Le tee-shirt de l’apocalypse

Un de ces deux vêtements peut vous valoir des ennuis avec la police. Lequel ?

Un paisible père de famille verbalisé pour port illégal de tee-shirt à l’effigie de la « manif pour tous ». Une incroyable atteinte à la liberté individuelle.

Un paisible père de famille verbalisé pour port illégal de tee-shirt à l’effigie de la « manif pour tous ». Une incroyable atteinte à la liberté individuelle.

Par Stéphane Montabert.

En France, la police veille au grain. Si bien, en fait, que le port d’un sweat-shirt peut vous valoir une amende. Voire vous faire emmener au poste.

Ce qui pourrait aimablement passer pour un poisson d’avril tardif – et qui a parfois été un instant pris comme tel par ses victimes – n’en est pas un. L’histoire est relatée dans un article discret du Figaro de la semaine dernière : une poignée de personnes profitant du beau temps au Jardin du Luxembourg à Paris ont été verbalisées le lundi de Pâques pour port de sweat-shirt.

Évidemment, il ne s’agit pas de n’importe quel vêtement : une pièce de tissu au logo terriblement réactionnaire, rappelant de façon révoltante les-heures-les-plus-sombres-de-notre-histoire™ par sa froide logique réactionnaire, rétrograde, contre-progressiste, pétainiste, traditionaliste, voire catho. Limite fasciste donc.

Non non, n’imaginez pas des niaiseries à base de croix gammée, nous parlons ici de choses bien plus sérieuses. Par un courageux souci d’information, ledit logo est reproduit ici-même. N’hésitez pas à vous lavez les yeux au désinfectant après avoir contemplé l’Indiscible. Rincez abondamment à l’eau claire.

D’ailleurs, je ne sais pas pour vous, mais désormais j’écris avec difficulté. Après avoir inséré cette image dans l’article, je viens de désinfecter mon clavier et de réinstaller mon ordinateur, mais je suis encore pris de spasmes de nausée…

En attendant que je me reprenne, laissons la parole à un ou deux des terribles criminels arborant le logo :

Pensant être victime d’une erreur, voire d’un mauvais poisson d’avril, [j’ai écouté les policiers] calmement et accepté de les suivre, encadré et fermement tenu par le bras tel un voleur. Ils m’ont enfermé dans un local aux vitres teintées, m’ont demandé mes papiers d’identité et m’ont fouillé.

Verbalisé pour sa tenue arborant le dessin figurant un père et une mère tenant leurs deux enfants par la main, le père de famille nombreuse venu pique-niquer et cacher les œufs de Pâques recevra à l’issue de son interrogatoire d’une heure une amende pour « port d’une tenue contraire aux bonnes mœurs », changée ensuite, devant le ridicule de la situation sans doute, en « organisation d’une manifestation ludique dans le jardin du Luxembourg sans autorisation spéciale ».

Christophe, un jeune chef d’entreprise, a été interpellé par trois agents alors qu’il venait de commencer un jogging. (…) « Ubuesque, juge-t-il. J’aurais eu un tee-shirt à l’effigie d’un dictateur, j’aurais eu moins de problèmes ! J’ai été traité comme si j’étais un danger public, capable de violence. C’était ridicule et disproportionné. »

Un de ces deux vêtements peut vous valoir des ennuis avec la police. Lequel ?

Pour lui, fouille, interrogatoire, vérification d’identité, puis déplacement au commissariat avec amende à la clef. Une étudiante venue faire son jogging eut droit à une qualification différente sur la sienne : « Gêne à la tranquillité des promeneurs par affichage ostentatoire d’éléments relatifs à une manifestation interdite »…

La situation en apparence incroyable requiert un minimum d’explications.

Les jardins du Luxembourg jouxtent le Sénat où la loi sur le mariage homosexuel était en préparation. La police parisienne reçut visiblement des instructions pour prévenir tout débordement, sans hésiter à pousser le zèle assez loin. Était-ce face à quelques promeneurs en ordre dispersé ou à des manifestants sous couverture ? Il est difficile de trancher, mais vu le petit nombre d’amendes infligées – une douzaine ce jour-là – le rassemblement populaire semblait pour le moins ténu.

Il ne s’agit pas de s’immiscer dans le pénible débat français sur le mariage homosexuel ou l’opposition à ce dernier, mais d’examiner avec un peu de recul les méthodes employées par l’État, garant de la sérénité des débats et des libertés individuelles.

Effrayés par un peuple qui ne les suit plus, députés et sénateurs bien mal élus s’enferment à double-tour dans les bâtiments officiels et s’arc-boutent sur leur dogme quoi qu’il en coûte. Ils mobilisent les policiers face à des révoltes imaginaires alors que l’État français lui-même n’a plus guère le contrôle sur une bonne partie de son territoire. Le parallèle avec des seigneurs médiévaux calfeutrés dans leur dernier donjon n’est pas fortuit. Le résultat n’est pas brillant. Alors même que selon ses discours elle devrait être sensible au plus haut point à cette dérive, la gauche gouvernementale en France se comporte exactement comme la caricature des « droites aux penchants fascistes » qu’elle dénonce continuellement. Où sont passés la liberté d’expression, le droit de réunion, la liberté de manifester et bien d’autres droits prétendument sacrés pour la gauche ? Droits dont les syndicats, les mouvements écologistes et les révolutionnaires anticapitalistes de tout poil font un usage débridé sous le regard bienveillant des socialistes ? Et avec combien de débordements encore !

La légitimité acquise par une élection ne dure qu’un temps. Lorsqu’ils auront perdu leurs mandats et se retrouveront à la place inconfortable des promeneurs arrêtés par la police du nouveau régime sur des critères arbitraires, les socialistes institutionnels auront beau jeu de dénoncer les agissements du pouvoir : à cause de leurs agissements actuels, ils n’auront même plus de légitimité en tant que manifestants. Le retournement de situation pourrait survenir plus vite qu’on ne pense. En attendant, vérifiez bien que vos vêtements ne choquent pas le gouvernement en exercice, vous pourriez finir en garde-à-vue.

La France mérite plus que jamais le qualificatif de Terre de Liberté : la liberté y gît probablement quelque part, enterrée.


Sur le web.