Rencontre avec le dissident cubain Eliécer Avila

Dans le cadre de sa tournée mondiale et européenne, le dissident cubain Eliécer Avila, s’est entretenu avec les représentants d’Alternative Libérale, le parti pris de la liberté, lors de son passage en France.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
DSC.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rencontre avec le dissident cubain Eliécer Avila

Publié le 18 avril 2013
- A +

Dans le cadre de sa tournée mondiale et européenne, le dissident cubain Eliécer Avila, s’est entretenu avec les représentants d’Alternative Libérale, lors de son passage en France.

Par Frédéric de Harven.

C’est dans un café parisien que les représentants d’Alternative Libérale, Emilio Pagura et Frédéric de Harven respectivement Secrétaire Générale et Président ont eu l’honneur d’échanger sur les droits fondamentaux et le régime cubain.

Ce jeune homme de 27 ans, dont les conditions de vie et la famille sont menacées, n’hésite pas à braver les interdits, au risque d’être emprisonné pour délit de propagande et d’espionnage à son retour, pour faire connaître au monde l’état de décomposition de la société cubaine.

Ingénieur en sciences informatiques, Eliécer Avila veut témoigner auprès des médias du monde entier de l’absence de liberté d’expression et des libertés fondamentales à Cuba. Avila a été le premier à bénéficier librement du droit de quitter l’île. Il se définit comme « un militant indépendant n’appartenant pas à un groupe politique traditionnelle. J’appartiens à une génération qui a su utiliser les nouvelles technologies pour créer un nouveau champ de pression ».

Le récent décès d’Hugo Chávez pose  la question de la stabilité économique de Cuba dans la mesure où les aides économiques dépendent très largement du Venezuela. À ce propos M. Avila a, immédiatement après sa mort, exprimé son respect et ses condoléances à la famille de Hugo Chávez et au peuple vénézuélien.

Alors que le printemps arabe a vu le jour grâce aux réseaux sociaux, l’accès à Internet est encore très précaire à Cuba. Notre hôte devant faire plus de 800km pour se connecter à Internet dans une salle mise à disposition par une ambassade européenne.

Avila nous explique que le système repose sur une corruption généralisée. Le salaire moyen mensuel est de 12 dollars, les plus pauvres utilisent le recyclage et le système D, le marché noir lié au rationnement de nourriture est présent partout, chacun essayant d’améliorer ses conditions d’existence. Le système de santé, tant vanté, est déficient et l’éducation nationale, un moyen de propagande. La liberté de la presse n’existe pas.

Je ne suis pas contre les régimes communistes d’Amérique du Sud, mon seul problème est que les communistes ne m’ont pas laissé être ce que je voulais être, et, pas seulement moi, mais aussi une grande majorité de cubains, en particulier les jeunes.

Au XXIe siècle, Avila pense que l’opposition au régime passe par la voix d’une multitude d’individus libres et capables de s’exprimer et de réagir grâce à internet de telle sorte que les Cubains puissent choisir librement leur destin.

Enfin, Avila conclut l’entretien en précisant : « Nous faisons pression pour un changement pacifique et, pour y arriver, nous sommes à la recherche d’un soutien international. »

Eliécer Avila a souhaité rencontrer Alternative Libérale parce que le projet de l’association est de contribuer au développement du progrès social, du progrès économique et de participer à l’émancipation de l’homme par la défense et la promotion de l’idée de liberté. La reconnaissance et la défense des droits individuels constituent un point incontournable de notre action.


Le chemin vers la liberté de Eliécer Avila

Étudiant à l’Université des sciences (U.C.I.) en 2008 à la Havane, il a suffi à Eliécer de poser une question à un haut fonctionnaire (séance filmée en vidéo et reprise en boucle) pour qu’il soit considéré comme un dissident. Il s’est vu refuser à deux reprises d’habiter La Havane et a été confiné dans son village natal, réduit à faire des petits boulots. C’est ainsi qu’il est devenu, après avoir soutenu l’idéologie officielle, un militant de la liberté et de la démocratie.

Après un entretien vidéo récent réalisé par la blogueuse Yoani Sánchez où il révèle la mise en place d’un système de contrôle, de désinformation et de blocage d’internet qui a fait grand bruit, il est le premier dissident à voyager à l’extérieur de Cuba à la suite de « la modernisation des permis de sortie » accordée par Raul Castro.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • En lisant ce temoignage, je repenses immediatement a l’emission a laquelle a participe Charles Gave il y a quelques jours : Ce soir ou jamais sur France2.

    Cf lien http://institutdeslibertes.org/ce-soir-ou-jamais-extrait-de-charles-gave-sur-lady-thatcher/

    On peut voir l’emission en integralite et dance celle-ci un communiste/socialiste affirme qu’il s’est rendu plusieurs fois a Cuba pas plus tard qu’il y a 1 ou 2 ans et que tout va tres bien merci pour eux.

    Sur le coup personne ne l’a cassé mais qu’est-ce que j’aimerais lui mettre ce dissident sous le nez !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer.

Actualité chargée, à Cuba, en ce lundi 15 novembre 2021. Après de longs mois de fermeture des écoles et des frontières en raison du coronavirus, l’île s’ouvre à nouveau au tourisme international et les élèves du primaire retournent en classe. Mais surtout, après les manifestations monstres du dimanche 11 juillet dernier aux cris de « Liberté ! », « À bas la dictature ! » et « Nous avons faim ! », l’opposition cubaine appelle à nouveau à une grande marche de protestation dans tout le pays pour demander la libérati... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Ségolène Royal est inhabituellement silencieuse.

À ce jour, pas un seul petit tweet sur les manifestations monstres qui ont secoué Cuba comme jamais le dimanche 11 juillet dernier. Elle qui, dépêchée par François Hollande aux obsèques de Fidel Castro en décembre 2016, voyait en ce dernier « un monument de l’histoire » qui avait permis aux Cubains de récupérer « leur territoire, leur vie, leur destin », n’a-t-elle rien à dire aux manifestants qui sont descendus par milliers dans les rues aux cris de « Liber... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Michel Faure.

La journée du dimanche 11 juillet 2021 va marquer l’histoire de Cuba.

Des milliers de Cubains, dans toutes les régions du pays, ont marché pacifiquement pour dire trois choses au gouvernement communiste de l’île : Cuba est leur pays, pas celui des autorités, du parti ou de l’armée. Ils exigent leur liberté et, enfin, affirment qu’ils n’ont plus peur, mais qu’ils ont faim.

À #Cuba ??, des #manifestations ont rassemblés des milliers de personnes, dimanche. Le pays traverse la crise éco... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles