GDF-Suez exige de pouvoir massacrer librement des aigles

GDF-Suez refuse d’entendre l’avis de la Société Royale de Protection des Oiseaux pour un nouveau champ éolien en Grande Bretagne.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

GDF-Suez exige de pouvoir massacrer librement des aigles

Publié le 26 juillet 2013
- A +

GDF-Suez refuse d’entendre l’avis de la Société Royale de Protection des Oiseaux contre un nouveau champ éolien en Grande Bretagne.

Un des aspects les plus bizarres et les plus dérangeants de l’hégémonie actuelle de l’idéologie politique écologiste est d’accepter de massacrer oiseaux et chauves souris à grande échelle, dont des espèces rares comme les aigles, par préférence pour l’éolien. GDF-Suez en fait de nouveau la démonstration.

Aigle royal

Le noyau dur de l’idée écologique, c’est de protéger la nature. De ce point de vue, l’idée d’utiliser des éoliennes est, clairement et simplement, mauvaise. Les écologistes sincères ne devraient pas une minute envisager ce choix. Non seulement l’éolien ne fait rien pour protéger la nature, mais en plus, il utilise plus de ressources naturelles et industrielles pour produire chaque unité d’électricité que les méthodes déjà utilisées, et encore, il menacerait la santé humaine, et tue des oiseaux et chauves souris littéralement par millions.

Un des mystères de cette affaire est donc que les associations de protection de la nature en général, et des oiseaux en particuliers, restent si silencieuses sur ce point qui est pourtant leur unique raison d’être. On est dans une phase étrange où les protecteurs des oiseaux acceptent leur massacre, au nom d’une cause plus haute appelée « sauver la planète », pour favoriser une industrie qui ne fait rien pour la sauver, bien au contraire.

Cela serait-il enfin en train de changer et le vent serait-il en train de tourner ?

Une hirondelle ne fait pas le printemps selon l’expression consacrée, mais un signe encourageant vient de se produire : la RSPB, Royal Society for the Protection of Birds, fait entendre sa voix, et s’élève contre la construction d’éoliennes industrielles dans un des sites européens ayant la plus grande densité d’aigles. La RSPB déclare :

Cette proposition démontre un mépris complet et parfait pour l’environnement. Construire des éoliennes si près de sites de reproduction d’aigles royaux pourrait causer des dégâts à long terme significatifs pour les populations locales et nationales de cette espèce iconique.

Malgré cette opposition, GDF-Suez insiste pour ériger 39 nouvelles éoliennes meurtrières sur le site de Beinn Mohr. À l’âge du règne de la « responsabilité sociale d’entreprise », on ne peut qu’être effaré, pour les actionnaires et les employés de ce géant industriel, d’une si forte prise de risque d’image. Qu’en sera-t-il quand on trouvera dans la presse les prochaines photos d’aigle sectionné, associé au nom de ce leader mondial de la production d’électricité ? Quel coût cela représentera-t-il en perte de valeur, et quel coup cela portera-t-il à l’image du groupe dans son ensemble ? Ce risque a-t-il réellement été suffisamment analysé et soupesé ? Il est permis d’en douter.


Lire aussi :

Voir les commentaires (39)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (39)
  • bon , et les lignes haute tension , les routes les barrages , les baies vitrées etc cela ne tue pas quelques bestioles aussi ?
    sans parler de la mortalité naturelle , les gaz d’échappement les volcans les cyclones la mousson la sécheresse….. les éoliennes dans tout cela , c’est rien .

    • Les lignes haute tension sont statiques. Les oiseaux peuvent les voir à l’avance ce qui n’est pas le cas pour les pales des éoliennes dont ils ne se méfient pas.
      Et surtout : elles n’émettent pas de bruit, elles ne polluent pas de manière sonore.

      • grave erreur , une ligne HT vibre, grésille , elle est vivante..mais ce n’était qu’une image . les cigognes, sans aménagements, en sont les premières victimes !
        sinon , une éolienne tourne bien trop lentement pour être réellement dangereuse . cela ne concerne qu’une population animale locale connaissant bien d’autres causes de mortalité et qui s’adaptera par sélection naturelle

        • @ futurofman
          « sinon , une éolienne tourne bien trop lentement pour être réellement dangereuse ».
          Faites gaffe à ce que vous écrivez. Si la vitesse angulaire des grandes éoliennes est effectivement faible de l’ordre de 20 tours par mn, la vitesse linéaire en bout de pale est élevée, de l’ordre de 250 km/h.

      • Statique signifie ne pas se déplacer dans l’espace. Que je sache les lignes haute tension ne se déplacent pas. Attention à la signification des mots.

    • D’accord avec vous. Cet article est quelque peu outrancier.

  • L’histoire des aigles, c’est se tromper d’argument et se tirer une balle dans le pied en admettant implicitement et bêtement que celui de l’absence d’intérêt économique des éoliennes ne suffirait pas à lui tout seul.

  • Pour avoir effectué des stages dans ces grandes entreprises françaises, je peux vous dire que l’écologie et la responsabilité sociétale ils s’en moquent comme d’une gigne.
    Il faut juste faire assez pour avoir de belles images à mettre sur le site web et de belles histoires à raconter quand on se fera épingler pour une incurie quelconque.

    Total en tête de gondole.

  • D’autant plus que si les éoliennes gênent les humains par la pollution sonore, il en est forcément de même avec la faune. Les animaux doivent fuir les champs où sont installées ces machines. Pour celles installées en mer le problème doit être identique : ça m’étonnerait que beaucoup de poissons et autres habitants sous-marins continuent de vivre à à côté des éoliennes.

    • Pascale : « ça m’étonnerait que beaucoup de poissons et autres habitants sous-marins continuent de vivre à à côté des éoliennes. »
      ————————–
      Le bruit sous-marin des… éoliennes ??? Je ne sais pas ce que vous fumez mais je veux la même.

  • @l’auteur

    Dans l’expression « l’âge du règne de la responsabilité sociale d’entreprise », le mot qui me reste en travers est « règne ».

  • Une cigogne est venue faire son nid sur ma cheminée.

    Pour préserver cette espèce protégée je n’ai pas allumé la cheminée.

    Grand-mère est morte de froid. La SPA locale est contente.

    Grand-mère mangeait du poulet le dimanche, son absence sauve des vies à des emplumés.

  • Avec chapeau à plumes, costume rouge et or, cloche, manuscrit et voix de stentor,Tony Appleton a fait la une des journaux du monde entier.
    Pourtant, il a berné la terre entière.
    Le crieur qui a annoncé lundi la naissance de George, le bébé de Kate et William, était en fait un imposteur.

    Royale imposture dont les zécolos de tous poils s’inspirent pour protéger les bêtes à plumes.

  • Comme il faudrait que tous les jours ressemblent à aujourd’hui , RTE nous informe que faute de vent les éoliennes françaises ( + de 7750MW installés ) ne produisent pas même 850 MW, cette incapacité récurrente à produire permet donc aux centrales charbon et fuel de turbiner, il est vrai que la CSPE à acquitter en sera d’autant moindre pour nous les petits clients qui devons payer sans trop poser de questions…Nous les pigeons que l’on plume à souhait !!!

  • Il n’y a pas grand monde qui aime les animaux chez les libéraux!

  • Bilan co2 tres mauvais pour ces installations…rentabilité proche de 0 ou – ! En gros tuer des oiseaux et faire chier les riverains, c’est la seule chose à prendre en compte.

  • Sachant qu’une part significative des lecteurs de contrepoints ne reconnait même pas la notion de « biodiversité », ou de valeur de la biodiversité, ne voyant pas de différence entre une politique de conservation des populations sauvages et une obligation légale d’entretenir les philatélistes …. cet article issu de la rédaction de contrepoints est d’une mauvaise foi presque risible.

    • Mauvaise foi au nom de ses lecteurs ? C’est quoi cette notion ?

      • @Nick : je suis assez mal à l’aise quand je lis ce genre d’articles utilisant l’argument de la protection des aigles pour s’opposer à l’éolien.

        Contrepoints ne défend jamais les animaux face aux projets humains dans tous les autres cas, sauf celui-ci, comme par hasard. Je trouve ça plutôt décevant et aussi incohérent que l’attitude des « écolos » que l’article dénonce.

        Je m’y perds, les animaux méritent-ils d’être défendus en général, ou non ?

        • Méritent-ils d’être tués dans raison, aléatoirement, dans leur milieu, par des machines industrielles inutiles ?

          • Ce que je veux dire, c’est que d’habitude le sort des animaux n’est pas la principale inquiétude de Contrepoints. Et je trouve dommage de s’en inquiéter uniquement pour ce cas-ci, c’est adopter le même genre d’attitude que le camp d’en face.

        • Nusik

          Ce n’est pas à Nick de vous indiquer si les animaux méritent d’être défendus en général. Et ça m’étonnerait qu’il se permette de le faire.

        • Ce qui est soulevé dans l’article c’est la mauvaise foi et l’incohérence des zécolos : ils prétendent vouloir sauver Mère Nature, mais, au nom de cette idéologie ils sacrifient des animaux.
          Je crois que c’est le propos de l’article et non le fait que des animaux meurent par les éoliennes.

      • Nick : Il y a de fait une adéquation forte entre les positions qu’on retrouve majoritairement en commentaire, et la ligne éditoriale de contrepoints.

        • Surveillez vos mots. Vous accusez la rédaction de mauvaise foi pour les propos de ses lecteurs. Si j’avais le même sang froid que vous, quelle raison aurais-je de ne pas vous retourner le compliment ?

          • Ne vous gênez pas, exprimez pleinement votre pensée.

            Il semble, vu votre réaction, que vous soyez l’auteur principal (sinon unique) de cet article. Je ne vous accuse pas de mauvaise foi. Mais vous devez bien voir qu’autours de vous, on considère globalement la conservation comme une lubie sans fondement rationnel.

          •  » … cet article issu de la rédaction de contrepoints est d’une mauvaise foi presque risible …  »

             » … je ne vous accuse pas de mauvaise foi … « 

          • A moins que vous constituiez à vous tout seul la rédaction de contrepoints, il n’y a pas de contradiction.

          • Donc vous accusez bien la rédaction de Contrepoints de mauvaise foi pour les propos de ses lecteurs. Bien compris depuis le début.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le renforcement des contraintes environnementales pour l’élaboration et le contrôle des documents d’urbanisme met de nombreux maires dans une situation de plus en plus inconfortable car ils sont incapables d’expliquer à leurs administrés pourquoi ils sont contraints de déroger au principe d’égalité des citoyens devant les charges du service public, principe inscrit dans la Constitution et fondement du droit administratif.

 

Un bon sujet de réflexion au risque de parler de ce qui fâche

Personne mieux qu’Edgard Pisani, qui fu... Poursuivre la lecture

Tétanisé par le spectre d’une catastrophe socio-économique sans précédent, le pouvoir panique.

Dans son courrier au PDG d’EDF daté de vendredi 4 novembre 2022, Agnès Pannier-Runacher lui demande « de tout mettre en œuvre pour dégager de nouvelles marges de manœuvre permettant de passer l’hiver », ce qui, selon elle, « passe par la maximisation de la production renouvelable de l’entreprise » et par un recours accru « de manière anticipée à une puissance des concessions hydroélectriques » jusqu’ici limitée par l’existence d’une redevance... Poursuivre la lecture

En 2018, le président Macron affirmait vouloir fermer 14 réacteurs nucléaires avant 2035.

En 2022, après avoir arrêté le projet de réacteur de quatrième génération Astrid en 2019 et fermé les deux réacteurs de la centrale de Fessenheim début 2020, il déclare à présent vouloir maintenant prolonger tous les réacteurs existants, en construire 6 nouveaux, et lancer les études sur 8 autres (soit 14 en tout).

Le président dit-il tout et son contraire, navigue-t-il à vue, ou bien est-ce de la « haute politique » trop subtile pour le ci... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles