De l’absurdité du droit de la concurrence, la preuve par l’exemple : le gaz de schiste aux États-Unis

Dans une économie libre, quelles que soient les décisions prises par les acteurs du marché, ce seront les bonnes si elles tiennent.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

De l’absurdité du droit de la concurrence, la preuve par l’exemple : le gaz de schiste aux États-Unis

Publié le 19 juillet 2013
- A +

Dans une économie libre, quelles que soient les décisions prises par les acteurs du marché, ce seront les bonnes si elles tiennent.

Par Antoine Dusséaux.

Tout le monde le sait (sauf un irréductible village gaulois), les États-Unis connaissent un énorme boom dans le domaine des gaz de schiste. Le prix du gaz a fortement baissé, ce qui a entraîné une importante croissante de l’industrie et a profité aux ménages américains. Par ailleurs l’exploitation de cette source d’énergie non-conventionnelle a offert de nombreux emplois dans des États ruraux jusque-là peu dynamiques. Voici pour une brève présentation du cadre, mais là n’est pas mon propos. Car aujourd’hui le secteur évolue…

En effet au départ le prix P du gaz était élevé. L’exploitation du gaz de schiste étant économiquement intéressante de nombreuses entreprises se sont lancées sur le marché et ont ainsi fait baisser le prix du gaz à P2. Mais les prix ont tellement baissé que des puits forés précédemment et jugés économiquement rentables au prix P ne le sont plus aujourd’hui au prix P2. Assurément, l’investissement dans ces puits fut une erreur, une mauvaise prédiction de l’avenir. Mais qui pouvait réellement prévoir une telle baisse des prix ? De plus, l’erreur n’est-elle pas humaine ? Et malgré tout, l’entrepreneur qui a choisi ces puits n’a-t-il pas permis d’embaucher des personnes pendant toute la période où les prix du gaz étaient encore suffisamment élevés ?

Mais alors que va-t-il se passer dans un futur proche ? Ce qui est certain c’est que le secteur va changer. Plusieurs solutions sont possibles, j’en ai dégagé quatre – il y a fort à parier néanmoins que, dans un marché libre, le système retenu par le marché soit une combinaison de plusieurs de ces solutions.

– Les puits non-rentables sont fermés. Le coût financier est énorme : des millions ont été investis dans ces puits qui ne serviront à rien. De plus viennent se rajouter à l’opération les coûts de démantèlement des puits. Sans compter le « coût » humain : des dizaines de salariés se retrouvent au chômage. La petite ville du Dakota du Nord qui pensait retrouver la prospérité, après des années de pauvreté, d’alcoolisme et d’exode rural, découvre avec effroi que les promesses des gaziers sont parties en fumée. Pourtant, en coupant le bras, on a évité que le corps ne soit gangréné : telle entreprise n’a fermé qu’un puits et a pu conserver les autres et rester compétitive. Et puis, sur le marché du gaz, les prix n’ont pas augmenté car seuls les puits rentables sont restés en place.

– Des entreprises mettent la clé sous la porte : c’est notamment le cas de celles qui avaient une majorité de puits non rentables. Là encore, des millions de dollars de perdus et des salariés laissés sur le carreau, dans des proportions évidemment plus importante que précédemment. Et puis n’oublions pas l’entrepreneur ou l’investisseur qui s’était lancé dans cette belle affaire et qui se retrouve désormais ruiné, contraint à vendre tous ses biens : acculé après avoir vu sa femme (ou son mari) le quitter, il se suicide. Fin tragique s’il en est. Seulement, le consommateur est sauf : les prix n’augmentent pas sur le marché du gaz, car ce sont des entreprises non rentables qui disparaissent, non pas celles qui faisaient tendre les prix vers le bas : ouf !

– Les entreprises forment un cartel afin de faire monter les prix et ainsi « rentabiliser » les puits non rentables. Dans cette situation, les producteurs peuvent continuer l’exploitation des-dits puits : ce sont autant d’emplois sauvés. Ils ont aussi l’assurance que le capital investi sera remboursé : les banquiers new-yorkais sont donc rassurés. Mais pour le consommateur, ce choix a des conséquences dramatiques : les prix augmentent. Dès lors, la mère californienne de quatre enfants, célibataire qui plus est, n’a plus les moyens de se chauffer ni de faire la cuisine et elle, qui avait jusque-là toujours su garder la tête haute malgré les aléas de la vie et son petit salaire, est obligé d’aller chercher à manger à l’association humanitaire de son quartier.

– Des fusions ont lieu afin de faire augmenter le prix : en fait cette situation est identique dans ces conséquences à la précédente, au moins à court terme. Car sur le long terme, le cartel a peu de chance de tenir : les entreprises qui n’ont pas, ou peu, de puits non rentables ont en effet tout intérêt à le quitter en augmentant leur production pour faire baisser les prix.

Après lecture de ces différentes possibilités, qui peut dire qu’une de ces situations est préférable à une autre ? Aucun calcul ne pourra jamais indiquer la « meilleure » solution. Seul Dieu, peut-être, en serait capable. En effet, quelle valeur attacher à l’emploi de l’ouvrier licencié, à la vie détruite de l’investisseur ruiné, au suicide de l’entrepreneur qui a mal choisi le puits, à la déchéance de la mère de famille ?

Pourtant, l’État-Providence (la référence à Dieu n’était donc pas sans fondement…) semble avoir la solution. Il suffit pour cela de regarder la législation en vigueur : la cartellisation est rigoureusement interdite et lourdement punie, la fusion d’entreprise est soumise à l’équivalent américain de l’Autorité de la concurrence. Elle pourrait très bien être interdite si les experts et autres économistes estiment, à partir de critères scientifiques, que la fusion est trop dangereuse pour le marché et les consommateurs, la fermeture du puits pose le problème du licenciement des salariés qui pourraient bien s’y opposer (surtout en droit français), enfin la faillite de l’entreprise met tout le monde d’accord : on met la clé sous la porte, on rembourse tant bien que mal les investisseurs avec les maigres bénéfices réalisés précédemment et on recase pour l’image quelques salariés pennsylvaniens chez les rares employeurs de la région.

Ainsi l’État incite à la faillite. Pourtant la meilleure solution est-t-elle vraiment le dépôt de bilan ? Non ! À vrai dire : pourquoi non ? Car encore une fois, il est impossible de connaître a priori la bonne solution, si tant est qu’il y en ait une.

La seule certitude est que dans une économie libre, quelle que soit la situation retenue, ce sera la bonne si elle tient. Sinon une autre décision sera prise : l’arrivée d’un nouvel entrant, la fin du cartel, la réouverture du puits par les ouvriers eux-mêmes, la faillite de l’entreprise issue de la fusion devenue trop grosse, que sais-je ! Ainsi les hommes, par leurs décisions tendront nécessairement vers la meilleure situation possible étant donné les conditions de l’époque, et ce malgré les inévitables erreurs faites entre-temps. Ces dernières ne constituant que des soubresauts, qui modifient la vitesse de convergence sans en rien changer l’unicité de la limite.

Pour conclure, les seules décisions mauvaises, injustes et immorales sont celles imposées par la violence : le monopole lorsqu’il est inscrit dans la loi, le cartel lorsqu’il s’apparente à une mafia, le licenciement quand il prend la forme de pressions sur le salarié pour l’obliger à démissionner ou encore la fusion si elle se fait sous le menace. Et seule une société où l’entrée sur le marché est libre permettra d’atteindre l’optimum.


Référence :  Ludwig von Mises, Man, Economy and State, Chapitre 10.

The free market in the world of production may be termed “free competition” or “free entry,” meaning that in a free society anyone is free to compete and produce in any field he chooses. “Free competition” is the application of liberty to the sphere of production: the freedom to buy, sell, and transform one’s property without violent interference by an external power. We have seen above that in a regime of free competition consumers’ satisfaction will, at any time, tend to be at the maximum possible, given natural conditions. The best forecasters will tend to emerge as the dominant entrepreneurs, and if anyone sees an opportunity passed up, he is free to take advantage of his superior foresight. The regime that tends to maximize consumers’ satisfaction, therefore, is not “pure competition” or “perfect competition” or “competition without cartel action,” or anything other than one of simple economic liberty.

A lire aussi :

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • « Seulement, le consommateur est sauf : les prix n’augmentent pas sur le marché du gaz, car ce sont des entreprises non rentables qui disparaissent, non pas celles qui faisaient tendre les prix vers le bas : ouf ! »

    Des entreprises « non rentables » (i.e., incapables de couvrir leurs coûts totaux) continuent à faire « tendre les prix vers le bas » tant qu’elles produisent, et elles ont intérêt à poursuivre la production tant qu’elles peuvent couvrir leurs coûts variables.

    « Les puits non-rentables sont fermés. Le coût financier est énorme : des millions ont été investis dans ces puits qui ne serviront à rien. De plus viennent se rajouter à l’opération les coûts de démantèlement des puits. Sans compter le « coût » humain : des dizaines de salariés se retrouvent au chômage. »

    La fermeture d’un puits n’engendre pas en soi des coûts. Les « millions…investis dans ces puits » appartiennent au passé ; la décision de continuer ou non la production ne doit pas dépendre d’eux. Demeurent en revanche, effectivement, les coûts de démantèlement – ce qui suppose néanmoins qu’un démantèlement soit nécessaire, et notamment que les puits ne puissent être remise en service dans un futur suffisamment proche – et les frais de licenciement. Rien n’interdit non plus aux employeurs de tenir compte de ce qu’ils perçoivent comme étant un « coût humain », même si ça relève de la mauvaise théorie économique.

    « le licenciement quand il prend la forme de pressions sur le salarié pour l’obliger à démissionner »

    On peut regretter que des employeurs fassent pression sur leurs salariés pour les inciter à démissionner (et que des salariés importunent leurs employeurs pour les inciter à les licencier), mais cette situation est imputable au carcan que le droit du travail plaque de force sur les relations employé-employeur. Si le licenciement était libre, employeurs et employés n’auraient pas besoin de se torturer mutuellement ainsi. Merci le socialisme.

    Au fait, la fin du texte contient une coquille : c’est Rothbard, par Mises, qui a écrit MES.

  • Le raisonnement sur la concurrence est bon même si peu original. Mais les prémisses sont fausses.

    D’abord, rien ne permet d’affirmer que les puits de Gaz de Schistes sont non rentables car la plupart des forages (à Barnett ou à Bakken par exemple) produisent en grande quantité du pétrole brut d’excellente qualité, attesté par la hausse spectaculaire de la production de pétrole de certains états comme le Dakota.

    Le vrai élément « disruptif », ce n’est pas le GdS mais la généralisation du forage horizontal instrumenté et la fracturation hydraulique. Le gaz n’est alors qu’une production secondaire que les exploitants doivent refourguer à tout prix sur le marché (car les réglementations US imposent des pénalités qui rendent souvent impossibles ou très coûteux le torchage), d’où un cours du gaz 3x plus faible aux USA qu’en Europe !
    Ensuite, à supposer qu’un exploitant fasse faillite, il n’y a aucune logique à fermer un puits, le gros des dépenses, càd dues au forage et au raccordement étant déjà dépensé ! Au contraire, un puits déjà percé constitue un asset qui sera revendu lors de la liquidation pour continuer à produire et apporter des revenus. L’issue la plus plausible d’un éventuel « effondrement » du marché du GdS n’est pas une fermeture généralisée de puits mais une réorganisation du marché. Internet (qui à l’époque, n’avait produit que des promesses, contrairement au GdS actuel) et sa bulle avaient explosé, ce n’est pas pour autant qu’internet ait disparu. Il n’y a donc aucune raison pour que le GdS disparaisse, même si c’est ce que veulent ardemment les escrolos et autres peakistes (ils avaient répandu la propagande d’une explosion imminente de la bulle GdS depuis presque 10 ans).

    • Ravi de voir que vous reconnaissez enfin que le gaz n’est qu’une production secondaire dans un business qui consiste essentiellement à arnaquer des fonds de pension en vendant des produits financiers complexe… Par contre j’aime bien vos idées de petit candide qui imagine qu’une fois qu’on a creusé le puit il n’y a plus rien à faire et plus aucun cout… (c’est bien connu que le gaz il se transporte magiquement chez les consommateur)

      Cela dit vous marquez un point avec votre argument : quand la bulle d’Enron a explosé ce n’est pas pour autant qu’Enron a disp… euh… rien en fait…

      Allez minitax, un peu de c… si vous êtes aussi certain de ce que vous dites mettez tout votre plan d’épargne en action Chesapeake !

  • Est_ce qu’une des options possibles ne serait pas pour les producteurs les moins rentables (même si elle s’applique aux autres aussi), d’aller vendre leur gaz à l’étranger ?

    Par exemple chez ces nanards de français qui ne veulent pas chercher de gaz de Schiste chez eux mais qui seraient probablement très content de l’obtenir de l’étranger au prix P ?

    Dans ce cas là personne ne meurt et tout le monde en profite. Bon je suis d’accord que ça mine un peu l’objet de la démonstration…

  • « Référence : Ludwig von Mises, Man, Economy and State »

    Vous vouliez certainement dire Murray Rothbard…

  • Vous croyez en Dieu et en la Providence ? Je crois que dans la Bible (que je n’ai jamais lu) il y est fait référence à un genre d’arbre à pain, pas le baobab, un buisson, un truc de ce genre … Le pétrole et le gaz ne sont pas des dons divins, mais le résultat de fermentations bactériennes qui ont eu lieu dans des mers peu profondes. La sédimentation subséquente a fait qu’on peut les récupérer après des centaines de millions d’années, c’est beaucoup trop ancien pour les créationistes. Ca n’a rien à voir avec Dieu, d’ailleurs son existence n’a encore jamais été prouvée !

  • Ce n’est qu’une application récente de la vieille observation de l’extraction marginale.

    Quand le prix du cuivre est élevé, un tas de mines entrent en activité. Le prix redescend, les mines les moins rentables ferment, les autres subsistent, les prix remontent, les mines marginales retrouvent de l’intérêt.

    L’économie est un corps vivant, inutile de jamais penser qu’elle soit plastifiée ou garantie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Qui a encore en mémoire le documentaire Gasland ? Projeté en 2010 au festival de Sundance aux États-Unis son contenu s’était répandu comme une traînée de poudre dans le monde entier.

Véritable procès d’intention à l’encontre des exploitants américains de gaz et pétrole de schistes, le documentaire mettait en avant la question controversée de la pollution des nappes phréatiques par la méthode de la fracturation hydraulique. La célèbre image du « robinet en feu » laissant supposer une eau du robinet polluée par le gaz a fait le tour du m... Poursuivre la lecture

Il est surprenant qu’à la veille d’une très grave crise de l’énergie ni les hommes politiques ni les media n’évoquent la possibilité de recourir au gaz de schistes localisé sous nos pieds et dont nous avons la pleine maîtrise.

Le 13 juillet 2011, un an avant les élections présidentielles et sans doute afin de s’assurer la bienveillance des écolos de tout poil mais aussi de l'opinion, la majorité parlementaire, à l’initiative du député Christian Jacob PR, réputé de droite, a fait voter une loi qui interdisait non seulement l’exploitatio... Poursuivre la lecture

À la fin du mois de février 2020, le monde redécouvrait le spectre lointain et oublié des pandémies qui avaient décimé tant de populations dans l’histoire de l’humanité. Deux ans plus tard, une autre plaie oubliée s’abat sur le continent européen, la guerre.

Dans les deux cas, afin de lutter contre ces fléaux, l’arme économique et financière est de sortie. Une première arme commune à ces deux épisodes malheureux, l’argent magique et les taux négatifs, un autre virus qui a infecté les banques centrales depuis des années et dont on ne s’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles