L’UMP n’est ni un parti de gouvernement, ni d’opposition

Depuis son entrée dans l’opposition, l’UMP semble avoir des tas de bonnes idées. Qui demeuraient apparemment hors de portée tant qu’ils gouvernaient.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
UMP

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’UMP n’est ni un parti de gouvernement, ni d’opposition

Publié le 19 mai 2013
- A +

Depuis son entrée dans l’opposition, l’UMP semble avoir des tas de bonnes idées. Qui demeuraient apparemment hors de portée tant qu’ils gouvernaient.

Par Baptiste Créteur.

C’est beau, l’instabilité législative française. Quoi que fasse le parti au pouvoir, l’opposition propose de le défaire ; c’était le cas lors de la réformette des retraites il y a quelques années, c’est de nouveau le cas aujourd’hui. Le procédé est simple : dès qu’une mesure semble rallier contre elle une moitié des Français, on promet de la défaire. Ce qui n’empêche pas Jean-François Copé de râler quand un parti d’opposition arrive au pouvoir et fait la même chose :

Quand nous serons revenus au pouvoir, il faudra réécrire ce texte pour protéger la filiation et les droits de l’enfant.[…] François Hollande a interrompu la totalité de nos réformes de structure

Et comme toujours, les hommes politiques veulent que tous les changements viennent de la politique. Il est inconcevable que les évolutions de la société soient uniquement le fait des citoyens.

J’invite les centaines de milliers de Français qui ont manifesté contre ce texte et les millions de Français qui s’y sont opposés dans leur coeur à transformer cet engagement sociétal en un engagement politique.

Il y a encore plus impressionnant que l’instabilité législative provoquée par l’alternance : l’instabilité idéologique au sein d’un même parti, d’un même cerveau.

L’UMP, qui est un parti de gouvernement, doit s’opposer mais aussi proposer une transformation profonde d’un modèle aujourd’hui dépassé. L’État est devenu omniprésent dans la sphère économique : il multiplie les dépenses, les embauches, les normes. Du coup, il perd son efficacité là où les Français ont le plus besoin de lui : dans l’éducation et la formation, la sécurité et la justice, l’immigration, la laïcité. François Hollande n’a fait que renforcer ce déséquilibre. Quand il demande des efforts aux Français, il leur demande plus d’impôts, alors que le véritable effort, c’est de travailler plus, d’innover plus, de produire plus et mieux. Il est temps de remettre les choses à l’endroit.

Aujourd’hui parti de gouvernement qui s’oppose, l’UMP était, encore récemment, un parti de gouvernement qui gouvernait. Et qu’a-t-il fait ? Il a accru la présence de l’État, son poids, son périmètre. Partout. Comme le dit si bien Jean-François Copé, François Hollande n’a fait que renforcer ce déséquilibre ; il est temps de remettre les choses à l’endroit. Comment s’y prendre ? En soutenant corps et âme l’ancien président.

Je serais [aux côtés de Nicolas Sarkozy], la formulation suffit à elle-même. Pour le reste, c’est à Nicolas Sarkozy de décider s’il veut revenir ou non.

Si le véritable effort, c’est de travailler plus, d’innover plus, de produire plus et mieux, pourquoi ne pas l’avoir permis aux Français lorsque l’UMP était au pouvoir ? Pourquoi ne pas avoir réduit le périmètre de l’État, la dépense publique, le nombre de lois et  normes ?

Parce que le but d’un homme politique, c’est d’être dans les cœurs, et qu’il promet pour cela de satisfaire les désirs les plus irrationnels. Jean-François Copé annonce se préoccuper uniquement de la reconquête du cœur des Français, pas de leur avenir ou de leur bien-être. Et pour cela, il parle à leur cœur, pas à leur esprit ; il leur parle avec une vue à court-terme, pas long-terme. Il propose de redistribuer la richesse, sans se demander qui a créé la richesse qu’il propose de distribuer. Il exhorte à protéger les uns et les autres, sans se demander qui leur donnera les moyens de cette protection. Il suit la volonté de la majorité, quoi qu’elle demande, sans se demander si les droits de l’individu ne sont pas menacés par les caprices du plus grand nombre.

Finalement, et même monsieur Copé l’admet, les partis français ne sont pas très différents.

Je mets exactement à égalité le Front national et le Front de gauche. Pour moi, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon mènent le même combat. C’est pour cela que, dans l’hypothèse d’un duel local entre le FN et le PS, je n’appellerai pas à voter pour le FN ni pour le PS, allié à M. Mélenchon.

Mais au milieu de tous ces partis qui mènent le même combat depuis des décennies, Jean-François Copé préfère qu’on vote pour le sien.

UMP

Voir les commentaires (42)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (42)
  • Beaucoup de lucidité dans cet article, qui hélas pourrait être décliné sur beaucoup de tenors des autres partis…

    Il y a malgré tout des personnes courageuses dans chacun des partis… bridées par le populisme ambiant et la stupidité des medias.

    Il ne manque pas grande chose à Lemaire pour sortir l’UMP de sa collusion avec le racisme et l’anti européanisme de son parti….

    Mais la palme revient à Borloo… véritable strapontin de l’UMP, brasseur d’air dont on ne comprends jamais rien… et dont jaillit parfois des instants de grande lucidité…

    Un parti politique sera crédible aujourd’hui le jour où il commencera par dire :

    1- nous sommes co responsable de la politique menée depuis des décennies.
    2- nous avons chacun d’entre nous la capacité à améliorer les choses, à notre niveau, plus ou moins modestement selon nos responsabilités dans la société. Et le role d’un parti politique se limite à fédérer les énergies, à impulser les réflexions vers un consensus ou établir les positions inconciliables à faire trancher aux élections ou par référendum.
    3 – La France est un petit pays, qui ne peut concevoir son avenir qu’en s’incrivant dans un partage plus forts, plus démocratique avec nos pays voisins…. Comme avant la France s’est construites en agglomérant des regions…. par mariage ou par la guerre…

    • UMP, parti raciste ? Que ne faut-il pas lire ….

      • Je parle de collusion … Et pour être poli !
        La droite forte et populiste ayant pris le dessus, gommant l’écart avec le FN et surtout en légitimant les thèses abjectes .

        • Il ne fajt tout de même pas exagérer. L’UMP est peut être conservatrice mais elle n’est nullement extrémiste. Ou alors son pendant, le PS, est un parti d’extrême gauche, ce dernier n’hésitant pas à s’ allier à cette dernière incarnée par Mélenchon. Vos propos ne tiennent donc pas.

        • Exemple de « thèse abjecte » à l’UMP ?

    • Serait-il possible de respecter l’orthgraphe de noms propres? Lemaire s’écrit Le Maire. Merci 😉

  • Quel parti , en France, est un parti de gouvernement ?
    Pour ce qui est de l’UMP, il faut tout de même se souvenir que outre ses erreurs, aucun parti au pouvoir n’a jamais eu à affronter des crises mondiales de l’ampleur de celles que la précédente législature a dû affronter.
    Ne serait-ce pas plutôt d’ingouvernabilité et du chacun pour soi des français et de leurs « corporatismes » dont il serait question ?

  • A ce propos, voici la vidéo d’une intervention récente de Sarkozy à un meeting UMP. C’est réellement excellent, Sarkozy reprochant à Hollande… ce que lui-même n’a cessé de faire pendant 5 ans. Et les baveux de l’UMP d’applaudir à tout rompre. Consternant.

  • Avant d’être un parti de gouvernement ou d’opposition, il faudrait que l’UMP, soit de droite. Pour le moment la seule opposition est à l’extrême gauche.
    Qui est capable de faire une quelconque différence entre NKM, et Hidalgo, à Paris ?

    Tony Blair du Labour, à gauche, était plus à droite que Sarkozy. Gerhard Schröder lui vrai social démocrate, a prit les bonnes décisions que l’UMP, n’a jamais osé, ou n’osera jamais proposer, quant au PS, n’en parlons pas, pour ne pas nous faire perdre notre temps, pour ne donner que quelques exemples parmi mille autre.

    Le curseur politique français est complètement pipé, tronqué, biseauté,

    Même le FN, avec une politique immigrationniste que pratique, moult pays à travers le monde à gauche, parfaitement démocratiques, a un programme social mélenchonesque.

    Pauvre France gauchiste. Aux dernières élections présidentielles : Joly, Melenchon, Poutou, Arthaud, même l’extraterrestre Cheminade étaient à l’extrême gauche ! Bayrou a appelé à voter à gauche, Nicolat Dupont-Aignan, est gaulliste… social, et Sarkozy, ne nous a jamais prouvé qu’il était à droite, la vraie. Là aussi, par à apport à Chirac, effectivement …. Et une fois de plus, le jeu est truqué.

    • Oups ! quelle erreur impardonnable, dans l’extrême gauche, j’ai oublié notre pote de toujours !: Mélenchon ! pour faire bon poids, excusez du peu ! rouge, très rouge, comme le sang des dix millions de victimes du communisme/

    • le problème de la  » gauchisation  » des partis de gouvernements ( et mème des autres, puisqu’apparement , le pen fille, veut proteger les ouvrier et les fonctionnaires ) tient beaucoup aux medias, et a l’evolution sociologique de la société francaise.
      les media public, reste tres a gauche. quand a TF1, elle flatte les plus bas instincts de ce que les couches populaires ont de plus con. si c’est ca la droite, on ne m’y verra pas ! et une telle chaine, bas de gamme, et une mauvaise publicité pour les idée de droite.
      pour la deuxième cause, la liquidation des indepandants, tres nombreux encore apres guerre ( d’ou le poujadisme dans les années 50 ) par l’attrait des postes salariés bien protèger, notemment dans la fonction publique ou assimilé, a exercé un effet redoutable, dans une democratie: les salariés ultra-majoritaires, dans la société francaise, ne sont pas prets a entendre un discour liberal, leur disant ( notemment ) qu’on pourrait baisser leur salaire, et demanteller l’echeveau de protection qu’ils ont progressivement obtenu, depuis 40 ans.

      • Vaste question : est-ce, tous les médias ( à gauche, pour ceux qui aiment les pléonasmes) qui façonnent l’ambiance gauchisante française, ou ses derniers qui comme le monde politique, s’adaptent à la majorité des français ? Je reste persuadé, qu’il n’y a pas plus opportuniste, qu’un élu, ou prétendant l’être, si ces derniers ressentaient un vrai virage à droite, l’ UMP, serait tout autre, sans oublier que ses origines gaulliennes sont gauchisantes et étatiques.

        TF1, Canal Plus, sont des entreprises privées, s’il y avait une chute importante de l’audience dans leurs journaux télés, ou de leur soit disant débats, dont dépend le coût des pubs, donc les bénéfices, ils infléchiraient leur tendance sur le champ.

        • je peut confirmer que les elus sont des sacrés opportunistes:
          dans mon village ( grossomodo 1000 habitants ) l’actuel maire a investit il y a 25 ans, la fanfare du village ( alors qu’il etait un pietre instrumentiste ) serrant des mains a tous va, et  » aidant  » plus souvent qu’a son tour, pour s’assurer 100 voix suplementaire aux elections ( les membres de la fanfare, et leurs familles ! )
          beaucoup devrait se convertir a l’islam dans les prochaines decenies. au liberalisme, j’ai des doutes ?

  • Comme d’habitude, un plaisir de vous lire. C’est clair, net, et vrai !
    Aujourd’hui, au Club de la Presse du journal de 13 h de France 2, l’un des intervenants disait que, pour relancer l’opposition, il ne fallait pas miser sur un homme en premier lieu, mais sur un projet commun et bien préparé, puis choisir l’homme capable de le porter. J’adhère assez à cela. Mais est-il possible à Copé, Fillon, Juppé, Hortefeux, Guéant, etc…… d’arriver à pondre un projet cohérent et véritablement efficace (vite et bien) ? Ce sont de vieux briscards de la droite et ils travaillent chacun pour soi ! J’aurais plus confiance en l’innovation et la créativité d’un Peltier ou d’un Didier qu’en une réunion UMP.. Malheureusement, aucun politique actuel ne ressort suffisamment du lot pour se présenter comme un individu porteur d’avenir.

    •  » J’aurais plus confiance en l’innovation et la créativité d’un Peltier ou d’un Didier »

      Tout à fait. Et le fait, qu’ils aient autant d’ennemis au sein de l’UMP (surtout chez les vieux briscards) prouvent qu’ils dérangent.

      • Didier et Peltier: comment l’UMP va se transformer en FN. Aucun intérêt, ça ne vaudra jamais l’original.

        Des petits marketeux qui n’ont pas une idée, pas une vision de l’avenir si ce n’est du leur.

      • Peltier et Didier ? C’est une plaisanterie ? Non mais franchement, hormis les fans (et surtout ceux qui, comme Riri espèrent un portefeuille), qui peut y croire ? Les déficients mentaux ? Les consanguins ?

        • iol y a aussi aurelien Veron ?
          c’est celui qui ressemble a alain, mais de loin !!

          • Déjà, parmi ses plus proches, ses amis intimes, il vaut mieux dire que l’on est pianiste dans un bordel, que libéral, pour paraphraser Jacques Ségala.
            Il nous faut un certain caractère ! et pour être leader d’un parti libéral, il faut une personnalité au-delà du commun à la Thatcher, parmi ces requins qui nous détestent. Nous nous ‘’ avons ‘’ un tout petit poisson ! Réfugié au centre décentré, qui n’ose même pas avouer qu’ils sont in fine de gauche.
            Je me demande si le PLD, qui n’a de libéral que le nom, n’est pas plus nuisible à nos idées que n’importe quel autre parti ? en tout cas comme tous, ils se moquent de nous.

        • On ne dit pas déficients mentaux dans le cas de l’UMP, on dit mongaulliens. Depuis 40 ans, les mongaulliens lèchent le cul de la gauche pour se voir attribué un brevet certifié conforme de socialisme. Ils se sont acoquinés avec les bolcheviks chinois, Sarkozy a ouvert toutes grandes ses portes à trois degauche défenseurs de la pédophilie (où est l’ouverture de Mollande aux caciques de l’UMP ?) et essaient de faire gagner leur nouvelle égérie, Nathalie Kommunisto-Morizet et malgré tout, toujours pas de brevet, mais des langues recouvertes d’une épaisse couche de fumier bien puant où ils auront loisir de planter des roses.

          Copé fasciste ? Nan, ce terme est trop long et trop compliqué pour le qualifier. On est chez les mongaulliens quoi. Un mot en trois lettres suffit.

      •  » richard  »

        quel beau prenom, pour un pauvre !!

        vos parents n’ont pas songé vous appeler karl, ou maximilien ?

  • Savez-vous pourquoi tout va de travers et tout va de mal en pis dans nos sociétés soit-disant civilisées ?
    Vous avez surement vos petites idées sur la question, mais probablement pas celles exposées dans le petit livre suivant présenté ici : http://depasserlademocratie.fr/
    Pour moi, cela a été une véritable révélation.
    Lisez ce livre, vous ne serez pas déçus ! Je ne vous en dit pas plus.

  • A l’UMP, ils n’ont toujours pas compris pourquoi ils avaient pris une branlée, en faisant la course à l’échalote avec la gauche, le pompon ayant été l’ouverture au trois défenseurs de la pédophilie encartés au PS. Sans oublier le partenariat avec le parti communiste chinois.

  • Peu importe ce qu’est l’UMP, peu importe ce qu’est l’UDI… aucune importance si c’est partis reconnaissent les courants et les primaires. Dès lors on pourra être UMP ou UDI sans se réclamer de sa ligne mais plutôt du courant interne auquel on appartient (comme aux USA). Le Parti Liberal à l’UDI entre dans cette logique. Il semble que l’UMP et l’UDI commencent a aller dans ce sens de partis de courants à l’américaine. Ce serait une très bonne nouvelle, le libéralisme aurait une chance par l’entrisme et le jeu des primaires.

  • L’ Ump, c’ est un gos machin mou, décidé suite au plébiscite de Chirac en 2002 face à Le Pen. Cela ressemble en outre à « un coup d’ état » de la droite. Ce couillon de Bayrou a cru bon de faire pareil en 2007 avec son Modem, en emprisonnant des électeurs ( environ 20% de mémoire) dans un parti.
    Quant à Copé, oui ce type est un fasciste, et comme tout bon fasciste il ne sait que flatter les plus bas instincts. Plus que triste car cela rend inaudible des gens comme Bruno Le Maire.

    • Pourriez-vous me dire en quoi Copé est-il fasciste ? Et surtout, pourriezvous me donner unr définition eu fascisme ? Voyez-vous, je suis un ignare, aussi, j’ ai besoin que l’ on m’explique tout ça….

      • Je voulais dire : »Et surtout, pourriez-vous me donner une définition du fascisme ? ». Désolé pour les fautes….

        • Mais, si Mdr, pour un authentique gaucho, Copé est fasciste ! Ils affirmaient malheureusement sincèrement, que Sarkozy, était ultra-hyper-turbo- néo libéral ! lui qui ne nous l’a jamais prouvé une seule fois, et lui qui détestait notre doctrine en le disant régulièrement !!!
          Bon, vous allez me dire, que pour des gens qui pensent encore que l’UMP est de droite ! Effectivement ! Tout est possible, donc Copé peut être fasciste, pour les aficionados de Fillon ouvertement et réellement à gauche !

    • Oui Bruno Le Maire est très bien.
      Mais Didier et Peltier aussi et ne méritent pas de déclencher des « foutages de gueule » dès qu’on parle d’eux, ici.

  • Et en plus il nous prend pour des demeurés mentaux, l’umpéiste !! Il se réfère au Figaro !!! à gauche, ou du moins à la fausse droite, pour mieux tromper son monde.Décidément ses gens essayent d’égaler les socialos !

    • Faut les comprendre, TeaParty : ces s(oci)alauds n’ont qu’une seule idée en tête : le POUVOIR coûte que coûte. Ils sont donc prêts aux pires bassesses démagogiques pour rallier des voix.

      Tout est bon : on a un programme socialiste pour pas effrayer l’abruti moyen et en même temps, on essaie de convaincre les libéraux (une voix, c’est une voix, n’est-ce pas, Riri ?) qu’en fait ils seraient des révolutionnaires libéraux, qu’ils vont casser la baraque, etc…

      C’est des baudruches, tout ça, ça se dégonfle devant la première manif ou la première association venue. Ils n’ont strictement AUCUN programme pour redresser le Pays. RIEN. Le vide intersidéral. Le néant.

  • JF Copé est surtout très insignifiant. Et puis le traiter de facho ne fait pas de moi un socialiste. Copé est bien plus socialiste que moi, ce qui le rend très fasciste à mes yeux. ça vous va bien comme définition illustrée?

  • Sarkozy a essaye de baisser la dépense publique mais la crise est passée par la. Il a supprime 150 000 postes de fonctionnaires et à engage la réforme de l’état avec la rggp. Il aurait pu faire plus mais le peuple français est le peuple le plus difficile à gouverner au monde.

    • Des nouvelles têtes, comme Bournazel, qui veulent que les choses bougent en France arrivent à l’UMP et ils finiront par prendre le pouvoir dans un parti qui s’est laissé scléroser de l’intérieur par de vieux notables cramponnés à leurs postes d’élus et dont l’ideologie proche des socialos, a fini par décevoir les gens de droite..
      Les libéraux auraient bien tort de mettre dans le même panier tous les gens étiquetés à l’UMP..

      http://www.lefigaro.fr/politique/2013/05/31/01002-20130531ARTFIG00543-primaire-ump-a-paris-bournazel-demande-la-suspension-du-vote.php

    • Pourquoi « les français » serait
      – « un peuple » – (il n’y a plus d’unité ethnique et culturelle en France depuis un bout de temps, la France n’est pas « un peuple », c’est un melting-pot informe
      – « difficile à gouverner »-comme des enfants pas sage? les politiques doivent cesser de vouloir « gouverner les gens » contre leur gré et les laisser vivre, le problème de la gouvernance ne se posera plus.
      – « au monde » (rien que ça! et sur mars?)

      Quand à Sarkozy, il avait tout les pouvoirs pendant 5 ans, il a dorloté les corporations et les communautaristes, comme la gauche avant lui, mais san résultats électoraux tangibles.
      Il lui suffisait d’abolir le code du travail, supprimer les services non régaliens de l’état, fusionner les échelons locaux.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
crises État subsidiarité élections utilitarisme covid
0
Sauvegarder cet article

Par François Lainée.

Les élections récentes ont vu monter un phénomène qui semble là pour durer : l’abstention est en hausse vertigineuse, les candidats décrochent, quelle que soit leur couleur, le peuple ne croit plus que voter soit utile.

Malgré cela la mécanique du pouvoir remplit sa fonction ; elle désigne des gens pour faire tourner les rouages dont il a besoin. Et cette attribution se fait en imprimant une étiquette de qualité contrôlée sur ces serviteurs du système : légitimité.

Mais c’est oublier que ces élus devr... Poursuivre la lecture

Par Dominique Andolfatto et Dominique Labbé. Un article de The Conversation

Les élections départementales et régionales de 2021 ont été marquées par une abstention massive que les commentateurs ont expliquée par l’absence d’enjeux clairs, l’émiettement des listes, le flou des programmes, les inégalités sociales ou le désintérêt des jeunes et, bien sûr, par la crise sanitaire…

En revanche, on a généralement ignoré l’anomie – soit le déclin des formes de régulation et des valeurs collectives – qui frappe la société française. Les... Poursuivre la lecture

Par Pierre-Marie Meeringen.

On oublie parfois que le Parquet national financier (ou PNF), créé en 2013 en réponse à l’affaire Cahuzac n’a guère que sept années d’existence. Sept années qui semblent avoir été vécues comme une éternité par la classe politique.

Il est vrai que sur les centaines de procédures traitées par le PNF quelques-unes ont traumatisé le monde politique, habitué par le passé à une justice plus compréhensive à leur égard.

Ainsi, les peines d’emprisonnement prononcées contre les époux Balkany et François ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles