Emplois d’avenir : les zones sensibles, les ministres sans cible

Surprise : les contrats d’avenir ne décollent pas. Un demi-échec pour le dispositif, un échec cuisant pour le système.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Emplois d'avenir (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Emplois d’avenir : les zones sensibles, les ministres sans cible

Publié le 5 septembre 2013
- A +

Surprise : les contrats d’avenir ne décollent pas. Un demi-échec pour le dispositif, un échec cuisant pour le système.

Par Baptiste Créteur.

Contrepoints l’évoquait avant les autres : les contrats d’avenir n’en ont aucun. Pas plus que les emplois francs d’ailleurs ; les emplois aidés ne sont en général pas assez productifs pour être rentables et leurs bénéficiaires se trouvent fort dépourvus lorsque le contrat est rompu. La chute du faucon rose.

En plus de ne servir à rien et de coûter cher au contribuable, ces emplois ne trouvent pas preneurs ; ni auprès des employeurs, ni auprès des potentiels bénéficiaires. Étrangement, malgré le traitement social et statistique du chômage, la situation se dégrade.

Le gouvernement ne pouvait évidemment pas laisser cette question sans réponse, cette question que tous les Français se posent : « Pourquoi rien de ce que vous annoncez ne fonctionne jamais ? »

Cible prioritaire des contrats d’avenir, les jeunes de zones urbaines sensibles (ZUS) semblent se détourner du dispositif gouvernemental. Moins de 5 000 contrats de ce type ont été signés à la fin de juillet sur les 50 000 officialisés depuis l’entrée en vigueur de la loi en novembre.

Ces contrats s’adressent à des jeunes de 16 à 25 ans dépourvus de tout diplôme et qualification en fournissant une formation, et le ministre de la ville, François Lamy, explique le demi-échec du dispositif par le fait que les jeunes concernés sont « souvent sortis très tôt du système scolaire » et qu’il est difficile d’aller les chercher, « car ils ne sont pas inscrits à Pôle Emploi ».

Le demi-échec du dispositif s’explique par le fait que les jeunes concernés sont sans qualification, sans emploi, en n’en cherchent pas vraiment. Un demi-échec pour le dispositif, un échec cuisant pour le système.

Et l’explication va plus loin :

De plus, dans les ZUS, certaines collectivités et associations qui pourraient souhaiter signer des contrats d’avenir ne le font pas car « elles sont en grandes difficultés financières », a avancé le ministre. Quant au secteur privé, « il y a une certaine réticence à embaucher ces jeunes », liée selon lui, à « l’image des quartiers ».

Notons bien que les collectivités et associations manquent de moyens, tandis que le secteur privé pratique la discrimination. Il a plein de moyens en ce moment, ces jeunes sans qualification étant parfaitement employables – jeunes qui coûtent quand même le salaire minimum (salaire minimum oblige) soit une misère pour le salarié, un pont pour l’employeur (collectivisme Made in France oblige).

Même avec si peu de résultats, le jeune de Zone Urbaine Sensible © préfère être la cible du gouvernement que d’autres jeunes de Zone Urbaine Sensible. Employé modèle, il est malheureusement trop souvent victime de discriminations ; une simple question d’image.

Cela n’explique pas pourquoi le reste de la population peine, lui aussi, à trouver un travail – même quand il cherche. Peut-être la dégradation continue de la compétitivité française y est-elle pour quelque chose ; peut-être y a-t-il aussi un certain impact de l’avalanche de taxes et de prélèvements qui s’abat sur les Français depuis plusieurs mois, années, décennies. Peut-être est-ce un héritage de la droite, ou un héritage de la gauche, ou tout simplement le résultat d’un peu trop de tartes à un peu trop de patrons.

Peut-être est-ce parce que le système scolaire de la république ne tient pas ses promesses, ou parce que les programmes de soutien et banques publiques d’investissement peinent à prendre leur envol. Peut-être les Français sont-ils tous victimes de discriminations. Peut-être que la crise est encore là, et la reprise pas encore tout à fait. Peut-être que le sens des courbes ne suit pas assez la volonté politique, trop les décisions individuelles. Peut-être que les collectivistes se plantent une fois de plus sur toute la ligne et infligent une punition collective à un pays entier.

Peut-être ne faut-il après tout pas se perdre en conjectures et accepter, résignés, ce demi-échec. Osons l’optimisme ; quand le gouvernement ne parvient qu’à un demi-échec, n’est-ce pas la moitié d’un succès ?

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • L’utilisation de contrats aidés pour traiter le chômage est un mensonge de Flamby. En réalité, depuis 3 ans, le nombre de contrats aidés est quasi-constant à 350 000 correspondant à la catégorie E des statistiques … Les contrats d’avenir et autres, ne font que remplacés des contrats aidés « génériques » s’adressant à tous les français au chômage par des contrats aidés discriminants réservés à des catégories spécifiques de français. Donc primo, ces contrats ne sont que de la communication gouvernementale car c’est une « action immobile » mais en plus il y a une discrimination complètement injuste à visée électorale. J’ajoute que cette concentration des contrats aidés sur une classe d’âge beaucoup plus petite permet d’avoir un effet visible sur ses courbes sans aucun frais supplémentaire. Un autre but de ces contrats est de recentrer les contrats aidés sur le secteur public, ce qui est une forme d’embauche public déguisée. Finalement, le retard au démarrage de ces contrats est peut être encore un mensonge : pour diminuer les coûts, ils ont attendus la fin des contrats signés par le précédent gouvernement pour les remplacer afin d’être à iso-coût …

  • Comme le souligne l’article, qualité du dispositif et débouchés mis à part, la « clientèle » visée n’a que faire d’un emploi. De plus dans le contexte banliopolitique du moment, un actif brûle plus de calories que de neurones… à méditer? 😛

    • Je sais que c’est la mode de vilipender « les racailles » mais un peu d’objectivité ne nuirait pas aux débats.

      Là en l’occurrence c’est de popol employ qu’ils se détournent et il est probable qu’ils passent plus à côté des aides que des emplois.

      C’est révélateur de l’état du service : pas de jobs à vous proposer parce qu’ils sont aussi nazes du point de vue de l’employeur que du vôtre, au minimum 6 mois de démarches pour la moindre formation. Par contre des séminaires débilitants que vous êtes bien obligés de suivre pour ne pas être radié.
      Et comme si cela ne suffisait pas il faut encore rajouter au tableau l’incompétence commune à toutes nos administrations. Pour illustrer le propos je tiens à dire que j’ai déjà fait plus de 80kms à la recherche de documents qui n’existent pas …

      Conclusion : c’est tellement merdique que les gens sont près à laisser tomber de l’argent gratuit plutôt que se les coltiner. Heureusement pour eux qu’ils sont seuls à pouvoir délivrer certains papiers sinon je me demande bien comment ils rempliraient leurs journées.

  • En fait, les populations visées sont déjà occupés (ne pas confondre avec « employées »). Voici la liste de leurs occupations:
    – guetteurs
    – dealers
    – fournisseurs d’armes
    – chauffeurs (non pas de maître mais de go-fast)
    – etc.
    Ils n’ont que faire des emplois bidons de Flanby car ils gagnent déjà beaucoup plus d’argent.

  • « Peut-être les Français sont-ils tous victimes de discriminations. »
    Ah que oui: de la part de ceux qui les « gouvernent ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Vincent Benard

Nombreux sont ceux qui critiquent Manuel Valls pour l'emploi du mot apartheid à propos de la situation des 2500 quartiers à problème dont 750 Zones urbaines sensibles.

Bien entendu, la France n'est pas un système légal d'apartheid, et il faudrait être d'une particulière mauvaise foi pour croire que Manuel Valls, personnage critiquable mais indiscutablement intelligent, a employé cette expression au premier degré, comme feignent de le croire ceux qui jouent les vierges outragées en critiquant ses mots.<... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Émilien Halard

Michel Sapin le reconnaît dès la première ligne de son livre : il n’avait pas songé devenir ministre du Travail. Cet aveu pourrait susciter des doutes quant à sa compétence sur ce poste. Il est néanmoins signe d’une certaine sincérité qui transparaît dans ce livre.

La principale mission d’un ministre du Travail est naturellement la lutte contre le chômage. Cette lutte n’est pas aisée. Et Michel Sapin reconnaît volontiers les limites de son action contre le chômage, « un adversaire qui nous dépasse en quelque s... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Nilsen.

Dans un courrier adressé à un millier de maires, Najat Vallaud-Belkacem, la nouvelle ministre de la Ville, vient d’annoncer qu’elle allait "mettre le paquet" sur les zones sensibles urbaines. Au moment où Valls essaye désespérément de trouver 50 milliards d’économies sur les retraites, Najat Belkacem arrive elle à trouver 600 millions d’euros à dépenser… Ou plutôt ce ne sont pas exactement de "nouveaux crédits", mais plutôt une "orientation vers les zones sensibles" de 600 millions d’euros issus du programm... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles