Levée d’immunité parlementaire de Marine Le Pen et de Serge Dassault : des paroles et des actes

Le Pen Dassault

Les demandes de levée d’immunité parlementaire, l’une adressée au Sénat et concernant Serge Dassault, l’autre formulée devant le parlement européen et concernant Marine Le Pen, ont donné deux résultats opposés.

Les demandes de levée d’immunité parlementaire, l’une adressée au Sénat et concernant Serge Dassault, l’autre formulée devant le parlement européen et concernant Marine Le Pen, ont donné deux résultats opposés.

Par Roseline Letteron.

Ces derniers jours ont vu l’instruction de deux demandes de levée d’immunité parlementaire. La première, adressée au Sénat et concernant Serge Dassault, n’a pas prospéré. La seconde, formulée devant le parlement européen, a conduit à la levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen. Deux résultats opposés, qui conduisent à s’interroger sur les principes gouvernant cette procédure.

Définition

L’immunité parlementaire est la conséquence du principe de séparation des pouvoirs. Il s’agit de mettre le pouvoir législatif à l’abri de poursuites judiciaires qui seraient introduites dans un but d’intimidation, qu’elle vienne du pouvoir politique ou des lobbies privés. Pour assurer l’indépendance du parlement, la Constitution assure donc, dans son article 26, celle des parlementaires.

L’immunité parlementaire ne se confond pas pas avec l’impunité, ne serait-ce que parce qu’elle est limitée à la durée du mandat. Elle offre au parlementaire une double garantie, d’une part une irresponsabilité pour les actions directement liées à ses fonctions, d’autre part, une inviolabilité pour les activités détachables des fonctions. Dans ce second cas, le parlementaire peut être poursuivi, mais toute mesure coercitive est subordonnée à une levée préalable de l’immunité parlementaire.

Pour les parlementaires européens, les principes garantissant l’immunité sont identiques et formulés dans les articles 8 et 9 du protocole n° 7 sur les privilèges et immunités de l’UE. Le règlement du parlement européen EP 006, dont la rédaction actuelle remonte à juin 2012, précise, dans son article 5, que par son régime d’immunité, « le Parlement vise avant tout à conserver son intégrité en tant qu’assemblée législative démocratique et à assurer l’indépendance des députés dans l’accomplissement de leurs tâches« .

Procédures

Devant le parlement européen, la demande de levée de l’immunité est adressée au président, puis examinée par la commission à laquelle appartient le parlementaire concerné. Une procédure contradictoire est organisée, et on sait que Marine Le Pen a refusé de venir plaider sa cause devant la commission. Cette dernière établit ensuite un rapport et fait une proposition de décision qui donne ensuite lieu à un vote en séance plénière.

Sur ce point, la procédure européenne est plus démocratique que la procédure en vigueur devant le parlement français. Aux termes de l’article 9 bis de l’ordonnance du 17 novembre 1958, dans sa rédaction issue de la loi du 29 janvier 1996,  la levée de l’immunité est décidée par le bureau de l’Assemblée concernée, sans aucune vote plénier.

La demande de levée est formulée par un juge d’instruction, afin de pouvoir prendre à l’égard d’un parlementaire, une mesure restrictive de liberté, par exemple une garde à vue. Elle est d’abord transmise au procureur général près la cour d’appel compétente, qui donne un avis, puis au Garde des Sceaux, qui la transmet au président de l’assemblée concernée. Le bureau de l’assemblée va ensuite désigner en son sein une délégation des immunités, représentative des groupes parlementaires. Après audition de l’intéressé, la délégation établit un rapport, et le bureau se prononce sur la levée de l’immunité.

Le bureau du Sénat est constitué à la représentation proportionnelle des différents groupes parlementaires, et l’écart entre la gauche et la droite est deux sièges (quatorze à gauche et douze à droite). Dans le cas de M. Dassault, la presse mentionne que dix-sept membres du bureau du Sénat sur vingt six auraient participé au scrutin. Sans doute certains sénateurs de gauche ont-ils refusé de se prononcer, peut-être ébranlés par l’avis négatif rendu par le procureur. Au-delà de ce cas particulier, on voit que cette procédure est le fruit d’un vote émanant d’un petit groupe de sénateurs, qui se déterminent sans doute davantage en fonction de préoccupations politiques que dans l’intérêt de la justice.

Serge Dassault est donc, au moins provisoirement, à l’abri. Marine Le Pen, en revanche, peut désormais faire l’objet d’une audition, d’une garde à vue ou d’une mise en examen. Le premier bénéficie d’un vote bien peu transparent du bureau du Sénat. La seconde fait l’objet d’un vote très médiatisé du parlement européen, et l’opinion est ainsi conduite à considérer que les charges qui pèsent contre elle sont à la fois graves et avérées.

Les poursuites justifiant les deux demandes de levée d’immunité parlementaire suscitent pourtant des interrogations relatives au fond des requêtes.

Un exemple d’immunité parlementaire. Débat du 18 avril 2013. Assemblée Nationale

Des actes et des paroles

Dans le cas de Serge Dassault, il s’agit de plusieurs enquêtes judiciaires portant sur des manipulations électorales, mais aussi sur une tentative d’homicide. Sur le fond, le refus de levée de l’immunité reposerait sur le fait que le juge envisageait une mesure de garde à vue, sans pour autant montrer l’existence d’indices graves et concordants d’une implication du sénateur. Autrement dit, il peut être entendu comme témoin, sans que son immunité soit levée.

Il n’empêche que les faits visés par l’enquête sont particulièrement graves, et certains relèvent même de la Cour d’assises. Les différentes instructions mettent en cause d’autres personnes que le sénateur Dassault, et le refus de lever son immunité risque, à l’évidence, d’entraver une enquête en cours.

Dans le cas de Marine Le Pen, l’origine de la procédure réside dans une plainte du MRAP, qui lui reproche les termes d’un discours prononcé le 16 janvier 2011 devant les militants du Front National, qu’il convient de citer avec exactitude : « Il y a quinze ans on a eu le voile, il y avait de plus en plus de voiles. Puis il y a eu la burqa, il y a eu de plus en plus de burqas. Et puis il y a eu des prières sur la voie publique (…) maintenant il y a dix ou quinze endroits où, de manière régulière, un certain nombre de personnes viennent pour accaparer les territoires (…). Je suis désolée, mais pour ceux qui aiment beaucoup parler de la Seconde Guerre mondiale, s’il s’agit de parler d’occupation, on pourrait en parler, pour le coup, parce que ça c’est une occupation du territoire (…). Certes y’a pas de blindés, y’a pas de soldats, mais c’est une occupation tout de même et elle pèse sur les habitants. »

Il n’y a qu’une seule personne mise en cause, non pas pour des actes mais pour des paroles, non pas pour un crime mais pour un éventuel délit. La levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen est ainsi demandée « dans le cadre d’une éventuelle action judiciaire relative à une infraction présumée d’incitation à la haine, à la discrimination ou à la violence contre une catégorie de personnes en raison de leur appartenance religieuse« .

Il ne fait aucun doute que les propos de Marine Le Pen font amalgame aussi choquant qu’erroné entre l’occupation du territoire par une armée étrangère et la présence d’immigrés sur l’espace public, et c’est précisément cet amalgame qui est à l’origine de la plainte du MRAP. De telles idées doivent certainement être combattues sur le plan politique, mais constituent-elles pour autant une incitation à la haine au sens de l’article 24 de la loi du 29 juillet 1881 ? Cela reste à démontrer, et cette qualification reposera finalement sur la libre appréciation du juge. En tout cas, la levée de son immunité parlementaire permet à Marine Le Pen de se présenter comme la victime d’un délit d’opinion, une excellente opération sur le plan électoral.


Sur le web.