Le Monde contre la mondialisation, la mauvaise foi contre la liberté

Le Monde prône, une fois de plus, la lutte contre la mondialisation et la liberté, sans avoir rien compris à la première ni à la seconde.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Libre-échange commerce

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Monde contre la mondialisation, la mauvaise foi contre la liberté

Publié le 7 avril 2013
- A +

Le Monde prône une fois de plus la lutte contre la mondialisation et la liberté, sans avoir rien compris à la première ni compris l’importance de la seconde.

Par Baptiste Créteur.

Les médias français ne sont pas vraiment indépendants ; ils ont un fort biais contre la liberté. Lorsque quelqu’un ose affirmer que la mondialisation est bénéfique, ils réagissent au quart de tour et nous offrent ce que l’idéologie a de meilleur.

D’où part cette certitude [que Pascal Lamy] affiche ? Il la tire d’abord de son expérience. Celle-ci lui fait dire ceci : « Si un ouvrier chinois est payé dix fois moins qu’un ouvrier européen, c’est avant tout parce qu’il faut huit Chinois pour produire ce que produit l’Européen » (Le Monde du 25 juin 2010, et autres lieux).

Or cette affirmation est fausse. En effet la productivité des agents industriels des « pays à très bas salaires » (PBS) est assez élevée, lorsqu’il s’agit de la fabrication de produits destinés à l’exportation, alors que le rapport entre les salaires est souvent de vingt à trente fois.

Si la productivité des pays à très bas salaires est élevée pour des salaires faibles, il semble d’autant plus rationnel d’y installer les activités délocalisables : le consommateur bénéficiera de produits moins chers, les entreprises feront plus de profits. Le consommateur est souvent oublié du raisonnement protectionniste, et les profits des entreprises sont considérés comme une mauvaise chose alors que maximiser ses profits est l’objectif d’une entreprise. Tentons donc de comprendre pourquoi Le Monde veut empêcher les entreprises d’être rationnelles.

On peut donc craindre que ses convictions relèvent davantage de la foi libérale que de la preuve, au moins en ce qui concerne les pays développés. Il faut le démontrer. J’ai calculé et comparé avec des spécialistes les comptes d’exploitation de deux usines de fabrication automobile, l’une située en France, l’autre construite récemment dans un PBS. La différence des salaires d’un pays à l’autre va de un à vingt. Or, pour des raisons techniques, la productivité du travail de l’usine PBS est assez élevée.

Les masses salariales des deux entreprises ne varient donc que de un à sept ; or même si la valeur ajoutée est semblable dans les deux usines (grosso modo, celle-ci comprend les salaires, les amortissements et le bénéfice de l’entreprise), les résultats nets sont cinq fois plus importants dans l’entreprise PBS que dans l’entreprise française. La raison crève les yeux. L’un des trois principaux éléments de la valeur ajoutée du PBS est très faible : ce sont les salaires.C’est le bénéfice de l’entrepreneur qui constitue la variable permettant la parité des valeurs ajoutées.

Tous les patrons de multinationales savent cela. C’est précisément pour cette raison qu’ils délocalisent leurs entreprises industrielles et de services vers les PBS ou qu’ils n’investissent plus suffisamment en France ou aux États-Unis, mais dans les pays à très bas salaires.

Pour lutter contre la foi libérale, adoptons la foi anti-libérale. Bravo, Le Monde. Les entreprises réalisant plus de bénéfices si elles délocalisent, elles n’investissent plus suffisamment en France ou aux États-Unis. Il y aurait donc un niveau d’investissement minimum en-deçà duquel nous risquons de nous trouver si les entreprises agissent rationnellement.

On peut avoir, pour deux pays atteignant des valeurs ajoutées identiques, les deux modalités d’emploi des salariés suivantes : PBS à salariés fort mal rémunérés, mais avec un emploi en progrès, et pays développé avec des masses considérables de citoyens-électeurs sans emploi, mais dont les salariés les plus compétents reçoivent une très forte rémunération (la variable d’ajustement est toujours la même ; c’est le bénéfice des entreprises).

Dans les pays développés, les citoyens-électeurs qui fournissent un travail équivalent à ceux des pays à bas salaires pour un coût supérieur perdent leur emploi alors que ceux qui ont une compétence rare à forte valeur ajoutée reçoivent une forte rémunération. Admettons.

Si on arrête là le raisonnement, il serait facile d’en conclure qu’il faut prendre des mesures protectionnistes pour augmenter artificiellement le coût des produits fabriqués dans les pays à bas salaires. Mais ce n’est pas l’unique conclusion possible quant à la réponse à apporter à la compétitivité supérieure des pays à bas salaires.

Dans les pays développés demeurent des emplois très qualifiés – les emplois moins qualifiés n’empêchent pas, n’en déplaise au Monde, ceux qui les occupent d’être compétents – très rémunérateurs. Pourquoi les anciens emplois industriels ne sont-ils pas devenus des emplois qualifiés ? Qu’en est-il de l’économie de la connaissance, promise par nos dirigeants depuis maintenant des décennies ?

En continuant à protéger l’emploi industriel, nos dirigeants ont en réalité repoussé des ajustements qui auraient permis à de nombreux salariés ayant aujourd’hui perdu leur emploi de se former, de préparer les évolutions quasi inéluctables. Elles ne sont que quasi inéluctables car, même si la mondialisation est un processus rationnel dont tous peuvent bénéficier, elle a des adversaires qui s’évertuent à appeler de leurs vœux un dangereux protectionnisme – et qui pourraient en convaincre assez bien l’opinion pour priver les citoyens des bénéfices du libre-échange.

Avec un raisonnement simpliste comme le raisonnement protectionniste du Monde, la réponse à l’innovation qui augmente la productivité et remplace des emplois peu qualifiés par des machines serait la même : il faudrait s’en protéger. Et les méthodes seraient toujours les mêmes : restreindre la liberté des entreprises pour les empêcher d’agir rationnellement ou les empêcher de jouir des bénéfices de leur rationalité en augmentant artificiellement les prix.

L’absence ou au moins la réduction des investissements d’aujourd’hui de la part de nos multinationales prépare le chômage de demain. Il existe une fatalité des délocalisations vers des pays à moindres coûts du travail. L’espoir du directeur de l’OMC, si respectable soit-il, conduit les pays développés à l’impasse. Et cela reste vrai, même s’il est évident qu’il faut investir massivement dans la compétitivité hors coûts. Le mal est si radical que les remèdes ne relèvent ni de nouvelles statistiques, ni de bricolages improvisés.

Il est donc nécessaire de renégocier les accords actuels de l’OMC ; tâche herculéenne ! Mais si François Hollande ne le comprend pas, il peut instituer tous les programmes de lutte contre le chômage qu’il voudra ; il échouera. Et cela, faute de logique et grâce à l’idéologie libérale de l’OMC !

Il est de moins en moins implicite que la solution résiderait, pour Le Monde, dans le protectionnisme. Mais alors, soit dit en passant, pourquoi prendre la peine d’investir dans la compétitivité hors coûts ?

En réalité, si la mondialisation crée des difficultés, c’est parce qu’il y a aujourd’hui une incohérence fondamentale dans le fait d’offrir aux entreprises la possibilité d’adopter une logique rationnelle tout en restreignant la liberté des individus.

L’éducation et la formation ne sont pas soumises aux règles de l’offre et de la demande. Elle ne répondent pas aux besoins du marché, i.e. ni aux besoins des entreprises, ni à ceux des individus. Des initiatives privées tentent d’y remédier, mais elles demeurent marginales ; d’une part l’État impose ses règles, d’autre part il impose son coût au reste de l’économie.

Les salaires ne sont pas libres. L’État fixe des minima et s’ajoute au salaire perçu par l’individu des prélèvements nombreux destinés à financer le fonctionnement de l’État – notamment l’éducation mentionnée précédemment, qui n’a rien de gratuit. Certains individus sont de fait exclus de l’emploi parce que le coût de leur travail est rendu trop élevé ; le chômage serait à n’en pas douter moindre si l’État ne tirait pas les salaires vers le haut. Ces coûts financent un modèle social dépassé, que les jeunes générations financent sans avoir aucune garantie de pouvoir un jour en bénéficier.

La mondialisation n’est partiellement nocive qu’à cause des rigidités et du coût que l’État impose aux individus et aux entreprises. Le protectionnisme, lui, est toujours nocif et dangereux. Il biaise le calcul des entreprises et des individus et les éloigne d’une situation optimale qui les rendrait plus prospères et leur offrirait plus d’opportunités, et il les empêche également de s’adapter pour en tirer profit. Comme toute intervention de l’État dans l’économie, il détruit de la richesse.

Par ailleurs, l’appliquer alors que la France exporte conduirait ces exportations à diminuer, du fait des potentielles mesures symétriques prises par d’autres pays mais aussi de l’absence d’incitations à devenir plus productifs.

C’est en réalité contre la compétition que lutte Le Monde, journal qui ne survit que grâce aux subventions étatiques. Compétition qui, certes, conduirait le journal à sa perte, mais apporterait prospérité et croissance à condition de s’y adapter.

Ajoutons que le gain de pouvoir d’achat pour le consommateur lui permet d’acquérir plus de biens et services, créant de nouveaux emplois, et que l’innovation rend les pays développés de plus en plus compétitifs par rapport à des pays à bas salaires où les bas salaires le sont de moins en moins. Certes, les emplois créés sont plus variés et à plus forte valeur ajoutée, mais les salariés des pays développés ne se plaindront sans doute pas de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail.

Entre ceux qui s’y seront adapté et ceux qui auront maintenu l’illusion d’un possible statu quo et conservé leurs espoirs protectionnistes, les gagnants de la mondialisation ne seront pas difficiles à identifier. Pour paraphraser Le Monde, le mal est si radical que les remèdes ne relèvent ni de nouvelles statistiques, ni de bricolages improvisés. Il est donc nécessaire de renoncer à l’étatisme français ; tâche herculéenne ! Mais si François Hollande ne le comprend pas, il peut instituer tous les programmes de lutte contre le chômage qu’il voudra ; il échouera. Et cela, faute de logique et grâce à l’idéologie collectiviste du Monde !

—-

Pétition pour la fin des subventions à la presse

De l’indépendance des journalistes

Un député réclame la fin des niches fiscales des journalistes

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Attention à l’utilisation du terme « indépendant » (comme une justice indépendante), il ne faut pas confondre avec objectivité !
    C’est un voeu pieu que de croire que les éléments d’un système indépendant sont tous également neutre. La moyenne à la rigueur, mais ce n’est pas une moyenne qui donne un jugement, mais un individu et son « intime conviction » !

  • A noter, un fort mouvement de rapatriement de la production industrielle aux USA. Il y a d’énormes avantages à faire ça chez soi. En fait, pas mal de délocalisations ont plutôt été des erreurs, et un peu, même, un effet de mode dans le management :

    http://www.theatlantic.com/magazine/archive/2012/12/the-insourcing-boom/309166/

  • Il faut que la France interdise l’imprimerie : cela fera des milliers d’emplois pour les copistes.
    Il faut qu’elle interdise l’éclairage électrique : des milliers d’emplois pour les allumeurs de réverbères.
    Il faut qu’elle mette une taxe de 500 % sur tout invetissement d’automatisation : des milliers d’emplois récupérés.
    Interdisons aussi les lessiveuses (qui mangent le pain des lavandières), et les e-mails qui ruinent la Poste …
    Et fignolons en taxant mahousse costaud toutes les importations !

    Marine Le Pen pourra contempler sa France protectionniste et son plein emploi théorique : avec des exportations non concurrentielles, des consommateurs ruinés, et des usines fermées, qui paiera ces travailleurs ? Pas même l’Etat, qui n’aura plus de rentrées 🙂

    .

  • ‘Le Monde’ dépend entièrement de l’état pour sa survie. Il a donc des automatisme de courtisan, ou en plus chic, il pense être une institution qui participe de l’état. Dans les deux cas, il n’a aucun intérèt a la diminution du pouvoir central. Et il ne peut pas voir que le protectionisme entraine le clientélisme et donc la corruption. La remise en questions serait trop importante

  • La création de salaire va avec la création de richesse ou de produit échangeables ou vendables.

    C’est un article qui montre que la machine à laver que vous avez acheté hier, il faut la jeter car les chinois en font une moins cher demain. Et les investissement dans l’usine locale en faillite, c’est pas grave c’est l’état qui va essuyer la facture avec nos impôts. Bref comme c’est une facture indirecte elle est indolore !!!

    Merci pour l’ode au chaos, on peut dire que le mondialisme est plus de l’anarchisme que de la croissance structurée. Exit l’usine familiale, une solution globale le plastic.

    • Hum, j’aimerais t’interroger sur ton quotient intellectuel qui n’a pas l’air très élevé lafayette, mais étant donné que je n’aime pas m’abaisser aux arguments ad personnam, je vais me contenter de reprendre ce que tu dis

      « La création de salaire va avec la création de richesse ou de produit échangeables ou vendables. » –> Tu n’as donc jamais ouvert un bouquin d’économie ? Le secteur tertiaire tu connais ? La majeur partie des salaires dans nos pays développés sont d’ailleurs liés au secteur tertiaire et donc aux « services », et non pas à la création de produit ou de « richesse ».

      « C’est un article qui montre que la machine à laver que vous avez acheté hier, il faut la jeter car les chinois en font une moins cher demain. » Alors cite nous donc quelle partie de l’article qui te fait dire ça, parce qu’il semblerait que tu n’aies strictement rien compris à l’article. D’ailleurs on parle uniquement du comportement que devrait avoir les entreprises dans cet article, pas de celui des consommateurs.

      « Et les investissement dans l’usine locale en faillite, c’est pas grave c’est l’état qui va essuyer la facture avec nos impôts » L’esprit de l’article était justement de prôner la non intervention de l’état dans le secteur économique, tu nous montres ici que tu n’es définitivement pas compris ce que dirait l’article…

      « Merci pour l’ode au chaos, on peut dire que le mondialisme est plus de l’anarchisme que de la croissance structurée. Exit l’usine familiale, une solution globale le plastic. » Je ne relèverais même pas, tant d’absurdités en si peu de mots est bien trop déprimant pour tout esprit sensé. Sur ce, salut.

  • La mondialisation est intimement liée à l’Histoire de l’Homme depuis la préhistoire, et a été un facteur essentiel de son développement.

    Le commerce international est déjà connu à la préhistoire, les financements capitalistiques existent dès l’Egypte des pharaons, le Moyen Age voit des société en commandite (parfois plus de 60 actionnaires de 8 pays différents- diliger des commerces lointains, et soudain les incultes de notre brillant enseignement découvrent la mondialisation comme une invention machiavélique récente !!!

    Contre la mondialisation, on a vu occasionnellement des protectionnismes s’instaurer, le temps de ruiner les pays qui s’y risquaient.

    Ce sujet ne mérite qu’un haussement d’épaules 🙂

  • La mondialisation c’est la liberté de devenir des esclaves .

  • Tous les pays émergents sont aussi confrontés aux effets de la crise majeure. La Chine se leurre sur son devenir économique

    Même confrontées à ce mécanisme économique et financier sévèrement grippé en 2008, les autorités chinoises ne remettent pas pour autant en cause l’ultra capitalisme. De leur côté, elles projettent, sans pouvoir en évaluer l’impossible faisabilité, une stratégie de développement du système bancaire national pour accroître le marché obligataire intérieur et en définitive tenter de libéraliser les échanges monétaires à l’international.

    Elles espèrent faire de Shanghai l’une des plus importantes places boursières mondiales à l’horizon 2020, et estiment qu’avant 2030 l’économie chinoise aura dépassé celle des États-Unis. Naturellement, ces prévisions sont toujours celles du même gros poisson berné et aveuglé par le profit facile, ne tenant aucun compte des répercussions économiques en cours et à venir. Depuis 2008, le déséquilibre de l’économie chinoise s’est fortement aggravé. Dorénavant, c’est l’investissementqui prend une part excessive au détriment de la consommation, une situation inédite en économie. L’occident a choisi l’artifice de la consommation à crédit, tandis que la Chine lui a préféré la fuite en avant dans le surinvestissement. Le risque inhérent à ces deux systèmes inversés est la survenance d’une crise du crédit. L’ampleur de la bulle chinoise est d’ailleurs comparable à celle du Japon des années 1991, mais avec un risque d’implosion bien plus rapide à cause de la conjoncture mondiale nettement plus dégradée depuis 2008. Dont la part était de 70 % de la croissance en 2008, puis de 90 % en 2009. Comparativement à un ratio normatif de 35 à 45 % appliqué aux économies des pays émergents.

    Face au ralentissement des exportations, marqué au premier trimestre 2013, pour éviter tout risque de surcapacité, le gouvernement chinois a voulu maintenir artificiellement le rythme antérieur de croissance en ouvrant les vannes du crédit. Il a subventionné de multiples projets d’investissement à hauteur de 600 milliards $ afin d’augmenter la capacité de production, soit le quart de ses réserves de change. Cependant, les investissements récents ont peu de perspective d’offrir une rentabilité suffisante, faute de débouchés. En 2009, la rentabilité des nouveaux investissements a été divisée par 2, beaucoup plus d’argent est donc nécessaire pour dégager du bénéfice et obtenir un retour sur investissement, d’où le risque de subir le non-remboursement. À court terme ce surinvestissement, appelant à réduire les coûts de production, peut conduire à une pression sur les salaires, d’où la réduction de la consommation déjà amputée par le haut niveau d’épargne des Chinois (traditionnellement jusqu’à 30 % de leurs revenus).

    Depuis 2010, pour assurer sa croissance via ses exportations, le gouvernement chinois s’active pour soutenir ses partenaires commerciaux. En 2013, le gouvernement pratique la concurrence déloyale en accordant des subventions masquées aux entreprises chinoises exportatrices, voir ici le dumping organisé par le gouvernement Chinois en contradiction avec les règles de l’OMC :
    Chttp://www.atlantico.fr/decryptage/subventions-masquees-monnaie-truquee-face-sombre-operation-dumping-chine-economies-occidentales-antoine-brunet-697007.html

  • Ce qui est génial avec la doxa libérale, c’est que l’argument est toujours le même : le discours critique à l’égard de la mondialisation – forcément heureuse – n’a pas lieu d’être, puisqu’il ne comprend pas véritablement les enjeux économiques afférents (cf chapeau de « l’article »).
    A croire que les néolibéraux ont le monopole de la juste interprétation…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Kody Jensen. Un article de la Foundation for Economic Education

 

Mark Twain est largement considéré comme l'un des plus grands auteurs américains. Naturellement, des personnes de toutes convictions ont essayé de le revendiquer comme leur allié politique. Des libéraux classiques aux progressistes, des personnes de tous les horizons politiques ont trouvé en Twain une âme sœur.

Une preuve du côté des libéraux classiques pourrait être ce que Twain a écrit dans une lettre à propos du président américain Grover Clevel... Poursuivre la lecture

Par Robert Guiscard.

Le Club de l'économie du Monde se propose de faire débattre décideurs et "experts" sur les grandes mutations économiques. Quels traits constitutifs se dégagent de leur Cité idéale ?

Trois aspects semblent se dessiner : la souveraineté européenne et numérique, la transition écologique et enfin des conceptions économiques originales sur la dette, l’inflation ou la dépense publique que je regroupe sous le terme de nouveaux économistes.

Malheurs de la souveraineté : l'autarcie et la citadelle assiégée

Sur... Poursuivre la lecture

Avec le pouvoir d’achat, l’écologie et l’immigration, un autre clivage entre les candidats aura été la mondialisation. Marine Le Pen a plaidé le souverainisme français, Emmanuel Macron le souverainisme européen. Mais les réalités de la mondialisation ne se limitent pas au choix du souverainisme. Elles sont en apparence très complexes, et je crois nécessaire de mettre de l’ordre dans les concepts et dans les faits.

Deux types de mondialisation

Je soutiens qu’il existe deux types de mondialisation : une mondialisation politique et une mo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles