Vente de muguet

Hollande a raison d'essayer d'assainir la dette en vendant à ses heures perdues du muguet
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013769 1er mai muguet

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vente de muguet

Publié le 29 avril 2013
- A +

Le regard de René Le Honzec.

Hollande a raison d’essayer d’assainir la dette en vendant à ses heures perdues du muguet ; cela rappelle le bon vieux temps, quant le PC expliquait l’importance de ses fonds en liquide (avant Guéant) par la générosité des camarades prolétaires qui vendaient L’Huma et le muguet….

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Gérard-Michel Thermeau.

Comme chaque année, et aussi vrai que les muguets fleurissent, le 1er mai les syndicats défilent en bon ordre (généralement dispersé) tandis que les salariés profitent de cet « acquis social » qui inaugure un long mois de jours fériés à répétition.

Un jour de luttes longtemps violent

Il n’en a pas toujours été ainsi. Le Premier mai a d’abord été un jour de luttes, de revendications et de violences. Les syndicats ouvriers américains avaient lancé l’idée d’un mouvement d’actions ouvrières à l’occasion d... Poursuivre la lecture

Par Olivier Maurice.

Ni l’apocalypse annoncée par les groupuscules d’extrême-gauche, ni le chaos redouté par le gouvernement, ni le raz-de-marée populaire appelé par les syndicats, ni la convergence des luttes prophétisée par la gauche n’ont eu lieu ce 1er mai.

Les chiffres de la mobilisation sont à peine plus hauts que ceux de l’année dernière : entre 164 500 et 310 000 personnes dans les rues, contre 143 500 à 210 000 en 2018 mais restent bien loin du 18 novembre 2018 où les seuls chiffres du ministère de l’Intérieur faisaient... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Ludovic Delory.

Ce Premier Mai fut à l'image de la France : revendicateur, grognon, terne et sans ambition. Bien sûr, les discours anticapitalistes firent florès, à l'image de celui de Philippe Poutou :

Philippe Poutou : «Non, on ne condamne pas la violence des #BlackBlocs» pic.twitter.com/aDI6bOu2He

— CNEWS (@CNEWS) 1 mai 2019

"On ne condamne pas la violence, on est révolté contre cette société capitaliste, contre la pauvreté, contre les inégalités sociales,..." Philippe Poutou, an... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles