Le fol espoir de la rigueur douce

imgscan contrepoints 2013774 rigueur

Partout en Europe et en particulier en France, les réformes ne s’imposent qu’au pire de la crise, quand il est sans doute trop tard.

Partout en Europe et en particulier en France, les réformes ne s’imposent qu’au pire de la crise, quand il est sans doute trop tard.

Par Stéphane Montabert, depuis Renens, Suisse.

L’Europe coule dans la récession et le chômage. Dernier record en date : 12,1% au mois de mars. Ce n’est jamais que le 23e mois consécutif de hausse. Nous n’avons pas encore les chiffres d’avril. Les records sont faits pour être battus. Simultanément monte une clameur – scandée par les manifestants, reprise par les médias et trouvant écho dans le monde politique – selon laquelle l’austérité frappant l’Europe devrait être « adoucie » ou « aménagée ». On notera en effet que les pays les plus durement touchés par le chômage sont aussi ceux qui ont eu droit à la bienveillante attention de l’Europe sous la forme d’une aide financière assortie de conditions. Le chômage atteint ainsi 27,2% en Grèce (en janvier, la Grèce est dans un tel état que des données plus récentes ne sont pas disponibles), de 26,7% en Espagne et de 17,5% au Portugal.

Lier le chômage à l’austérité imposée depuis Bruxelles semble une évidence. Lorsque l’Union Européenne et le Fonds Monétaire International obligent la Grèce à mettre un terme à 15.000 emplois de fonctionnaires (ne vous inquiétez pas, il en reste quelques-uns) en échange d’une tranche de prêt de 8,8 milliards d’euros, la démonstration semble faite. Austérité et chômage avancent de pair, mais les manifestants ont tôt fait de remplacer la corrélation par la causalité et de clamer que l’austérité provoque le chômage.

Les gens parent l’Allemagne de tous les vices de la méchanceté et de l’égoïsme et expriment leur espoir : baisser le rythme des réformes, donner un peu d’oxygène, parer la rigueur d’un visage humain comme le socialisme le fut aussi en son temps. Ils ont tort.

La thèse, simpliste et séduisante, a tout pour plaire. Elle est d’autant plus facilement reprise par la classe politique locale, la procrastination étant une valeur cardinale chez tout politicien carriériste qui se respecte. La plupart de ces derniers n’ont de toutes façons pas la force de caractère permettant d’entamer des réformes de fond. Mais le nombre ne fait pas la vérité.

L’Allemagne, érigée en symbole de la rigueur, ne souffre que d’un chômage à 5,4%. Comment l’expliquent les adeptes de la thèse d’une rigueur génératrice de chômage ?

Les 19,2 millions d’Européens à la recherche d’un emploi de plus en plus improbable disposent bien malgré eux de beaucoup de temps libre ; ils devraient l’employer à lire Bastiat, par exemple. Au hasard d’une page, ils tomberaient sur ses écrits sur le libre-échange et se confronteraient à son exemple du paysan champenois :

Ce sur quoi nous sommes unanimes, c’est pour dire que, puisque la France est engagée dans une mauvaise voie, il faut l’en faire sortir avec le moins de perturbation possible. L’immense majorité de nos collègues pense que cette perturbation sera d’autant plus amoindrie que la transition sera plus lente. Quelques-uns, et je dois dire que je suis du nombre, croient que la réforme la plus subite, la plus instantanée, la plus générale, serait en même temps la moins douloureuse ; et si c’était ici le moment de développer cette thèse, je suis sûr que je l’appuierais sur des raisons dont vous seriez frappés. Je ne suis pas comme ce Champenois qui disait à son chien: « Pauvre bête, il faut que je te coupe la queue ; mais sois tranquille, pour t’épargner des souffrances, je ménagerai la transition et n’en couperai qu’un morceau tous les jours. »

La « transition douce » que réclament les manifestants sans le sou est une hypocrisie. En guise d’adoucissement, ils souhaiteraient un retour chimérique aux vieux jours heureux, à la gabegie précédente. Comme tant d’autres avant eux, ils voudraient vivre au-dessus de leurs moyens, empruntant sur le dos de leurs enfants, s’épanouissant dans des emplois à vie dénués de valeur ajoutée, bénéficiant de régimes de retraite pour lesquels ils ont si peu cotisé eu égard à ce qu’ils retirent.

Ils ne réalisent pas que cette période insouciante et immorale fait partie du passé. Elle ne reviendra jamais. La social-démocratie est morte étouffée sous ses dettes. Elle a rejoint les dinosaures dans la galerie des monstres disparus.

Bien sûr, les chômeurs de cette longue et douloureuse transition sont bien réels. Le retrait des circuits économiques d’un mastodonte comme l’État socio-démocrate ne va pas sans provoquer de sérieuses vagues. Mais réclamer une rémission dans la cure d’amaigrissement – pas encore commencée pour beaucoup d’États européens – revient à donner une dose de came à un junkie pour alléger les souffrances de son sevrage. Cela ne lui rendra pas service, n’allègera ses douleurs que brièvement et pourrait encore empirer son état.

La diminution du périmètre de l’État est pour ce dernier une obligation de survie. Plus les réformes tardent, plus elles sont douloureuses : voilà les raisons pour lesquelles l’Europe souffre aujourd’hui, et l’Allemagne moins. L’alternative est l’effondrement pur et simple dans quelque chose qui n’a plus rien de démocratique. Aucun pays engagé récemment dans les réformes n’ayant aujourd’hui réussi à sortir complètement la tête hors de l’eau, l’hypothèse n’est pas à exclure.

Évidemment, les élites s’accrochent ; elle seront keynésiennes ou ne seront pas. « Nous estimons que l’Europe peut faire davantage pour la croissance et l’emploi », a ainsi rappelé l’indécrottable premier ministre irlandais, Enda Kenny, leader d’un pays pourtant en bonne voie de s’en sortir. Ces gens n’apprennent jamais rien !

La cour constitutionnelle portugaise a pour sa part retoqué début avril pour 1,3 milliards d’euros d’économies en refusant de réduire les salaires et les pensions dans la fonction publique. Au Portugal, apparemment, le quatorzième mois de salaire des fonctionnaires est devenu un droit fondamental.

Du côté italien, douchant les maigres espoirs de réforme que le jeune gouvernement pouvait susciter, M. Letta a affirmé lundi lors de son premier discours devant le Parlement que « l’Italie est en train de mourir de trop d’assainissement », ajoutant ensuite que « les politiques en faveur de la relance ne peuvent plus attendre ». Le redressement italien est repoussé aux calendes grecques…

Du côté français, on applaudit en se découvrant des partenaires de médiocrité. Le ministre des Affaires européennes Thierry Repentin s’est réjouit d’entendre un « écho » à la la politique de relance de François Hollande. Le chômage français ne se situe il est vrai qu’à 10,6%, le double de l’Allemagne, mais encore un peu en-dessous de la moyenne européenne. Mais la France n’a pas encore entamé le plus petit pas en direction d’une réduction du poids de l’État…

Bref, partout en Europe et en particulier en France, les réformes ne s’imposent qu’au pire de la crise, quand il est sans doute trop tard. Dans l’Hexagone où on passe son temps à reculer pour mieux sauter, ce manque de stratégie pourrait avoir des effets proprement catastrophiques, d’autant plus que la population locale s’obstine à ne pas prendre la mesure des défis qui l’attendent.

Le porte-parole du commissaire européen aux Affaires économiques Olli Rehn s’est senti obligé de rappeler mardi que la Commission soutenait des politiques assurant « un équilibre » entre stabilisation des finances publiques et mesures de relance ; même l’Europe verse dans l’hypocrisie générale aux dépens de l’Allemagne.

Tout ceci ne peut que très mal finir.


Sur le web.