanie et la Bulgarie.

Ce n’est pas le seul cas : la Malaisie (avec 29 millions d’habitants, dont 60% de musulmans) est également une démocratie, au même niveau que le Pérou ou le Salvador, selon cette même étude. La Malaisie est un État confessionnel, mais la constitution malaisienne reconnaît, de nouveau, la liberté religieuse de ces 40% non musulman.

Et plus important encore : l’étude montre qu’aussi bien en Malaisie qu’en Indonésie la qualité démocratique a augmenté de manière significative entre 2006 et 2012 ; au contraire de nombreux pays membres de l’Union européenne, où la qualité démocratique a baissé pendant la même période.

Par conséquent, la réponse à la question qui fait le titre de l’article est affirmative : bien entendu que l’islam est compatible avec la démocratie, comme le christianisme. Rien n’empêche, dans aucun des deux cas, que les sociétés évoluent vers une séparation entre pouvoir politique et pouvoir religieux, séparation indispensable pour jouir d’un véritable pluralisme et de véritables libertés civiles.

Mais les pays peuvent difficilement approfondir la démocratie véritable quand on le leur refuse, pour commencer, le droit à s’organiser démocratiquement.

Cela fait presque trois ans que nous assistons en Afrique du Nord et au Moyen-Orient aux convulsions dérivées de ce qu’on a décidé d’appeler le Printemps arabe. Et si quelque chose est bien clair dans toute cette histoire, c’est que l’Occident n’a pas la moindre idée de comment affronter le problème. Nous semblons hésiter entre le désir d’exporter la démocratie dans ces pays et le désir de les maintenir sous le joug de dictateurs amis des grandes puissances. Nous disons que nous voulons que ces pays soient libres et en même temps nous nous scandalisons quand ils votent librement et ne choisissent pas ce qui nous plaît. Nous affirmons très solennellement que nous venons les sauver de la dictature théocratique et la solution que nous leur proposons est la dictature militaire.

Nous n’osons même pas exprimer ouvertement toutes ces choses, parce que ce que l’Occident dit au fond, c’est que les pauvres Arabes sont des arriérés incultes qui ne sont pas prêts pour la démocratie. Et nous dédaignons leur religion comme s’il ne s’agissait rien d’autre qu’un credo terroriste et oppresseur. Nous manifestons de manière continue un mépris ignorant envers l’islam, envers les musulmans et envers les Arabes, qui parfois frise l’esprit de classe le plus pouilleux, parfois le racisme le plus cru.

Cette attitude méprisante est des plus choquantes si l’on analyse notre histoire récente. Dans des endroits comme la Suisse, la femme ne pouvait pas voter il y a à peine 40 ans. Dans des endroits comme les États-Unis, on brûlait vivants des noirs il y a seulement 50 ans, pour avoir réclamé le droit de vote ou le droit d’aller à l’université. Dans des endroits comme la Grande-Bretagne, on castrait chimiquement les homosexuels il y a moins de 60 ans. Dans des endroits comme l’Allemagne, on assassinait des millions de personnes dans des chambres à gaz il y a seulement 70 ans… Comment osons-nous dire que les pays musulmans vivent au Moyen-Âge ? Si l’Occident a été capable d’évoluer en moins d’un demi-siècle vers la consolidation de véritables démocraties avancées, pourquoi nions-nous le fait que les musulmans possèdent la capacité à évoluer de la même manière ?

Quand quelqu’un dit que l’islam est incompatible avec la démocratie, il ment tout simplement, comme les cas de l’Indonésie ou de la Malaisie le témoignent. Et quand quelqu’un attribue les problèmes d’un pays comme l’Égypte à l’islam, non seulement il ment, mais il tombe dans une contradiction logique plutôt évidente :

– Comme les Égyptiens votent pour les Frères musulmans, nous disons qu’ils ne sont pas prêts pour la démocratie.

– Alors, nous appuyons un coup d’État des mêmes militaires qui ont gouverné l’Égypte pendant 50 ans, en réussissant à maintenir les Égyptiens suffisamment arriérés pendant tout ce temps… pour voter pour les Frères musulmans !

Pas mal comme exercice de cynisme, non ? Si les Égyptiens sont arriérés, la responsabilité n’en incombe pas à l’islam, mais à ceux qui ont gouverné les Égyptiens durant la dernière moitié de siècle. Et ce n’était pas exactement les islamistes.

La transition vers la démocratie ne va pas être aisée dans beaucoup de pays à majorité islamique, bien entendu. Mais pas à cause de l’islam, mais parce que les grandes puissances avaient confié le pouvoir, dans beaucoup de pays à majorité musulmane, à des dictateurs et des satrapes qui n’ont eu de cesse de maintenir leur population dans l’arriération la plus absolue.

Ce n’est pas leur religion, mais notre hypocrisie et nos intérêts économiques qui les empêchent d’avancer vers la démocratie.

___
[*] Luis Del Pino, journaliste, est directeur du programme « Sin Complejos » de esRadio, la radio liée à Libertad Digital. Il est l’auteur du blog « Los enigmas del 11-M ».

Article paru dans elmedio. Traduit de l’espagnol.

Lire aussi : Islamisme, la menace fantôme.

Voir les commentaires (89)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (89)
  • La bible prise au pied de la lettre n’est pas non plus clmpatible avec la démocratie. Aucune religion ni aucune idéologie prétendant avoir la vérité n’est « democratique ». Soit une loi est formelle et immuable auquel cas on s’en fout de l’avis du peuple, soit on considère que ca peut changer et on peut avoir envie de demander son avis à la populace.

    Dire que la religion chrétienne essaye moins de fair hold up sur votre ouverture d’esprit que l’Islam c’est juste faux. Toutes ces religions conquérentes sont dogmes qui poussent au fanatisme. C’est njuste que les chétiens viennent d’un occident où ils ont mis de l’eau dans leur vin (sans mauvais jeu de mot) question ferveur religieuse.

    un exemple: Saint Paul:
    « Comme cela se fait dans toutes les églises des saints, que les femmes se taisent dans les assemblées : elles n’ont pas la permission de parler ; elles doivent rester soumises, comme dit aussi la loi. Si elles désirent s’instruire sur quelque détail, qu’elles interrogent leur mari à la maison. Il n’est pas convenable qu’une femme parle dans les assemblées. »

    Et ce n’est qu’un parmi d’autres. J’aime l’Islam encore moins que le christianisme surtout parce qu’en ce moment les Islamistes sont plus conquérants que les chrétiens, Mais les foules de chrétiens en colère qui lynchaient leur prochain, ca a existé: Hypatie, les socières de Salem les progrommes après les trembelements de terre, l’inquisition etc sont utant de faits historiques qui prouve que la distinction Islam Christianisme ne peut être qu’une différence de degré, pas de nature.

    • Le message du Christ tel que présentés dans les Évangiles est démocratique et ne contient aucun dogme. Alors que le message délivré par Mahomet est une organisation politique de la société.
      Que l’Église ait ensuite utilisé à des fins de pouvoirs politiques et ait dénaturé le sens du message des Évangiles n’a rien à voir l’essence même du christianisme qui laisse le choix à l’Homme.
      L’Islam ne laisse aucun choix autre que celui d’obéir à un être fantasmé par un analphabète psychopathe.

      • Oui oui, le christ est soudain apparu, mais entre sa naissance et ses 30 ans, il en a fait du chemin, sauf que ca on en parle pas.

        D’ailleurs, il était juif ou chrétien, gros malin celui qui pourra m’expiquer que l’on est ce qui n’existe pas encore ?

        Le message du Christ est fondé sur l’espoir, peut importe ce qu’il couvre de vrai ou de moins vrai, il fait des miracles avec la volonté des gens. Mais on ne juge pas Jésus sur son adoléscence troublée.

        Par anaogie on peut dire que l’islam n’est pas Mahomet, mais qu’il l’a fondée. Donc donner des règles d’age pour le marriage, qui n’étaient pas pratiquée à l’époque par aucune religion, c’est ridicule.

    • Mettre l’Islam au même plan que le Christianisme, c’est le comble de la crétinerie. Le fondateur de l’Islam est un assassin polygame, pédophile qui a créé un empire politique uniquement par la violence, le pillage et la soumission. Il faut être un fucking moron pour le comparer à Jésus.

      • Il y a pas longtemps de cela, dire un mot de travers sur Jesus valait la peine capitale. Alors insultez Mahommet si vous vious pensez intelligent, mais pourquoi l’histoire de Jesus serait-elle autant angélique que l’on essaye de nous faire croire !

        Un voleur un fils de p.. et j’en passe.

        • Oui, de la part de l’Église. Mais le christianisme et le message du Christ NE SONT PAS l’Église catholique.
          Vous faites allègrement (volontairement ?) la confusion entre les deux.

          Pour faire une comparaison valable entre l’Islam et le Christianisme il faut comparer les messages transmis par les fondateurs de ces deux religions.

        • Non je ne mélange pas, mais vous faites bien de le rappeler.

          Le problème c’est que l’on compare trop les fondateurs qui ne sont considérés par certain que comme des messagers, des prophètes, des élus, etc…

          C’est clair que le message dans chaque livre saint est simple et clair, l’interprétation relève de chaque religion et cette charia, n’est pas saine si elle est nourie de haine. Mais il n’y a pas de charia écrite dans les livres.

        • @ Lafayette

          Vous écrivez n’importe quoi.

          Selon les écrits bibliques, Jésus n’était ni le fils d’une prostitué (et même s’il l’avait été, en quoi cela ferait de lui quelqu’un de mauvais?), et ni un voleur (voler signifie prendre par la force le bien d’autrui, il n’y a aucun exemple dans la Bible de telle situation avec Jésus).

          L’histoire de Jésus est « angélique », parce qu’il s’occupait des pauvres, il guérissait les malades, il prônait la non-violence, le respect de la liberté individuelle, il s’opposait aux religieux de son temps qui profitaient de la crédulité des gens pour faire leur beurre, etc, etc… 

      • Bonsoir Minitax, que tu ne partages pas, ne portes pas l’islam dans ton coeur ceci est dans ton droit. Mais manquez de respect au Saint fondateur de l’Islam par des insultes ça non je ne peux rester insensible à de tels propos. Et tous cela par ignorance de votre part.
        aimerez – vous qu’une tierce personne porte de tels propos envers votre cher père?
        Assurément « non ».
        Que Dieu vous pardonne et vous guide dans le droit chemin. Ameen.
        « Amour pour tous et haine pour personne »
        Wa salam

    • @ Mitch

      Vous ne pouvez pas simplement sortir un verset de la Bible et construire une doctrine là-dessus, Saint Paul a aussi dit:

      « Tout m’est permis, mais tout n’est pas utile; tout m’est permis, mais je ne me laisserai asservir par quoi que ce soit. »

      « Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ. »

      « Or, le Seigneur c’est l’Esprit; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté. »

      « Si vous êtes conduits par l’Esprit, vous n’êtes point sous la loi. »

      Donc soit vous concluez que Saint Paul se contredit en interdisant aux femmes de parler dans les assemblées, soit vous concluez qu’il s’agit d’un conseil spécifique aux Eglises de Corinthe auxquelles Paul écrivait, en tenant compte tant des mœurs et de la culture de Corinthe.

      La plupart des chrétiens ont choisi la deuxième conclusion, et n’interdisent pas aux femmes de s’exprimer.

    • Cet amalgame entre Bible et Coran est odieux et obscurantiste.
      Un extrait sans contexte est sans valeur, je peux faire passer n’importe qui pour un salaud avec votre méthode.

      Si le Coran est parfait selon l’islam, tel n’est pas le cas de la Bible selon le christianisme: Jésus a été parfait, donc le statut des Évangiles approche ce statut, mais certainement pas le reste de la Bible.

      Ces propos misogynes de Paul reflètent simplement son éducation juive et grecque.

      Il est exact que les religions définissent des principes absolus.
      Mais vous avez grand tort de vous y opposer par principe: Il y a un absolu anthropologique à la base de toute société.
      Il s’agit de se donner les bons.
      La liberté n’est-elle pas un absolu pour les libéraux ?

      Dans votre simplisme vous oubliez de vous demander si les hommes sans Dieu sont aussi sans absolu.
      La réponse est: Non !
      De la Révolution jusqu’au communisme, le pouvoir athée s’est caractérisé par le totalitarisme et la brutalité souvent sanguinaire.

      Pour ma part je considère que le christianisme définit l’absolu le moins contraignant possible et que par conséquent, lorsque son autorité est reconnue, en l’empêchant d’aller au-delà de ce minimum, il garantit un maximum de liberté et donne un espace maximal au débat.

      C’est tout le sens de la formule « Rendez à Dieu ce qui revient à Dieu et à César ce qui revient à César ».

    • La différence avec le Christianisme, c’est qu’il a suscité des sociétés capables d’évoluer, basées sur l’Insolence comme l’a si bien écrit Chantal Delsol. C’est en Occident qu’est née la démocratie, c’est en Occident que la science et les techniques ont développé un niveau de vie jamais atteint. C’est de l’Occident que ces concepts ont contaminé le monde. Pas l’inverse.

      • Donc c’est pour cela que nos société très soucieuse de démocratie délocaisent dans des dictatures.. Vous avez certainement un don pour la politique d’enfumage.

      • Il ne vous reste plus qu’à vous pencher sur ce qu’on appelle le « Moyen Age » pour comprendre que ce que vous venez d’écrire est une connerie dans toute sa synthèse. Il se passe aussi des choses au Sud et à l’Est de la Méditerranée…

  • L’Islam n’est pas compatible avec la démocratie (pouvoir du peuple) alors que son essence même est la soumission à un dieu et à ses lois. Pour un musulman la loi de dieu prime sur la loi des Hommes. Et le Coran s’enorguellit d’attribuer la place de chacun selon son sexe ou sa religion.
    Ce n’est pas parce que la majorité de la population malaisienne est musulmane, et que la Malaisie est un pays démocratique, que l’Islam est compatible avec la démocratie.
    http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20100110.OBS3215/violences-anti-chretiennes-en-malaisie.html
    Et les exemples que les Chrétiens sont martyrisés là bas sont légion sur le web.
    De la même manière, si le Pérou n’est pas démocratique ce n’est pas parce qu’il est chrétien.

  • Encore la tarte à la crème de l’Indonésie, exception relative qui confirme la règle. Pourtant ce tableau d’une démocratie islamique idéale est loin de la réalité. Que ce journaliste se renseigne un minimum sur la situation contrastée en Indonésie, pays multiconfessionnel tiraillé entre une tradition de tolérance, traversé par des mouvements séparatistes violents (Timor) et un islam politique agressif qui tente régulièrement d’imposer la charia dans la constitution. Par ailleurs le pouvoir indonésien post révolutionnaire fut confisqué par des juntes, le pays subit des vagues d’attentats terroristes, la démocratie demeure une construction récente et fragile.

    • L’Indonésie, cas particulier, a été islamisée progressivement et pacifiquement.
      Pour autant elle est en butte à l’islamisme, et depuis longtemps, phénomène qui n’a pas d’équivalent en pays non musulman mais qu’on peut comparer à une guérilla communiste (problème typiquement sud-américain).

      La démocratie suppose que tous admettent que le sujet du débat est hors de l’absolu, ou alors soient non violents.
      Hélas l’islam prétend apporter la réponse absolue à toute question, et Mahomet a donné l’exemple de la brutalité (assassinat, pillage, génocide des Banu Qurayza).

      Ce qui est effrayant chez les obtus tels ce journalistes, c’est leur haine non seulement des faits, mais ce qui ose les citer…

      http://www.heritage.org/research/reports/2009/06/the-challenge-to-religious-liberty-in-indonesia

  • Article assez juste, sur le fait que le peuple décide donc c’est une démocratie.

    Mais c’est regrettable que es commantaires soient orientés sur la charia, on a vient d’oublier les guerres de religion et l’anarchie et on parle de terreur, comme si le monde arabe est un paria.

    Voyagez un peu, apprenez Jesus et voyez que l’excusion ne fait pas partie de la Bible. Bande d’égocentrique.

    • Voyagez un peu, apprenez Jesus et voyez que l’exclusion ne fait pas partie de la Bible.

      (je cherche un nouveau clavier avec un ‘L’ 🙂 )

    • Et la vérité ?
      Et « Vous reconnaîtrez l’arbre à ses fruits » ? (tiens c’est plutôt démocratique ça…)

  • Un socialiste ne peut être à la fois de bonne fois et intelligent, il en va de même pour la démocratie elle ne peut aller qu’avec l’islam ou avec pétrole mais pas les trois en même temps.

    Plus sérieusement, il existe plusieurs variante de l’islam, n’y aurait-il pas à l’intérieur de l’islam des courant plus démocratique que d’autres ?

    N’oublions pas qu’avant d’être le terrain de jeu des puissances occidentales l’Iran et l’Afghanistan était démocratico-compatible.

  • Quel paradoxe dans le discours de ce journaliste ! D’un côté, il invite les lecteurs à ne pas sous-estimer les égyptiens et de l’autre les traite à plusieurs reprises d’arriérés …
    Les Frères Musulmans n’ont pas élus parce que les égyptiens seraient arrières, ils ont été élus parce que pendant des années ils se sont occupés de la sphère sociale. Ils ont suivi en cela le parfait manuel de prise de pouvoir socialiste.
    Le problème avec les Frères Musulmans, c’est leur caractère hégémonique et totalitaire, ce qui les rend dangereux pour toutes les démocraties et amoureux de la liberté du monde.

  • Il suffit d’aller visiter les forums musulmans pour se rendre compte de la prégnance de la loi du Coran qui dicte aux Hommes tous les comportements de leur vie.
    Jésus n’a rien imposé, il a laissé le choix tout en expliquant que c’est la faculté de choisir qui fait l’Homme. En cela c’était un libéral.
    Je précise que je suis catholique de culture, très tournée vers la spiritualité sous toutes ses formes (christianisme, vaudou, bouddhisme, animisme, kabbale etc) et que je n’en ai trouvé aucune dans le message de Mahomet. J’ai trouvé dans le Coran un message d’une violence souvent insoutenable.
    Mahomet a inventé un personnage psychopathe (certainement à son image) capricieux et paranoïaque. Rien à voir avec le message d’amour du Christ qui était réellement universel.

    • Bon alors cela c’est une vue de l’interrieur. On devrait regretter de ne pas applique le quart de ce que le christ à dit. La société devient froide et instable, alors que ces livres sont écrit pour donner une stabilité.

      Ou est donc l’erreur ?

      Allez dans un pays ou l’on parle encore dans la rue, ou le sms n’a pas remplacé la visite de voisinage, ou chaque jour vous vous levez avec le sourir.

      Désolé mais Christ n’est pas amour, c’est pas en tout cas pas la prostituée du coin qui écoute vos chagrins, ni le vieux curé, mais pour cela il faut savoir ou est votre lumière .

      • Je vis dans une petite ville bien française où, lorsque l’on croise quelqu’un dans la rue, tout naturellement, on se salue mutuellement par un « bonjour », « bonsoir » accompagnés d’un sourire, que la personne croisée dans la rue soit inconnue ou pas.
        Pas besoin de quitter la France pour trouver la courtoisie et le lien entre les Humains.

        • un petit village d’irréductible Gaulois.

          Ca me rappèle l’histoire d’un certain
          Jesus Christ, ou était-ce celle de Jules Cesar.

          Non c’est vrai qu’il faut avoir le coeur sur la main offrir le couvert au étranger les aimer avant de les juger. (sauf peut être ceux avec la caravanne et les 2 mains dans vos poches).

        • Lafayette : « un petit village d’irréductible Gaulois.  »
          ————————-
          Non non, les gens se parlent encore dans la rue et aux voisins partout en France. Ce n’est pas parce que tu n’as pas ça dans ton asile qu’il faut généraliser.
          C’est l’heure de prendre tes médicaments.

          • Je ne dis pas que l’on ne se parle plus en France, mais j’affirme que c’est devenu marginal dans une journée.

            Et on pourrait faire mieux que de laisser a parole aux politiciens qui n’ont rien à dire.

  • On pourrait tout aussi bien demander:
    – le confucianisme est t’il compatible avec la démocratie?
    – L’esprit russo-slave est t’il compatible avec la démocratie?
    – l’hindouisme est t’il compatible avec la démocratie
    – ad libitum…..

    La « démocratie » n’est pas une mécanique électorale, mais un esprit, un « spirit »…..et les seuls auteurs ayant réfléchi, sur le plan théorique et pratique au concept de « démocratie » sont les gréco romains.
    J propose un « résumé » de cet esprit démocratique, esprit évidemment individuel, correspondant à la disposition de la psyché au moment de disposer de ou de déléguer le pouvoir:
     » Les Athéniens ne sont esclaves ni sujets de personne » ( Eschyle- Les Perses)
    Il est évident que toute prosternation externe ou interne de quelque sorte que ce soit ( religieuse, idéologique), bref, toute « vénération d’idole » est contraire à l’esprit démocratique.
    De plus, il n’y a pas de sentiment de liberté, partant pas d’esprit démocratique, sans la notion d’Aristos ( également disposition interne à l’individu, et non liée à l’existence d’une aristocratie héréditaire)

    Conclusion des courses: l’esprit démocratico-aristocratique est le fruit d’une sphère culturelle bien particulière ( comme le sont la démonstration mathématique-lire Euclide et Archimède- la disputatio philosophique libre, l’incitation à l’interprétation des mythes dès le 6e siècle avant JC etc..), et n’ont aucune transposabilité hors de ceux qui acceptent d’en hériter .
    Pour les chrétiens convaincus de ce blog, et qui tiennent absolument à réécrire l’histoire des courants intellectuels via un révisionisme enfantin, je rappelle que c’est grâce à de grands universitaires, d’armature intellectuelle gréco romaine, convertis au christianisme- je pense à saint Augustin- que cette transmission a pu être vaille que vaille réalisée……….

    • Quel révisionnisme y a-t-il à constater que libéralisme et démocratie modernes ont été développés dans des pays chrétiens ?

      Qu’y a -t-il de sectaire à observer que que le christianisme, en réduisant le champ de l’absolu à très peu, donne au débat un champ d’autant plus grand ?

      Enfin l’Évangile enseigne que « Vous reconnaîtrez l’arbre à ses fruits », donc que le peuple est apte à juger d’une prophétie à ses résultats – pourquoi pas une politique aussi ?

      Mon obstination à rétablir les faits en faveur du christianisme, n’est que le reflet de celle mise par les relativistes à l’amalgamer avec l’islam, ce qui est objectivement contraire à la vérité.

  • Bien sûr que l’islam est compatible avec la démocratie.

    Le socialisme aussi est compatible avec la démocratie, autant que le libéralisme ou même la dictature (tant que plus de 50% des votants approuvent le dictateur…)

    La solution pour les pays musulmans n’est pas la démocratie, mais le libéralisme. A Dubaï, qui n’est pas un exemple de démocratie, le libéralisme est massivement appliqué, et les gens y vivent bien mieux que la Turquie qui est souvent présentée comme une réussite de démocratie en terre islamique, ou que certains pays occidentaux…

  • Pourquoi cet article ne contient pas un seul élément de texte à la base de l’islam? Alors que pour répondre à cette question, la première chose à faire serait d’aller voir du côté du Coran et des hadiths. A l’époque où je perdais ma foi évangélique, j’ai failli me convertir à l’islam pour diverses raisons (notamment: fausses preuves avancées par des apologistes habiles). Je vous invite à visiter la partie „islam“ de mon site: http://www.anti-religion.net/islam_france.htm .

    Il me semble que l’islam, en plus de ne pas être compatible avec la démocratie, est aussi l’antithèse du libéralisme. En islam, il ne suffit pas de conformer sa propre vie à un code de conduite défini, si on laisse les autres „mal“ se comporter, on est aussi coupable! Une série de lois régissent la vie privée de chaque individu, de l’interdiction de quitter l’islam (sous peine de mort) à l’interdiction de boire de l’alcool ou de manger de ce qui n’est pas „hallal“, en passant par l’interdiction d’un certain nombre de pratiques sexuelles… Même dans le domaine économique l’islam est incompatible avec le libéralisme, exemple: l’interdiction du prêt à intéret.

    •  » En tant que libéraux, nous n’avons pas à empêcher les gens de faire ce qu’ils veulent de leur vie : que les gens refusent de boire ou se mettent des caisses tous les vendredis soirs, ça les regarde. »

      Oui, mais l’islam a une incroyable propension à affecter l’environnement des non-croyants. Un jour, vous mangerez un sandwich le midi dans le mauvais quartier et on vous rappellera « gentiment » que ça ne se fait pas pendant le ramadan.

      Et si votre voisin tue sa fille parce qu’elle sortait avec un chien d’infidèle vous vous en lavez les mains… ça les regarde, n’est-ce-pas?

      Vous prônez la liberté sans réaliser que les islamistes à qui vous donnez cette liberté ne vous laisseront jamais la réciprocité. Vivre et laisser vivre est une aberration, un crime, un péché en terre d’islam.

      • Il n’y a pas si longtemps le jour des habit du dimanche était aussi là pour rappeler que c’était le jour de la douche pour la majorité.

        Mais maintenant allez prier sans vous laver, c’est libéral, mais pas respectueux. Dans les pratiques même les règles sont identiques. Vous cherchez juste à monter qu’il y a une certaine émancipation vers un non respect de règle de vie, mais comment peut-on affrimer que les conséquences seront positives…

        Qaund au question d’intolérance, vous prenez des exemples qui ne sont pas majoritaires, mais qui face aux questions de société, tendent à évoluer.

        « Tends l’autre joue disait-il »

        un peu moins d’exclusion serait un bon pas vers plus de tolérance Chrétienne. A croire que ce chapitre vous l’avez complètement oublié, car ce n’est pas la charité de l’avare qui fait le Chrétien.

      • « Et si votre voisin tue sa fille parce qu’elle sortait avec un chien d’infidèle vous vous en lavez les mains… ça les regarde, n’est-ce-pas? ».
        Non, c’est un con et un dégénéré ; musulman ou pas c’est assez évident. Ce n’est pas parce que certaines personnes se réclament de l’Islam en commettant ce genre d’atrocités que ça en devient islamique…
        En Islam, on ne se fait pas justice soi-même. On est pas des sauvages, on a des tribunaux. Et dans ces tribunaux, inspirés par les écritures islamiques, on est censé faire preuve de clémence et de miséricorde… S’il en est autrement, c’est parce que ce sont des hommes qui s’en chargent et les hommes sont parfois intolérants, faibles, stupides, rigides et/ou revanchards.

    • « Certaines écoles considèrent qu’un musulman n’a pas le droit de juger un autre musulman »
      Dois-je comprendre de cette phrase que certaines écoles considèrent l’inverse ? Dois-je également comprendre que toutes les écoles considèrent qu’un musulmans a le droit de juger n’importe quel non-musulman ?
      Personnellement, en tant que libertarien, je ne suis point gêné par le jugement d’autrui. C’est lorsque ce jugement se transforme en coercition que le problème devient entier.

  • J’ai lu quelques commentaires qui ont dérivé sur la religion. Quand un pays confond la politique et la religion, il ne peut pas prétendre instaurer une démocratie, c’est incompatible. L’Inde est une démocratie car l’hindouisme n’est pas une religion mais une philosophie, comme le shintoïsme au Japon et le Bouddhisme par exemple en Thaïlande. J’avais laissé ce billet sur mon blog il y a trois jours, à propos de la vision que se fait l’Occident de la démocratie : http://jacqueshenry.wordpress.com/2013/09/03/reflexions-sur-le-moyen-orient-et-dautres-pays/ . Réflexion faite, la Malaisie n’est pas une démocratie, ni l’Indonésie, quoiqu’en pense l’auteur de l’article (à se demander s’il est allé dans ces pays) …

    • « Quand un pays confond la politique et la religion, il ne peut pas prétendre instaurer une démocratie, c’est incompatible. »

      En effet, et il faut donc définir une frontière.
      Le christianisme y pourvoit: À lui le magistère moral, à l’État l’ordre, et à la société civile tout le reste.

      L’islam, non, bien au contraire.
      Notez que le socialisme non plus, comme l’islam il est politique et religion, et donc foncièrement totalitaire.

  • J’ai une réponse à tous les haineux et fou furieux qui trollent et polluent cette pages !

  • Mettre le christianisme et l’islam sur le même pied?
    J’aurais tendance à le faire, pour les quelques raisons suivantes:
    – deux religions prosélytes, pour qui importe la conversion des âmes, de toutes les âmes ( l’Ouma des musulmans; « car Tous vous êtes un en Jésus Christ » de Paul de Tarse)
    – religions similaires, sur ce plan, antiques ou actuelles: bouddhisme, droit de lhommisme, bolchévisme et ses avatars, néo »libéralisme »( libéralisme?? mon c..l), « écologisme », franc maçonnisme
    – Hindouisme, Nazisme, Shintoïsme; ne sont pas des religions prosélytes, mais des religions totalitaires ethno centrées racialistes
    – En terme de « marché » , islam et christianisme tendraient volontiers à se marcher sur les pieds ( dans les pays musulmans pas trop disjonctés, comme l’Egypte par exemple, la saine loi du marché se joue au niveau des écoles privées, les petits et moyens bourgeois musulmans ayant suffisamment d’argent préférant de loin placer leurs enfants dans les écoles « chrétiennes » en raison de qualité de l’enseignement qui y est dispensé)
    Plus grave à mon avis: le christianisme a pu conquérir le monde gréco romain dans la mesure où des élites romaines ont peu à peu adopté le christianisme déjà antérieurement à l’Edit de Constantin
    En clair, dans la mesure où:
    – les dirigeants occidentaux ont choisi les frères musulmans
    – font preuve d’un encouragement total , institutionnel, aux cultes et traditions musulmanes
    – compte tenu également du fait que la conversion à l’Islam n’est pas seulement dévolue à une populace en perdition, mais concerne également des cadres, ingénieurs, avocats, médecins etc..occidentaux ( phénomène que j’ai pu observer en Allemagne à une échelle impressionnante)

    …………l’Islam est bien , vis- vis de la civilisation occidentale, le christianisme du 21e siècle……….avec des moyens financiers, technologiques en plus, et sans la conversion intellectuelle à laquelle le christianisme a du se plier pour survivre chez les élites…

    • Ce sont des universalismes, comme les droits humains.

      Mais voici la différence: L’absolu chrétien se réduit à une morale abstraite et à usage personnel.
      Ce qui signifie que selon le christianisme, tout le reste est relatif, donc sujet à débat , puisqu’un chrétien ne peut prétendre détenir la vérité là où Jésus dit qu’il n’y en a pas.

      L’islam, au contraire, affirme avoir la réponse absolue à tout, notamment en matière de politique (charia…).
      D’où l’intransigeance.

      Ajoutez à cela que Mahomet a été sanguinaire et Jésus non-violent, et vous avez deux religions aux antipodes.

  • Por lo menos, tengan la decencia de informar a sus lectores de dónde procede este artículo que han reproducido sin permiso:

    http://elmed.io/es-compatible-el-islam-con-la-democracia/

  • « Ce n’est pas leur religion, mais notre hypocrisie et nos intérêts économiques qui les empêchent d’avancer vers la démocratie. »

    Voilà, encore une belle victimisation du coupable.
    L’islam, c’est super mais les méchants occidentaux y z’arrêtent pas que l’embêter et l’empêcher de s’émanciper, tout ça, car non contents d’être méchants, ils sont hypocrites, égoïstes et intéressés rien que par l’argent. Méchants ! Méchants !! Trop méchants occidentaux qui font rien qu’être pas gentils avec les gentils de l’islam !

    • L’attitude ignoble de la France vis à vis de l’Algérie depuis les accords d’Evian en témoigne..

      • l’ attitude ignoble de la classe politique et de certains français…eh oh! Marre de cette auto-flagellation. Saviez-vous qu’ une fois parti de là-bas nous avons continué à financer des infrastructures?
        Mais pour répondre à l’ article, non l’ islam est incompatible avec la démocratie. Voir aussi ce que dit M.Gauchet sur le christianisme religion de la sortie de la religion. Le christianisme est un message de liberté et d’ émancipation. L’ islam certainement pas. Et il faudrait se réveiller car en France cette religion va nous bouffer tout cru.

    • Bien d’accord avec vous, Kuing, et je ne comprends pas comment si peu de lecteurs ne réagissent pas comme vous. Les Egyptiens sont arriérés, dit l’auteur, et cela parce que les grandes puissances occidentales auraient mis en place Nasser, Sadate et Moubarak ?… Franchement, il devrait y avoir des limites à l’auto-flagellation.

  • Pour mieux comprendre les religions monothéistes, je ne saurais trop conseiller de lire le livre d’Olivier Bach, « Dieu et les religions à l’épreuve des faits » téléchargeable sur le site inexistencededieu.com
    Il permet d’avoir une vue objective sur la réalité des religions.

    • @ Gérard

      Un site web qui a pour url une proposition indémontrable ne peut pas prétendre à l’objectivité, ni même à la moindre autorité sur la question…

      • Le Dieu des monothéistes a la particularité d’être défini avec précision. Quand on nous dit qu’il agit en permanence sur les hommes et l’univers après les avoir créés qu’il donne la vie et décide de la mort, qu’il aide les faibles et les pauvres, il est tout à fait possible de faire une analyse factuelle de ces affirmations. Elles sont confirmées ou pas? De cette réponse, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas en déduire son existence ou pas.
        Comme le précise l’auteur, si on ne pouvait pas faire cette déduction, on ne pourrait pas affirmer que le Père Noël n’existe pas.
        Lisez ce livre avant de juger son contenu.

        • @ Gérard

          Déjà, il n’y a pas un « Dieu des monothéismes », mais il y a le dieu des chrétiens, le dieu des juifs et le dieu des musulmans…Beaucoup de juifs et chrétiens ne reconnaissent pas le dieu du Coran comme étant le leur, et les juifs et musulmans ne reconnaissent pas Jésus-Christ comme étant leur dieu. Alors parler d’un « Dieu des monothéistes … défini avec précision », cela me fait bien rigoler…

          On peut très bien affirmer que Dieu, ou le Père Noël n’existent pas, on peut même le déduire et y voir des faits, mais il est impossible de démontrer l’inexistence d’un être, pas même celle du Père Noël (en lequel, je vous rassure, je ne crois pas).

          Quant à voir l’action de Dieu, c’est une pure question de foi: là où certains verront l’œuvre miraculeuse de Dieu, d’autres pourront toujours y voir un concours de circonstances extraordinaires, même lorsque cela définit toutes les lois des statistiques.

          Ce livre ressemble furieusement aux sophismes habituels en lesquels seul un athée convaincu peut réussir à croire, rien de nouveau sous le soleil…

          • C’est faux !

            S’il y a un Dieu unique dans chaque religion monothéiste, c’est que c’est le même, sinon 1+1+1+… ca ne ferait pas 1 et c’est du niveau école élémentaire.

            D’aileur les livres saints vont dans le même sens, preuve que c’est la même parole de Dieu.

          • @ Lafayette

            Vous dites de nouveau n’importe quoi.

            La solution de l’équation est simple: les chrétiens vous diront qu’Allah est un faux-dieu et Mahomet un faux-prophète, les juifs vous diront que Jésus était un imposteur, et les musulmans que les juifs et chrétiens sont des menteurs.

            Après vous avez le mouvement œcuménique qui essaye de faire fusionner le tout ensemble, mais c’est du pipeau, car ce sont justement les livres saints qui s’excluent mutuellement et qui vont dans des sens très différents.

          • @ Apostat

            Vous ne connaissez visiblement rien à la foi chrétienne: la très grande majorité des chrétiens confesse Jésus-Christ comme étant Dieu-même.

            Après, vous avez le droit de ne pas être de leur avis.

  • L’islam, c’est aussi plein de superstitions grotesques, typique d’une religion obscurantiste et oppressive et de la psychopathie de son géniteur. Mais c’est démocratie-compatible, bien sûr, nous dit-on.
    – Il faut mettre la chaussure droite avant la chaussure gauche
    – Il faut cracher à gauche
    – Il faut tourner 7x autour de la pierre à la Mecque
    – Il faut déféquer cul vers la Mecque et se nettoyer avec un nombre impair de pierres (!)
    – Il faut couvrir les cuillères d’aller au lit
    – Il faut tuer les chiens, surtout les chiens noirs

  • Démocratie oui. Liberté… à voir.

  • Je précise que je suis agnostique et que je vois toutes les religions d’un oeil méfiant. Cependant je partage avec vous un extrait d’un livre de Hamadou Hampate Ba dont je suis un grand fan.

    Ce jour-là, Tierno avait commenté ce verset : « Celui qui a fait le poids d’un atome de bien le verra ; celui qui a fait le poids d’un atome de mal, le verra » (Coran XC, 7 et 8).»

    Comme nous le questionnions sur les bonnes actions, il nous dit :

    – La bonne action la plus profitable est celle qui consiste à prier pour ses ennemis.
    – Comment ! m’étonnai-je. Généralement, les gens ont tendance à maudire leurs ennemis plutôt qu’à les bénir. Est-ce que cela ne nous ferait pas paraître un peu stupide que de prier pour nos ennemis ?
    – Peut-être, répondit Tierno, mais seulement aux yeux de ceux qui n’ont pas compris. Les hommes ont, certes, le droit de maudire leurs ennemis, mais ils se font beaucoup plus de tort à eux-mêmes en les maudissant qu’en les bénissant.
    – Je ne comprends pas, repris-je. Si un homme maudit son ennemi et si sa malédiction porte, elle peut détruire son ennemi. Cela ne devrait-il pas plutôt le mettre à l’aise ?
    – En apparence, peut-être, répondit Tierno, mais ce n’est alors qu’une satisfaction de l’âme égoïste, donc une satisfaction d’un niveau inférieur, matériel.
    Du point de vue occulte, c’est le fait de bénir son ennemi qui est le plus profitable. Même si l’on passe pour un imbécile aux yeux des ignorants, on montre par là, en réalité, sa maturité spirituelle et le degré de sa sagesse.»
    – Pourquoi ? lui demandai-je. C’est alors que Tierno, pour m’aider à comprendre, parla des oiseaux blancs et des oiseaux noirs.
    – Les hommes, dit-il, sont les uns par rapport aux autres, comparables à des murs situés face à face.
    Chaque mur est percé d’une multitude de petits trous où nichent des oiseaux blancs et des oiseaux noirs. Les oiseaux noirs, ce sont les mauvaises pensées et les mauvaises paroles.
    Les oiseaux blancs, ce sont les bonnes pensées et les bonnes paroles. Les oiseaux blancs, en raison de leur forme, ne peuvent entrer que dans des trous d’oiseaux blancs et il en va de même pour les oiseaux noirs qui ne peuvent nicher que dans des trous d’oiseaux noirs.

    Maintenant, imaginons deux hommes qui se croient ennemis l’un de l’autre. Appelons-les Youssouf et Ali.
    Un jour, Youssouf, persuadé que Ali lui veut du mal, se sent empli de colère à son égard et lui envoie une très mauvaise pensée. Ce faisant, il lâche un oiseau noir et, du même coup, libère un trou correspondant. Son oiseau noir s’envole vers Ali et cherche, pour y nicher, un trou vide adapté à sa forme.

    Si, de son côté, Ali n’a pas envoyé d’oiseau noir vers Youssouf, c’est-à-dire s’il n’a émis aucune mauvaise pensée, aucun de ses trous noirs ne sera vide. Ne trouvant pas où se loger, l’oiseau noir de Youssouf sera obligé de revenir vers son nid d’origine, ramenant avec lui le mal dont il était chargé, mal qui finira par ronger et par détruire Youssouf lui-même.

    Mais imaginons qu’Ali a, lui aussi, émis une mauvaise pensée. Ce faisant, il a libéré un trou où l’oiseau noir de Youssouf pourra entrer afin d’y déposer une partie de son mal et y accomplir sa mission de destruction. Pendant ce temps, l’oiseau noir d’Ali volera vers Youssouf et viendra loger dans le trou libéré par l’oiseau noir de ce dernier. Ainsi les deux oiseaux noirs auront atteint leur but et travailleront à détruire l’homme auquel ils étaient destinés. Mais une fois leur tâche accomplie, ils reviendront chacun a son nid d’origine car, est-il dit: « Toute chose retourne à sa source. » Le mal dont ils étaient chargés n’étant pas épuisé, ce mal se retournera contre leurs auteurs et achèvera de les détruire.

    L’auteur d’une mauvaise pensée, d’un mauvais souhait ou d’une malédiction est donc
    atteint à la fois pas l’oiseau noir de son ennemi et par son propre oiseau noir lorsque celui-ci revient vers lui.

    La même chose se produit avec les oiseaux blancs. Si nous n’émettons que de bonnes pensées envers notre ennemi alors que celui-ci ne nous adresse que de mauvaises pensées, ses oiseaux noirs ne retrouveront pas de place où loger chez nous et retourneront à leur expéditeur. Quant aux oiseaux blancs porteurs de bonnes
    pensées que nous lui aurons envoyés, s’ils ne trouvent aucune place libre chez notre ennemi, ils nous reviendront chargés de toute l’énergie bénéfique dont ils étaient porteurs.

    Ainsi, si nous n’émettons que de bonnes pensées, aucun mal, aucune malédiction ne pourront jamais nous atteindre dans notre être. C’est pourquoi il faut toujours bénir et ses amis et ses ennemis. Non seulement la bénédiction va vers son objectif pour y accomplir sa mission d’apaisement, mais encore elle revient vers nous, un jour ou l’autre, avec tout le bien dont elle était chargée.

    • Hamadou Hampate Ba a sans doute lu les Évangiles:

      Matthieu 5.43. Vous avez entendu qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi.
      44 Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent.
      45 Alors vous serez fils de votre Père qui est dans les cieux, car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes.
      46 En effet, si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez–vous ? Les péagers aussi n’en font–ils pas autant ?
      47 Et si vous saluez seulement vos frères, que faites–vous d’extraordinaire ? Les païens aussi, eux–mêmes, n’en font–ils pas autant ?
      48 Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait.

      • C’est un extrait du livre « Vie et enseignement de Tierno Bokar » qui était son maître spirituel et musulman.
        Ce que je voulais simplement illustrer (peut être maladroitement), c’est qu’on se doit de juger la personne et pas la religion qu’il pratique.
        L’histoire et la géopolitique sont bien trop complexes pour résumer la présence d’un régime tyrannique à la simple pratique d’une religion.

  • L’argument des les nanas qui se voilent est qu’elles font comme la femme de Mahomet …

  • Et bien dis-donc, avec la quantité astronomique d’hommes de paille que comporte cet article, l’auteur a de quoi nourrir un immense cheptel de bœufs pour tout l’hiver.

    De plus, en énumérant les saloperies commises par les régimes politiques de l’occident durant le siècle dernier, on pourrait aussi se poser la question de la capacité de la démocratie à produire des horreurs.

  • MAis là vous faites une erreur, la bible à été écrite au bas mot par au moins 12 personnes, on peut même se dire qu’il y avait des scribes et des tas d’intervenants. Bref vous comparer l’islam qui est l’oeuvre d’un homme. Moi je dis bravo pour le résutat, d’autant qu’il n’est pas exclu l’arrivée d’un nouveau prophète, alors que la bible est soit disant non évolutive, et pourtant modifiée à plusieurs fois durant l’histoire.

    La démocratie ne défini pas le bien ou le mal. On peut avoir une démocratie autoritaire, ca reste une démocratie. L’anarchie n’est pas une démocratie, vu que le bien de la majorité n’est pas défendu.

  • « On oublie toujours que la première victime de l’intégrisme musulman, ce sont les musulmans… »

    Non, les non-musulmans (chrétiens au premier chef).
    Mais même si c’était vrai, ma compassion ne va pas jusqu’à souhaiter partager leur sort.

    C’est vous qui n’êtes pas nuancé.
    L’islam n’est pas sans influence, ce n’est pas une auberge espagnole.
    Il y a des individualités ET il y a l’influence de l’islam.
    Et cette influence est d’autant plus néfaste que les islamistes, même s’ils ne dominaient pas numériquement, seraient quand même prépondérants à cause de leur violence.

  • On a beau etre liberaux, il ne faut tout accepter.
    C’est facile de choisir la malaisie ou l’indonésie, ou d’ailleurs le mélange de l’etat et de l’islam pose quand meme beaucoup de problemes pour les boudhistes et les hindouistes.
    Mais l’Arabie saoudite ou le quatar sont plutot des dictatures où les femmes n’ont pratiquement aucun droit.
    Alors, on peut quand même dire que sur l’ensemble des pays où l’islam est religion d’etat, on trouve vraiment peu de democraties et celles-ci ont une facheuse tendance à degenerer en dictature religieuse (voir Egypte avec Morsi, Tunisie, Turquie, Irak, etc…).

    • Jusque là vous étiez plutôt convaincant pour être honnête. En tant que musulman je me vois souvent faire la moue quand on m’évoque les pays du Golfe car je me sens bien désœuvré face à l’image qu’ils véhiculent de l’Islam. Mais quand j’ai lu « voir Egypte avec Morsi » j’ai compris que vous n’êtes qu’un gentil monsieur qui parle sans savoir…
      L’Egypte de Morsi, dictature religieuse… C’est probablement la plus grosse blague de l’année…

  • la démocratie en Indonésie aussi exemplaire soit elle, n ’empêche pas les islamistes de détruire violemment des oeuvres d’art. Comme le montre cet article qu’un ami Balinais m’a récemment donné.

    http://kabarnet.wordpress.com/2011/09/18/umat-islam-marah-4-patung-dirobohkan-dan-dibakar/

    google peut vous traduire l’article si malheureusement vous ne parlez pas Balinais.

    comment la sourate 9 verset 29 serait compatible avec la démocratie ?

    Coran 9: 29
    « Combattez ceux qui ne croient pas en Allah ni au Dernier Jour, qui ne tiennent pas pour interdit ce qui a été interdit par Allah et son Messager, et qui ne reconnaissent pas la religion de la Vérité, (même s’ils font partie) des Gens du Livre, jusqu’à ce qu’ils payent la Jizya en se soumettant volontairement et se sentent soumis. »

    oui l’ Islam est compatible avec la démocratie dès que les musulmans n’appliquent pas leur coran.

    S’il vous plait arrêtez le « politiquement correct « 

    • Vous êtes pathétiques et Pascale la première !
      Nous pouvons constater ton manque de culture,d’ouverture d’esprit et ton islamophobie.
      Sortir je sais quelle absurdité de la sorte, il faut vraiment être inculte et haineuse…
      Curieusement, aucunes remarques des haineux concernant les dictatures imposées et « amis des occidentaux » pourquoi ?
      Autre chose, avez vous lu la torah et autres livres ?
      Apparemment non puisque vous ne faites aucune référence à la haine anti chrétienne.
      Ce sont tout simplement des arrangements qui « rapprochent » la soit disant culture judeo chrétienne.
      Que pensez vous de l’état d’Israël soit disant démocratique (pas d’union entre juif et autres confessions, lois religieuses qui prédominent ect..).
      Et pourquoi ne pas aborder le sujet épineux du plus grand génocide de l’histoire (les indiens d’Amérique).
      Et que penser de pizarro, Sepulveda ?
      Non, me diriez vous !
      C’est forcément l’Islam…

  • Puis-je vous rappeler que le « fondateur » du christianisme n’est pas Jésus, comme tant et tant le croient, mais Paul de Tarse, le génial inventeur d’une nouvelle religion répondant à ses voeux et assise sur quelques évènements assez insolites de la vie d’un drôle d’invidu nommé Jésus, vivant totalement coupé du monde extérieur, en dépit des apparences telles que narrées par le Tarse (sermons, Cène, etc.), et intégralement retranché dans son intériorité: le simple d’esprit absolu, tellement intéressant à exploiter pour un ambitieux dont le rêve était de devenir un grand chef religieux.

    • @ Hermodore

      Cette théorie est du grand n’importe quoi.

      Paul a commencé par persécuter les chrétiens, donc le mouvement était déjà bien lancé tant à Jérusalem qu’aux alentours par les disciples que Jésus avait formés personnellement à cette fin, et ce, avant même la conversion de Paul. Les Actes parlent de plusieurs milliers de personnes.

      Quand Paul s’est converti, il a été pris en charge par Ananias, puis par Barnabas, avec qui il a longtemps fait route. Ce n’est que suite à ses voyages missionnaires qu’il a commencé à prendre une place d’importance dans l’Eglise. Malgré cela, Paul s’est toujours considéré comme le moindre des apôtres.

      Enfin, ses lettres ne s’adressaient qu’à des communautés en particulier, et ne portent pas en elles la moindre tentative de fonder quoi que ce soit. Il s’agit plutôt de conseils pratiques et d’explications théologiques, qui visent à approfondir le message donné par Jésus-Christ…

      • Alors si on rajoute les temoins de Jehovah on est pas sorti de l’auberge.

        D’aileurs Jésus et ces copains de bar, nous en racontent, mais ou est la vérité ?

      • @ Lafayette

        Si effectivement les témoins de Jehovah pourraient presque être comptés comme quatrième religion monothéiste, il y a encore toutes les déclinaisons des trois religions monothéistes, ce qui nous donne une très grande diversité de mouvements et définitions de dieu…

        Ce qui, je vous l’accorde, ne simplifie pas la recherche de la vérité… Mais qui cherche, trouve…

  • L’Islam n’est compatible qu’avec l’Islam !
    Manifestement le béni-oui-oui est compatible avec l’auteur de cet article tordu.

  • D’aileurs le liberalisme est la volonté de chacun, ce qui n’est pas une volonté collective au sens de la démocratie. Donc la religion est sans doute plus démocratique que le reste.

  • Je ne suis pas d’accord avec l’aspect auto-flagellation, car l’islam a aussi sa part de responsabilité en ne promouvant pas la laïcité comme le christianisme le fit (« rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu »). Mais cet article est remarquablement bien rédigé! phb

  • La démocratie est incompatible avec la liberté. L’Islam est une idé-ologie comme la socialisme. C’est un filtre sur la réalité humaine et economique. En gros, c’est pas jouable d’être aveugle et de voir en même temps….

  • Au fait c’est vrai que jésus pouvait marcher sur l’eau etc…?
    Que mohamed était un comptable avisé: d’où certaines orientations du coran !
    Que Marie n’a jamais trompée joseph….
    Et que finalement, je prie le ciel pour qu’après cette époque, puis celle de la politique, viendra une 3 eme époque celle de la liberté et de la science (qui aime), la seule et unique liberté: l’amour de ce qui est.

    • Depuis que la nouvelle foie mondiale est se prendre pour Dieu avec des drônes de mort. Il n’est pas correct de renier des principes qui ont batis les civilisations actuelles.

      On peut dire que l’époque du caillou tombé du ciel est terminée, Maintenant Dieu communique avec de l’acier et de l’explosif, sauf que personne n’arrive relire après.

  • Merci Luis pour votre approche basée sur la statistique et l’électoralisme , et je suis d’accord avec vous sur le fait que les grandes puissances ont bien placé des dictatures surtout dans les pays arabo-musulmans qu’ils ont corrompu et affilié pour leurs intérêts économiques et stratégiques . Je peux ajouter une note a votre apptéciation , c’est que tous les dictateurs et impostures arabo-musulmans ne sont pas des musulmans , il faut être un mécréant , un narcissique qui s’auto-adore pour accepter de bénir ces régimes qui n’ont rien a envier a celui de pharaon sauf qu’ils masquent leurs méprises et leur dictatures par quelques politiques poudre aux yeux.
    Mais , en profondeur le problème est bien ailleurs .
    Pensez vous que Dieu tout puissant ne fera pas triompher , ne fera t il pas vaincre , asseoir et accompagner des hommes qui veulent ériger sa religion parfaite et universelle sur terre , ne serait que pour prouver que l’islam est bien sa religion qu’il a décrété sur terre pour tous les hommes et pour tous les djinns ?. et que l’islamisme est bien la plus parfaite des sociologies et des économies pour toutes les nations ? .
    justement le problème est bien ailleurs , il est relatifs a ce que renferme ces sociétés comme mal et égarements lointains de l’islam que l’islamisme risque de faire basculer plutôt dans des guerres civiles interminables et a des chaos destructeurs , et a l’incompétences de ces prétentieux politiques qui savent faire que des statistiques électoralistes , sans évaluer le potentiel de savoir en islam , de foi inébranlable et de savoir faire politique et stratégique pour asseoir progressivement une société musulmane et appliquer la chariaa islamique . Sur ce plan de grave risques , Dieu est bien clément et miséricordieux envers nos sociétés arabo-musulmanes avec ces coup d’états qui ont confisqué le pouvoir aux islamistes en Algérie et actuellement en Egypte .

  • Mon capital indignation se délecte de ces commentaires abscons qui émettent un jugement radical et définitif sur l’Islam et la démocratie sans connaitre le premier ni avoir défini le second.
    La démocratie en tant que système de gouvernance (c’est déjà difficile à définir ; la démocratie d’Athènes est bien loin de la notre) n’est absolument pas incompatible avec l’Islam. L’Islam en lui-même, contrairement à ce que beaucoup ici aimeraient nous faire croire, n’impose aucun système de gouvernance particulier. Ce qu’on nomme « la consultation », c’est-à-dire le vote proposé par le prophète avant la bataille d’Uhud et qui a vu l’avis contraire à celui du prophète l’emporter est l’exemple coranique et prophétique qui valide l’idée de démocratie.
    La question est de savoir dans quelle mesure la démocratie peut être un danger pour les lois et les valeurs fondamentales dans l’Islam dans une société organisée autour de ses dogmes. Les modalités doivent simplement être pensées dans ce sens.
    En revanche, si l’on parle de laïcité, de féminisme, ou je ne sais encore quelle crétinerie moderne (les valeurs véhiculées par ces deux notions sont nobles, mais les motifs concrètement évoqués sont toujours des plus malhonnêtes), qui ne sont d’ailleurs pas de facto des valeurs intrinsèques à la démocratie, ce n’est pas dans l’Islam que vous trouverez un quelconque agrément. Et c’est tant mieux…

    • La liberté des uns commence là où s’arrête celle des autres. La démocratie ainsi que l’Islam sont contre toute idée de liberté. La religion, le collectivisme, le socialisme : imposent un idée de ce que les choses doivent être (pour le plus grand nombre au détriment de la minorité). Hors, à mon niveau perso, je n’en veux pas. Vous venez donc de violer ma liberté ! Oui à la religion, oui à la politique, mais surtout dans le respect de chacun.

    • « si l’on parle de laïcité, de féminisme, ou je ne sais encore quelle crétinerie moderne  »
      Qu’en est-il des « crétineries » passéistes issues d’un monde où l’on croyait que la terre était plate, qu’il y avait un paradis, etc. ?
      « les lois et les valeurs fondamentales dans l’islam »…
      Mieux vaut pouvoir lire ça qu’être aveugle. C’est vraiment le fin fond de l’absence du mental, là où il n’y a plus aucune lueur, dans l’obscurité totale et froide. Autrement dit « fond-amentale »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Finn Andreen.

La première partie de l'article se trouve ici La seconde partie de l'article se trouve ici

Si les tendances oligarchiques du système démocratique étaient déjà bien comprises au début du XXe siècle par les machiavéliens, leurs conclusions n’ont malheureusement pas été retenues, même par la plupart des politologues. Cela n’est pas étonnant puisque la majorité n’a jamais pris connaissance des travaux de ces penseurs. Leurs noms sont très rarement cités, que ce soit dans l’enseignement secondaire ou à l’université.... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

La première partie de l'article se trouve ici

L’analyse historique et sociologique des penseurs machiavéliens montre que le système démocratique moderne n’est en fait démocratique que de nom. Comme explique Burnham, aucune organisation politique de quelque importance que ce soit ne peut être dirigée par la majorité de ses membres ; sa désintégration chaotique s’ensuivrait rapidement.

De même, aucune société ne peut être dirigée de manière ordonnée par le peuple car le règne de la foule s’ensuivrait, ou c... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

Bien que Les Machiavéliens : défenseurs de la Liberté fut publié en 1943, c'est un livre qui mérite une attention continue. Pourtant, cet important ouvrage du politologue James Burnham (1905-1987) reste méconnu du grand public et parfois même des universitaires. Jusqu'à tout récemment, la seule autre édition en anglais fut publiée en 1964. Ce livre n’a pas été traduit en français depuis 1949.

Une recension des idées des penseurs machiavéliens est opportune en raison de la clarté politique qu’elles peuvent appor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles