La valse des complots autour de la zone euro

La crise que traverse actuellement la zone euro a donné lieu à une flambée de théories du complot plutôt saugrenues.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La valse des complots autour de la zone euro

Publié le 11 juin 2013
- A +

La crise que traverse actuellement la zone euro a donné lieu à une flambée de théories du complot plutôt saugrenues.

Par Fabio Rafael Fiallo.

Attribuer les déboires économiques à des forces obscures opérant en coulisses a toujours eu son charme et ses adeptes en Europe. Mentionnons en guise d’exemple les invectives lancées par le Général de Gaulle contre ce qu’il appela les « gnomes de Zürich », autrement dit les marchés financiers, coupables à ses yeux des difficultés du franc français dans les années 60 du siècle dernier.

La crise que traverse actuellement la zone euro a donné lieu à une flambée de théories du complot plutôt saugrenues.

Au départ de la crise, faut-il le rappeler, se trouve le fait que la dette souveraine des pays de la « périphérie » de la zone euro (Europe du Sud) avait atteint des niveaux permettant de douter de leur solvabilité. Tout naturellement, craignant ne jamais recouvrer leur capital, les investisseurs internationaux augmentèrent considérablement les taux d’intérêt qu’ils demandaient pour continuer à prêter aux gouvernements de ces pays.

Mais les tenants des théories du complot voyaient le problème autrement. Pour eux, la crise avait son origine dans un pervers désir, de la part de forces agissant en coulisses, d’assujettir les pays de l’Europe du Sud, voire l’ensemble de la zone euro.

Parmi les partisans de cette interprétation on trouvait des figures de taille, comme le Premier Ministre grec au moment du début de la crise, George Papandreou, et en France la présidente du Medef, Laurence Parisot. Et ils ne furent pas les seuls, tant s’en faut, à soutenir ce point de vue.

Preuve flagrante de la conspiration selon les théoriciens de complots : les marchés s’étaient mis à vendre à découvert des euros, poussant à la baisse la valeur de la monnaie unique. Et si les marchés agissaient de la sorte, d’après cette école de pensée, ce n’était pas parce qu’ils anticipaient des moments difficiles pour cette devise à cause des turbulences autour de la dette souveraine de nombre de pays de la zone, mais parce que ces marchés avaient le désir sournois de faire couler l’euro.

Curieusement, parmi ceux qui dénonçaient un stratagème inavouable visant à pousser l’euro à la baisse, il y en a beaucoup qui aujourd’hui plaident justement en faveur de la dépréciation de l’euro en tant que moyen de rendre plus compétitifs les produits de la zone.

C’est à y perdre son latin. Comment les marchands de complots peuvent-ils vitupérer des mois durant contre les ventes à découvert de l’euro parce que cela pousse cette monnaie à la baisse, alors qu’ultérieurement, quand il fut question de proposer des solutions à la crise, beaucoup d’entre eux se mirent à plaider pour une dépréciation de l’euro ? Comment se fait-il, alors qu’hier ils dénonçaient l’existence d’un plan perfide pour faire couler la valeur de la monnaie unique, ils accusent maintenant la Banque centrale européenne de ne pas faire baisser la valeur de l’euro vis-à-vis des autres devises ?

Quoi qu’il en soit, les efforts de rigueur budgétaire menés par les pays endettés, avec le soutien financier du Mécanisme européen de stabilité, ont dans une certaine mesure redonné confiance aux marchés. Les pressions sur l’euro se sont ainsi atténuées.

Les marchands de complots ont-ils abandonné leurs théories ? Eh non. Ils ont tout simplement changé de cible.

La conspiration ne viserait plus à détruire la monnaie unique mais à démanteler le « modèle social » européen, et ce au moyen de politiques d’austérité « criminelles », « sadiques », que l’on impose aux pays de la périphérie de la zone.

Mais quel intérêt y aurait-il à démanteler le « modèle social » ? Les marchands de complots ont une réponse toute faite : le but serait de forcer à privatiser les systèmes de retraite et autres prestations sociales (assurance maladie), et ce au profit des fonds de pensions privés et des grandes sociétés d’assurance.

Une telle argumentation ne tient pas debout. Si les comptes publics des pays endettés se maintenaient en déficit, les retraites par répartition et la sécurité sociale ne pourraient plus être fournis par l’État. Aussi redresser les comptes publics est-il le moyen de sauver les prestations sociales financées par l’État.

Ce qui peut conduire le « modèle social » européen à la banqueroute, ce n’est pas la rigueur mais le laxisme budgétaire.

Audace ultime des marchands de complots : ils prétendent nager à contrecourant, se présentant comme les pourfendeurs de la pensée dominante (« conventional wisdom » en anglais).

Or, en réalité, s’il y a quelque chose qui représente la pensée dominante en économie aujourd’hui dans le monde, c’est moins les politiques d’« austérité » que son contraire, à savoir : les politiques de relance mises en place par le président Obama aux USA et le premier ministre Shinzo Abe au Japon, ainsi que l’usage de la planche à billets ou assouplissement monétaire (« quantitative easing ») pratiqué par les banques centrales des États-Unis et du Japon.

Loin de s’opposer à la pensée dominante, les marchands de complots sont en phase avec celle-ci.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • En France, quand tout coince (historiquement 85 % du temps), c’est toujours la faute aux autres …
    Et comme rien de lisible ne corrobore ces attaques permanentes au pays le plus intelligent du monde, où les fabriques de casseroles représentent la plus remarquable productivité, tout problème économique, financier ou social est désormais provoqué par la mystérieuse malveillance d’un monstre (très riche évidemment) tapis dans l’ombre, fils abominable de Rastapopoulos et de Lady X 🙂

  • Il y a des vérités dans ce que vous écrivez (notamment concernant la position de certains sur la baisse de l’euro), mais j’avoue ne pas comprendre de quels marchands de complots vous parlez.
    Par ailleurs, vous faites quelques amalgames qui me semblent douteux. Vous donnez l’impression de considérer que la construction de l’euro et sa mise en oeuvre serait indemne de toute critique quant au sort des pays comme la Grèce.
    Or de nombreux témoignages et documents montrent que l’Allemagne par exemple, était parfaitement au courant de la situation réelle des comptes grecs, et qu’au final, il s’est bien agi d’une décision politique que de les accepter dans l’euro. Le cas de Chypre peut également être évoqué, en particulier au moment où cela s’est fait.
    Le choix reste alors de savoir comment interpréter ces décisions et les motivations les ayant soutenues.
    En d’autres termes: avoir choisi de faire l’euro pour influencer une certaine physionomie de l’UE (car il s’agissait d’une conséquence inéluctable), tout en prétendant qu’il se suffisait à lui-même lors de sa promotion auprès des peuples, ce qui évitait d’avoir à se présenter devant eux avec un projet d’intégration par la fiscalité, la perte d’autonomie budgétaire et in fine de souveraineté. Voilà qui peut effectivement donner du grain à moudre à ceux qui y verraient un complot. Ne trouvez-vous pas?

    • Merci de vos commentaires. Pertinents à n’en pas douter, et qui me donneront de surcroît l’occasion d’apporter quelques précisions importantes.

      Loin de moi de me ranger du côté des fans de l’euro. Le propos de l’article, c’est de montrer que l’on ne peut pas dire une chose et son contraire, comme le font ceux qui ont essayé de nier les fondamentaux de la crise de la dette souveraine, ou ceux qui maintenant nient la nécessité de diminuer les dépenses publiques et de mener des réformes structurelles, notamment la libéralisation du marché du travail.

      • Ah, alors là vous touchez du doigt quelque chose qui me pose problème depuis longtemps: la fameuse méthode science po, dont je crois qu’elle est bien la seule exception culturelle française et par ailleurs la pire ennemie de ses élites.
        En effet, la fameuse thèse / antithèses / synthèse a été dévoyée de son sens premier qui est celui d’un outil censé développer la mise en perspective, et qui de fait s’est transformé en un outil relativiste absolu.
        Je suis certain que les universitaires auront quelque chose à dire de plus consistant que ces simples lignes à ce sujet.
        Mais il me semble bien que d’outil, cet artifice méritant s’est transformé et a transformé à son tour des générations de plus en plus déculturées en simples voiles captant l’air du temps, incapables de se faire leur propre opinion de manière claire, argumentée et logique.
        Cet outil relativiste aura été le fossoyeur du bon sens et de l’analyse vraie, repoussant les concepts d’analyse, d’argumentation logique et de synthèse pour les réduire eux-mêmes à de simples artifices.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La victoire écrasante de l’union des droites en Italie ce dimanche inquiète autant qu’elle réjouit. La percée de la droite radicale incarnée par Giorgia Meloni suit de près celle des démocrates de Suède (SD) survenue deux semaines auparavant. En France, la gauche hurle au (post)fascisme et l’extrême droite reprend espoir, y voyant une victoire par procuration. Le centre technocratique accuse le coup également mais dissimule mal son malaise.

La semaine dernière, madame Meloni a bénéficié d’un soutien particulièrement inattendu (et invol... Poursuivre la lecture

Il y a quelque intérêt à ne pas effacer de la mémoire collective ce qu’ont pu être les grands débats qui ont infléchi notre histoire.

Les acteurs de ces débats ont en effet avancé des prédictions qui ont pesé sur la décision du peuple souverain lorsqu’il a été appelé à se prononcer, comme ce fut le cas pour le référendum sur le traité de Maastricht. On est en droit de juger de ces arguments et de ces prédictions à l’aune de ce que l’on a pu observer dans la durée.

 

Il y a juste 30 ans, le 20 septembre 1992, les Fran... Poursuivre la lecture

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles