Présidence Hollande, an I : l’exemple à ne pas suivre pour le reste de l’Europe

La catastrophe ! Un leader haï. De violentes manifestations. La fuite des créateurs de richesses. Après un an de socialisme, l’effondrement de la France est un avertissement sévère à qui veut Ed Miliband comme Premier Ministre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Présidence Hollande, an I : l’exemple à ne pas suivre pour le reste de l’Europe

Publié le 6 mai 2013
- A +

La catastrophe ! Un leader haï. De violentes manifestations. La fuite des créateurs de richesses. Après un an de socialisme, l’effondrement de la France est un avertissement sévère à qui veut Ed Miliband comme Premier Ministre.

Par Daniel Hannan, depuis Oxford, Royaume-Uni.

Jamais en des temps modernes un gouvernement n’aura été aussi impopulaire que celui de François Hollande. Même en mai 1968, quand les grèves et les manifestations d’étudiants paralysaient le pays et forçaient de Gaulle à fuir dans une base militaire en Allemagne, l’exécutif était plus populaire que ne l’est aujourd’hui le Président Hollande. Selon le dernier sondage en vigueur, pas moins de 74% des Français désapprouvent le Président qu’ils ont pourtant élu il y a moins d’un an. Mais qu’importe de Gaulle. Ces chiffres auraient même alarmé Louis XVI.

Désormais, les observateurs furieux peuvent apprécier le contraste criant entre une économie vacillante et la richesse de certains hommes politiques français – tout comme cela était le cas lors des événements qui ont mené à la Révolution Française. Dans la même analogie, on assiste à de violents affrontements entre les manifestants et les forces de l’ordre. Le Président Hollande a été élu grâce à un programme de gauche « populiste » mais son administration compte sa part de millionnaires et des rumeurs persistent sur certains d’entre eux qui auraient des comptes à l’étranger.

Sordide

Tout comme les Français avaient été scandalisés par l’affaire de la reine de Louis XVI, Marie-Antoinette, ils découvrent désormais dans les magazines que la concubine de Hollande, Valérie Trierweiler, est impliquée dans une poursuite judiciaire concernant un livre – la Frondeuse – dans lequel il est affirmé qu’elle aurait commis un adultère avec Hollande et un autre homme marié alors qu’elle était elle même mariée. Comment tout a-t-il pu si mal tourner aussi vite ? Comment, alors même qu’il a gagné les élections en promettant la fin du sarkozysme, M. Hollande a-t-il trouvé le moyen de rendre les français nostalgiques de son prédécesseur – et même de sa compagne, la mannequin Carla Bruni ?

La réponse, comme toujours, tient en un mot : l’économie.

M. Hollande a hérité d’une France sur-taxée, sur-réglementée et s’est employé méthodiquement à empirer la situation.

Nicolas Sarkozy a légué un pays où l’Etat compte déjà pour plus de la moitié de l’économie ; où la législation impose un temps de travail de 35 heures par semaine ; et où les coûts sociaux et les coûts d’embauche sont parmi les plus élevés d’Europe. Seulement 40% des français travaillent contre près de 60% en Suisse. Plus de jours sont perdus en mouvements sociaux que dans tous les autres pays de l’Union Européenne : 27 jours par millier d’habitants par an, contre 3,4 jours en Allemagne.

Partout ailleurs dans le monde, la solution serait évidente. Les citoyens voteraient pour des diminutions d’impôts  des déréglementations du commerce et de l’industrie, des privatisations et pour toutes ces autres mesures que les britanniques ont appliqué dans les années 80, et que le reste de l’Europe a appliqué dans les années 90. Mais la France est différente. Il y a là quelque chose que l’on appelle l’exception française – qui dans le sens large est un mélange de chauvinisme culturel, de protectionnisme économique, de généreuses dépenses sociales et d’une tradition de l’Etat.

Sur le court terme, les dépenses sociales sont assez agréables. Les Français se targuent d’avoir une pause de deux heures à l’heure du déjeuner au lieu d’avaler des sandwichs à leurs bureaux comme ces benêts de britanniques. Le problème est qu’on ne peut pas indéfiniment ignorer la part productive de l’économie pour étendre sa part improductive – l’Etat Mammouth. La France a enregistré son dernier excédent budgétaire en 1974. Il devait forcément arriver un moment où elle tomberait à court d’argent – ce qui est arrivé aujourd’hui avec la pénurie du crédit. Alors que la France se rapproche du gouffre, l’électorat français – du moins sa plus grande partie – a décidé de donner un grand coup d’accélérateur. Avant qu’il ne soit mené à la guillotine, Nicolas Sarkozy n’avait pas diminué les dépenses, mais il avait évoqué la nécessité de le faire, et s’était ainsi aliéné ses compatriotes. La France s’était alors tournée vers le peu charismatique M. Hollande parce qu’il avait promis une croissance sans austérité. Ne vous inquiétez pas, avait-il assuré aux votants, je peux réduire les déficits sans diminuer les dépenses ; je le ferai en taxant les riches. Avec une crédulité confondante, les français lui ont donné leurs votes.

Le problème est que les millionnaires ne restent pas en France, attendant sagement d’être taxés. Les paradis fiscaux sont juste à un vol de Gulfstream et les financiers peuvent démarrer leurs business à l’étranger simplement en ouvrant leurs ordinateurs portables. Le résultat d’un durcissement de l’imposition est souvent associé à une baisse des revenus des taxes – ce qui bien sûr, implique que tous ceux qui sont en bas de la chaîne alimentaire de la finance payent plus pour entretenir le niveau de vie des ploutocrates. Ainsi, la mesure du président Hollande de taxer à 75% a, comme prédit, fait fuir de nombreux entrepreneurs à l’étranger. L’homme le plus riche de France, le magnat du luxe, Bernard Arnault est en train de déménager sa fortune en Belgique. Gérard Depardieu, le plus grand acteur du pays (au sens figuré comme au sens littéral) émigre en Belgique puis en Russie. Il y aurait même des rumeurs indiquant que Sarkozy prépare une carrière en finance à – quelle horreur – Londres. C’est ce qui caractérise les impôts élevés : ils ne redistribuent aucune richesse, ils redistribuent les gens. De nos jours, vous n’avez plus besoin de vous déplacer physiquement dans les pays à faible imposition. Beaucoup de français ont simplement déplacé leurs actifs au delà de la frontière, en achetant des maisons dans les quartiers de l’ouest de Londres ou en ouvrant des comptes en Suisse.

Le plus embarrassant pour le président Hollande est que l’un de ces français est l’homme en charge des budgets pour tous les autres – son ministre des finances, Jérôme Cahuzac, qui a admis il y a 2 semaines avoir détenu de l’argent dans un compte en Suisse.

Malheureux

Le départ des riches a laissé un trou encore plus grand dans le budget national de la France, ce pourquoi le malheureux Hollande a récemment annoncé qu’il devait trouver une manière de prélever 6 milliards d’euros de plus pour 2014. L’économie, dont la croissance était assurée à 0,8% cette année, croît – seulement – de 0,1%. Le pays compte désormais 3,2 millions de chômeurs. La France devrait, sur de nombreux plans, être rangée dans la même catégorie que l’Espagne ou la Grèce. Elle ne peut pas rivaliser avec la compétitivité de l’Allemagne et a donc des difficultés à gérer son adhésion à la monnaie unique. Et l’écart de compétitivité s’agrandit. Comme conséquence, malgré le déclin du taux de change de l’euro, les exportations de la France ne cessent de diminuer. En 2005, la France avait un solde commercial positif de 0,5% de son PIB ; aujourd’hui, elle a un déficit de 2,7%.

Il s’agit là du seul membre de la zone euro avec un solde commercial se dégradant chaque année. Par habitude, les analystes ne placent pas la France dans la même catégorie que les Etats de l’Europe du Sud.

Pour combien de temps ?

Ayant été – ou du moins semblait être – l’une des deux locomotives de l’Europe avec l’Allemagne au cours des dernières années, la France est désormais au bord de la catastrophe. Même les politiques et leaders financiers français les plus connus de par le monde sont en danger.

Irrégularités

D’abord, Dominique Strauss Kahn a été forcé de se retirer de la tête du FMI après la tempête médiatique qui a suivie l’affaire du Carlton. Maintenant, sa remplaçante, Christine Lagarde, a subi une perquisition dans son appartement parisien à la suite de l’affaire Tapie. Pour sa part, Lagarde dénie toute irrégularité dans cette affaire.

Il est tentant, d’un point de vue britannique, de prendre un certain plaisir à pointer les problèmes de nos vieux rivaux. Et en effet, David Cameron n’a pas pu s’empêcher d’inviter les futurs français taxés à 75% à s’installer à Londres – une invitation très suivie. Mais avant de critiquer les français, rappelez-vous que notre déficit est de 6,3% , donc supérieur au 4,8% français. Réalisez également que les travaillistes réclament précisément la même politique que celle menée par Hollande. Ed Miliband pourrait difficilement être plus extasié dans sa prière pour le président français, prétendant que sa « nouvelle politique fait cruellement défaut alors que l’Europe tente d’échapper à l’austérité, qui concerne la Grande Bretagne. » Les travaillistes, tout comme les socialistes français quand ils étaient dans l’opposition, se sont systématiquement opposés à toutes les coupes budgétaires, et devancent pourtant la majorité dans les enquêtes d’opinion.

J’espère donc que les britanniques seront plus responsables que les français. A lui seul, l’exemple français devrait nous servir d’avertissement.

La vie en rose est devenue la vie en rouge. La France est à court d’argent et d’options. Vous pouvez fuir la réalité, mais vous ne pouvez pas échapper aux conséquences de cette fuite.

Article original (en anglais) / Traduction Eriul-Contrepoints

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Oui, tout cela est vrai.

    Mais il manque trois facteurs :

    1° Le nombre de fonctionnaires a été majoré de 1 million en vingt ans. Cette expansion est financée par l’endettement public.

    (voir : http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/farandole/2013/pap/pdf/Jaune2013_fonction_publique.pdf, ainsi que les rapports précédents)

    2° Le sous investissement par les entreprises françaises est corrélé aux excès de prélèvements obligatoires pesant sur elle. La majoration du nombre de fonctionnaires est aussi financée par l’essorage des producteurs de valeur.

    ( voir l’étude de la Cour des Comptes sur le comparatif France/ Allemagne : https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=2&ved=0CDUQFjAB&url=http%3A%2F%2Fwww.ccomptes.fr%2Fcontent%2Fdownload%2F1571%2F15577%2Fversion%2F2%2Ffile%2FRapport_prelevements_fiscaux_sociaux_France_Allemagne_04032011.pdf&ei=vlSHUYmaG4iChQeLxIDwDg&usg=AFQjCNFdj_OeWjqckZH1GgEbFrIly3eyog&sig2=lgM8xtZyUiwL1nxUud-uhQ&bvm=bv.45960087,d.ZG4 )

    3° L’endettement public engendré par la dérive des dépenses est facilité par des taux excessivement bas, injecte de la monnaie en surabondance et prépare les bulles financières.
    Rappelons qu’un taux doit être assez haut pour éviter une prise de risque supérieure à sa capacité de l’assumer.

    ( voir les excès de croissance monétaire par rapport à la croissance de production de valeur : http://www.ecb.int/stats/money/aggregates/aggr/html/index.en.html )

    Excès de fonction publique, excès de prélèvements, excès financiers, ces trois excès s’entraînent mutuellement en sus de ceux cités par Daniel Hanan.

    Mais ce terrain est glissant pour Monsieur Hanan car il met en lumière le lien – par l’excès de monnaie – entre le comportement des politiques et le gonflement du secteur financier, devenu un moteur économique de la Grande Bretagne.

    Mieux vaut une analyse sympathique qu’une analyse complète. C’est moins dangereux pour ses intérêts électoraux.

  • Normalou 1er confond quinquennat et quinquina, le Byhrr est devant nous, normal avec un Picon.

  • Pas de surprise, car nos vieux soixante-huitards et disciples, sont enfin au pouvoir et peuvent appliquer leur modele de societe socialiste, qui n’a jamais fonctionne :

    – Extermination de la classe moyenne (possede des biens et une instruction pouvant contester les dogmes mis en place par le pouvoir)

    – Accroissement des classes populaires (par l’extermination des classes moyennes), que l’on drogue aux aides sociales (phenomene de dependance, payee de retour par la servitude), propagande fustigeant les riches

    – Se maintenir au pouvoir : main mise sur les medias (propagande), diabolisation de l’opposition politique. Etablissement d’une pensee unique. Pour les membres du Parti : repartition des richesses et postes a responsabilites parmi sa famille, ses camarades de promotion, d’association (syndicats, franc-maconnerie) ou de parti.

    – Preparer le futur : abrutissement de la jeunesse par une reduction du niveau scolaire : conditionner a la penser unique (reformulation des livres d’histoire, instruction civique,…). Mettre en place un systeme ne permettant pas de recreer une classe moyenne (eviter de gagner de l’argent), par des moyens techniques (impots) ou psychologiques (la reussite doit etre blamee).

    J’ai jete ici quelques idees au brouillon. Mais il me semble que c’est le schema classique qui fut utilise en RDA, Pologne, Tchecoslovaquie, Hongrie, Albanie, Yougoslavie, Roumanie, Bulgarie, URSS, Chine (ils en reviennent), Vietnam, Laos, Cambodge, Coree du Nord, Cuba,…. que des echecs pendant tout le XXe siecle.

    ….. ils ont tous echoue, mais nous, ca va etre different car on a Flamby !

    • minable mais digne

      ce n’est pas la classe moyenne, qui a été  » exterminée « , mais les independants ( agriculteurs, artisants, commercants ), seul classe a pouvoir concurencer les salariés et assistés, lors des scrutins electoraux.

      c’est toutes la société qui est droguée aux subventions et allocations.

      le maintient au pouvoir de la caste de l’ENA et facilité par les institutions de la 5ième republique.
      la destruction de la classe moyenne, est pour moi, une conséquence ( inneficassité du système economique ) et pas une volonté de l’oligarchie au pouvoir.

      ce n’est pas le mème système qui etait en place dans les ex-pays communisme, ou le parti au pouvoir etait arrivé et maintenu par la force.
      l’ideologie respirait le nationnalisme, la violence, et l’anticlericalisme.
      en france, c’est le contraire: les idées promues par les medias sont la faiblesse, la haine du drapeau, et le copinage avec la religion, pourvu que ca soit celle des autres.

      • Vous avez raison, mais l’effet est le même, la France est devenue une république bananière dirigée par une bande de copains qui ne pensent qu’aux avantages durables que leur procurent leurs marocains qu’ils soient de droite ou de gauche. J’espère que la grand-messe annoncée de la réforme des retraites inclura les fonctionnaires et les politiciens. Je demande à voir …

  • tout ça (votre point de vue très orienté) n’explique pas pourquoi la GB a un déficit supérieur à celui de la France alors qu’elle affaiblit son état providence, qu’elle a du pétrole, qu’elle bénéficie de la rente de situation que constitue l’internationalisation de sa langue et qu’elle se vante tous les jours d’être moderne à suivre les préceptes d’un libéralisme élaboré au 19e siècle ( qu’elle croit suivre, mais qu’elle n’applique que quand ils sont dans son intérêt.). La GB et l’Allemagne sont en train de casser l’Europe avec leur certitude d’être supérieur aux autres et leur absence complète de solidarité.

    • Heureusement pour eux, ce n’est pas qu’une certitude. Pourquoi devraient-ils être solidaires si leur système est moins performant ? Soyons – nous français – solidaires de ces pays arriérés qui suivent un précepte complètement démodé qui les mène à la ruine.

    • Et pourquoi l’Allemagne devrait être solidaire de la France et payer les dettes que celle-ci contracte, alors que l’Allemagne a fait d’énormes sacrifices, s’est serré la ceinture pour mettre son économie à flot?

  • Vous dites manifestations violentes ? Desquelles parlez-vous ? Celles de la CGT et de l’extrême gauche je suppose ?? Parceque les immenses manifestations contre le « mariage pour tous », les seules manifestations qui auront rassemblé en 2 dimanches plus de 2 millions de FAMILLES se sont passées sans une seule vitre brisée !
    Vous souhaitiez la victoire de Hollande l’usurpateur ? Comme tous les médias asservis au pouvoir pour cause de niche fiscale, vous l’avez ! Décu ? Tant mieux ! J’ai appris à l’orphelinat qu’on ne mord pas la main qui vous donne à manger ! Salutations !

  • Ainsi vous dites manifestations violentes ? Desquelles parlez-vous ? Celles de la CGT et de l’extrême gauche je suppose ?? Parceque les immenses manifestations contre le « mariage pour tous », les seules manifestations qui auront rassemblé en 2 dimanches plus de 2 millions de FAMILLES se sont passées sans une seule vitre brisée !
    Vous souhaitiez la victoire de Hollande l’usurpateur ? Comme tous les médias asservis au pouvoir pour cause de niche fiscale, vous l’avez ! Décu ? Tant mieux ! J’ai appris à l’orphelinat qu’on ne mord pas la main qui vous donne à manger ! Salutations !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est un fait regrettable, la France est le pays développé le plus taxé au monde. Elle est devenue malheureusement et pour longtemps un enfer fiscal.

Principalement sous la présidence Macron, le ministre des Finances veut nous faire croire que les impôts ont diminué. C’est vrai pour certains tandis que d'autres ont augmenté. Et ce n’est pas fini car deux domaines vont aggraver la situation : la transition écologique et surtout le retour de l’inflation et donc obligatoirement une remontée des taux d’intérêts.

 

Prélèveme... Poursuivre la lecture

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe.

Les supputations sont allées bon train après que François Hollande a récemment déclaré qu’« un ancien Président peut très bien être candidat à l’élection présidentielle ». Pourtant, la question essentielle n’a pas été posée : comment François Hollande peut-il encore exister en politique ?

L’exception française

Les commentateurs n’ont pas manqué de railler les ambitions présidentielles toujours vertes de l’ancien chef de l’État. On peut comprendre humainement que François Ho... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles