UMP : pourquoi il ne faut pas financer le parti

L’UMP fait la quête pour combler le trou abyssal de ses finances. Sans aggiornamento libéral, aucune raison d’aider le parti étatiste de droite.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
UMP

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

UMP : pourquoi il ne faut pas financer le parti

Publié le 8 juillet 2013
- A +

L’UMP fait la quête pour combler le trou abyssal de ses finances. Sans aggiornamento libéral, aucune raison d’aider le parti étatiste de droite.

Par le Parisien Libéral.

UMPL’UMP met sur la place publique ses problèmes d’argent, et lie sa survie au sort de la démocratie française. Soit.

Citons Jean-François Copé qui écrit sur Facebook : « Le Conseil constitutionnel a décidé de rejeter les comptes de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Il s’agit d’une décision grave puisqu’elle a pour conséquence de priver le premier parti d’opposition républicaine des moyens d’exercer sa mission au service de la démocratie française » ou encore « Cette situation inédite sous la Ve République, poursuit l’ex-Président, met en péril la formation qui doit préparer l’alternance tellement nécessaire au socialisme ».

L’UMP, donc, selon Jean-François Copé, doit préparer l’alternance tellement nécessaire au socialisme.

Qu’a fait le PS depuis un an ? Certes, rien de bon. Fidèles lecteurs, vous n’avez pas besoin de vous remémorer de :

Sans parler des problèmes attribués au Président Hollande :

etc.

Au vu du bilan du PS au bout d’un an à l’Élysée, on pourrait croire que l’UMP a un boulevard devant elle.

Ceci étant dit, qu’avait fait l’UMP pendant cinq ans, entre 2007 et 2012 ? Avant tout, des monumentales hausses d’impôts et des lois votées par milliers, exactement comme le PS qu’ils critiquent.

Reprenons la définition du socialisme : Le socialisme est un système économique et politique qui repose sur la propriété collective, à divers degrés et sous diverses formes, des moyens de production. Sous sa forme étatique, il implique nationalisations et planisme ; sous sa forme utopique, il préconise coopération et mutualisme (source Wikiberal). On peut ajouter à cette définition les objectifs d’égalisation des conditions de vie (source Wikipedia).

Qu’a fait l’UMP pour lutter contre le socialisme quand ce parti était au pouvoir ? Pas grand chose. L’UMP s’est même ralliée, sur le plan économique, aux théories keynésiennes de déficit public contracyclique (d’où la fabuleuse hausse de la dette publique, soutenue par le PS) et à l’idée de stabilisateurs automatiques par redistribution de « pouvoir d’achat » pour « soutenir la consommation.

M. Copé et ses amis ont-ils voté toutes les lois de finance, toutes en déficit monstrueux, entre 2007 et 2012 ? Oui.

M. Copé et ses amis avaient-ils une religion définitive, ou non, sur le bouclier fiscal ? Non.

M. Copé a t-il protesté contre la nationalisation de Dexia, contre l’abaissement du seuil de taxation des plus values sur cessions de valeurs mobilières au premier euro de cession ou contre la taxation des clefs USB ? Non.

Quant au plan idéologique, no comment. Ce pas si subtil amalgame entre État et Nation dont l’UMP nous a rebattu les oreilles pendant cinq ans n’a jamais été conclu par un Bade Godesberg de la pensée conservatrice française. L’UMP est-elle nationaliste ou européenne ? Socialiste de droite ou libérale ? Keynésienne ou de bon sens ? Dirigiste et nationaliste ou tournée vers l’échange ?

Amis et adhérents de l’UMP, peut-être serait il bon que vous trouviez des réponses à ces questions, avant de donner un chèque. Le plus incroyable dans l’histoire récente de l’UMP est que le violent affrontement pour la présidence n’ait même pas donné lieu à ce débat d’idée. Comment se fait-il, par exemple, que des partisans d’une droite dure et décomplexée se soient retrouvés aussi bien aux cotés de Fillon que de Copé ?

On le voit clairement, en 2012, il n’y a pas eu d’alternance socialiste, il y a eu la victoire d’un socialisme de gauche, encore plus violent que le précédent. Donc affirmer que l’UMP est nécessaire à l’alternance fait sourire.

Quant à affirmer que la démocratie est en danger, c’est oublier un peu vite que d’autres formations politiques se tiennent prêtes. Ne parlons même pas de l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI), le parti de centre droit de Jean-Louis Borloo, mais mentionnons juste le fait que Force Républicaine, le nouveau parti politique de François Fillon, se tient en embuscade.

La droite française ferait mieux de parler des débats qui la traversent, avant de parler d’argent.

Note aux webmasters des sites web de l‘UMP et du PS : on ne trouve pas aisément les objectifs politiques de vos formations respectives. Est-ce à dessein ?


Sur le web.

Lire aussi : Pourquoi il ne faut rien donner à l’UMP

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • D’où l’expression ne plus avoir un Copé.
    Nul je sais 🙁

  • L’UMP n’est pas une alternative politique au PS car elle a le même logiciel politico économique étatique , état providence , pro assistanat , pro endettement …L’Ump est antilibérale , tout simplement !!!

  • Vous croyez que c’est facile de réformer la France, ces castes de privilèges syndicaux, ses fonctionnaires aparatchiks, ses allocataires revendicatifs, tout cela pendant une crise énorme ?

    Et cependant …

    Qui a tenté d’établir un bouclier fiscal indispensable ?
    Qui a défiscalisé les heures supplémentaires pour encourager souplesse et bonne volonté ?
    Qui a à la fois augmenté la dotation des universités, tout en leur donnant une réelle autonomie de gestion, comme ailleurs dans le monde ?
    Qui a permis à des centaines de milliers de gens de débuter une activité indépendante avec le statut d’auto-entrepreneur ?
    Qui a inventé le RSA ?

    La liste de mesures libérales est interminables. Comme celle des blocages de la gauche, plus forte pour dire « niet » que d’avoir une idée.

    Avez-vous suivi, comme tout citoyen responsable aurait dû le faire, les « questions au gouvernement » deux fois par semaine durant tout le quinquennat et pu apprécier le travail inimaginable de ce gouvernement, dont la presse ne s’est jamais fait l’écho ?

    Visiblement, moins on en sait, plus on en juge …

    Maintenant, si vous aspirez à plus de libéralisme, sachez que ce n’est pas à la carte en France …

    • « La liste de mesures libérales est interminables.  »
      Je ne vois qu’une mesure un peu libérale dans votre liste : le statut d’auto-entrepreneur.

      L’UMP n’est pas libérale.
      « Libéralisme, je n’aime pas trop le terme. » dixit Jean-François Copé récemment en interview.

      Nicolas Sarkozy n’a fait du tout une campagne électorale libérale ; il n’y avait aucun candidat libéral lors de la dernière élection présidentielle.

      « Maintenant, si vous aspirez à plus de libéralisme, sachez que ce n’est pas à la carte en France … »
      Effectivement, ce n’est pas inscrit sur la carte des plus grands partis.
      Mais il existe des partis et des mouvements libéraux en France :
      – le Parti Libéral Démocrate ;
      – Alternatives Libérales ;
      – Les Libertariens…

      Ils ne demandent qu’à grandir et j’invite les libéraux de l’UMP, pour certains anciens de Démocratie Libérale, à rejoindre l’un de ces mouvements ou partis où ils pourront davantage exprimer leurs opinions, retrouver leur voix libérale, beaucoup plus sûrement qu’à l’UMP.

      • Cher Philippe,

        Si un depute ayant obtenu son investiture par l’UMP (c’est a dire ayant represente l’UMP aux elections locales) change de parti, ne risque-t-il pas de faire une croix sur sa reelection? Car s’il n’est plus UMP, un autre candidat sera investi et elu en cas de victoire de l’UMP, et l’ancien depute UMP tombera aux oubliettes.

        Consequence: si l’UMP devait imploser, on le saura probablement juste apres les elections legislatives, une fois les deputes UMP qui veulent partir reelus, ils changeront de parti. Ce sera le revelateur de qui souhaite le changement et de qui soutient le statut quo.

        Qui est d’accord avec mon analyse?

    • On a eu 5 ans de chirac, Vide de réforme
      On a eu 5 ans de Sarko , le début de réforme
      On aura 5 ans de Hollande sans réforme

      Et avec ça on fait quoi , ca fait quand meme 15 ans d’éléctions et rien le vide, non sérieusement , la droite avec cette affaire n’est meme pas capable de gerer un budget de campagne …. la gauche ne pense qu’au social et comment contenté son électorat …
      Le Fn ne sera jamais élu en france et heureusement, et pendant ce temps nous les TPE on fait quoi on crève à petit feu et franchement si demain on me demande de partir, pour tous refaire je sais pas si je ne partirai pas.Cette politique de petit bras ne me fait plus envie n’y meme espérer
      Donc niet ces politiciens avide du pouvoir et corporatiste je n’en veux plus.

    • oui, qui ?
      qui a voté des milliers de lois liberticides ?
      qui a fait explosé la dette ?
      qui a inventé ou augmenté 53 taxes, parfois avec effet rétroactif ? qui a inventé la taxe soda, qui a tué les propriétaires immobiliers avec des hausses de csg et la taxation hallucinante sur les plus-values ?
      qui ?
      qui a réussi à rendre Mollande présidentiable ? qui ?
      qui n’a jamais rien fait ni proposé pour assainir la vie politique et notamment le train de vie des élus ?
      Je ne peux même pas me satisfaire du fait que vous allez avoir ce que vous méritez car hélas je suis dans le même bateau que vous, contre mon gré …

    • Je me demande bien en quoi la création du RSA est libéral ? Ça coûte plus cher que le RMI !

      Pareil pour les heures supplémentaires défiscalisées : au lieu de s’attaquer au problème (réglementations sur le temps de travail et taux de prélèvement obligatoire) on met en place une niche fiscale (pourquoi une heure supplémentaire devrait être taxé différemment d’une heure normale?) qui complexifie encore plus la fiscalité et qui n’est pas financée.

    • L’ump c’est le PS avec un budget défense en plus.

  • Mais il ne faut pas donner à l’UMP parce que celui-ci ne vous a pas fait de cadeaux pour les impositions.
    Par exemple aux élections régionales, Alain Joyandet chef de liste UMP avait écrit dans son argumentaire « La gauche a augmenté la fiscalité régionale de +40 %, Nous sommes la seule liste à dire que nous n’augmenterons pas la fiscalité pendant notre mandat. »
    Je traduis en langage non diplomatique : « La gauche vous a volé de +40%, nous sommes la seule liste à vous promettre que nous ne vous volerons pas plus que la gauche. »
    Vous avez bien compris que, tel le serpent constrictor, si la victime se resserre le serpent prend la place, si la victime veut déserrer l’étreinte, le serpent ne le lui permet pas. Au moins aurait-on compris qu’il promette de baisser les impôts de ce que la gauche les avait augmentés puisqu’il en était le premier critique, mais sa courte vue ne va pas jusque là. Conducteurs aveugles.

  • Vous omettez une faute majeure de l’UMP : l’UMP n’a absolument pas lutté contre l’immigration.

    Vous omettez la principale force politique prête à prendre le relais : le Front national. C’est le Front national qu’il faut favoriser, bien entendu. C’est le seul parti à s’opposer à l’immigration et à l’islamisation.

    Face à la menace de l’immigration et de l’islamisation, la querelle entre libéraux et socialistes pèse peu. Si le peuple français est marginalisé dans son propre pays et que l’islam règne en maître, les libéraux pourront toujours se brosser pour mettre Bastiat au pouvoir.

    Il faut avoir le sens des priorités.

    • Si le libéralisme est aujourd’hui taxé du rôle de « méchant », ce genre de propos n’y est pas étranger.

      Les libéraux sont pour la libre circulation des peuples, des marchandises et des idées, et la liberté de chacun de vivre comme bon lui semble, selon ses préceptes. Ne l’oubliez jamais.

      On remarquera que là où le libéralisme prend, c’est là où il est « ouvert », et pas identitaire. (cf : Les pays nordiques).

      • Oui, le libéralisme est pour la liberté, y compris de circulation, mais avec une nuance qui vous échappe : aux frais exclusifs de l’intéressé !!!

        Chacun prend sa liberté et l’assume. Pas question de venir demander un logement social, des allocs et du tout gratuit sans avoir longuement cotisé.

        Autrement dit, le système se régule parfaitement tout seul.

    • Pour l’immigration et l’islamisation, cela fait belle lurette que tout le monde est naturalisé Français. Il faudra vivre avec les mosquées et les appels à la prière.

      • Vous manquez d’imagination. Je connais quelques versets de la bible qui vous remettrait tout cela en ordre si elle redevenait la référence, et comme le reste va à vau-l’eau !

  • Si Sarko avait continué de faire ami-ami avec Khaddafi au lieu de le zigouiller… mais que voulez-vous, quand on est con, on est con.

  • Qui se souvient que c’est Juppé qui, après que la droite en coeur avait dénoncé son instauration, a doublé le taux de la CSG et créé la CRDS ?

    Quant à l’UMP, elle n’est pas libérale, elle est anti-libérale. Les gaullistes préfèrent depuis toujours Pékin et Moscou à Washington.

  • il faut être un peu honnête tout de même, les leaders UMP ont depuis quelques mois des discours économiques qui se rapprochent plus du libéralisme qu’avant…

    On peut se méfier évidemment, penser que c’est parce qu’ils sont dans l’opposition, qu’ils font ça quand les socialistes sont au pouvoir mais qu’une fois qu’ils reviennent au pouvoir ils oublient etc. Mais il ne faut pas le nier.

    Fillon axe sa ligne sur + de liberté économique, le Progrès, la baisse du mille-feuille territorial, des dépenses publiques, du poids de l’Etat dans l’économie etc. Copé pareil, dernière convention UMP il mettait le principe de Liberté économique, liberté d’entreprendre et baisse de la fiscalité comme numéro 1 du parti pour l’avenir. L’UMP sonne beaucoup plus libérale que l’UDI dernièrement (dans laquelle le PLD est, a tort mais c’est un autre sujet).

    Donc bon, évidemment l’UMP n’est pas le parti liberal que nous souhaiterions, mais constatons et saluons le fait qu’ils essayent depuis quelques mois de remettre la liberté au centre de leur discours. C’est une bonne nouvelle et nous devons peser et encourager pour qu’ils aillent encore plus dans cette direction.

    Sur le financement du parti, je ne donnerai pas, je pense que l’UMP est morte le jour où l’UDI a été créé. L’UMP c’était le rassemblement du RPR et de l’UDF, l’UDF s’est recréé, dès lors l’UMP n’a plus de raison d’être (sans parler de son image entachée par les querelles, sa situation financières, son échec au pouvoir). Un nouveau parti de droite va se créer, j’en suis persuadé : ce sera celui de Sarkozy ou de Fillon selon le vainqueur. Dans les 2 cas j’ai bon espoir que la droite française libéralise son discours économique, je crois que c’est inévitable s’ils veulent réussir et faire réussir la France, la situation du pays l’exigera et ils le savent.

    • en 2007 aussi sarko avait un discours presque libéral, après les actes étaient liberticides.
      Après analyses des faits, on peut constater que la classe politique de droite tiens un discours courageux (libéral) à toutes les élections, puis pschiit.. il profite du système comme à gauche (petits fours, voitures avec chauffeurs, régimes spéciaux…).
      En gros la classe politique française est issue d’un système pernicieux qui ne permet pas un renouvellement démocratique mais favorise plutôt une consanguinité depuis 60 ans.

    • @marius

      Est-ce que vous pensez que Sarkozy va créer son propre parti aux alentours de 2015/2016 et ainsi Copé se retrouvera tout seul dans une UMP exsangue ?

  • Ouais. Mais d’un côté, si la conséquence de ce choix, c’est la victoire de Hollande, Méluche ou de Le Pen fille aux élections suivantes … ça vaut la peine de se demander si d’un point de vue strictement tactique, il ne vaudrait pas mieux sauver l’UMP.

    • FabriceM : « ça vaut la peine de se demander si d’un point de vue strictement tactique, il ne vaudrait pas mieux sauver l’UMP. »

      Ce n’est pas faux sur le plan pratique, maintenant vaut-il mieux un long cancer plutôt qu’une bonne peste bubonique rapide ?

      Les français n’ont pas l’air du tout de se rendre compte que la France bascule dans la pauvreté, le salaire médian est la moitié des pays libéraux, la base de taxation s’étend aux pauvres et les prestations sociale vont être de plus en plus minable. Nonobstant tout cela l’état n’est toujours pas foutu de signer un seul budget positif pour la 39eme année consécutive (et ce n’est pas prêt d’arriver).

  • L’UMP, le fric sans les idées.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean-Baptiste Noé.

Je découvre un peu tard ce discours sur l’éducation prononcé par François Fillon le 10 avril 2014. Celui-ci résume sa pensée sur le sujet. Il en a une compréhension de l’intérieur puisqu’il fut ministre de l’Éducation nationale sous Jean-Pierre Raffarin. Son discours est évidemment important puisqu’il est candidat à la présidentielle de 2017, au moins par l’intermédiaire des primaires de l’UMP. C’est pourquoi il est heureux de voir qu’il se prononce en faveur de la liberté, qu’il désigne même comme étant ... Poursuivre la lecture

Par Gina L.

[caption id="attachment_221840" align="aligncenter" width="640"] Xavier bertrand-fondapol(CC BY-SA 2.0)[/caption]

 

C’est bien connu, les grands esprits se révèlent en période de crise. Malheureusement, à côté de ces grandes révélations (qu’on attend d’ailleurs toujours en France), foisonnent aussi les petits esprits avec leurs petites idées fausses et leurs propositions liberticides. Et dans ce registre, on assiste en ce moment à une surenchère assez impressionnante, que les commentateurs traditionnels d... Poursuivre la lecture

Par Jacques Béhat, Pour Contrepoints

[caption id="attachment_189793" align="aligncenter" width="640"] Une salle de classe dans une école (Crédits : Conseil Général du Val-de-Marne, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.[/caption]

 

Ça y est, la réforme des collèges est sur les rails, publiée vite-fait bien-fait au Journal Officiel. La droite s’est indignée et s’est battue, en vain. Il faut dire que les armes qu’elle a utilisées ressemblait plutôt à des pistolets à eau. Subitement inquiète pour l’avenir de nos enfants,... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles