Play it like Jack Lang

Publié Par Pascal Avot, le dans Politique

Frigide Barjot et la Manif pour Tous ? La droite qui se prend pour la gauche qui se prend pour un oiseau à Avignon.

Par Pascal Avot.

Peut-on incarner les valeurs de la famille traditionnelle et s’appeler Frigide Barjot ? La réponse est : non. Par définition, le nom est la marque ultime de l’appartenance à une famille. Le patronyme signale la lignée, lui rend hommage. Le prénom, quant à lui, est la marque apposée par les parents sur cette lignée. Laquelle trace deviendra un destin individuel enchâssé dans le destin familial. Virginie Merle n’est pas légitime pour symboliser cette continuité civilisationnelle, du simple fait qu’elle se fait appeler Frigide Barjot.

La deuxième incongruité est esthétique. « Virginie Merle », c’est beau. Très beau, même. « Virginie » irait comme une élégante petite robe noire à son combat, et Merle est magnifiquement français. On se doute bien qu’elle s’est fait appeler « Merde » dans la cour de l’école plus qu’à son tour, mais on ne peut décemment préférer la fausse provocation à la vraie poésie. A fortiori si le faux est bancal, paradoxal : de toute évidence, « Frigide » est ironique, tandis que « Barjot » est assumé. Le résultat est désagréablement flou. Pour voir là un personnage cohérent, l’intelligence est obligée de loucher.

La troisième aberration est stylistique. « Frigide Barjot » est un logo éminemment punk. La femme qu’il masque joue le coup à fond, refuse de se coiffer, dit des gros mots comme Patrick Sébastien, porte les couleurs les plus voyantes des eighties et prend des poses à la Chrissie Hynde. Où le bât blesse, c’est que notre amie est, qu’on le veuille ou non, la porte-parole de la catholicité. Que l’Église de France le lui ait demandé, ou qu’elle laisse faire en croisant les doigts, Frigide est la Barjot du bon Dieu. Songez qu’au siècle dernier, Madonna a demandé une audience à Jean-Paul II, lequel a posé à leur rencontre une condition sine qua non : qu’elle abandonne son nom de scène. La rencontre n’eut jamais lieu.

Dans un article précédent, nous évoquions la gaffe stratégique consistant, pour un libéral, à se croire le contraire exact du collectivisme. Mais il y a bien pire : se prendre pour le sosie officiel du socialisme. Regardez la Manif pour Tous. Du rose. Frigide Barjot toute en rose sur son scooter tout rose. Des ballons roses par dizaines de milliers, des slogans roses, des t-shirts roses. Du bleu aussi, oui, mais surtout du rose. Et des slogans gentillets, quoi. Pas trop politiques. Pas trop religieux. Pas trop de droite. Pas trop cathos. Pas trop anti-Hollande. Pas trop anti-PS. Nos foules sont garanties 0% anticommunistes. Et regardez l’oiseau Papa-Maman, le Golem des réacs : d’une laideur repoussante, bâtard de mime d’Avignon et d’aéroplane soviétique. Une aile verte, l’autre rouge : les deux couleurs de la gauche radicale, les deux couleurs du parti de Mélenchon. Où est l’Église, dans ce pathétique hybride ? Où est la droite ? Où sont la famille traditionnelle, le gaullisme, le patriotisme, le libéralisme, le républicanisme, dans cet albatros low-cost imaginé par une dame cathé sous acide ? Nulle part. L’Oiseau Papa-Maman est un trou dans l’être-de-droite. Une fracture de l’être-catholique. Un fier service rendu aux goûts et aux délires de l’adversaire. Il pourrait être signé Delanoë. Il devrait être signé Delanoë.

Au long de la saga des Manifs pour Tous, jamais la droite, ni l’Église, ne se sont réellement exprimées : elles se sont invitées à un bal costumé dont le thème est « Volons leurs codes d’expression au PS, aux LGBT et aux clowns ; comme ça, personne ne dira qu’on est des gros fachos ». Play it like Lang. Moralité : non seulement la droite et l’Église se sont tues sur le sujet de la réforme du mariage, au profit d’un discours « en creux » hermétique à la profondeur et au talent, mais l’ennemi prioritaire de la France contemporaine – la dette publique, et non le mariage gay – a pu se reproduire et pulluler tranquille, loin du débat public, ni vu ni connu. In fine, la Manif pour Tous n’aura manifesté qu’une chose : l’extraordinaire imprudence stratégique de l’opposition. Sinon sa fabuleuse vacuité culturelle.

On nous dira que la droite s’est mobilisée, au moins, et que c’est déjà ça. Elle s’est comptée. C’était spectaculaire. Admettons. Mais le débat sur le mariage était un match amical et vous l’avez perdu, mes chers coreligionnaires. Le vrai match, celui de l’endettement de l’État, attend toujours. Il ne semble pas que l’UMP soit vraiment pressée de le jouer. Un parti lui-même endetté de 50 millions d’Euros ne part pas forcément gagnant pour redresser les finances publiques. Autant laisser Frigide Barjot et son hypnose rose bonbon occuper le devant de la scène. On ressortira les classiques des tiroirs un an avant la Présidentielle. Il sera temps, alors, d’accuser les immigrés de tous les maux. Tant que la gauche est au pouvoir, la dette est de gauche. Cela ne nous concerne pas. Copé et Fillon retournent se coucher.

Mercredi, Frigide Barjot a avoué avoir volé son mot d’ordre, « On ne lâche rien », à Mélenchon (lequel l’avait volé au Lilian Thuram des Yeux dans les Bleus). La droite mange de la gauche parce que ça lui donne bonne mine au 20 heures. Ce faisant, elle avale les signes de reconnaissance contemporains de l’idéologie. Une fois digérés, ils montent droit au cerveau.

  1. Excellent ! Mais où est donc passée l’opposition dans ce pays ? A quand la démocratie ?

    On ne le dira jamais assez, la clé de cette pathétique affaire est la suppression du mariage civil, pas son aménagement en faveur des lubies politiciennes des uns ou des autres.

  2. Au-delà du débat concernant le « mariage pour tous », l’ascension médiatique et la notoriété de Frigide Barjot ne serait pas un phénomène identique à ceux de B. Grillo en Italie ou de Coluche candidat à la présidence ?
    Pour une partie de la population, un personnage plus ou moins burlesque / guignolesque peut devenir une aberration crédible compte tenu du niveau lamentable des politiques prétendus sérieux.

    Cela me rappelle l’histoire du chimpanzé Tiao, qui est devenu une célébrité au Brésil après que deux humoristes lancèrent la candidature du singe à la mairie de Rio de Janeiro en 1988. Voir à ce sujet le lien suivant :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Macaco_Tião

    Ce mouvement contre le mariage pour tous se positionne aussi au même niveau (nivellement par le bas) de la gay-pride et d’autres manifestations guignolesques et décervelées qui envahissent régulièrement nos rues. Les vrais cortèges de carnaval sont peut-être plus sains…

  3. J’adore le ton et la pertinence des articles de Pascal Avot

  4. Frigide Barjot, cela sonne également comme « Brigitte Bardot ». Un héritage dans la contestation ciblée, je ne sais pas. Quoi qu’il en soit, elle ne représente qu’elle même et finalement particulièrement mal. On a connu bouffon plus pertinent.

  5. L’Eglise ne s’est pas tue mais à voulu un mouvement ou tout autre personne pouvait participer sans se mettre l’étiquette catholique. Juifs, musulmans, athées peuvent donc marcher avec nous.

    Après Frigide manque de classe c’est certain, pour ce qui est des couleurs, on s’en fiche, le mouvement est à la base apolitique.

    Venez donc marcher avec nous en mai pour mieux comprendre

    1. « L’Eglise ne s’est pas tue mais à voulu un mouvement ou tout autre personne pouvait participer sans se mettre l’étiquette catholique. Juifs, musulmans, athées peuvent donc marcher avec nous. »

      Merveilleuse auto-hypnose du Politiquement Correct ! Vous avez oublié les zoroastriens et les végans.

      « Venez donc marcher avec nous en mai pour mieux comprendre »

      Comprendre ? Ahahahahahah. « Toi aussi, expérimente la Compréhension pour Tous » !

    2. Comprendre quoi ? Que Hollande vous a emmené sur le terrain où il voulait que la Manif pour tous aille : celui des futilités, du vide. Un an après sa défaite, la droite socialiste UMP la plus bête du monde n’a toujours pas compris pourquoi elle a perdu et n’a ouvert les yeux pour faire son aggiornamento. Mais le pourrait-elle, en gardant la même équipe de tocards à sa direction, en prouvant qu’une fois au pouvoir elle faisait pire que la gauche en matière de national socialisme franchouille. Continuez donc ainsi, Mollande pourra repasser haut la main en 2017. Ce n’est pas en faisant la nique aux idées de Méchancon, en cocufiant vos électeurs et en sortant prendre l’air une fois par mois pour mesurer la température de l’air et de l’opinion que vous reviendrez au pouvoir.

      1. « et en sortant prendre l’air une fois par mois. »

        C’est vraiment devenu ça. La Promenade Digestive Dominicale Pride. On brandit un ballon rose, on gueule « Un papa, une maman », et on rentre la maison. Mission accomplie. Héroïsme en Barbour.

  6. Ah.. au fait… j’oubliais…

  7. Mouaip… même à force de chercher ce qu’on veut voir la réalité semble résister. Peut-être que la droite, la République, la liberté… etc. n’ont tout simplement rien à voir avec la « manif pour tous ».

    1. Peut-être que la Manif pour Tous est un néant coloré et bruyant, destiné à persuader la droite et l’Église qu’elles influent encore sur le réel.

      Je trouve extraordinaire que le résultat de cette mobilisation soit un échec cuisant (la loi est passée sans le moindre problème, après que Hollande ait fait sembler d’avoir des doutes pour rire), mais que ses organisateurs le présentent comme un crescendo vers la victoire certaine. C’est dire l’énorme quantité de déni contenue dans ce concept de « Manif Pour Nous Aussi ».

      1. Je ne suis pas certain d’avoir compris la teneur de votre commentaire. A priori : 1) l’étonnante facilité avec laquelle la loi est passée 2) l’espoir des opposants.
        D’après moi il y a eu une mobilisation dans cette « manif pour tous » de personnes qui n’étaient pas habituées à manifester. Or dans notre pays les manifestations restent quand même des moments de fête. Oui il y a eu quelques débordements, quelques actions des forces de l’ordre, mais finalement moins que d’habitude. C’est l’enthousiasme que crée la communion… pourtant on l’expérimente très vite dans les églises, et il est facile de constater qu’au sortir de la messe le monde reste comme il était auparavant : désespérant. Il me semble que l’espoir et le désespoir ne peuvent aller que de paire… mais c’est le propre des croyants d’être croyants.

        Pour ce qui est de la droite et de l’Eglise… je pense qu’il y a une incompréhension fondamentale des stratégies et des sociologies des élites qui en forment la hiérarchie. On ne pouvait pas vraiment s’attendre à ce que l’épiscopat français se comporte comme son homologue italien par exemple. Il me semble que le phénomène sociologique de la manif pour tous se construit ailleurs, sur d’autres fondements. J’espère que des travaux sont en cours sur tout ça, ce serait très intéressant.

        1. Votre capacité à ne jamais rien affirmer me laisse pantois.

          1. Ah ?
            C’est une gros travail que je fais sur moi… pour essayer d’être plus chaleureux dans les discussions et permettre d’approfondir les échanges avec les autres. Je vais peut-être trop loin alors…
            Là en l’occurrence je prends des pincettes, car je ne suis pas certain d’avoir compris votre position. Êtes-vous vous-même persuadé de la victoire finale du camp des opposants au mariage homosexuel et à la corrélation entre la position sur ce mariage et un positionnement politique ? Et puis vous faites référence vous aussi à cette « droite » qui est une notion tout de même très discutée à travers ce site notamment.

            J’affirme que l’auteur a cherché partout un lien entre sa propre position et celle de la droite à laquelle il s’auto-identifie, et que c’est une erreur de logique de déduire de son absence une sorte de trahison de la part de son camp supposé… c’est un peu une déclaration d’amour unilatérale, et l’interprétation d’une absence de réponse comme de la timidité à avouer qu’il est partagé (un peu comme Dieu, nous pouvons lui prêter autant d’amour qu’on veut il ne nous détrompera jamais).
            J’affirme que l’auto-identification ne fait pas l’identité.

          2. Ah mais c’est vous l’auteur… autant pour moi… 🙂 lol.
            Je vous prie d’excuser mon inattention.

          3. @Pascal Avot > Oui, désolé donc. Cependant je persiste dans mon idée : si la droite et l’Eglise laissent Barjot organiser le truc et ne propose qu’une opposition de posture, c’est peut-être pas pour rien. Il est tout à fait possible que l’engagement contre le mariage homosexuel se fonde sur quelque chose d’autre, non ?

  8. Les manif’, c’est plutôt un truc de gauche. & pour faire venir tout ce monde, ces familles, il fallait peut-être cet énorme encadrement, ces slogans gentils. Bref, pour avoir de la quantité, il faut souvent sacrifier la qualité. Je pense aussi que cette débauche de rose, de musique de boîte gay, de revendication de non-homophobie, c’est suspect… Mais à l’avenir, si ce projet passe, on retiendra l’opposition massive qu’il aura dû affronter.

    1. Non, Olivier, on retiendra seulement qu’il est passé.

      Et l’article de M. Avot est remarquable : bravo !

    2. « si ce projet passe »

      Mais ils vont mettre encore combien de temps, à admettre qu’il EST passé ?

      1. Légalement, pas encore. La loi vient juste de passer au sénat. Elle doit passer au conseil constitutionnel, et il y a des arguments assez solides pour qu’elle perde y des plumes (voire le cou , même si je ne parierai pas dessus)

        1. Cette loi saute allègrement les obstacles en sifflotant, et la droite continue à croire que tout va basculer d’un coup, comme dans un rêve. Je suis fasciné par la condescendance de l’opposition, qui estime qu’elle gagne quand elle perd. Avec une mentalité pareille, on est très, très, très mal barrés pour préparer 2017…

  9. La privatisation des rues est une solution au problème de la surenchère de manifestations.

    La loi ne doit pas non plus être faite par la rue, qu’elle soit gauchiste (le plus souvent) ou autre.

  10. no treason, on retiendra que ce type de loi a été voté dans tel & tel pays & qu’il a suscité des oppositions en Espagne & en France.

    Par ailleurs, on a peut-être utilisé tous les moyens contre cette ce projet de loi & ça laissera des traces. Ce dispositif législatif n’entraînera pas de cataclysme, la déstructuration sociale l’ayant précédé, mais la société civile ne laissera pas cette déstructuration se poursuivre.

  11. Pour une fois un article avec lequel je ne suis pas du tout d’accord. la forme reste aussi bonne que d’habitude, mais le fond est très mauvais.

    Il eut fallu pour le moins rappeler que « Frigide Barjot » est connue comme membre importante des « Jalons ». Elle ne fait en l’occurrence qu’utiliser son nom de scène, c’est une tactique qui n’appelle aucun commentaire.
    Le code couleur de la manif n’est pas LGBT, il fait référence au fond culturelle des couleurs enfantine, fille/garçon. Et c’est clair pour tout le monde (sauf pour vous, apparemment).
    La structure « manifestation » est un objet médiatique connu ; cet objet a fini par atteindre une certaine perfection, qui inclut la présence d’un totem objectivement ridicule. La manif aurait pu avoir un meilleur totem ? possible. Pas évident quand même. Et de toute façon sans importance.

    La forme de la protestation serait contradictoire avec le message ? Votre thèse se défend a priori, mais vos arguments sont minces, pour le moins. Elle aurait été plus crédible si vous aviez pu faire une proposition qui, selon vous, aurait été plus pertinente

    Et je ne suis pas non plus d’accord avec l’idée que la dette, ou l’économie, est plus importante que cette question de valeurs (qu’on les partage ou pas) : la déliquescence économique et la dette qui va avec sont, et ne sont que, les symptômes de l’immoralité profonde qu’incarne le socialisme. L’idéologie de la fausse égalité « réelle » et l’usage de la novlangue avec redéfinition des mots, a l’œuvre dans l’affaire du « mariage pour tous », est la plus parfaite illustration de cette immoralité.

    1. « Et c’est clair pour tout le monde (sauf pour vous, apparemment). »

      Et ça, c’est pas de la com pompée sur l’extrême-gauche, peut-être ?
      http://www.lamanifpourtous.fr/on-lache-rien/kit-du-manifestant

      1. ?
        Je ne comprend pas bien votre question.
        Il n’y a pas 36 façons de bien organiser des manifs de rue, et c’est vrai que l’extrême gauche sait faire ça. A partir de là, on peut toujours trouver que toute manif bien organisée utilisera « de la com pompée sur l’extrême-gauche ». So what ?
        Cette fameuse page que vous donner en exemple, comment l’imaginez vous, vous, pour qu’elle vous semble moins extrême gauchiste (ma question n’est pas rhétorique, je suis vraiment curieux de voir comment vous voyez ça) ?

        1. Ce sont des affiches de 68 détournées. Vous faites semblant de ne pas le voir, ou bien ?

          1. Les méthodes révolutionnaires du socialisme et les valeurs dites de droite. Voilà un cocktail explosif.

          2. encore une fois : so what ? quelles affiches vous auriez trouver plus pertinentes ?

            si on vous suit, vu ce genre d’image ( http://www.valeursactuelles.com/pape-%C3%A9tat-gr%C3%A2ce20130409.html ), le pape aussi est un apôtre du LGBT ; ça me semblait pas évident à l’écouter, mais bon …

          3. Vous n’avez pas envie de commenter des articles de Causeur, plutôt ?

    2. « Et je ne suis pas non plus d’accord avec l’idée que la dette, ou l’économie, est plus importante que cette question de valeurs »

      Faudra demander aux gens, quand les frigos seront vides, les DAB bloqués et les retraites (déjà au tiers à crédit) non payées, ce qui est le plus important : le kit du manifestant en tutu rose ou le kit du survivaliste.

      1. ouais, c’est sûr que quand un barrage a pété et que le mur d’eau balaye la vallée, les gens peuvent être plus intéressés par une bouée (qui de toute façon ne leur servira à rien), qu’à celle de l’entretien du barrage…

  12. avec une telle loi, c’est la fin de la république française!

    La France, elle, commence à renaitre, nous rentrons enfin en résistance!

    1. « La France, elle, commence à renaitre »

      Ah bon ? Vous pouvez préciser ?

    2. Résistance en poussette ?

      1. Si la droite commence à parler de « résistance » sous prétexte qu’elle manifeste une fois tous les deux mois, c’est la preuve qu’elle est contaminée par la gauche.

  13. « Le vrai match, celui de l’endettement de l’État, attend toujours. »

    Non.
    Le mariage pour tous, c’est le socialisme.
    Le vrai match est entre libéralisme et socialisme, et ceux-ci sont en train de marquer un but décisif.
    L’endettement n’est pas important: Il est l’une des conséquences de décennies de socialisme, et pas la pire.

    Or on ne peut pas accepter le mariage homosexuel et combattre l’égalitarisme en matière économique.
    Seul l’égalitarisme peut justifier qu’on mette l’union homosexuelle sur le même plan que l’union hétérosexuelle, celle-là n’ayant évidemment pas du tout les vertus de celle-ci. Pire, l’expansion des unions homosexuelles se fera évidemment au détriment des unions hétérosexuelles. Il faudra donc étendre ce « mariage » aux trios pour limiter les dégâts …

    Par quel argument vous opposerez-vous à ce qu’on prenne aux riches pour donner aux pauvres ? Le riche a mérité ses revenus, direz-vous ? Mais il n’a pas mérité le talent qui le lui a permis. Comme un hétérosexuel n’a pas mérité de ne pas être homosexuel.
    Si le critère objectif de l’utilité sociale est remplacé par celui subjectif du mérite personnel, alors l’arbitraire devient la norme et l’État peut tout.

    Le mariage homo n’est pas possible parce qu’il n’a pas de vertu sociale. C’est injuste pour les homos, mais c’est ainsi. De même, il y a des riches et des pauvres à cause de l’inégalité des talents. C’est injuste pour les gens sans talent, mais c’est ainsi.

    Il faut faire confiance à la solidarité entre les hommes pour atténuer ces faits. Il ne faut pas légiférer pour y remédier.

    « Peut-on incarner les valeurs de la famille traditionnelle et s’appeler Frigide Barjot ? La réponse est : non.  »

    Je préfère aussi Virginie Merle.
    Mais la morale n’est pas mieux défendue par une personne qui l’incarne.
    En tous cas pas dans son sens chrétien et libéral, puisqu’elle y est abstraite et universelle, et son application concrète, à la discrétion des individus.

    Il faut donc que la morale soit connue et admise par tous, pour qu’ensuite chacun, dans son contexte, décide comment l’appliquer. Cela peut aller jusqu’au choix de l’homosexualité, bien que la morale demande de s’unir définitivement à une personne du sexe opposé.

    Selon moi, les gays de la Manif pour tous ont tout compris.

    Les islamistes partagent avec les socialistes le rejet de l’individu, et de sa faculté de décider librement non pas de la morale, mais de son comportement personnel. Pour les islamistes, les musulmans doivent imposer la charia; pour les socialistes, les individus ne doivent pas assumer la responsabilité de leurs choix et de leurs actes.
    Les deux approches mènent au totalitarisme.

    L’incapacité des libéraux à voir que le « mariage homosexuel » est antinomique du libéralisme est extrêmement préoccupante.

    1. « Le mariage homo n’est pas possible parce qu’il n’a pas de vertu sociale. »

      Ah, la vache… La « vertu sociale » ? Qu’est-ce que c’est que cette merde ?

      « L’endettement n’est pas important »

      Dans chaque discussion libérale digne de ce nom, il faut un crétin. Histoire de rappeler à tout le monde que l’on peut être libéral et crétin.

      1.  » La « vertu sociale » ? Qu’est-ce que c’est que cette merde ? »

        La famille traditionnelle (homme+femme+leurs enfants+stabilité) est le cadre idéal pour renouveler les générations dans les meilleures conditions.
        C’est un fait.
        Appelez ça autrement si vous voulez, mais ne niez pas l’évidence.

        L’État ne peut légiférer qu’en fonction des nécessités.
        La renouvellement des générations en est une.

        Libre à vous de défendre l’arbitraire fondé sur l’égalitarisme au autre, mais alors ne vous dites pas libéral.

        « Histoire de rappeler à tout le monde que l’on peut être libéral et crétin. »
        Vous venez d’en administrer la preuve.

        L’endettement actuel est une conséquence du socialisme.
        Il y a pire: Des centaines de milliers de gens dépendants de l’État, du clientélisme politique.
        Annulez nos dettes, et elles reviendront bien vite.
        Sortez-nous du socialisme, faites décroître l’État, et nous pourrons les surmonter en une décennies.

        Malheureusement, vous le démontrez, le socialisme est partout.

        1. « La famille traditionnelle (homme+femme+leurs enfants+stabilité) est le cadre idéal pour renouveler les générations dans les meilleures conditions. »

          Eh bien, faites-le avec votre famille. Pourquoi vous occuper avec tant d’empressement de la vie des autres ? Il ne s’agit pas de renouveler la race, mais bien votre lignée, n’est-ce-pas ? À quoi bon légiférer, dans ce cas ? Votre liberté suffit.

          « L’État ne peut légiférer qu’en fonction des nécessités. La renouvellement des générations en est une. »

          Depuis quand le renouvellement des générations est-il une mission de l’État ? Depuis quand lui demandons-nous son avis à ce sujet ? Le rut est-il une fonction régalienne ?

          « Annulez nos dettes »

          On ne peut pas annuler les dettes. Vous ne connaissez pas l’économie aussi bien que le Service Public de la Reproduction.

          1. ne vous fatiguez pas, Pascal, Fucius ramène tout au conservatisme moral, en toutes circonstances.

          2.  » À quoi bon légiférer, dans ce cas ? Votre liberté suffit. »
            C’est précisément ce que disent les opposants au mariage gay : Votre liberté suffit.

            « Pourquoi vous occuper avec tant d’empressement de la vie des autres ? »
            Je le refuse, justement.
            Promouvoir le renouvellement des générations, ce n’est pas se mêler de la vie des autres. Promouvoir l’union homosexuelle, c’est traiter de sexualité.

            « Depuis quand le renouvellement des générations est-il une mission de l’État ?  »
            Le renouvellement des générations dans les meilleures conditions est fondamental : Si on néglige ce sujet, à quoi bon, pour qui, se soucier de dette ? De politique ? Pourquoi des écoles ?
            Dans ma vision de la laïcité, ces sujets devraient échapper au pouvoir régalien. Ce qui veut dire notamment que l’État ne doit pas se mêler de définir le mariage.

            Ces officiers d’État-civil arborant les symboles de la République pour discourir sur les devoirs réciproques des époux, vous appelez cela de la liberté ? Dans ce cas, pourquoi n’est-ce pas les époux qui exposent leur projet à l’officier d’État-civil ?

            « Vous ne connaissez pas l’économie aussi bien que le Service Public de la Reproduction. »
            Vous croyez réduire l’État en lui donnant autorité sur la définition du mariage, et lui faisant assumer la responsabilité de choix qui jusqu’ici étaient personnels : Quelle cécité !
            Vous ne semblez même pas percevoir que vous vous êtes engagé résolument dans l’égalitarisme, contre la raison. Comment espérez-vous continuer de faire le contraire en matière d’économie ?
            Quant à la dette, je le redis autrement : Elle n’est qu’un symptôme du mal dont nous souffrons, le socialisme.

          3. « Promouvoir le renouvellement des générations, ce n’est pas se mêler de la vie des autres. »

            Si justement.

        2. @Sexy Bird

          « Fucius ramène tout au conservatisme moral, en toutes circonstances. »

          Mes arguments sont libéraux.
          J’attends les vôtres.

          1. De votre propre aveu, vous voudriez que soit conservée une institution traditionnelle: la famille, et qui plus est la famille « classique » avec un mari, une femme, les bambins. C’est du conservatisme moral.

            Sans doute estimez-vous qu’une société libre ne peut s’épanouir que dans un cadre conservateur; mais pourquoi ce cadre serait-il nécessaire? Et ce cadre, donc, n’aurait pas besoin d’être imposé par la puissance coercitive de l’Etat? Car si l’Etat se mêle de morale, i.e. veut faire appliquer une morale conservatrice, en l’occurrence, alors c’est bien que l’Etat empiète sur la liberté des individus. Mais vous êtes libéral, donc opposé à une telle coercition?

          2. « Sans doute estimez-vous qu’une société libre ne peut s’épanouir que dans un cadre conservateur; mais pourquoi ce cadre serait-il nécessaire? »

            Non, ce n’est pas mon point de vue.
            Une société libre ne peut s’épanouir que dans un cadre où l’individu décide en ce qui le concerne, donc assume ses choix seul.

            Par conséquent l’institution du mariage, si elle doit exister, ne peut êter définie que par la nécessité sociale.
            D’une manière générale, il me semble que toute contrainte limitant la liberté individuelle n’est acceptable que si on en démontre la nécessité.

            Toute loi qui ne correspond pas à une nécessité est arbitraire.

            L’institution du mariage civil, s’il doit exister, doit être justifié par une nécessité. Trad

          3. Oups ! Fausse manip. Je reprends:

            C’est la nécessité qui peut justifier l’institution du mariage comme outil de promotion de l’union d’un homme et d’une femme en vue de faire et d’élever des enfants.
            La mariage ne relève pas de la liberté mais du devoir: Quand vous vous mariez, vous vous engagez à respecter des exigences que vous n’avez pas choisies et qui vous contraignent.

            Étendre cette union aux couples homosexuels est arbitraire parce que justifié uniquement par l’égalitarisme, ou par le clientélisme. Certainement pas par une nécessité, au contraire puisque cette extension devrait promouvoir fortement l’homosexualité.

            La liberté de se mettre en couple avec une personne de même sexe est une chose, que je défends; mais affirmer qu’il y faille une institution, c’est nier la liberté individuelle.

            Le mariage homosexuel est un coup de génie des socialistes et une catastrophe pour le libéralisme.

            Attendez-vous à voir le rôle et la taille de l’État grandir considérablement à la faveur du mariage pour tous.

            En matière économique le mariage homosexuel va rendre plus nécessaire et légitimer la redistribution socialiste des revenus, fondée elle aussi sur l’égalitarisme et le refus du principe de liberté et de responsabilité.
            L’inégalité de revenus est justifiée par la responsabilité et par l’utilité sociale, puisque si on spolie les hauts revenus, ils cessent d’enrichir la société.
            L’égalitarisme répond à cela que l’inégalité des talents est une injustice, comme est injuste le fait que l’hétérosexualité est nécessaire et pas l’homosexualité.

            La mariage pour tous est une catastrophe aux conséquence calamiteuses et durables.

  14. À mes sympathiques contradicteurs, que je bouscule par jeu, et parce que je ne crois pas à l’In-Nocence.

    Vos propos confirment le mien : vous êtes devenus progressistes. Vous avez admis l’idée que la manif est un bien en soi. Qu’elle est sa propre finalité, son propre idéal. Ce qui vous permet de ne pas regarder en face votre complet échec politique : malgré vos foules roses immenses, Hollande ne recule sur rien. Tel des cégétistes, vous êtes obnubilés par votre propre « lutte » et vous perdez de vue sa spectaculaire inutilité. Vous êtes le SOS Racisme de la droite.

    1. @ Pascal

      Pas faux…
      Mais la droite a des petits soucis de comm…

      1. D’énormes, même. Qui sont les effets d’un manque de stratégie.

        1. OUI!!!!!!!!
          Mais que faire pour convaincre de changer les choses?
          That’s the question…

          1. Commencer par mettre au point une stratégie. Puis, former un petit groupe. Puis essaimer. Comme on fait toutes les autres générations avant nous. Encore faut-il en avoir envie…

          2. @ Pascal

            L’envie ni le cran ne me font défaut.
            Et si on commençait maintenant?

            Peut-être pourrait-on prendre contact par mail?

    2. « Vos propos confirment le mien : vous êtes devenus progressistes. Vous avez admis l’idée que la manif est un bien en soi. Qu’elle est sa propre finalité, son propre idéal. Ce qui vous permet de ne pas regarder en face votre complet échec politique : malgré vos foules roses immenses, Hollande ne recule sur rien. Tel des cégétistes, vous êtes obnubilés par votre propre « lutte » et vous perdez de vue sa spectaculaire inutilité. Vous êtes le SOS Racisme de la droite. »

      Je comprend cette critique, mais elle me semble infondée. La loi passera (peut-être, sans doute) mais il en restera quelque chose de très différent que si elle était passée comme une lattre à la poste sans critique.

      Et il y plus important. Parmi les quelques éléments de comportement que j’essaye de transmettre à mes enfants il y a cette maxime : « fais ce que dois, advienne que pourra ». exprimer cette opposition fait parti de ce qu’on peut faire, sans que ça coute vraiment. Même si cela n’aboutit à rien et qu’on le suppose au départ, il fallait le faire quand même. Pour soi. Pour n’avoir pas de regret. Appelez ça « action pour l’action » ou « art pour l’art » si vous voulez.

  15. Bonne nuit, bon week-end à tous, à bientôt ! Peace, love and understanding, désolé pour le bruit. 😉

  16. Quand la nouvelle droite a débarqué dans le paysage, elle situait son combat politique sur le terrain culturel. Et finalement, elle avait raison : ce combat, la gauche l’a effectivement gagné.

    « Le mariage pour tous, c’est le socialisme. »

    C’est DU socialisme. Tous les socialistes ne sont pas aussi immondes que le fut Bela Kun.

  17. Donc Pascal Avot & co critiquent la manif’ dans la forme & le fond. On peut avoir différentes visions de la famille, de sa « vertu sociale »… La question d’actualité est : cette loi accroitra-t-elle ou diminuera-t-elle les libertés ? Elle étend la sphère de l’Etat à de nouvelles communautés, elle ouvre la porte à la procréation financée par le contribuable, c’est une nouvelle étape dans la défense des privilèges des LGBT…

    1. « Elle étend la sphère de l’Etat à de nouvelles communautés, elle ouvre la porte à la procréation financée par le contribuable, c’est une nouvelle étape dans la défense des privilèges des LGBT… »

      Possible. Mais si la droite n’avait pas manifesté, la loi serait passée aussi, ni plus vite, ni moins vite.

      Seulement, la droite aurait pu se concentrer sur un vrai combat, non sur un happening post-moderne autocélébré.

      Je ne comprends toujours pas comment la Manif pour Tous a pu imaginer une seule seconde que descendre dans la rue suffirait à bloquer le process. C’est fascinant de candeur.

  18. Et ça… Le pompage de Occupy Wall Street, en version scout fuchsia.

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=144958035677324&set=a.141285222711272.1073741826.140590156114112&type=1

    Et toute la page est dingue. La droite se bat donc pour avoir le droit de porter du rose aux Jardins du Luxembourg ! Le combat le plus minuscule du monde.

  19. La « droite » a plutôt pris cette affaire en cours. Dans les faits, les manif’ non socialistes concernent essentiellement la défense de valeurs d’inspiration chrétienne. La lutte contre l’endettement est laissée aux politiques professionnels & aux individus qui essaient de se débrouiller dans ce merdier.

    Pour revenir au nom de Frigide Barjot, cela fait des années qu’elle mêle sous ce nom spectacle, religion & politique. Certains ne l’aiment pas mais alors il faut changer de personne & pas seulement de nom.

  20. Moi même gay et catho, je ne vous dis pas dans quel état me met ce foutu débat…..

    1. Bonjour Tristesse (non, je ne suis pas Françoise Sagan…)

      Voudriez-vous bien nous expliquer l' »état » dans lequel ce débat vous met ? Qu’est-ce qui vous gêne ? Qu’est-ce qui vous fait plaisir ? Merci d’étayer, à plus tard.

      1. Ce qui m’afflige le plus ? L’impression d’être pris en tenaille d’une part par un pouvoir socialiste aux abois et d’autre part de servir d’exutoire à certains cathos extrémistes. … Alors même que cette loi cherche avant tout à détruire toute filiation afin de soumettre l’individu directement à l’Etat….

        1. Merci pour votre réponse, je vous comprends mieux.

          Oui, toute cette instrumentalisation est à gerber. La position libérale, j’espère que vous l’aurez compris, ne se situe justement pas dans cette tenaille.

          Ainsi, je pense, comme pas mal de libéraux, que le mariage doit rester un acte religieux ou ne pas être. Par ailleurs, que deux, trois… etc… adultes responsables et consentants décident d’un commun accord de cosigner un contrat établissant certaines règles relatives à la gestion de leur vie en commun ne me regarde en rien, et ce pour quelque(s) raison(s) que ce soit (sexuelles ou autres).

          En clair, la liberté de chacun.

          De là à appeler ça « mariage »… Je crois qu’on est d’accord 🙂

          1. Tout à fait d’accord avec AlainLib qui rejoint mon premier message : il faut refuser le piège du faux débat.

          2. À mes yeux, il y a le mariage religieux, sur lequel l’État ne devrait avoir aucun droit de regard d’aucune sorte (on en est loin), et tout le reste m’est absolument indifférent, affaire de contrat, de coutumes, de mœurs, de destins individuels qui ne sont pas les miens, et au sujet desquels je ne dois ni ne souhaite statuer. L’idée de décider à leur place de ce que doit faire ou ne pas faire un couple d’homosexuels me révulse.

            Et jamais, jamais une seule seconde, je n’ai considéré la Manif pour Tous pour un phénomène connecté, de près ou de loin, au libéralisme.

          3. On est raccord, les gars, shake hands

  21. Par contre, il est indéniable que je suis farouchement contre la GPA et autres horreurs qui pourraient nuire aux intérêts de l’enfant. Le fait de connaitre sa filiation est sans augun doute un facteur de stabilité psychique pour l’individu. Or, j’ai malheureusement peur que les opposants au mariage pour tous aient raison sur ce point : que le mariage gay ne serve de prétexte pour légaliser ceci à plus ou moins brève échéance….

    1. Je ne suis pas contre le GPA, et je doute qu’elle soit très grave pour l’enfant à partir du moment où il connait sa filiation, aussi compliquée soit-elle.
      Mais il est tout à fait clair que la GPA est d’ores et déjà légalisée par la fameuse circulaire Taubira, qui ordonne de retranscrire dans l’état civil français les enfants d’une GPA comme enfants des donneurs d’ordres.

  22. Pour Frigide Barjot, Lourdes est « le dernier Spa où l’on cause ». Voilà. Alors, si vous êtes catholiques et que vous la considérez comme votre porte-parole, tant pis pour vous.

    http://www.alainzannini.com/index.php?option=com_content&view=article&catid=75%3Ails-en-parlent&id=2551%3Afrigide-barjot-confessions-dune-catho-branchee-2011

  23. facebook_laetitia.harcourt

    Une analyse vraiment pertinente, merci !

    1. J’ai mis longtemps à comprendre ou Pascal Avot voulait en venir. Même dans sa position concernant le mariage qui est clairement libérale, je suis frappé par sa posture critique de cette manif. Frigitte n’a rien de particulier certes, mais laissons la vivre. 500 000 personnes dans la rue, sans revendications très claires par contre, me fait penser beaucoup aux évènements historiques débouchant sur : https://en.wikipedia.org/wiki/Alexanderplatz_demonstration
      Evidemment on ne manifeste pas « à un million » pour s’opposer à une loi touchant maximum 10.000 personnes au final (les parents homos en mal d’adoption). A mon avis les francais s’en tapent. Il y a un autre malaise. Celui précisément d’une population qui sent que cette loi monopolisant toute la com, est un prétexte absurde de ne pas réformer un système politique débile.

      1. « Frigitte n’a rien de particulier certes, mais laissons la vivre. »

        Certes ! Et qu’elle vive heureuse, si possible ! Ma question est : devons-nous accepter que la droite et l’Église aient cette punkette pour porte-parole ?

        J’aurais pu préciser que c’est une mondaine qui a travaillé pour Pasqua puis pour le RPR, une de ces bourgeoises décadentes qui rient de leur propre déchéance et la mettent en scène, et en font un business. Je me suis abstenu, car tout cela n’a aucune espèce d’importance à mes yeux : la seule chose que je récuse chez elle, c’est sa légitimité. Pour le reste – la débilité idéologique de la Manif Pour Tous -, elle n’en est probablement pas la seule responsable.

        1. C’est que je suis catholique, mon bon. Et mon libéralisme est indissociable de ma foi : c’est Dieu, qui veut que je sois libre. Il tient à a liberté infiniment plus que moi.

        2. à ma liberté

Les commentaires sont fermés.