Bientôt les élections européennes !

Les élections européennes approchent, l’occasion de rappeler les avantages scandaleux dont bénéficient les députés européens.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bientôt les élections européennes !

Publié le 29 juillet 2013
- A +

Les élections européennes approchent, l’occasion de rappeler les avantages scandaleux dont bénéficient les députés européens.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Bientôt, même si on en parle peu, le 25 mai 2014, auront lieu les élections européennes. Même si nous évoquons de temps en temps dans ces colonnes la gabegie de nos élus français, il est aussi intéressant de voir que le mandat de parlementaire européen n’est pas sans quelques avantages :

Vous noterez qu’il s’agit d’une vidéo allemande, probablement aucun journaliste français n’ayant eu l’idée d’un tel reportage…

Allez, une autre, après tout, ce sont les vacances !

Pour mémoire : La France est le second pays contributeur net du budget communautaire, avec une contribution totale de 21,917 milliards d’euros en 2013, soit 30% de son déficit budgétaire. Et, ce bien évidemment sans compter les participations exceptionnelles aux différents fonds de soutien et mécanismes de soit disant régulation.

À lire également :


Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • ça fait plaisir de voir de vrais journalistes au travail .. l’attitude des députés est honteuse et pitoyable , peuvent ils au moins se regarder dans une glace le matin ? pauvres types sans honneur ..

  • Ce n’est évidemment pas le petit journal de CANAL qui ferait de même eux si rapide a critiquer
    En tous les cas remarquablle aussi de trouver cela sur le site de Contrepoint
    Je salue egalement le jugement et les commentaires de ENJOY

  • Pour illustrer l’article, voici un très intéressant court-métrage sarcastique sur l’actuelle situation économique et sociale française et européenne:
    http://www.youtube.com/watch?v=SdFpOGax7uo
    A bon entendeur,

  • Journalistes courageux et parlementaires européens pitoyables. Et ils veulent qu’on vote aux élections européennes? Merci pour cet article, cela m’évitera un déplacement totalement inutile.

  • Le traitement (confortable) des parlementaires européens est décomposé entre un gros fixe, et une petite prime à la présence. Le reportage allemande n’apprend rien, de similaires ont été diffusés, notamment en Belgique, il y a déjà plusieurs années.

    En fait, les parlementaires sont généralement assez actifs en commission, et seule Marine Le Pen vole littéralement son traitement, en ne mettaant jamais les pieds à Bruxelles. Un véritable emploi fictif.

    La France est contributeur net comme la plupart des pays européens, ni plus ni moins au prorata de sa population. Par contre, c’est elle qui pompe un maximum de subsides avec la PAC, etc.

    • Pour compléter ce que vous dites et ce que TDK écrit : la contribution NETTE de la France est comprise entre 7 et 8 milliards, les 21 milliards sont la contribution avant récupération des aides diverses.

  • Si nous nous en référons à la genèse de la construction européenne, les objectifs étaient au départ louables puisqu’ils visaient à renforcer une coopération économique et à établir de façon institutionnelle une «économie de marché ouverte où la concurrence est libre» ainsi que le rappelle l’article 3A du Traité de Maastricht. Seulement voilà, c’est la commission Delors qui en a porté le projet et nous a offert un traité de Maastricht avec d’un côté tous les éléments pour assurer à l’Union européenne un libéralisme économique et d’un autre tout une flopée de représentants politique, bureaucrates et technocrates, pour en freiner l’élan. En somme une usine à gaz où carrières politiques et ambitions personnelles font leur nid. Même ceux qui prétendent être opposés à l’Union européenne font fi de leurs états d’âme et plongent dans cette gabegie institutionnalisée, quitte à faire décoration sur les bancs avec une négation à tout, sauf aux primes et salaires.
    Des tonnes de papiers dont peut de gens prennent connaissance, y compris des euro-députés (de euro la monnaie), et des milliards engloutis pour nourrir des politiciens, des technocrates et des bureaucrates, qui à défaut d’avoir une ombre de pouvoir dans leur pays tentent de se faire un nom dans un Eldorado conçu rien que pour eux par la commission Delors. Nous pourrions être taxés de mauvaise langue, voire pire d’anti-européens, en plus d’être taxés pour assurer leurs sièges, si en bons citoyens européens nous n’étions pas plus au fait par nous même des décisions prises entre deux pauses (photos, conférences de presse, mondanités, négociations personnelles,etc). Il est vrai que si ces prétendants ne se sentent concernés par leur fonction que lors des élections et omettent d’informer les citoyens européens que nous sommes, la presse et les médias en font tout autant. Alors que bien des pays de l’Union européenne où représentants politiques et journalistes suivent quotidiennement les moindres faits et gestes de cette usine à gaz, la France deuxième financier préfère la people politique et se contente de gros titres sans intérêt. Un exemple comme un autre, en Espagne il ne se passe par un jour où l’Union européenne n’est évoquée. Heureux les bilingues! C’est ainsi que lors du fameux Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance au sein de l’Union économique et monétaire, ils étaient bien plus nombreux qu’en France à savoir qu’il ne pouvait être modifié dans la mesure où il était en cours de ratification dans plusieurs pays et qu’il suffisait, avec ou sans eux, que 12 d’entre eux l’aient ratifié pour qu’il s’applique à tous les membres concernés. En France, il y en avait même pour tombé des nues sur les dispositions prises par ce nouveau traité, alors que le principe même du pacte budgétaire ne faisait de rappeler l’article 104 du Traité de Maastricht qui n’a jamais été appliqué. Là, il pourrait en être autrement dans la mesure où les dispositions évasives de l’article 11 du Traité de Maastricht ont été simplifiées par un article 8 dans le nouveau traité avec le recours à la Cour de Justice européenne. Finies les courtoisies. Place au droit.
    Au fond, ce sont nos euro-députés français qui sont trop payés, car ceux de bien d’autres pays se démènent pour agir et tenir leurs concitoyens informés. Mais peut-être le devons nous à cette classe politique et aux médias/presse dans leur ensemble qui non seulement nous bercent de médiocrité mais, de plus, sont incapables de mesurer les enjeux européens. Pour la plupart, ils ne lisent même pas les traités! Pourtant, il y a de quoi dire sur l’Union européenne, des grands projets qui ont abouti (Erasmus, Airbus, Eads, Ariane, etc) aux nombreuses réformes à faire pour dégraisser cette usine à gaz made in France. Des questions aussi à se poser sur la compatibilité entre le politique et les ambitions de la Commission et de la Bce, surtout de Draghi, un ancien de la Goldman Sach et qu’il semblerait, selon certains, que bien des anciens de cette banque cultivent des liens opaques entre elle et le pouvoir, notamment à la Maison Blanche.
    En France, c’est l’ignorance qui alimente tout ce cortège de représentants politiques de tout bord qui font croire, par leurs dires ou leur silence, que le la croissance est devenue une priorité alors qu’elle l’était déjà avec Sarkozy et formalisée dans sa lettre, coécrite avec Merkel, adressée à Van Rompuyil. Il y en a même pour nous parler d’une Europe «passoire» alors que bien des mesures sont prises en accord avec notamment l’article 62 du Traité de Lisbonne. Lors des élections, nous n’aurons même pas droit aux aspects positifs et négatifs de l’Ue. Nous n’aurons que de la lobotomisation par des gens qui ne connaissent même pas le quart de la moitié du centième (et encore!) de ce qu’est réellement l’Ue et les perspectives qu’elle peut offrir.

    • Tmatique, il est vrai que nous ignorons (enfin moi) ce que font tous ces parlementaires qui ne font même pas acte de présence où si peu en commission mais ils émargent tout de même. C’est une honte et c’est à vous écoeurer d’aller voter. Croyez-vous que cela va encore durer longtemps cette gabegie institutionnalisée. Sont-ils conscients qu’avec une économie effondrée, une croissance en berne les entreprises qui ferment et le chômage qui s’accroît, les actifs productifs restant vont pouvoir financer tous ces Euro-députés et l’ensemble de nos élus en France que vous avez évoqué dans un de vos commentaires. Donc tout ce beau monde va être financé par la dette publique. Bravo.
      Effectivement, j’ai été très occupée mais j’ai aussi été en manque d’inspiration en quelque sorte un passage à vide comblé par la lecture de vos excellentes contributions. En fait j’ai pensé comme vous et AC que la volonté de notre ancien hôte a sans doute été de démonter le groupe de pensée que nous formions. Je suis allée relire nos anciennes interventions avec un peu de nostalgie. Je suis malgré tout agréablement surprise de la diversité, de la qualité et de la liberté de ce site devenue si rare de nos jours ainsi que la participation sans limitation des intervenants. Bien à vous.

      • J’avoue effectivement qu’il y a de quoi avoir de sérieux doutes sur la pertinence de voter aux européennes. Cependant, même si pour l’instant il y a une gabegie institutionnalisée, même si les coulisses de ce pouvoir mis en place est le théâtre de bien des convoitises, l’Union européenne n’en demeure pas moins une puissance économique que nous ne pourrions égaler par nos propres moyens et encore moins à présent. Alors, même si je dénonce les nombreuses dérives avérées, je m’accroche à l’idée que certains se battent pour améliorer son fonctionnement et en faire ce pourquoi il a été conçu: améliorer les échanges entre pays membres et créer des projets d’envergures tels que Airbus, Eads ou autres qui ont un rayonnement économique au sein de l’Ue et font face aux grands groupes hors Ue. L’union fait la force. Certes il y a du boulot, mais quand je vois l’attitude de la Finlande, et surtout le Royaume-Uni, lors du dernier accord sur le budget de l’Ue, je me dis qu’il existe des pays, autres que l’Allemagne, qui ne sont plus prêts à financer les dérapages démagogiques et opportunistes de certains, dont la France qui voudrait le beurre, l’argent du beurre et la fermière, en plus sans lever le petit doigt. En fait, je compte plus sur les pays du nord et le Royaume-Uni pour stopper les dérives financières que sur la France elle même. Le couple franco-allemand n’existe plus, ni un autre franco-x. C’est grandeur et décadence. Cependant, avec l’émergence de nouvelles technologies et la phase de mutation économique qui s’annonce, sans l’Ue, pour l’instant, nous sommes morts. Et puis, ne pas voter au fond c’est faire le jeu des populistes qui eux sont contre l’Ue mais veulent se faire payer par elle pour un fonction qu’ils ne rempliront même pas. Être payés pour tout détruire autant qu’ils le fassent gratuitement. Nous payons déjà suffisamment de démolition-men et women en France pour en payer d’autres au sein de l’Ue.
        Quant à notre ancien hôte, la politique éditoriale suit les sondages politiques et donc elle veut répondre à leur patrie-autisme dans l’espoir d’avoir plus de ventes. Pas étonnant que leurs journalistes cultivent le doute et n’osent même pas parler de socialisme nationaliste. Le Business. Vue la baisse des ventes, ils se sont trompés de panel. Au fond, nous sommes des sentimentaux et très loyaux envers nos convictions et j’en suis bien aise. Des bobos de droites qui n’ont rien de libéraux ne méritent pas notre temps. Mais, tout comme vous la communauté créée me manque et souvent je pense à eux. Je suppose que BlueSmoke n’a toujours pas eu de réponse?
        Au moins, ici le mot «libéral» n’est pas une étiquette collée pour se donner un genre, il se vie, il se prouve. Et les éditos, de même que la plupart des interventions sont d’une grande qualité. Un vrai plaisir.
        J’espère vous lire plus souvent.

  • L’Europe est avant tout administrative…et créée par des…administrations. Ainsi le pire de chaque état est venu s’ajouter à la pièce montée. Le reste a suivi : plusieurs sièges, peu de contrôle des activités (et présence) des députés, traitements inadaptés et…cumulables.
    Bref un scandale, qui agit comme une double peine pour les actifs que nous sommes.

    Voter? Oui mais pour qui? Personne en l’occurrence.

    Ah si, Super Hollande va régler tout ça…avec une commission 😛

  • Le parlement européen est aussi inutile que le Sénat français puisque toutes les décisions sont prises en commission. Il s’agit d’une caricature de la démocratie mais toujours dans le même but : enrichir des politiciens avides de pouvoir et d’argent ! Qu’on supprime ce monstre et il faudrait pour cela organiser un référendum à l’échelle européenne (une votation comme disent les Suisses) et à n’en pas douter le résultat serait éloquent : 99 % pour la suppression de cette incongruité qui enrichit des incapables comme le vieux José … Au fait il est muet depuis quelques mois, a-t-il retourné sa casquette ?

  • On fait comment si on voudrait voter pour la ligne UKIP mais qu’en France leur allié est DLR de Dupont-Aignan, pas des plus libéraux… On mets de côté l’économie, on se dit qu’on vote uniquement contre l’UE fédéraliste, ou on se dit que ce n’est pas possible et on vote blanc.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

Par Samuel Furfari.

Lorsque les armées de Napoléon passaient devant le Clos de Vougeot afin d’honorer ce grand vin de Bourgogne, Napoléon voulait que ses soldats marchassent au pas. Le Parlement européen semble ne pas avoir le même intérêt que Bonaparte pour des choses de valeur puisqu’il confond piquette avec grand vin. Mais ce n’est pas d’œnologie qu’il s’agit ici, mais d’hydrogène.

Le Parlement européen vient de décider qu'en UE certains gazoducs pourront, jusqu’en 2027, encore bénéficier d’une étiquette « projet d’intérêt co... Poursuivre la lecture

la conférence
0
Sauvegarder cet article

Par David Zaruk. Un article de Risk-Monger

L'Europe se lance dans un processus de consultation d'une année pour donner à ses citoyens le pouvoir de déterminer la future stratégie politique européenne.

Oh là là !

Certaines expériences récentes me mettraient mal à l'aise, à juste titre. Par exemple, lorsque le gouvernement britannique a consulté ses citoyens pour nommer son nouveau navire de recherche polaire, une majorité écrasante (qui a recueilli quatre fois plus de voix que le deuxième choix) a demandé que le navire soi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles