Start-up : Artips, votre minute culture chaque jour

Rencontre avec les créateurs d’Artips, une start-up qui vous apporte chaque jour une dose de culture dans votre boite mail.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Artips (tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Start-up : Artips, votre minute culture chaque jour

Publié le 30 août 2013
- A +

Rencontre avec les créateurs d’Artips, une start-up qui vous apporte chaque jour une dose de culture dans votre boite mail.

Par Alexis Vintray.

Contrepoints : Pouvez-vous présenter Artips à nos lecteurs en quelques mots ?

Coline Debayle & Jean Perret : Artips, c’est chaque jour une anecdote décalée et mémorable sur une œuvre d’art. C’est une dose d’art au quotidien pour découvrir une sculpture antique que l’on n’avait encore jamais vue, apprendre un petit détail étonnant sur une toile impressionniste que l’on croyait connaître par cœur ou en savoir plus sur une installation d’un artiste contemporain.

En plus, c’est simple et pratique : il suffit de s’inscrire en un clic sur www.artips.fr avec son adresse mail. Ensuite, on peut consulter les artips partout, puisque les newsletters sont conçues pour être lues en une minute aussi bien sur ordinateur, smartphone que tablette.

En somme, Artips deviendra vite le petit rayon de soleil de votre journée.

Qui se « cache » derrière Artips ?

Derrière Artips, il y a nos 50 rédacteurs, qui font découvrir ou redécouvrir les œuvres d’art au gré de leurs recherches, lectures et visites d’expositions. Ils sont tous d’une manière ou d’une autre liés à l’art : des professeurs d’histoire de l’art, des guides de musées, des artistes, des étudiants ou encore des amateurs éclairés.

Gérard Marié, professeur d’histoire de l’art dans plusieurs établissements prestigieux, fait également partie de l’équipe : il confirme l’authenticité des anecdotes racontées par nos rédacteurs. Et puis, il y a nous, les co-fondateurs, Coline Debayle et Jean Perret, respectivement 23 et 28 ans. On s’est rencontrés lors d’un Startup weekend et on a décidé de se lancer et de créer Artips.

D’où vous est venue l’idée d’Artips ?

L’idée d’Artips m’est venue lors d’une année de stage très chronophage. Je rêvais d’une minute à moi chaque jour, où je pourrai continuer à me cultiver. Lorsque les semaines sont chargées, on a rarement envie de faire trois heures de queue le weekend pour profiter d’une expo, et difficile de trouver du temps pour s’attaquer à d’énormes manuels d’histoire de l’art… À moins de faire comme Jean, qui se levait plus tôt chaque matin pour lire de l’histoire de l’art avant d’aller au travail !

Il n’y a pas de pubs, comment vous financez-vous ?

Nous avons plusieurs projets en cours : nous allons notamment organiser des visites guidées fidèles à l’esprit d’Artips, qui seront payantes. Nous souhaitons également créer des audioguides originaux.

Des projets pour le futur ?

Nous travaillons actuellement sur une application smartphone qui offrira plus de fonctionnalités à nos lecteurs. En parallèle, nous avons lancé notre portail dans cinq nouvelles langues (anglais, espagnol, italien, allemand et portugais) et nous voulons faire connaître Artips dans d’autres pays que dans ceux où il est déjà présent.

Coline & Jean, merci.

À lire aussi sur Contrepoints :

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Naofal Ali.

Ce titre, je le sais, va complètement à contrecourant d’une vision largement répandue. Celle selon laquelle, en Afrique, ce sont les difficultés d’accès aux financements qui tuent les entreprises.

"Les banques ne prêtent qu’aux riches. Elles ne font pas confiance aux jeunes. Et si les jeunes entreprises africaines avaient de quoi se financer, nombres d’entre elles réaliseraient certainement de beaux parcours"… Vraiment ?

L’accès aux financements est-il plus difficile en Afrique qu’ailleurs ? Oui, certainem... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par la rédaction de Contrepoints.

Tous ceux qui, en France, passent leur vie les mains dans le cambouis, à créer de la richesse, ont déjà eu l'honneur d'affronter l'URSSAF.

En venant hier soir déclarer, devant un parterre de jeunes lanceurs d'entreprises, "Votre amie, c'est l'URSSAF", le président de la République a soulevé une nouvelle bronca dans le monde de l'entrepreneuriat français.

Devant la "French tech", Emmanuel Macron vante l'URSSAF à des entrepreneurs pic.twitter.com/HrVqyvx8iQ

— BFM... Poursuivre la lecture

Par Romain Buquet, Nathalie Luca et Jean-Philippe Bouilloud[1. R. Buquet, Researcher & lecturer, entrepreneurship & engagement, ESCP Europe - N. Luca, Directrice de recherche au CNRS, École des hautes études en sciences sociales (EHESS) - J.-P. Bouilloud, Professeur d’organisation et de sociologie des sciences, ESCP Europe ]. Un article de The Conversation

Les start-uppers sont souvent présentés (et perçus) comme des figures de la puissance et du succès. Les exemples d’Elon Musk, PDG de Tesla et SpaceX, ou de Jeff Bezos, PDG d’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles