La flexisécurité à l’épreuve de l’Assemblée

Que reste-t-il de l’accord « historique », qui n’était déjà pas fameux ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La flexisécurité à l’épreuve de l’Assemblée

Publié le 19 avril 2013
- A +

Que reste-t-il de l’accord « historique », qui n’était déjà pas fameux ?

Un article de l’aleps.

Il fallait s’y attendre : l’Assemblée nationale vient d’approuver un texte fortement modifié (140 amendements) par rapport à celui des accords passés entre le Medef et trois centrales syndicales : CFDT, CFE, CGC. Les modifications ne sont pas allées aussi loin que l’auraient souhaité l’extrême gauche et les syndicats opposés (CGT et FO) mais elles vont toutes dans le même sens : charger davantage les entreprises et donner toujours plus de pouvoir aux syndicats dans l’entreprise. Le plus inquiétant est l’irruption de l’État dans les plans sociaux : l’administration prendra désormais tout son temps (quinze jours) pour donner son aval. Le coût le plus important pour les entreprises est leur contribution aux complémentaires santé, pièce maîtresse de l’accord, représentant une charge de 3 milliards d’euros (400.000 salariés en bénéficieront).

Quant à la flexibilité à proprement parler, c’est-à-dire à la possibilité en cas de difficulté conjoncturelle d’envisager le chômage partiel et/ou une baisse des salaires, elle « s’enrichit » d’une clause qui obligera les cadres et dirigeants à réduire dans les mêmes proportions leurs rémunérations. Lesquels cadres sont déjà pénalisés par la désindexation des pensions de retraite. Bien évidemment l’Assemblée a applaudi l’entrée de deux représentants des syndicats dans les conseils d’administration de société comprenant plus de 12 administrateurs.

La « Mitbestimmung » (cogestion) à l’allemande est importée en France, mais malheureusement les syndicats allemands et leur doctrine ne passent pas la frontière !

C’est l’occasion pour nous de rappeler toute la distance qui sépare l’accord « historique » avec les lois Hartz, qui en Allemagne assurent aujourd’hui la flexibilité et un taux de chômage autour de 5% : liberté de licenciement et d’embauche, négociations collectives éventuelles au niveau de l’entreprise, et non de la branche ou de la nation, libre discussion des clauses du contrat de travail individuel (durée du contrat, salaires, conditions de travail, assurances, etc.).


Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Bref encore un texte bien pipeau…Mais en Ripoublique socialiste soviétique de France on a l’habitude…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
cortège de grève
4
Sauvegarder cet article

Oui nous sommes les champions du monde : déficit, endettement, heures travaillées, absences au travail, grèves…

Oui cela fait 40 ans que ça dure !

Oui les politiques connaissent le problème mais refusent de le gérer !

À chaque fois nos journalistes télé subventionnés trouvent trois abrutis pour « comprendre » le mouvement de grève et même l’approuver. L’immense majorité de mécontents est condamnée au silence.

À chaque fois nos ministres du Travail compatissent avec les usagers mais il n’est pas question de remettre... Poursuivre la lecture

Comment traiter une information à l’heure où des cataractes de données jaillissent en continu des réseaux divers ?

À la manière des scientifiques et selon les préceptes de Popper : une information est exacte ou fausse ou indéterminée. La source et le messager n’ont qu’une influence annexe. Oublions-les.

C'est faux parce que :

vous n’êtes pas un professionnel de la question le meilleur médecin du monde a dit l’inverse l’OMS n’a pas validé parce que la revue Bidule dit le contraire…

 

On n’entend que cela, on ... Poursuivre la lecture

En juillet 2022, la décision Dobbs de la Cour Suprême des États-Unis a opéré un revirement de la décision Roe (elle-même déjà affaiblie par Casey en 1992), en laissant aux États la liberté de réglementer l’avortement.

L’émotion suscitée par cette décision a traversé l’Atlantique pour arriver devant notre chambre basse du Parlement, l’Assemblée nationale. Suite à cela, de nombreuses propositions de lois constitutionnelles ont été déposées jusqu’à ce que le 24 novembre 2022, la proposition de loi constitutionnelle n°34 portée par la dépu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles