Extinction du paupérisme et qualité de l’environnement

La pauvreté, qui était associée à la rareté, est devenue un problème d’évolution institutionnelle qu’il est possible de résoudre à peu de frais.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Baisse de la pauvreté dans le monde (Crédits : The Economist, tous droits réservés)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Extinction du paupérisme et qualité de l’environnement

Publié le 18 juin 2013
- A +

La pauvreté, qui était associée à la rareté, est devenue un problème d’évolution institutionnelle qu’il est possible de résoudre à peu de frais.

Par Max Falque, délégué général de l’ICREI.
Un article de Libre Afrique.

The Economist du 1er juin 2013 a publié un très important article qui avance l’hypothèse que, contrairement à l’opinion dominante, à la croissance démographique attendue d’ici 2030 correspondra une augmentation très sensible du niveau de vie des populations les plus pauvres.

Le taux de pauvreté a d’ailleurs commencé à baisser à partir de la fin du siècle dernier en raison de la croissance économique des PVD de l’ordre de 6% par an. Par exemple la Chine, largement responsable de ce phénomène, a réduit son taux d’extrême pauvreté de 84% en 1980 à 10% aujourd’hui.

Tout indique que, sous réserve d’une meilleure gouvernance, notamment la suppression de la corruption et d’une diminution des inégalités, l’extrême pauvreté de masse pourrait appartenir au passé.

Bien entendu il ne s’agit que d’une prévision et du prolongement d’une courbe qui est le fruit de la généralisation du capitalisme et du libre-échange. Par ailleurs il faut noter que si l’on a réussi à élever le niveau de vie d’un milliard de personnes en passant de 1,25 dollars par jour (en dessous duquel on parle d’extrême pauvreté) à quelque quatre dollars par jour, on est encore loin du niveau de pauvreté des pays développés de l’ordre de 15 dollars par jour.

Les prévisions de sortie de l’extrême pauvreté sont d’ailleurs fort différentes selon les pays : si l’Extrême-Orient avec l’exemple de la Chine et de l’Inde sont dans la bonne voie, l’Afrique (notamment subsaharienne) connaîtra pour longtemps un pourcentage élevé de sa population restant dans l’extrême pauvreté.

À ce point on peut s’interroger sur l’efficacité de l’aide aux pays en voie de développement. « Elle a pu jouer un rôle positif dans certaines zones mais il est difficile de prétendre qu’elle a quelques rapports avec la diminution de 50% d’extrême pauvreté qui, pour l’essentiel, s’est produite en Chine, qui n’a rien à voir avec l’aide internationale et les objectifs de développement du millénaire des Nations unies »

Ces bonnes nouvelles de sortie de la pauvreté sont-elles favorables à la protection de l’environnement ?

Si on en croit l’écologie militante il faudrait plusieurs planètes pour faire face à la pression d’une consommation croissante des ressources.

À ce point nous devons considérer le modèle proposé par la courbe environnementale de Kuznetz :

 

Bien que contestée cette courbe fondée sur l’observation de deux siècles de croissance économique met en évidence que, si dans un premier temps à l’augmentation de la richesse correspond une dégradation de l’environnement, la courbe s’inverse dès lors qu’apparaît l’abondance.

Dans la mesure où l’on escompte une sortie massive de la pauvreté, il faut donc s’attendre, toutes choses étant égales par ailleurs, à une pression importante sur les ressources environnementales. Ceci est bien illustré par la Chine qui a probablement atteint le point d’inflexion de la courbe environnementale de Kuznetz et commence à se préoccuper des externalités négatives insoutenables liés à sa croissance.

Il est probable que ce phénomène va concerner tous les pays échappant à l’extrême pauvreté. Il faut donc s’attendre au cours des 20 prochaines années à une croissance économique mondiale susceptible de porter atteinte à la qualité environnementale des pays concernés mais aussi de l’ensemble de la planète.

Si l’on accepte ces hypothèses, il est temps d’imaginer des politiques susceptibles de concilier croissance et environnement.

Tout d’abord, puisque l’aide aux pays en voie de développement [1] sous sa forme actuelle est largement inefficace et parfois même contreproductive (corruption), il convient soit de la supprimer soit d’en modifier le contenu. À savoir :

  • Encourager la responsabilité individuelle par la diffusion des droits de propriété privée ou en commun (et en ce sens les réflexions de Garrett Hardin et d’Elinor Ostrom sont complémentaires),
  • Encourager les évaluations environnementales des politiques plans et programmes,
  • Renforcer l’État de droit (rule of law) et le pouvoir des citoyens… ce qui suppose un État fort limité par le droit (civil ou common law) interdisant le « tout règlementaire » (command and control).

Pour conclure, le pessimisme n’est plus de saison et l’espoir et là pour autant que les institutions permettent la liberté et la responsabilité des hommes. La pauvreté, qui était associée à la rareté, est devenue un problème d’évolution institutionnelle qu’il est possible de résoudre à peu de frais.

En fin de compte, comme le précisait The Economist dès 2002 « la main invisible verte : les marchés constituent un atout pour l’environnement pour autant que les écologistes puissent apprendre à les aimer » (« How many planets : a survey of the global environment » 6 juillet 2002). L’institution cruciale au centre de la responsabilisation à la fois économique et environnementale est celle des droits de propriété. Encore faudra-t-il que les États, en Afrique comme ailleurs, en fassent la promotion.


Sur le web.

  1. Peter Thomas Bauer : « L’aide publique au développement est une excellente méthode pour transférer de l’argent des pauvres des pays riches aux riches des pays pauvres ».
Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Que l’on se rassure, la France comme l’Allemagne et bien d’autres pays européens ont déjà pris le tournant de la décroissance avec le développement des énergies renouvelables, qui sans nul doute va faire sortir des porte-monnaies des consommateurs ce qu’il leur restait encore une fois toutes leurs charges payées.
    Ce sera donc pour une bonne cause que la misère fera son oeuvre en décimant les populations aidée en cela par les maladies causées par le manque de chauffage l’hiver, et par le retour des combustibles naturel et fossiles tels que bois, charbon, gaz .
    Les plus nantis, s’il en reste pourront s’offrir une électricité décarbonée, certifiée verte.
    L’Europe a vécu, place aux pays émergents, mais cela ne sésoudra pas pour autant le problème environnemental au niveau mondial.

    Dommage mais on pourra dire ( enfin ceux qui subsisteront )

    on y était !

  • Un peu simpliste : le droit de propriété est une notion très loin de la culture africaine où toute forme de richesse est tribale.

    Ce n’est pas avec de l’ethnocentrisme, et l’assurance que « notre système est le bon » qu’on fera avancer les choses.

  • « À ce point on peut s’interroger sur l’efficacité de l’aide aux pays en voie de développement » C’est de l’humour (noir) ? La France aide a aidé (et aidera ?) les pires tortionnaires et corrompus, laissant des peuples dans la peur et l’extrême indigence.
    « L’aide aux pays en voie de développement » est une honte absolue.

  • Encore un article qui ignore la variable la plus importante :
    L’énergie, sa disponibilité et son cout.

    Le recyclage et les préoccupations environnementales selon cette courbe environnementale de Kuznetz ne tiennent pas compte du cout en terme d’énergie (traitement des déchets, collecte, recyclage, etc… ça mange beaucoup de kilojoules tout ça)
    Or l’énergie est bien un paramètre qui pose aujourd’hui problème (d’où l’exploitation des gaz de schiste, que l’ont aurait même pas regardé si on avait encore des champs pétrolifères facile d’accès et répondant à la demande, tout ça pour un EROI minable).

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par Connor O'Keeffe.

Après la crise financière de 2008, des appels ont retenti dans les publications de l'establishment et les bureaux exécutifs de Wall Street pour dire que nous assistions à la mort de la mondialisation. Ces appels se sont amplifiés et multipliés après le Brexit, l'élection de Donald Trump, la pandémie et l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Pourtant, les données semblent contester ce récit. Le commerce mondial a atteint un niveau record de 28 500 milliards de dollars l'année dernière et les projections prévoient un... Poursuivre la lecture

Par Patrick Barron.

 

Est-il possible ou même souhaitable que la liberté et le progrès économiques soient compatibles avec l'autoritarisme ? Bien que certains puissent le croire, c'est un faux raisonnement. La liberté est indivisible. La liberté politique et la liberté économique sont indissociables.

C'est la position de Ludwig von Mises lui-même. Dans Planning for Freedom, il déclare : "La tyrannie est le corollaire politique du socialisme comme le gouvernement représentatif est le corollaire politique de l'économie... Poursuivre la lecture

« Il y a des professionnels du malheur et une conjuration des esprits tristes auxquels nous devons faire face », a déclaré ce mercredi matin Emmanuel Macron en Conseil des ministres. La phrase est importante : elle mérite qu’on l’étudie à la loupe.

Que nous dit-elle ? Qu’il existe un complot des Français de mauvaise humeur. Qu’ils se sont ligués contre le pouvoir. Qu’ils sont dangereux et doivent être stoppés dans leur élan pervers.

 

La pauvreté sur le banc des accusés

Mais qui sont donc ces pessimistes secrètement ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles