Les autorités locales exigent la « liberté » de taxer (GB)

Drapeau britannique

Les autorités locales britanniques sont révoltées par l’idée d’un contrôle de l’électorat sur leur capacité de taxer les gens.

Les autorités locales britanniques sont révoltées par l’idée d’un contrôle de l’électorat sur leur capacité de taxer les gens.

Par Richard North, depuis le Royaume-Uni.

Les travaillistes, nous dit-on, sont accusés de manigancer pour mettre fin au rabais sur les impôts locaux pour les célibataires.

Dans une demande aux ministres, l’association des autorités locales appelle à obtenir le pouvoir d’en finir avec les 25% de remise offerts en reconnaissance du simple fait que qu’une personne seule pèse moins, en termes de demande sur les services locaux.

Parmi les choses qui vous glacent le sang, cependant -à part la proposition elle-même- est l’affirmation que cette remise « coûte » actuellement à peu près 2,7 milliards de livres sterling par an.

L’idée que de ne pas imposer une taxe particulière est un « coût » est du pur soviétisme dans sa forme distillée. Est-ce qu’un impôt sur le revenu à un taux de, disons, moins de 90%, représente aussi un « coût » pour l’Etat ?

Mais ça ne s’arrête pas là. L’association des autorités locales se plaint aussi de la législation qui exige d’elles d’organiser un référendum si elles veulent augmenter les impôts communaux de plus de 2% par an.

Cette règle a été introduite suite à un déchaînement pendant les années où les travaillistes étaient au pouvoir, pendant lesquelles les impôts locaux ont doublé.  Aucune autorité locale n’a, jusqu’ici, osé organiser un tel référendum, bien que nombres d’entre elles aient augmenté les impôts locaux de 1,99% cette année (y compris la mienne).

Maintenant, nous dit l’association des autorités locales, les mairies devraient être libres d’augmenter les impôts locaux « d’autant qu’elle le veulent », jetant même cet exemple limité de démocratie directe dans les poubelles de l’histoire.

Et, bien sûr, si ça passe, quiconque refuserait de payer cet impôt irait directement en prison, sans droit à la défense. Et il y a des gens dans ce pays qui pensent que nous sommes en démocratie.

Qui pour le programme de Harrogate (plan du Dr North pour soumettre le budget à référendum annuel) ?

Sur le web.