Retraites : Marisol Touraine ne veut pas du fonctionnaire-bashing

Marisol Touraine ne veut pas qu’au sujet des retraites, on fasse du fonctionnaire-bashing. Le foutage de gueule continue.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Retraites : Marisol Touraine ne veut pas du fonctionnaire-bashing

Publié le 23 juin 2013
- A +

Après la réforme du mariage, après la réforme des rythmes scolaires, après la réforme des enseignements introduisant de riantes expériences sociétales dès le plus jeune âge, il fallait bien une petite réforme des retraites pour mettre un peu de peps dans une vie politique française trop tranquille…

Et la question d’une réforme ne se pose même pas puisqu’avec les différentes bidouilles qui ont eu lieu sur les 20 dernières années, la situation n’a pas changé : l’âge moyen de départ à la retraite n’augmente pas assez vite alors que le temps à en profiter, lui, continue de grimper, suite à l’augmentation constante de l’espérance de vie en France. Parallèlement, le nombre d’actifs cotisant pour l’usine à gaz par répartition ne cesse, lui, de diminuer, ce qui, conjugué avec l’éclatement du papy boom, provoque des tensions de plus en plus importantes dans les comptes des fonds chargés de payer, justement, les joyeux retraités.

On se souvient que, sous l’ère Chirac, un frémissement de réforme avait été tenté, visant à ramener progressivement les régimes spéciaux dans le giron du régime général. En décembre 1995, la France s’était donc complètement bloquée, grâce à l’action vigoureuse des syndicats des transports en commun et des fonctionnaires, toujours soucieux du bien collectif, citoyen et festif. Le courageux Juppé avait avec courage baissé son pantalon courageusement pour laisser le champ libre aux protestataires, et, toujours avec audace, avait reculé puis s’était fermement tu jusqu’aux élections suivantes qui l’éjectèrent de sa place au chaud.

Depuis, il n’a bien sûr plus jamais été question de gommer (même progressivement) les consternants avantages des retraités de la fonction publique et assimilés avec ceux du régime général. En revanche, il a largement été question que le régime général soutienne les régimes spéciaux, déficitaires. Il a même été question que la gestion calamiteuse de la dette sociale soit épongée par le Fonds de Réserve pour les Retraites, à hauteur — tout de même — de plusieurs dizaines de milliards d’euros, dans le silence compact des médias de l’époque (autrement dit, le gouvernement a utilisé des fonds de long terme pour colmater une brèche sans rapport, et bye bye les retraites futures).

hollande et son casque (vignette)Seulement voilà : à force de repousser, depuis vingt ans, une réforme impérieuse qui éviterait une catastrophe sociale d’ampleur biblique, on en arrive au moment où, quelle que soit la forme que cette réforme prendra, la catastrophe aura lieu. Et pour mener à bien la tâche herculéenne de nettoyer cette insupportable écurie d’Augias, le peuple français, massivement placé sous Tranxene, shooté à la moraline de basse qualité et sous respirateur socialo-redistributif, s’est choisi un chef à la hauteur de ses ambitions : François Hollande.

Mis face à ses responsabilités, et face aux écarts de plus en plus criants, de plus en plus injustes et illégitimes entre les différents régimes, le petit pépère du peuple a décidé de hocher la tête, d’émettre un petit rot étouffé, quelques « heu… » fermes et décidés, pour tourner autour du pot et contester mollement l’inégalité flagrante qui se joue en France actuellement.

hollande face aux retraites public / privé

Le président est dans une phase difficile ? Heureusement, sa fine équipe, de véritables ninja ministériels affûtés comme des lames de sabre japonais, vient à son secours pour bien expliquer ce qui va se passer. Ou, plutôt, ce qui ne va pas se passer. La réforme sera millimétrique, dans la douceur, aérienne, et, pour tout dire, si diaphane que personne ne pourra trouver à y redire (sauf, bien sûr, ceux qui cotisent au régime général, les plus nombreux mais les moins vocaux).

C’est ainsi que Marisol Touraine est montée au créneau.

Vous ne vous rappelez pas trop qui est Marisol Touraine ? C’est normal : comme beaucoup de ces gens dont on ne comprend pas trop pourquoi ils font de la politique, ce qu’ils y font et quelle est, exactement, leur fonction au sein d’un gouvernement de bras cassés pathétiques, Marisol Touraine passe inaperçue tant elle se fond dans la masse ; c’est son côté caméléon. Les fringues, sans doute.

mst-hm

Et pour elle, c’est très clair : il faut arrêter tout ce méchant fonctionnaire-bashing qui oppose les Français entre eux. Mieux, pour notre ministre qui pète la Santé,

« Il y a un mode de calcul différent, mais la question qui doit être est posée est celle de savoir si pour les retraites des fonctionnaires et des salariés du privé, le taux de remplacement comme on dit techniquement (…) sont si différents que cela. Il y a beaucoup moins de différence que ce que certains disent entre les retraites du privé et les retraites du public. »

Ici, on peine, un peu, à garder son calme.

D’une part, si l’on s’en tient simplement aux émoluments versés en moyenne, le public sort grand gagnant, notamment parce que le salaire moyen dans la fonction publique est meilleur et tout au long d’une carrière plus linéaire que dans le privé, mais aussi parce que les bases de calcul sont notoirement différentes. Et d’autre part, lorsqu’on regarde l’âge de départ moyen actuel et futur, les perspectives d’avenir en terme de pensions versées et les cotisations afférentes par type de cotisant, on obtient ceci :

pensions de droit direct

Ah oui, pas de doute, Marisol, il n’y a aucune différence ! Tu as tout à fait raison, Marisol, ça ne vaut pas le coup de faire du fonctionnaire-bashing, puisque les chiffres et la réalité suffisent amplement à comprendre que les salariés, les professions libérales et indépendantes sont en train de se faire purement et simplement voler, sans la moindre honte, par toute une caste de population dont les syndicats, rétrogrades et jusqu’auboutistes, refuseront toute négociation et préfèrent déjà, par leur attitude, mettre tout le monde au trou plutôt que céder.

Alors évidemment, on comprend qu’en tant que ministre, Marisol, tu as intérêt as la jouer mollo avec François. On comprend que tu as ta propre retraite à assurer, on comprend aussi qu’il vaut mieux pour toi sortir les plus gros mensonges plutôt qu’admettre les évidences. On comprend aussi que pour chaque tenant de la République du Bisounoursland où tout se résout toujours par une distribution de bisous et d’argent des autres, les inégalités n’existent que dans la tête des méchants, des libéraux, des capitalistes ou de l’opposition. Mais on comprend aussi que tout ceci n’est qu’une fumisterie de plus pour tenter de camoufler le vol d’une majorité par une minorité hontectomisée à laquelle, Marisol, tu as prêté allégeance.

Egalité, Taxes, Bisous : République du Bisounoursland

Certes, il est parfaitement sain de ne pas vouloir monter, bêtement, une population contre une autre, si tant est que cela soit possible. Il est indispensable, même, d’examiner avec le plus d’impartialité les systèmes de retraites actuellement en place, et d’essayer d’en réduire la complexité et l’écart puisqu’après tout, ce pays se gargarise d’égalité et qu’en plus, il en va de la survie de tout le système. Parce qu’il faut bien voir que les privilèges des uns s’effondreront en même temps que disparaîtra, subitement, la retraite des autres si le système s’effondre de n’avoir pas été adapté à la donne actuelle : le système tel qu’il fut conçu sous Pétain n’est plus adapté. C’est devenu un vol manifeste, des promesses sur du vent, et la misère assurée pour le plus grand nombre.

Et si l’on fait, justement, le travail de comparaison impartial qui semble être le vœu de la ministre, alors les chiffres ne laissent aucun doute. La jeunesse qui prend, progressivement, la place des aînés ne devrait faire qu’une chose : se révolter.
—-
Sur le web

Retraite des fonctionnaires : une escroquerie en bande organisée

Les fonctionnaires bien mieux payés que les salariés du privé

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Il y a une boutique où on peut trouver des T-shirts avec le graphe ?

  • suffit de l’imprimer sur du thermocollant, puis un coup de fer sur un tee-shirt et c’est bon !

  • Pays bloqué dans des structures d’un autre âge, elle ne parvient pas à se donner des dirigeants capables de les réformer. Les majorités se succèdent sans que jamais rien ne change, sauf en pire. La raison profonde de l’impuissance française tient au statut de ses élites officielles. Ce sont des gens protégés de tout Ils n’ont aucun souci d’argent, bénéficiant de rentes de situation non révocables et d’une influence non contestée en raison de leur monopole d’accès aux médias. Un seul système de retraite pour tous serait digne d’une vrai démocratie, mais nous vivons dans une république bananière et on va continuer avec l’approche à la Ponzi.

    Les français sont inégaux devant la retraite et aussi sur bien d’autres points. Sur la plupart des grands problèmes et notamment les retraites, les diagnostics et les prescriptions sont depuis longtemps connus. Ce qui fait défaut, c’est le courage et la compétence pour passer à l’action. Les Français sont malades de politique. Comme si la politique avait des solutions à tout. Comme si elle pouvait augmenter seule et durablement les moyens destinés à être redistribués équitablement. Heureusement la faillite qui se profile réglera tous ces problèmes, hélas, dans la douleur.

  • Le fonctionnaire-bashing est le DROIT que détient tout citoyen qui paie de la TVA et autres impôts et taxes.
    Le fonctionnaire qui dispose d’au moins deux privilèges exorbitants : L’emploi à vie et l’élection de son employeur, le second résultant du premier.
    Bien sur le citoyen lambda, éduqué dès son premier âge à marcher sur la pointe des pieds en rasant les murs, est encore dans l’état d’esprit de l’ancien régime. La laïcité bien comprise (qui n’est que la séparation de l’état et des églises et non la négations des dernières) devrait être étendue au fonctionnariat en interdisant le droit de vote aux fonctionnaires et en abrogeant l’emploi à vie.

  • tout ces gens de la sphère publique sont nos employés et ce sont eux qui dirigent la barque , c’est ubuesque …

  • La fonction publique est à un pays ce que sont les frais généraux à l’entreprise. A la fois un mal absolument nécessaire au fonctionnement du pays dont il assure la viabilité, la sécurité et une charge qui doit être la plus légère possible.
    Les résultats des entreprises se différencient plus par leurs managements que par leurs outils de productions.
    A mon avis, c’est pas en portant un T-shirt placardé qu’on fait comprendre, dans la vie de tous les jours, de quel côté du guichet de service public est celui qui est en position d’exiger le service, payé par avance par le contribuable. C’est plus courageux que le port d’un maillot graffité.

  • Un exemple de comportement qui vaut tous les T-shirt.
    Je prends parfois un train où les contrôleurs s’installent en places de première classe qu’ils ne quittent que pour les contrôles aux arrêts en gares. Le reste du temps ils se pavanent, papotent vautrés dans des postures pas commerciales du tout. Ils manifestent un mépris d’étonnement si un client vient leur demander un renseignement qu’il donne, après un silence de mise à distance très hautain.
    Ayant observé le fait à plusieurs reprises, je m’installe en première et je me déplace à mon gré, en leur absence, aux places laissées vacantes lors de leurs brèves vacations de contrôles.
    Soyez assuré que, très vite, les choses reprennent leurs cours ordinaires. La citoyenneté, ça s’entretient.

  • Liste des fonds gérés par la CDC:
    ATIACL Allocation Temporaire d’Invalidité des Agents des Collectivités Locales
    CRRFOM Caisses de retraites des régies ferroviaires d’outre-mer
    FAEFM Fonds d’allocation des élus en fin de mandat
    FAMDDRE Fonds d’assurance mutuelle différentielle et dégressive de retour à l’emploi des députés
    FCAT Fonds commun des accidents du travail
    FCATA Fonds commun des accidents du travail agricole
    FCCPA Fonds de compensation de la cessation progressive d’activité
    FEH Fonds pour l’emploi hospitalier
    FMESPP Fonds pour la modernisation des établissements de santé publics et privés
    FNC Fonds nationaux de compensation du supplément du traitement familial
    FONPEL Fonds de pension des élus locaux
    FPA Fonds de prévoyance de l’aéronautique
    FPM Fonds de prévoyance militaire
    Fonds spécial d’invalidité
    RATOCEM Rentes d’accident du travail des ouvriers civils des établissements militaires
    RCP Remboursement des indemnités liées au congé de paternité des fonctionnaires
    RISP Le Régime d’Indemnisation des Sapeurs-Pompiers volontaires
    ATC – ICNA Allocation temporaire complémentaire des ingénieurs de contrôle de la navigation aérienne ATC ICNA
    CFE Chemins de Fer Ethiopiens
    Chemin de fer de l’Hérault
    CNAF Caisse nationale des allocations familiales
    CPCGE Complément de pension de la Compagnie Générale de l’Eau (CPCGE)
    CP-SEVESC Complément de pension de la société des eaux de Versailles et de St Cloud
    FCAATA Fonds de cessation anticipée d’activité des travailleurs de l’amiante
    FMFF Fonds de la Mairie de Fort de France
    Imprimerie Nationale Régime spécial de pension du personnel de l’imprimerie nationale
    Préfecture du Haut-Rhin Régime de la caisse de retraite du personnel départemental du Haut-Rhin
    Rentes de la mairie de Paris – Rentes du département de Paris – Rentes de l’Assistance Publique de Paris
    SUDAC Pension et Complément de pension de la Société urbaine de distribution d’air comprimé

    Auxquels s’ajoutent: CNRACL, FIPHFP, FSPOEIE, Ircantec, RAFP, Retraite des Mines, SASPA.
    Bonjour le bordel!

    J’ai une pensée humide pour mon cher voisin, retraité de la mine depuis l’âge de 42 ans. La vache, dur, dur d’être au charbon!
    Je vous invite à vous intéresser de prés à un autre scandale: le démantèlement des Charbonnages de France et les conditions de gestion des fonds « spéciaux  » retraite par les syndicats

  • Les régimes spéciaux de la SNCF, d’EDF/GDF et de la RATP ne tiennent que par la participation de l’État et des impôts spéciaux comme la fameuse contribution tarifaire d’acheminement, une taxe déguisée qui n’est même pas votée par le Parlement. Les employés du secteur public sont assez nombreux pour avoir leur propre système de protection sociale indépendant. Les syndicats, qui ne représentent que les fonctionnaires, sont contre, au nom de la solidarité nationale bien entendu et du progrès social. Pouvoir partir à la retraite 10 ans, 15 ans plus tôt et avec une pension double ou triple, ça se défend.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

Décembre 2019. Vous vous souvenez ? On ne parlait pas encore de Covid-19 et encore moins d’inflation, de prix de l’énergie et de guerre en Ukraine, mais le pays était déjà au bord de la crise de nerfs, encore une fois dans la rue, encore une fois dans le rapport de force syndical, les blocages, les TGV à l’arrêt et les vitrines cassées, pour s’opposer de toutes ses forces à la retraite universelle à points annoncée par Emmanuel Macron dans son premier programme électoral.

 

Ah, la France et son précieux modèle social !

Du d... Poursuivre la lecture

boomers non-travail orpea actionnaire
8
Sauvegarder cet article

Je suis un boomer et cet état de fait me range dans la catégorie des salauds de vieux qui sont plus riches que les jeunes. J’ai donc des comptes à rendre aux révoltés juvéniles. Je vais essayer de les régler dans cet article.

Les reproches faits aux boomers, la génération née après la guerre, relèvent à la fois d’une passion égalitariste et d’une incompréhension de ce qu’est la vraie vie que ces jeunes n’ont pas encore vécue. Ils s’accompagnent aussi d’une pensée autoritaire et pessimiste pour juger la liberté dangereuse et le capitali... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles