76% des Français opposés à une baisse des vitesses maximales sur routes

Selon un sondage Ifop pour Radio Alouette, les ¾ des Français sont hostiles au projet de Manuel Valls de réduire les limitations de vitesse sur les routes.

Selon un sondage Ifop pour Radio Alouette, les ¾ des Français sont hostiles au projet de Manuel Valls de réduire les limitations de vitesse sur les routes.

Prétendant poursuivre l’objectif de réduire le nombre de décès sur les routes à 2 000 d’ici 2020 contre 4 000 aujourd’hui, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a évoqué la possibilité d’abaisser les limitations de vitesse sur les routes : de 130 km/h à 120 km/h sur autoroute, de 90 km/h à 80 km/h sur route nationale et de 50 km/h à 30 km/h en ville. Le sondage Ifop pour Radio Alouette révèle la forte opposition rencontrée par ce projet de baisse des vitesses maximales.

24% des Français se déclarent favorables au passage des vitesses maximales autorisées de 130 km/h à 120 km/h sur autoroute, de 90 km/h à 80 km/h sur route nationale et de 50 km/h à 30 km/h en ville, dont 7% se déclarent « tout à fait » favorables. A contrario, 76% des personnes interrogées font part de leur opposition au projet, dont 49% se déclarent « tout à fait » opposées.

Si l’ensemble des catégories de population se montre majoritairement défavorable à l’abaissement des vitesses maximales autorisées, deux clivages principaux opèrent au sein de la population française. La possession de véhicules motorisés dans son foyer détermine ainsi fortement sa position. Seulement 22% des personnes disposant d’une voiture, d’une moto ou d’un scooter approuvent le projet initié par la majorité gouvernementale, contre 51% des personnes n’en disposant pas. Le second clivage est d’ordre politique. Plus sensibles aux questions environnementales, les sympathisants du Parti Socialiste (32% d’approbation) et d’Europe Ecologie Les Verts (35%) se démarquent en étant légèrement moins opposés à la baisse des seuils de limitation de vitesse sur les routes, contre 21% des sympathisants de l’UMP et 16% des sympathisants du Front National.

Enquête réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 29 au 31 juillet 2013 auprès d’un échantillon de 1005 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).
Lire les résultats complets de l’étude.


Lire aussi :

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.