Gaz de schiste : 5 mythes démontés !

La manipulation médiatique des lobbies environnementalistes draine de nombreux mythes sur l’extraction du gaz de schiste.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gaz de schiste : 5 mythes démontés !

Publié le 18 août 2013
- A +

La manipulation médiatique des lobbies environnementalistes draine de nombreux mythes sur l’extraction du gaz de schiste.

Par Philippe Bouchat.

Le gaz de schiste ne laisse personne indifférent. Certains ne veulent même pas que des extractions exploratoires se fassent. Personnellement, j’y suis favorable pour plusieurs raisons déjà expliquées par ailleurs.

Toutefois, la manipulation médiatique des lobbies environnementalistes qui ont leur relais dans les sphères politiques bat son plein et draine de nombreux mythes sur l’extraction du gaz de schiste. Dans cette optique, un article de Matt Ridley publié par The Times fait œuvre salutaire [1].

Le présent article se veut simplement le résumé traduit et vulgarisé de celui de Matt Ridley.

Mythe n°1 : le gaz de schiste pollue les nappes aquifères aux États-Unis
Réponse de Ridley (ci-après « RR ») : l’Agence US de protection de l’environnement (EPA) vient de terminer une étude fouillée sur le sujet en Pennsylvanie, au Texas et dans le Wyoming et a conclu à l’absence de preuve de contamination. Par ailleurs, deux récentes études démontrent que la contamination des nappes aquifères par le gaz de schiste n’est « physiquement pas plausible« . Sur deux millions de fracturations hydrauliques, pas une seule preuve de contamination !

Mythe n°2 : le rejet de méthane est plus important que pour les autres modes de production de gaz
RR : plusieurs études – dont celle menée par le très sérieux MIT (Massachusetts Institute of Technology) – affirment au contraire que cette assertion est incorrecte, car contraire à la réalité constatée !

Mythe n°3 : une quantité d’eau déraisonnable est utilisée
RR : la fracturation hydraulique utilise… 0,3% de ressources en eau aux USA, soit moins que pour arroser les greens de golf du pays. Même au Texas – le plus gros producteur de gaz de schiste – la quantité d’eau utilisée ne dépasse pas 1% !

Mythe n°4 : des centaines de produits toxiques sont utilisés
RR : 99,51% du fluide utilisé pour la fracturation est un mélange d’eau et de sable ; les 0,49% restants sont composés de 13 produits chimiques que l’on peut tous trouver… dans notre cuisine ou notre garage, comme de l’acide citrique ou du savon.

Mythe n°5 : des tremblements de terre sont engendrés par l’extraction du gaz de schiste
RR : l’activité sismique engendrée par l’extraction est tellement faible que seuls les experts peuvent la détecter…

Enfin, Ridley termine son article en démontrant que l’énergie éolienne cause beaucoup plus de dégâts environnementaux que l’extraction du gaz de schiste…

Comme pour le réchauffement climatique, il y a donc de la manipulation des masses de la part des lobbies environnementalistes ! Plus que jamais, il est temps de rétablir la vérité des faits.


Lire aussi : 7 Questions qu’il faut se poser sur le réchauffement climatique

Note :

  1. Aussi, je remercie Vincent Bénard, conseiller national du Parti Libéral Démocrate (PLD) français et activiste libertarien de me l’avoir recommandé via son compte Twitter.
Voir les commentaires (86)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (86)
  • L’opposition au gaz de schiste n’est pas rationnelle, elle est émotionnelle, mystique, dogmatique, pavlovienne.

    Seules des actions peuvent relancer le débats, je pense à des boycott ciblés genre le fromage de chèvre.

    • Comme pour les OGM,les grandes gueules style Bové ont le micro sans contradicteurs,et le gogo avale tout

    • @hippolyte canasson
      « L’opposition au gaz de schiste n’est pas rationnelle, elle est émotionnelle, mystique, dogmatique, pavlovienne. »
      Je suis d’accord, elle est (aussi) tout cela, mais elle est surtout manipulation. (Et on sait par qui.)

    • C’est tout comme la peur des trains qui désintègrent les gens à partir d’une certaine vitesse ou le LHC qui produit des trous noirs capables de détruire la Terre…

      • Pour les trains, c’est ARAGO qui au moment du projet de la ligne de chemin de fer Paris-St Germain en Laye, annonçait que au dessus de 35 km/h les poumons seraient écrasés par la vitesse.

        ARAGO, grand savant du début du 19ème.

    • Je suis ok avec vous @hippolyte canasson; bien vu pr le fromage de chèvre

  • Il faut se poser les bonnes questions. Comment se fait-il qu’en France mais aussi en Europe (UE), dès qu’une opportunité économique émerge, nous ayons des levées de boucliers, de gens qui crient au scandale en pointant des risques hypothétiques, fantasmés, pour la santé, la société et/ou la planète ? Et qu’au nom de ces risques, ces crieurs, en usant du sophistique « principe de précaution », font obstacle à l’exploration et à l’exploitation de ces opportunités ?

    La réponse est toute simple. Ces crieurs sont des agents aux services d’intérêts étrangers à la France (et étrangers aux intérêts des pays de l’UE).

    Grâce à ces crieurs (attention à ne pas confondre avec les « donneurs d’alerte », qui sont des personnes courageuses et bénéfiques pour la société), tous les brevets princeps dans les secteurs de pointe appartiennent aux américains, et avec leur force de frappe qu’est le capital-risque, ils ont déjà toutes les startups et compagnies pour explorer et exploiter ces opportunités (NTIC/télécommunication, énergie, biotechnologie, nanotechnologie ….). Exemple de ces crieurs en France, nous avons eu le flamboyant et inénarrable prêchi-prêcheur Axel Kahn, apparatchik de la science française, trotskyste reconverti au socialisme caviar, chantre de la bien-pensance mielleuse qui a contribué avec d’autres agents aux services d’intérêts étrangers à faire perdre à la France son avance scientifique dans le domaine des cellules souches embryonnaires (alors que la recherche académique française était très en avance sur ce sujet) !

    Les tenants du principe de précaution sont donc des traîtres à la nation au service des USA. Leur objectif est de ralentir la R&D et l’exploitation commerciale des avancées scientifiques et techniques par la France, afin que les américains aient le temps de posséder tous les brevets princeps des secteurs clés.
    Donc la prochaine fois que vous verrez José Bové (ou un Axel Kahn, un Ecolo politique d’EELV ….) et ses copains européistes se déchirer la chemise en criant « principe de précaution » et arracher très courageusement les plantes OGM d’un inoffensif étudiant en doctorat au CNRS ou à l’INRA, à la place des plantes OGM de la puissante multinationale Mosanto, j’espère que vous comprendrez qu’ils sabotent délibérément le futur de votre patrie en nous tirant une balle dans le pied ! Cet exemple sur les OGM, vaut pour les cellules souches, vaut pour le gas de schistes, vaut pour le pseudo-réchauffement climatique, vaut tout secteur à fort potentiel économique et financier !

    • Cher @antisocialocommuniste : votre thèse mérite d’être débattue, mais je ne suis pas convaincu qu’il y a un complot Made in USA

      • Cher Philippe,

        Pourquoi parler de complot ? Il n’y a pas besoin de complot. La politique est basée sur les rapports de force. Et pour gagner un rapport de force, on a la force (la guerre), la diplomatie (en 1er bien sure) cad convaincre avec des arguments le camp en face de se rallier à nos intérêts, et si cela ne suffit pas il reste la corruption (en achetant les décideurs du camp d’en face), le chantage …. ce n’est ni plus ni moins que de la politique, depuis l’antiquité à nos jours, rien que de la politique.

    • Je ne peux pas juger votre théorie car je ne peux pas la confirmer.
      Cependant, ce que je peux confirmer, c’est que des géants du gaz (russe notamment) ont des services de communication dédiés à la propagation de ce genre de fausses peurs. En effet, ils vendent à toute l’Europe leur gaz conventionnel (indéxé sur le prix du pétrole dans le cas de la France ce qui nous permet de le payer 3 fois trop cher … merci sarko). Ils ont donc tout intérêt à aller financer quelques études bien senties et quelques khmers verts.
      Les biais émotionnels humains font le reste.

  • Ce qui montre bien l’absurdité des discours des khmers verts, c’est que la fracturation hydraulique utilisée par la géothermie profonde ne leur pose aucun souci, et on ne les a jamais vu hurler pour l’interdire, ce qui est du reste contraire à la loi interdisant cette technique…

    Mais au bout de cette fracturation, il y a une bonne, noble, durable, escrologiquement correcte chaleur des entrailles de notre planète, alors qu’au bout de la fracturation hydraulique pour le gaz de schiste il y a un gaz affreux, horrible, démoniaque, escrologiquement très incorrect, qui pourrait être utilisé dans des centrales, et donc anéantir tous les efforts de sauver la planète (on se demande bien de quoi, peut-être de la bêtise et du dogmatisme primaire des khmers verts…)

  • Autre incohérence des khmers verts: le gaz de schiste est du méthane, mais du méthane diabolique, à proscrire par tous les moyens. Mais le beau, le brave, le superbe, l’escrologiquement correct méthane émanant de la biomasse, il est magnifique et il faut absolument le promouvoir, car il fait partie de la filière « développement durable’ (mauvaise traduction de « sustainable development »).

    Bref, tout ce qui se situe dans la ligne du Parti verdâtre est « bon pour la planète » (qui n’en a rien à cirer…), et tout ce qui en dehors de cette ligne du Parti est diabolique, donc à supprimer, pour, quelle noble tâche…, « sauver la Planète »

  • Je ne suis pas d’accord. Il y a un malentendu sur la question de la pollution liée à cette industrie. Ce qui fait la pollution, ce sont les fuites en aval des forages, pas via les forages eux-mêmes. Les millions de litres d’eau contaminées en métaux lourds et produits chimiques en tous genres sont rejetés dans l’environnement en aval des puits d’extraction car il y a quantités de fuites, déversements plus ou moins volontaires etc… Par ailleurs, on ne peut nier l’empreinte environnementale nettement plus forte que pour le gaz conventionnel (1 puits au km2).

    • Faits documentés ? Chiffres ? Données ? Mesures ? Sources ? Liens ? SVP, merci.

        • Lol, la propagande de merde. Je cite, pour rire, le graphique d’Arte : « pour forer, on coule une plateforme de béton d’un hectare autour du point d’entrée du puits. » Un hectare ? Mazette.

          Crédibilité zéro.

        • Ah, si c’est « vu à la télé », c’est forcément vrai. Surtout quand c’est passé sur Arte.
          Lol.

        • > http://www.arte.tv/fr/quelques-chiffres/7258938,CmC=7280114.html

          Je suis très très réservé sur le gaz de roche-mère, mais là c’est juste n’importe quoi :

          – première image : pourquoi une flamme au dessus du puits? à quoi ça correspond? Dans un puits de pétrole isolé, il arrive qu’on torche le gaz parce qu’on ne sait pas le stocker ni le transporter ailleurs, et que construire un gazoduc est très coûteux. Mais là, ça n’a pas de sens : c’est un puits pour récupérer le gaz, donc par définition on se donne les moyens de stocker/transporter le gaz. Je ne comprends pas cette illustration!

          – « un hectare de béton » ????!!!!!

          – activité sismique au Texas => en augmentation, mais je ne savais que le Texas avait une sismicité significative. Si vous multipliez par 8 le nombre de micro-tremblements de terre dans une zone, ça dérange qui? Le fait de parler en valeur relative est uniquement destiné à faire PEUR. C’est l’attrape gogo classique (inversement, on parlera de réduction de risque en valeur relative pour faire la promotion d’un médicament de « prévention » totalement inutile, on divisant par 2 un risque infime à la base).

          – abondance de gaz => phénomène transitoire, ça ne peut pas durer! (Il y a une remarque à faire sur le fait que certains clients risquent de faire des choix d’équipement de moyen/long terme en se basant sur le prix bas qui n’est qu’une indication de l’offre à court terme, mais c’est trop compliqué pour cette page de propagande d’Arte.)

          – seulement 10000 nouveaux emplois (non subventionnés) => c’est déjà ça!

          Il y a trop de manipulations grossières, de données non interprétables et présentation orienté et malhonnête sur cette page pour prendre une donnée quelconque au sérieux!

          Comme les anti-nucléaires, les anti-fracking font feu de tout bois : pollution, sûreté, mais aussi rendement énergétique; ils vont même sur des terrains comme le prix de l’énergie et la rentabilité, terrains sur lesquels leurs engagements habituels pour des technologies ridiculement coûteuses (éoliennes offshore, PV) devraient les dissuader d’aller!

          J’ai vu des critiques bien plus pertinentes de ce procédé. Mais les écolos ne savent pas raisonner droit, gauchisme oblige.

    • Harold, sauf à me prouver le contraire, votre assertion ne repose sur rien de tangible; désole

    • Un puits au km2 ? Voilà donc une empreinte environnementale qu’on peut qualifier d’absolument négligeable ! Ouf, on est rassuré !

  • Je conseille la lecture des livres de Christian Morel : Décisions absurdes tomes I et tome II.
    aussi une petite conférence d’icelui lisible et audible à http://www.dailymotion.com/video/xqyufe_xerfi-canal-christian-morel-decisions-absurdes-comment-les-eviter_news

    Le démontage analytique d’erreurs est y livré, dans le détail (là où est le diable), avec des cas simples et d’autres plus élaborés.

  • Gaz de schiste allons y a fond c’est la perspective de la fin des deficits budgetaires et l’independance energetique. Halte a l’eco-terrorisme intellectuel et manipulateur. Virons-les de l’assemblee nationale. Ayons le courage de ne plus avoir peur de ces………gens la!

  • Cela démontre que les politiciens sont des ignares en science. La science et les droits de l’individu sont les fondements de la civilisation occidentale.
    Conclusion : le personnel politique est totalement dépassé et incompétent.

  • En attendant les gaz de schistes, dans les région où il est subodoré, les petits paysans impécunieux, avec vente à la ferme au noir, les conduit par ailleurs à tendre la sébile d’une main avide.

    A titre individuel, et par delà le constat, manipulation, marécage vert, élite suiviste, la réponse est le boycott affiché, affiché des produits régionaux.

    Les défenseurs du vert ont aussi besoin d’un ennemi désigné, le boycott motivé =
    je t’achète mes produits mais tu lâches sur le gaz de schiste, les OGM, et innovations dans les étouffoirs.

    La démocratie est un rapport de force.

    En réponse à l’obstruction sur les le gaz de schiste, les OGM, et innovations dans les étouffoirs des manifestations de ce genre :

    Des marchés locaux périodiquement objet d’une très importante surfréquentation silencieuse de clients qui n’achètent pas.

  • Hmmm… Si la situation était inversée et que le gouvernement s’enthousiasmait à ce sujet, les écologistes seraient les premiers eux aussi à denoncer la « manipulation des masses de la part des lobbies », lobby pétrolier bien entendu… Entre les Verts et des sociétés figurant parmi les plus riches au monde, on se demande qui a le plus les moyens de se payer la « manipulation » en question… Conclusion: le citoyen lambda n’est pas plus avancé!

    • Eh bien le rapport de force en puissance de lobbying n’est pas forcément ce que l’on croit :

      http://www.contrepoints.org/2011/10/04/48869-lobbying-les-ong-bien-plus-puissantes-que-les-grandes-firmes

      • La phrase « Les multinationales et les ONG mondiales jouent à un jeu de miroir dans lequel l’image de chacune d’elles se reflète » confirme ma conclusion: dans cette bataille idéologique, on n’est pas plus avancé… Personnellement, je suis fan de l’énergie solaire, illimitée, propre et dont les installations ne nécessitent aucun entretien… On se demande quel lobby empêche son adoption massive…

        • Pour le photovoltaïque, il y a eu adoption massive; et même « sur-adoption ».

          Le calcul est assez simple : si le coût d’achat, de pose et d’entretien d’un panneau solaire est inférieur au coût de la production énergétique produite par d’autres moyens : il y a adoptions.

          Sachant que le photovoltaïque a été largement subventionné, le calcul s’est mis à son avantage.

          Les seules personnes qui n’ont pas optés pour le photovoltaïque n’y trouvait aucun avantage, même avec des subventions.

          Le fait est que la technologie est très (trop) coûteuse à l’heure actuelle et que, à grande échelle, elle nécessite des décisions politiques.

          Enfin, le coté « propre » du photovoltaïque est relatif. La production de panneaux est particulièrement polluante et consommatrice de matériaux rares (ce qui signifie : raffinage en amont).

          Il n’y a pas d’énergie miracle : juste un mix de solutions.

  •  » le gaz de schiste pollue les nappes aquifères aux États-Unis  »

    Comme l’a expliquer Claude Allègre que le schiste s’exploite à plus de 1’500 mètres au-dessous des nappes phréatiques. A moins de récupérer le gaz avec des tuyaux complétement troués qui seraient économiquement stupides pour les cie privées qui exploitent ce gaz l’histoire du gaz qui s’échapperait des robinets d’eau ne sont que de la fumisterie.

    • « l’histoire du gaz qui s’échapperait des robinets d’eau ne sont que de la fumisterie. »
      Ce n’est pas de la fumisterie. L’EPA a démontré que le type en question avait foré lui-même son puits, sans autorisation et sans connaissances technique. Et que ce sombre hurluberlu avait percée une nappe de grisou.
      En effet, le gars avait acheté un terrain au-dessus d’une ancienne mine de charbon !!!!

  • Le plus comique dans ces mensonges est l’histoire des tremblements de terre qui pourraient être provoqués par la fracturation. C’est avec ce genre d’argument que même le béotien comprendra sans effort intellectuel particulier que les trafiquants de peur racontent des calembredaines.

  • pire désinformation, tu meurs !
    Vraiment n’importe quoi. Il suffit de lire la presse pour contredire tout ce qui est dit.

  • Les mythes 3 et 4 achèvent de me convaincre que le gaz de schiste fait partis de la solution pour la France.

    Mais Gasland a fais un mal terrible et je crains qu’il ne faille longtemps pour panser les plaies !

  • le gaz de schiste est surtout inconvenant, les écolo attendent depuis longtemps en le prédisant le moment où le bénéfice tiré de l’exploitation des ressources serait annulé voire d »passé par les problèmes liés à l’exploitation de ces ressources..comme leur pénurie et la pollution…

  • Au Québec, le convoie qui a explosé (66 wagons sur 77 chargés de pétrole provenant du schiste) vous vous souvenez, Lac Mégantique,
    les sauveteurs et travailleurs qui ont nettoyés sont à risques majeurs de cancer à cause des produits contenus dans ce pétrole. le liquide à pris une teinte verdâtre en deux jours … Toutes ces personnes vont être suivi médicalement et la plupart ont accepté de continuer de travailler au nettoyage … vive les gaz et le pétrole de schiste, car ce n’est pas seulement du gaz, mais aussi du pétrole avec beaucoup de composant, et pas seulement les 13 … on a trouvé de l’arsenic entre autre et plusieurs solvants composés, l’eau est ulisé pour remplacer les liquides pompés ou le gaz récupéré, mais il y a aussi les explosions et les effets de pression souterraines par réactions chimiques pour libérer les gaz et le pétrole.

    Ceci n’est pas une légende urbaine … les principaux intéressés ne le prendrait pas, surtout avec le service qu’ils ont rendus.

    • Le pétrole ne provenait pas du gaz de schiste, mais des sables bitumineux. J’ai de la famille au Canada, bien informée sur cet accident.

    • De plus, si le pétrole transite toujours par train et non par oléoduc c est grâce à Obama qui en a interdit la construction pour que son copain Warren Buffet puisse toujours faire rouler ses trains. Bel exemple de capitalisme de connivence dont les victimes sont les innocents.

    • Un accident industriel en somme…

      C’est dramatique et on ne peut que le déplorer. Mais, à moins de vouloir revenir à l’âge de pierre (et encore… une chute de menhir…), il n’existe aucun moyen de les bannir à 100%.

  • ion peut donc remarquer que ce sont les ecolos; qui polluent les debats scientifiques(attendons egalement le coming out des grunnens sur la pedophilie et ces suites)

  • http://www.manicore.com/documentation/petrole/gaz_non_conv.html
    Explication des gaz de schiste par un vrai specialiste des energies,a vous de forger votre opinion

  • Cher Monsieur, je partage votre point de vue , les lobbys « environnementalistes » , idéologiques , voir, partisans « politiciens » écologistes nous font beaucoup de torts en occultant le pragmatisme scientifique qui visiblement n’atteint pas grand monde, sur la question du gaz de schiste, vous le premier. Monsieur Bouchat, vos lacunes concernant cette problématique de l’exploration des hydrocarbures de roche mère sont certainement liées à une désinformation, mais vous êtes excusé, il faut reconnaitre que peu de médias relaient ces expertises, la parole étant trop accordée aux « politiciens » avec un discours partisan dont l’intégrisme  » vert » ne séduit pas grand monde et ne représente qu’un entre soi de militant convaincu.
    Vous essaierez à l’avenir de creuser plus loin et de combler vos lacunes et vous tacherez de vous documentez sérieusement, car il existe plus d’une centaine d’études scientifiques , indépendantes de tout idéologisme « environnementaliste », des rapports d’experts qui attestent des impacts nocifs des opérations de fracking ( fracturation) sur la santé et qui révèlent des contaminations de l’air et de l’eau à proximité des puits de shale gas aux Etats-Unis. ( Barnett Shale et Marcellus Shale).
    Je tiens à votre disposition toutes ces études recensées sur notre site, et je suis disponible à tout entretien sur cette problématique, si vous le désirez,
    Cordialement,
    Elisabelle Bourgue.

    • Notre site : http://www.nofrackingfrance.fr
      Avec différentes rubriques scientifiques.

      Nous sommes indépendants de tous partis politique et ne représentons que l’intérêt général, sur cette problématique.
      La technique du fracking démontre ses failles, l’exemple américain nous livre chaque jour les lacunes de ce procédé, avec
      -des contaminations de l’eau potable de puits d’eau à proximité des claimbs, puits de gaz de schiste,
      -des remontées de métaux lourds, de bactéries, de substances radioactives.
      -l’impossibilité de retraiter les eaux usées de frack
      – les fuites de méthane à la tête des puits fracturés

      – Les conflits d’usage avec l’agriculture, le tourisme, le secteur immobilier ( dévalorisation de l’habitat)

      – accaparemment des terres
      – guerre de l’eau. ( conflits avec les agriculteurs)

      Avant toute polémique , être déjà correctement informé sur le sujet, semble être la moindre des choses.

      • vous êtes surtout capable de faire des traductions en omettant juste un petit paragraphe « Do you think fracking is responsible for what you found? » où on peut lire
        « We don’t want the public to take away from this that we have pegged fracking as the cause of these issues »
        Ça en dit long sur votre démarche.

        « Avant toute polémique, être déjà correctement INFORMATEUR sur le sujet, semble être la moindre des choses. »

        Il n’y a qu’un con pour croire que les choses sont en tout ou rien, fracking sans restrictions ou pas de fracking du tout. Et vous avez manifestement choisi votre camp.

      • Votre site montre plein de chiffres qui ont l air énormes ! Mais avez vous pensé à comparer avec les autres méthodes d extraction et transformation ? Savez vous par exemple que l extraction des Gaz de schistes consomme beaucoup moins d eau que le raffinage du meilleur pétrole ?
        Vous qui vous souciez de « l intérêt général », cela ne vous gêne donc pas d extraire loin de chez vous avec des méthodes plus polluantes plutôt que d extraire à côté avec des méthodes plus économiques ?

    • Vous parlez de « lacunes » et connaissances scientifiques….
      Et vous confondez « roches mères » (terme de pédologie) avec « roche-réservoir » contenant les hydrocarbure et « roche-piège » bloquant la remontée à la surface des hydrocarbures»….
      Quand à vous « publications indépendantes » (de qui, de quoi; financées par qui comment ???); elles laissent dubitatifs :
      L’OREME de Montpellier, institut qui se déclare ouvertement pour l’écologie politique (Un observatoire du risque et du changement global et anthropique – Le caractère inéluctable des changements planétaires est maintenant démontré), avec son rapport sur les gaz de schiste totalement démonté par le communauté scientifique des géophisiciens…
      Avec Radio-canada – ForumGazDeSchiste … – comme références scientifiques.
      Avec des renvois à des articles qui n’existent pas.
      Et au final 3 petites « publis » sur 30 ans… montrant … Rien à leur lecture…
      1- Hsieh & Bredehoeft, 1981 Reservoir analysis of the Denver earthquakes: A case of induced seismicity, J. Geophys. Res., pp. 903-920.
      2- De Pater & Baisch, nov. 2011 Geomechanical Study of Bowland Shale Seismicity, 57 p.
      3- Holland, 2011 Examination of Possibly Induced Seismicity from Hydraulic Fracturing in the Eola Field, Garvin County, Oklahoma, Oklahoma Geological Survey Open File Report, 28 p.

      Allez quelques liens simples pour montrer l’absence d’effets:
      – Gas fracking: can we safely squeeze the rocks? Environmental Development, Volume 6, April 2013, Pages 86-99
      – Keep on Fracking? Criticism Grows, but Impact Not Clear; The Electricity Journal, Volume 24, Issue 8, October 2011, Pages 4-5
      – Fracking not to blame for shale gas pollution; New Scientist, Volume 213, Issue 2853, 25 February 2012, Page 5
      – Regulating hydraulic fracturing in shale gas plays: The case of Texas; Energy Policy, Volume 39, Issue 5, May 2011, Pages 2974-2981
      Dianne Rahm
      – The Effects of Shale Gas Exploration and Hydraulic Fracturing on the Quality of Water Resources in the United States; Procedia Earth and Planetary Science, Volume 7, 2013, Pages 863-866
      Avner Vengosh, Nathaniel Warner, Rob Jackson, Tom Darrah
      – Induced seismicity and hydraulic fracturing for the recovery of hydrocarbons; Marine and Petroleum Geology, Volume 45, August 2013, Pages 171-185; Richard Davies, Gillian Foulger, Annette Bindley, Peter Styles

      Au passage votre référence Holland 2011 montre que la fracturation hydraulique provoquerait des « tremblements de terre » (selon vos dires) sont de très faibles magnitudes (0.5 à 2, soit même pas capable de faire trembler un verre sur une étagère, un être humain ressent un tremblement de terre à partir de la magnitude 4).
      Mais le pire pour vous c’est la conclusion de l’article :
      « The number of historical earthquakes in the area and uncertainties in hypocenter locations make it impossible to determine with a high degree of certainty whether or not hydraulic fracturing induced these earthquakes »
      –> Le nombre de séismes historiques dans la région et les incertitudes dans la localisation des hypocentre, font qu’il il est impossible de déterminer avec un degré élevé de certitude si oui ou non la fracturation hydraulique induit ces tremblements de terre.

      Quand on sait pas on ferme sa g… !!!

      • vous perdez totalement votre crédibilité quand vous dites que  »un être humain ressent un tremblement de terre à partir de la magnitude 4 »

        ce qui est totalement faux, plusieurs tremblement de terre sont reportés par des gens a partir de 1.8, 2.1 !

        alors si je reprend votre discourt !

        Quand on sait pas on ferme sa g… !!!

  • Ce qui me gêne avec le gaz de schistes US, c’est qu’il est subventionné.
    Et avec Montebourg au gouv, attendez-vous à pire en France si on commence la moindre exploitation…

    • Le gaz de schiste US serait subventionné?
      d’où sortez vous ces allégations?

    • Que je sache le gouvernement US s’oppose à l’exploitation de ses terrains.

      Si le gaz de schistes est expoité aux US, c’est parce que les propriétaires y possèdent aussi le sous-sol, contrairement à nous.
      Sans cela, la technique d’exploitation n’aurait même été développée.

  • Au sujet du point no 3, il me semble crucial de clarifier ce qu’il advient de l’eau utilisée.
    Contrairement à celle employée pour l’arrosage, on a l’impression que celle envoyée au fond de la croûte terrestre y restera.
    ON ne peut donc pas dissiper cette crainte en comparant les quantités.

  • Quand Antoine Laurent de Lavoisier, le père de la chimie moderne, fut guillotiné, le président du Tribunal révolutionnaire eut ces mots impérissables :  » La République n’a pas besoin de savants  » . Lorsque j’entends certains évoquer le dossier  » Gaz de schiste « , je me demande si nous ne sommes pas revenus à cette charmante époque.

    • Contrepoints s’indigne de descentes des douaniers chez des particuliers organisant des lotos clandestins.
      j’aimerai savoir

      — désolé, QI trop faible. —

    • Le GdS ne ferait pas plus de mal qu’un moustique ? Si tel était le cas, même les ‘escrolos’ n’y auraient rien trouver à redire !

      Les libéraux classiques devraient plus se soucier des risques environnementaux oui (risques pouvant d’ailleurs être bien pris en pratique dans la norme ISO 31000)

      Une bonne personnalité politique est celle qui saura effectivement concilier les besoins avec les conseils dispensés par des spécialistes -indépendants- des différents domaines (y compris de l’environnement bien entendu).

      Le travail d’Arte me semble d’une bonne crédibilité (sauf erreur sur la surface bétonnée ou la profondeur qui peut varier davantage), ainsi que celui du RES (réseau environnement santé). Merci à Roberton pour ces liens listant la liste des additifs utilisés sous une terre non forcément étanche.

      PS : Ex d’une autre décision prise à la va vite : Le ministre Australien de l’environnement a décidé d’accepter une mine de fer qui a émis bcp de matières carcinogènes (raison du décimage des diables de Tasmanie) : http://is.gd/xNCLPW

      PPS : Les explications de JMJ du site Manicore sont détaillées et pointues oui, mais ont qq oublis tout de même.. (innocuité des additifs, profondeurs non fixes, etc..)

      PPPS : Que pensez-vous de cette entreprise spécialisée dans la limitation des risques de fracturation ? (intéressant tout de même je trouve) http://hydroconfidence.com

      • Je partage avec vous une cetaine circonspection sur les GS (pas au point d’approuver le moratoire), mais aussi l’agacement face aux soi-disant écologistes, leur fixation sur le CO2 (qui n’est pas un polluant !), leur scientisme (prudence devant les résultats numériques !), leurs éoliennes, leur cuistrerie, leur gauchisme enfin, tant l’obsession centralisatrice perce à tout moment sous leur vernis vert.

        Merci pour le lien, c’est effectivement intéressant, surtout d’un point de vue libéral – une illustration de l’efficacité de la liberté comparée à la politique.

  • Petit point de vue purement personnel : nous avons déjà en France le nucléaire qui s’occupe de nos prochains millénaires concernant l’énergie « propre’. Je ne parle même pas de l’extraction de l’uranium hors de nos frontières.
    Bref, le schiste est là et n’en bougera pas. Je suis favorable au principe de précaution.

    Bien entendu on rétorque bien souvent que l’impact économique de cette énergie serait salvateur pour notre pays. Pardon, mais bien géré notre pays irait déjà beaucoup mieux, donc donnez-lui du cash et le bouillon serait encore plus vite consommé.

    • Suis d’accord avec la seconde partie de votre commentaire. C’est pas malin de laisser les GdS dans le sol, mais son exploitation serait pire : le gouvernement dépenserait immédiatement 1000 milliard de dépenses, empruntés à grand frais avec les GdS comme gage, pour de clientélistes dépenses publiques supplémentaires, genre retraite à 55 ans, HLM pour tous, smic à 15 €/heure, etc.

  • Je veux bien, mais alors qu’on m’explique le documentaire  » gasland » merci!

  • regardez gasland et vous serez peut être un peu moins catégorique sur l’absence d’impacr sur les nappes phréatiques – ensuite pour ce qui est de produit chimiques présent dans nos cuisines, ils le sont en bouteille et il y a la question de quantité – Un grain de raisin contient du cyanure, mais à partir de certaines quantité cette substance cesse d’être inoffensive – pas de diabolisation épidermique des gaz de schistes mais pour être objectif il ne faut pas être aveugle…

  • Ceux qui ont a gagner la dedans, ce sont les lobbies des compagnies gazieres, pas « environnementaliste », c’est vraimemt l’hopital qui se moque de la charite cet article et les com d’ici! Vous pouvez pas faire une pause dans votre histerie contre le rechauffement ou tout ce qui touche l’environnement! Vive le beton! Vive le petrole! Vive le 4×4! Du moment que lherbe de mon golf est verte…

  • les mensonges sont tellement énormes, qu’on a même pas envie de répondre à cette page, je le fais rapidement pour le principe et on pourrait en dire beaucoup plus.

    1
    Si les opposants aux gaz de schistes sont contre les explorations, c’est parce que le permis d’exploration équivaut à un permis d’exploitation purement et simplement. L’exploration coûte une fortune, et il est évident que l’exploration ce fera dans la foulée sans autres formalité.

    2
    En ce qui concerne l’Agence US de protection de l’environnement qui vient de terminer une étude sur le sujet et qui conclu à l’absence de preuve de contamination … Il est évident que cette agence est achetée par le lobby pétrolier américain surpuissant, et que celle-ci ment ce qui est très courant dans nos sociétés, il faut arrêter d’être naïf ( Plus le mensonge est gros, plus il passe facilement), les contaminations de la nappe phréatiques sont ultra-fréquentes si, on voit les témoignages dans le film GAZLAND et ailleurs. Quand les gens mettent un briquet à coté d’un robinet ou au dessus d’un ruisseau et que tout s’enflamme, le tout filmé par un amateur, il ne me semble pas que ce soit un trucage. En 1950, les cigarettiers américains tournaient dérision les études d’impact sur la santé des cigarettes, Monsanto fit de même pendant 30 ans pour défendre les PCB avec lesquels il réalisait des profits astronomique …

    3
    Quantités d’eau sont énormes, il suffit de voir les centaines de camions nécessaires pour l’acheminer…

    4
    Croyez-vous vraiment que les éoliennes polluent plus que les gaz de schistes ? …un peu de sérieux !

    5
    La liste des produits chimiques au nombre de 13 et complètement inoffensifs ? Les labos indépendants en trouvent une centaine, et beaucoup de produits radioactifs, de détergents, de composés aromatiques, et d’hydrocarbure. Comme pour les ogm, les labos indépendants n’ont aucun intérêt, si ce n’est se faire une foule d’ennemis à contredire les études officielles effectuées par des agences dirigées par des  »chercheurs » qui travaillent dans les grands groupes industriels et dont les intérêts énormes dépendent du résultat de ces études.

  • Clause spéciale pour les exploitants de gaz de schistes au USA: Ils sont exemptés de convenir à la loi sur la pollution de l’air et de le l’eau! Mais pourquoi donc si c’est si propre d’extraire du gaz de schiste?

  • Bonjour,

    Vous faites là un point on ne peux plus succinct sur une question qui mériterait un peu plus de développement de vos arguments. Ceux-ci pourraient, par exemple, mettre des liens vers les études sur lesquelles, j’imagine, vous vous appuyez. Votre article, plus dogmatique encore que les arguments des « lobby écologistes » leur donne la part belle. Ces lobby qui sont d’ailleurs bien plus puissants que tous les grands groupes pétroliers et énergétiques.
    Je déplore, par exemple que vous ne parliez pas du radium. Produit que je n’ai pas dans ma cuisine. Vous pouvez lire un article, http://pubs.acs.org/doi/abs/10.1021/es402165b, qui en parle de manière non-dogmatique.
    Bonne lecture
    Bien cordialement
    Emeric Boullay

  • La roche de schiste contient de nombreux éléments chimique néfastes, donc l’exploitation du gaz de schiste par fracturation implique forcément une pollution des sous-sols à un certain niveau. Une exploitation à grande échelle implique de nombreux forage qui augmentent fortement les probabilité de voir des nappes phréatiques (eau potable, écosystème souterrain, …) irrémédiablement polluée.
    Dire le contraire n’est que mensonge!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Qui a encore en mémoire le documentaire Gasland ? Projeté en 2010 au festival de Sundance aux États-Unis son contenu s’était répandu comme une traînée de poudre dans le monde entier.

Véritable procès d’intention à l’encontre des exploitants américains de gaz et pétrole de schistes, le documentaire mettait en avant la question controversée de la pollution des nappes phréatiques par la méthode de la fracturation hydraulique. La célèbre image du « robinet en feu » laissant supposer une eau du robinet polluée par le gaz a fait le tour du m... Poursuivre la lecture

Il est surprenant qu’à la veille d’une très grave crise de l’énergie ni les hommes politiques ni les media n’évoquent la possibilité de recourir au gaz de schistes localisé sous nos pieds et dont nous avons la pleine maîtrise.

Le 13 juillet 2011, un an avant les élections présidentielles et sans doute afin de s’assurer la bienveillance des écolos de tout poil mais aussi de l'opinion, la majorité parlementaire, à l’initiative du député Christian Jacob PR, réputé de droite, a fait voter une loi qui interdisait non seulement l’exploitatio... Poursuivre la lecture

À la fin du mois de février 2020, le monde redécouvrait le spectre lointain et oublié des pandémies qui avaient décimé tant de populations dans l’histoire de l’humanité. Deux ans plus tard, une autre plaie oubliée s’abat sur le continent européen, la guerre.

Dans les deux cas, afin de lutter contre ces fléaux, l’arme économique et financière est de sortie. Une première arme commune à ces deux épisodes malheureux, l’argent magique et les taux négatifs, un autre virus qui a infecté les banques centrales depuis des années et dont on ne s’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles