Comment on fait les bébés, déjà ?

Adoptée le 16 juillet au Parlement, en dépit d’une opposition de la droite, la loi « autorisant sous certaines conditions la recherche sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires » a été publiée au Journal officiel mercredi 7 août.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
ventre-femme-enceinte

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment on fait les bébés, déjà ?

Publié le 9 août 2013
- A +

Adoptée le 16 juillet au Parlement, en dépit d’une opposition de la droite, la loi « autorisant sous certaines conditions la recherche sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires » a été publiée au Journal officiel mercredi 7 août.

Par le Parisien libéral.

Si on en croit la twittosphère ou la presse Belge, Gad Elmaleh, attendrait un enfant avec Charlotte Casighari. Oh my god ! Shocking ! Ce couple est-il marié ?? Bref, comme des millions de Français (source INSEE), et sans doute des centaines de Monégasques (les statistiques manquent à ce sujet), ce couple adopte une pratique qui est devenue une nouvelle norme : les naissances hors mariage. Il est vrai que l’oncle de Charlotte a « ouvert » la voix, mais c’est une autre histoire ! Et pour tous ceux qui se souviennent des 20 ans de sa tante chanteuse, Stéphanie de Monaco, cela ne les rajeunit pas, mais c’est aussi une autre histoire ! En tout cas, mazel tov !

En revanche, une double nouvelle, plus fondamentale, est un peu restée de coté ces jours-ci, les chaines d’infos préférant se concentrer sur les noyades aux quatre coins de la France, ou sur l’inutile déplacement du Président Hollande en Vendée ou pour y discuter emploi.

  • La recherche sur l’embryon désormais autorisée en France : la loi autorisant la recherche sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires est publiée au Journal officiel.
  • Un jeune garçon nommé Connor Levy est le premier à avoir vu le jour grâce à une nouvelle technologie de fécondation in vitro, après que ses parents eurent passé en revue son génome complet. La nouvelle méthode, qui utilise une technique de séquençage de l’ADN de pointe, permet aux futurs parents de choisir l’embryon qui présente le moins de risques d’anomalies génétiques.

Franchement, on ne peut qu’être partagé à la lecture de ces deux nouvelles. D’un coté, on se dit que la recherche est enfin en mesure de transmettre à la médecine des outils pour lutter contre les maladies génétiques, et c’est une chance. De l’autre, on se rapproche dangereusement d’un scénario qui emprunterait à Bienvenue à Gattaca ou Brave New World.

C’est un problème de toutes façons inhérent à l’ensemble de ce qui découle de la recherche scientifique : les innovations peuvent se transformer en cauchemar. Question : allons nous réussir là où les totalitarismes du XXeme siècle ont tenté de nous emmener ? Et qu’est-ce que cette envie d’enfant à tout prix signifie, exactement ?

Est-ce qu’il y a un lien entre le futur monégasque et les enfants parfaits à naître in vitro ? Pas exactement. Mais il existe tout un continuum de solutions, situées quelque part entre l’acceptation des conséquences d’un geste naturel et la mise en œuvre de moyens technologiques, qui font se soulever la question suivante : finalement, c’est quoi l’humanité ?


Sur le web.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • « Au vu des taux d’échec extrêmement élevés des FIV (80 % des implantations d’embryons se terminent par une fausse couche) »

    « les embryons en meilleure santé sont sélectionnés, permettant d’accroitre considérablement les chances de réussite tout en limitant les coûts. »

    Conclusion : Rien à voir avec « l’enfant parfait ».

  • « La nouvelle méthode, qui utilise une technique de séquençage de l’ADN de pointe, permet aux futurs parents de choisir l’embryon ». Désormais, plus rien, sinon l’institution de la famille, n’empêchera des tiers, en premier lieu les adeptes du bien commun et de l’intérêt général, de choisir à la place des parents, sans les parents. Ca va bientôt cloner ferme pour produire des armées de musclors, esclaves décérébrés rendus inconscients de leur individualité, insensibles à la douleur et fermés à toute empathie. Les drones sont déjà des antiquités dépassées.

    • Et puis pensons à tous les socialauds qu’on va pouvoir créer sans se tromper. Quel progrès!

      • Ah, pour ça, pas besoin de la génétique, il y a déjà l’EdNat qui se charge de produire à la chaine des faibles d’esprits.

  • « La recherche sur l’embryon désormais autorisée en France. » Pourquoi (et par qui) était-elle interdite, déjà ?

  • Combinant les actes (irresponsables?) de certains politiciens et ceux de tous les alchimistes bio-machins enclins à toutes les expérimentations pour un « mieux-être » passablement égo-centré, sinon mercantile, nous versons graduellement vers le monde imaginaire d’Aldous Huxley …
    Chacun des (ir)responsables invoquant l’appui sur des comités bioéthique & de droits fondamentaux. A nous d’y réfléchir la portée à L.T. ?
    « Le Meilleur des mondes » ? dont cet extrait représentatif pris de WIKI :

    « Dans cette société, la reproduction sexuée telle qu’on la conçoit a totalement disparu ; les êtres humains sont tous créés en laboratoire, les fœtus y évoluent dans des flacons, et sont conditionnés durant leur enfance. Les traitements que subissent les embryons au cours de leur développement déterminent leur future position dans la hiérarchie sociale (par exemple : les embryons des castes inférieures reçoivent une dose d’alcool qui entrave leur développement, les réduisant à la taille d’avortons). Cette technique permet de résoudre les problèmes liés aux marchés du travail en produisant un nombre précis de personnes pour chaque fonction de la société. Ces nombres sont déterminés par le service de prédestination.
    Une fois enfants, les jeunes humains reçoivent un enseignement hypnopédique qui les conditionne parfaitement durant leur sommeil. Les castes supérieures apprennent ainsi à mépriser sans remords les castes inférieures.
    La société est rigoureusement séparée en cinq castes :
    les castes supérieures :
    Les Alpha en constituent l’élite dirigeante. Ils sont programmés pour être grands, beaux et intelligents. Ils sont vêtus de gris.
    Les Bêta forment une caste de travailleurs intelligents, conçus pour occuper des fonctions assez importantes.
    les castes inférieures :
    Les Gamma constituent la classe moyenne voire populaire. Ils sont vêtus de vert.
    Les Delta (vêtu de kaki) et les Epsilon (vêtu de noir) forment enfin les castes les plus basses ; ils sont faits pour occuper les fonctions manuelles assez simples. Ils sont programmés pour être petits, laids (les Epsilon sont presque simiesques).

    Chacune de ces castes est divisée en deux sous-castes : Plus et Moins. Chacun, en raison de son conditionnement, estime être dans une position idéale dans la société, de sorte que nul n’envie une caste autre que la sienne.
    Cette société rend tabou le sujet de la viviparité : l’allusion à la maternité, à la famille ou encore au mariage font rougir de honte aussi bien les jeunes que les adultes. La sexualité y apparaît comme un simple loisir : chaque individu possède simultanément plusieurs partenaires sexuels (entre deux et six par semaine), et la durée de chaque relation est extrêmement limitée (quelques semaines seulement). Les femmes utilisent de nombreux moyens de contraception, appelés « exercices malthusiens », afin de contourner tout risque de reproduction qui échapperait au conditionnement réglementaire.

    Chacun des membres de la société est conditionné pour être un bon consommateur et est obligé de participer à la vie sociale. La solitude est une attitude suspecte.
    Tout le monde dans l’État mondial utilise du « Soma ». Le Soma est une substance apparemment sans danger qui peut, à forte dose, plonger celui qui en prend dans un sommeil paradisiaque. Le Soma n’a aucun des inconvénients des drogues que nous connaissons aujourd’hui. Il se consomme sous forme de comprimés distribués au travail en fin de journée. Cette substance est le secret de la cohésion de cette société : grâce à elle, chaque élément de la société est heureux et ne revendique rien. Les individus de toutes les castes se satisfont de leur statut par le double usage du conditionnement hypnopédique et du Soma. … » etc.
    (( http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Meilleur_des_mondes ))

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans le domaine du viol, on entend souvent dire que les fausses accusations déposées à la police seraient rares ou très rares ; il y aurait un consensus scientifique autour du chiffre de 6 % des plaintes (ou de 2 % à 10 %). C'est une question d’une actualité brûlante. En effet, nous vivons une époque où, après #Metoo, les femmes sont incitées à porter plainte tous azimuts, ce qui représenterait une salutaire « libération de la parole » des victimes.

Libération de la parole ?

Étrange euphémisme qui semble plutôt dénoter le dévelo... Poursuivre la lecture

Yann-Maël Larher a co-fondé son cabinet d’avocats Legal Brain Avocats et un cabinet conseil Okay Doc pour valoriser l’expertise des chercheurs dans les entreprises et appréhender toutes les dimensions de l'innovation.

Lauréat du Prix des Talents de la Recherche décerné par RUE 89 et FABERNOVEL, en 2017 il a soutenu sa thèse intitulée « Les relations numériques de travail » à l'université Panthéon-Assas. Il intervient désormais afin de favoriser l'adoption de nouveaux modes de travail et faciliter l’organisation de la société numérique.... Poursuivre la lecture

Par Dr. Lamzabi Siham[1.Professeur assistant chercheur  à l’institut superieur d’ingénierie et des affaires (ISGA) Rabat].

De nos jours, la notion de réseau est large, et recouvre au moins quatre champs disciplinaires :  l’ingénierie, l’économie, la gestion et la sociologie.

Alors pourquoi s’intéresser à ce domaine ?

Un réseau est une structure composée de nœuds, représentant généralement un individu, une  organisation, un routeur... et d’arêtes représentant les liens entre les nœuds. Les liens peuvent représenter différe... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles