La liberté est bonne pour vous, c’est prouvé !

De nombreuses études scientifiques montrent que la liberté économique a beaucoup d’avantages (mais elle fait grossir).
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La liberté est bonne pour vous, c’est prouvé !

Publié le 6 août 2013
- A +

De nombreuses études scientifiques montrent que la liberté économique a beaucoup d’avantages (mais elle fait grossir).

Par Ronald Bailey

La liberté économique est, comme le dirait Martha Stewart [1], une bonne chose. Je ne dis pas cela seulement parce que je suis libéral : j’ai la science de mon côté.

Dans une récente étude publiée dans Contemporary Economic Policy, deux des auteurs de l’indice de liberté économique ont cherché à savoir comment les autres chercheurs utilisaient leur travail. Ainsi, les économistes Joshua Hall (West Virginia University) et Robert Lawson (Southern Methodist University) ont recensé 402 articles universitaires qui utilisaient certains aspects de l’indice publié par le Fraser Institute chaque année depuis 1996 [2]. L’institut définit la liberté économique comme « la mesure de votre capacité à poursuivre une activité économique sans ingérence de l’État, tant que vos actions ne violent pas les droits identiques des autres. » Comme Hall et Lawson le remarquent, l’indice de liberté économique est « dans la tradition libérale classique qui souligne l’importance de la propriété privée, de l’État de droit, du libre-échange, d’une monnaie saine et d’un rôle limité pour l’État. »

Une fois que Hall et Lawson ont identifié les articles citant l’indice, ils ont réduit la liste aux 198 qui l’utilisaient comme une variable de fond dans leurs analyses, généralement en essayant de corréler la liberté économique avec un autre résultat, comme la croissance économique, le niveau de revenu, la productivité, la pauvreté, les inégalités, et ainsi de suite. Sur la base des relations identifiées dans chaque étude, Hall et Lawson ont classé les résultats obtenus dans les articles en trois types : bons, mauvais et mitigés.

Un exemple de bon résultat serait par exemple une étude publiée en 2008 dans le Journal of Economic Behavior and Organization qui constatait que « les sociétés s’appuyant sur les libertés économiques individuelles pour promouvoir le bien-être des femmes ont eu plus de succès que les sociétés s’appuyant sur plus de droits politiques. » Un autre exemple serait l’analyse menée en 2007 par des chercheurs autrichiens de l’Institute for Advanced Studies de Vienne montrant qu’« une liberté économique élevée est associée à de faibles écarts salariaux entre les hommes et les femmes. »

En ce qui concerne les effets de la liberté économique sur le bien-être des enfants, une étude de 2006 publiée dans le Journal of International Trade & Development a établi une corrélation entre la proportion d’enfants travaillant et les indices d’ouverture commerciale. L’article montrait que de 1960 à 2000, « le pourcentage d’enfants au travail a baissé en moyenne de 3 points par décennie, tandis que l’ouverture commerciale a augmenté en moyenne de 6 à 7 points de pourcentage. » Une troisième étude, publiée dans Contemporary Economic Policy en 2008 constatait que la liberté économique était corrélée positivement avec la protection des espèces en voie d’extinction. Des droits de propriété mal définis, par exemple, sont liés avec le type de déforestation qui menace l’habitat naturel de nombreuses espèces menacées.

La liberté économique n’est pas parfaite pour autant. En 2007, deux économistes de la Lund University ont expliqué dans le Journal of Economic Literature que des niveaux élevés de liberté économique étaient associés à de plus grandes inégalités des revenus. En particulier, ils ont constaté qu’une « plus grande liberté économique était associée à un accroissement des inégalités, et que cela provenait probablement de déréglementations et d’une augmentation de l’ouverture commerciale. »

Une autre étude trouvant un mauvais résultat a été publiée dans l’Annual Review of Public Health en 2008. Elle montrait que la liberté économique avait contribué à l’augmentation de l’obésité en faisant baisser les prix des produits alimentaires, en donnant de l’autonomie aux femmes pour rejoindre le marché du travail, et en mettant moins de barrières à l’entrée pour les nouvelles entreprises vendant de la nourriture sur le marché. De même, une étude menée en 2003 dans le Journal of Economic Perspectives a montré que les personnes vivant dans les pays développés « où il y a un contrôle des prix, il y a beaucoup moins obèses que dans les pays sans contrôle des prix. » En d’autres termes, la liberté tend à rendre les gens gras. Une recette sociopolitique pour réduire l’obésité serait de contrôler les prix, de forcer les femmes à rester à la maison et d’imposer des règlementations qui limitent la création de nouvelles entreprises.

Une fois le tri des 198 articles pertinents achevé, Hall et Lawson ont constaté que les deux tiers d’entre eux (134 articles) mettaient en évidence une corrélation entre de bons résultats et le niveau de liberté économique. Dans 28% (56 articles), la corrélation était obtenue avec des résultats mitigés, et dans seulement 4% (8 articles) avec des mauvais résultats. Hall et Lawson en concluent que la balance du bilan de la liberté économique penche nettement du côté des nombreux résultats positifs avec presqu’aucune conséquence négative.

Dans ce cas, voici une autre bonne nouvelle : selon le dernier indice de liberté économique, la « liberté économique moyenne est passée de 5,30 (sur 10) en 1980 à 6,88 en 2007. Il a ensuite baissé pendant deux années consécutives, atteignant 6,79 en 2009, mais a ensuite légèrement augmenté à 6,83 en 2010, dernière année connue. »

De manière moins heureuse, les États-Unis ont chuté de 8,65 en 2000 à 8,21 en 2005 et 7,70 en 2010. Après avoir été longtemps la troisième économie la plus libre du classement, les États-Unis occupent maintenant le 18ème rang. Cette baisse dans l’indice provoque la pensée cynique que peut-être comme notre liberté diminue, notre tour de taille en fera-t-il de même.


Article d’origine publié en anglais dans le numéro de août/septembre de la revue Reason.

Notes :

  1. NdT : Personnalité de la télévision américaine.
  2. NdT : Il s’agit d’une co-publication avec le Cato Institute.
Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  •  » La liberté économique n’est pas parfaite pour autant. En 2007, deux économistes de la Lund University ont expliqué dans le Journal of Economic Literature que des niveaux élevés de liberté économique étaient associés à de plus grandes inégalités des revenus.  »

    Les inégalités ne sont pas des injustices ! => http://www.contrepoints.org/2013/04/26/122706-les-inegalites-sociales-ne-sont-pas-des-injustices

    Pour ce qui est de la prise de poids, ce n’est qu’une question de responsabilité individuelle 😉

    • Exactement, je ne vois pas en quoi l’augmentation de l’inégalité est une mauvaise chose. Si Picsou accumule un million de plus, ca ne veut pas dire qu’il l’a volé aux autres, mais qu’il a fourni a tous des services valant un million. C’est donc une occasion de se réjour. Seule une personne de gauche peut voir dans l’égalité forcée une valeur positive.

  • hippolyte canasson saboté et ferré
    6 août 2013 at 14 h 10 min

    Oui, et aussi et surtout, la liberté c’est aussi dans la tête, une attitude mentale qui se cultive et s’entretient et se défend.

    Ce qui n’est pas interdit est autorisé.

    Les trottoirs sont libres mais les défécations de chiens ne le sont pas.
    Les trottoirs sont libres, les groupes qui les obstruent sont hors liberté.

    Ne suivez pas mon regard, je parle de gens tout bien comme ça qui faut et qui papotent sur place empêchant le passage d’une personne seule. (Dans ce cas je regarde mes chaussettes et ignore le groupe bouchon) Si un « pardon » ou une autre excuse doit jaillir, je l’attend des gêneurs.

    Ne suivez pas mon regard, c’est le fait de quatre policiers municipaux qui vont, marchant de front, prenant toute la voie piétonne, obligeant des gens seuls à se ranger. (Dans ce cas je remonte mes chaussettes et ils font le détour) Si un « pardon » ou une autre excuse doit jaillir, je l’attend des gêneurs.

    La liberté c’est de prononcer COCA COLA et des marques sans imiter très sottement les parleurs de radio ou tv qui ont une obligation de ne pas le faire.

    La loi de 1901 qui donne la liberté d’association n’oblige personne à déclarer une association. (art 2).
    Ce dernier exemple, qui n’est pas personnel est très éloquent de la perception de la liberté, factuelle, légale par le plus grand nombre.

    Les gens qui éprouve le besoin de créer une association, presque toujours, la monte en loi 1901, avec déclaration et structure ce qui en limite la liberté et en prime vont dès que possible, à la quête d’une subvention municipale ou autre qui la limite encore.

    Exercer sa liberté est un art de tous les jours, et au risque de choquer, n’est pas à la portée de tous.

    A titre personnel, en cas de doute, le plus grand nombre étant suiviste et moutonnier, je prends les chemins détournés, ce qui réduit les risques d’erreurs;

    Ce qui n’est pas interdit est autorisé. Jamais, bien sur pour une une cause ou en vue d’un objet illicite, contraire aux lois, aux bonnes mœurs, ou qui aurait pour but de porter atteinte à l’intégrité du territoire national et à la forme républicaine du gouvernement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Thomas Renault.

[caption id="attachment_224256" align="aligncenter" width="640"] Tax Credits-money-(CC BY 2.0)[/caption]

En 1974, l'économiste Richard Easterlin a démontré de manière empirique une relation étrange entre le bien-être et le PIB par habitant : à long terme, il ne semble pas exister de causalité entre la croissance du PIB, ajusté de l'inflation, par habitant et le bonheur.

Entre 1973 et 2004 par exemple, alors que le PIB réel par habitant a doublé aux États-Unis, le bonheur est resté constant (voir graphi... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Quiconque pense que l’État doit intervenir massivement dans l’économie d’un pays sera certainement enchanté d’apprendre que la France jouit du privilège ambigu d’avoir reçu l’une des plus mauvaises notes du récent rapport Fraser 2021 sur la liberté économique au regard du critère « taille de l’État ». Avec un petit score de 5/10, elle occupe le 155ème rang sur 165 pays étudiés, en proche compagnie de véritables titans de la prospérité et de la liberté comme le Venezuela ou la Libye.

Car bien sûr, toute per... Poursuivre la lecture

Entretien exclusif avec Vincent Geloso, professeur à l'université George Mason aux États-Unis. Il vient de publier un papier universitaire sur les liens entre liberté économique et mobilité économique pour le Journal of Institutional Economics dont le contenu à été résumé dans une publication de l'IEDM dont il est chercheur associé.

Vincent Geloso est titulaire d’un doctorat en histoire économique de la London School of Economics and Political Science et d’une maîtrise en histoire économique du même établissement.

 

... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles