Parti libertarien belge : « Ni de gauche, ni de droite, libres tout simplement »

Le Parti Libertarien ne veut en aucune manière être assimilé aux partis d’extrême droite, de droite « décomplexée » ou autres « droite de la droite ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Patrick Smets, le président du Parti libertarien caricaturé par Def.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Parti libertarien belge : « Ni de gauche, ni de droite, libres tout simplement »

Publié le 31 juillet 2013
- A +

Le Parti Libertarien ne veut en aucune manière être assimilé aux partis d’extrême droite, de droite « décomplexée » ou autres « droite de la droite ».

Une tribune du Parti Libertarien Belge

Une fois de plus, le Parti Libertarien est cité dans la presse, ce qui est toujours réjouissant, convenons-en. De surcroît, nous remercions la Libre Belgique de s’être attachée à nous décrire de manière adéquate en indiquant : «Partisan de la liberté en tout et à tout prix, le Parti Libertarien défend un libéralisme radical en matière économique (suppression des impôts, sauf la TVA), est en faveur de la dépénalisation des drogues et défend la liberté religieuse inconditionnelle. Mais aussi la liberté d’immigration ! Ses positions sont diamétralement opposées à l’extrême-droite ».

Néanmoins, le Bureau fédéral du Parti Libertarien tient à faire part de son extrême perplexité face à l’article dans lequel il apparaît. En effet, l’article en question traite principalement des partis de droite « décomplexée », qualification que le Parti Libertarien refuse catégoriquement. Ainsi que rappelé en avril, nous ne sommes pas à « la droite de la droite » et à vrai dire nous ne sommes même pas à droite, considérant que choisir entre la droite et la gauche revient à choisir les libertés à abandonner. Défendant la liberté et les droits de tous les individus, nous ne partageons en rien les positions de certains des partis cités en matière d’immigration ou de liberté religieuse, bien au contraire, ces partis se trouvent être nos premiers adversaires sur ces terrains.

Patrick Smets, le président du Parti libertarien, caricaturé par Déf.

À l’inverse, la vocation première du Parti Libertarien n’est certes pas de déforcer le MR. Il se trouve encore certaines voix amatrices de liberté au sein de ce parti – comme au sein d’autres – et le Parti Libertarien ne leur souhaite que du succès.

L’objectif premier du Parti Libertarien est et restera la défense de la liberté pleine et entière pour tous, dans une revendication constante de l’héritage des lumières et des enseignements de l’école autrichienne d’économie.

Si donc le Parti Libertarien se réjouit d’être cité et décrit adéquatement par la Libre Belgique, il rappelle avec vigueur qu’il ne peut en aucune manière être assimilé aux partis d’extrême droite, de droite « décomplexée » ou autres « droite de la droite ». Il espère que cette clarification détrompera tout lecteur qui aurait hâtivement associé le Parti Libertarien à des mouvements incarnant tout ce à quoi il s’oppose, comme en attestent également nos dix axes programmatiques :

1° Restaurer la neutralité militaire de la Belgique
2° Recentrer résolument l’État sur ses fonctions essentielles.
3° Supprimer tout impôt, taxe et accise autre que la TVA.
4° Rétablir le respect absolu des libertés individuelles, civiles et économiques.
5° Abolir tous les privilèges légaux, notamment ceux des fonctionnaires, des syndicats et des associations patronales.
6° Favoriser les initiatives privées dans la lutte contre la pauvreté.
7° Garantir la liberté de circulation des biens et des personnes.
8° Mettre fin à la prohibition des drogues et à l’hygiénisme forcé.
9° Libérer et mettre en concurrence les monnaies.
10° Annuler la dette publique belge.

 

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • je reprendrais bien une portion de frites pour digérer leurs propositions .

    c’est pas un peu démago tout cela ?

    • «  »je reprendrais bien une portion de frites «  »

      Il faut vraiment être français pour abaisser le débat si bêtement…

  • Bonjour
    Ce post est une pure provocation auprès des libéraux-conservateurs (ou conservato-libéraux, je ne sais plus). lololol

    Bon le 10° point, comment dire, c’est pas libéral pur sucre 🙂

  • J’admets bien que le libéralisme est pour l’instant le seul système qui permet d’élever le niveau de vie d’un grand nombre de personnes mal-grès les inégalités.
    Cependant j’émets toujours des doutes sur l’éradication de la pauvreté par initiative privée. J’ai bien peur aussi que la mobilité de l’emploi provoque une chute globale des salaires les premières années de libéralisation, je ne sais pas si des gens serait prêts à accepter ça moi y compris, déjà que le SMIC est juste. Je suis prêts à faire beaucoup d’efforts y compris me serrer encore plus la ceinture pour que chacun puissent profiter du fruit de son travail.
    Mais je suis inquiet j’ai peur que l’Etat Français est devenu tellement gros qu’au fur et à mesure du temps ça va être dur.

  • En affaires (les petites comme les grandes), pour vivre il faut présenter la meilleure tarte.
    En matière de pâtisseries politiciennes, la devanture « Chez Ni-Ni & Co » présente donc l’étal largement diversifié. Dix produits bons à l’oeil, donc appétissants mais fondamentalement indigestes, produits d’une mise en oeuvre utopique.
    Qu’à cela ne tienne ! Comme l’écrit parfaitement Mark Eyskens dans ses pages publiées (par les derniers N° du Vif-Express), il importe essentiellement de gagner un POUVOIR. A celui-ci se lient de menus avantages, quel que soit le parti concerné : tant à gauche qu’à droite et les entre-deux ! Ici le parti Ni-Ni va racler parmi tous les chalands … Avec une cible de 1,x % que Mr Smets & Co, maîtres-pâtissiers, clameront être d’une indéniable utilité démocratique… 🙁

  • Dés qu’un parti politique s’annonce être ni de droite, ni de gauche, en France, nous savons que ce cela veut dire : c’est qu’il n’a même pas le courage d’avouer qu’il est à gauche ! Demandez des explications à tous nos centres mous, désaxés, et ……. à gauche. Déjà que la droite française, à une belle barbe de camouflage !

    Quant à prendre l’emblème des Tea Party, c’est osé, nous nous savons où nous nous situons sur le curseur politique, et cela ne ressemble en rien à la gauche même la plus la plus édulcorée !!! nous sommes même leur parfaite antithèse, voire leurs cauchemars les plus effrayants.

    Point 7° : Garantir la liberté de circulation des biens et des personnes. Ce n’est pas déjà le cas en Europe ? Avec bien sur spécificités à gauche toute : pour entretenir et attirer toute la misère du monde  AME, CMU, droit au logement, à l’éducation, indemnités de chômage conséquentes, regroupement familial, moult associations  » bien pensantes » pour les défendre … Je croyais naïvement, que toutes les gauches, avaient déjà bien oeuvrées dans le domaine ?

    Quant au dernier, point annuler la dette publique belge, alors là, c’est couillu ! Je ne connais pas assez la politique Belge, mais en France : Mélenchon, toutes les extrêmes les plus marxistes/léninistes/trotskistes en fait staliniennes disent la même chose.

    Enfin, ceci dit, nous ne sommes pas assez nombreux pour nous fâcher ! Malgré quelques divergences, de taille ……

    • « Enfin, ceci dit, nous ne sommes pas assez nombreux pour nous fâcher ! Malgré quelques divergences, de taille …… »
      Tout est dit.

    • Bonsoir,

      J’ai lu votre commentaire et je m’aperçois d’une chose c’est que vous psychanalysé l’article ( un truc bien Français ) pour faire des polémiques. Vous arrivez même a parler de Staline.

      La France est devenue paranoïaque à un point de non retour.

      Et comme vous dites vous ne connaissez rien à la politique Belge et je dirais même plus….! rien des Belges et de leur mentalité.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’été se déroule tranquillement du côté des Républicains. Les législatives n’ont pas été l’échec retentissant envisagé. De 101 députés qu’ils étaient, coincés entre Emmanuel Macron et Marine le Pen, les plus pessimistes craignaient de se compter sur les doigts de la main tel le PS en 2017. Finalement, 62 députés sont encore à l’Hémicycle. Assez pour exister. Ils ont pris leur place au Palais-Bourbon, proposent et votent des textes avec la majorité. En somme, rien n’a changé, la vie parlementaire continue.

Au loin, pourtant, des nuages ... Poursuivre la lecture

Ainsi s’achève une saison 2021-2022 particulièrement confuse, pour ne pas dire pénible, sur le plan des idées politiques et économiques.

À une campagne présidentielle au cours de laquelle le candidat sortant n’a été challengé que par des concurrents pressés de mettre fin à son ultra-libéralisme, aussi fantasmé ce dernier soit-il, s’est ajouté un round législatif certes original puisque le président réélu a été privé de la majorité absolue, mais dont le résultat concret nous offre surtout le spectacle affligeant de partis politiques s’i... Poursuivre la lecture

boris johnson libre échange Royaume-Uni
2
Sauvegarder cet article

Par William Yarwood.

Eh bien, ils ont finalement eu Boris Johnson. Mais il leur a fait une peur bleue... ou pas ? Le mandat de Boris Johnson en tant que Premier ministre a été marqué par des turbulences politiques, un coronavirus et des scandales, trois éléments que beaucoup pensaient qu'il pourrait surmonter avec une relative facilité et une bonne santé. Mais hélas, sa position est devenue intenable en raison de l'implosion de son propre parti après le dernier scandale - impliquant des allégations sexuelles concernant son adjoint Chri... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles