Faire disparaître Pâques des vacances en Belgique ?

Marie Dominique Simonet, ministre de l’enseignement de la Fédération Wallonie Bruxelles voudrait supprimer toute référence à Pâques dans les vacances scolaires.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
La Résurrection du Christ peinte par Raffaelino del Garbo en 1510

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Faire disparaître Pâques des vacances en Belgique ?

Publié le 30 mars 2013
- A +

Marie Dominique Simonet, ministre de l’enseignement de la Fédération Wallonie Bruxelles voudrait supprimer toute référence à Pâques dans les vacances scolaires.

Par Drieu Godefridi, depuis la Belgique.

La Résurrection du Christ peinte par Raffaelino del Garbo en 1510

C’est peu de dire que la volonté de la ministre Simonet de rebaptiser, sans débat, les vacances scolaires, ne fait pas l’unanimité. Certes, les appellations « Vacances de printemps » etc. avaient été suggérées dans un arrêté antérieur, mais ces vocables n’acquièrent aujourd’hui force de loi que par la volonté, et le décret, de la ministre Simonet. À l’heure où je rédige ces lignes, le mercredi 27 mars à 7 heures du matin, il y avait déjà 5 526 personnes qui recommandaient l’article « Noël et Pâques éjectés du calendrier scolaire » sur lalibre.be. L’article était assorti de près de 600 réactions, ce qui est exceptionnel pour un article de notre « Libre« .

Ces 600 réactions, je les ai lues. Je n’ignore pas la réputation peu élogieuse que l’on fait régulièrement aux internautes, volontiers taxés de populistes, d’ignorants, voire de racistes et sectaires, mais nous vivons en démocratie et si des citoyens prennent la peine d’exprimer leur opinion, pourquoi ne pas les entendre ? Leur tonalité générale, de rejet, est sans ambiguïté.

Disons-le sans ambages, je partage leur sentiment d’incompréhension face à ce décret lexical. Toutefois, j’ai le sentiment qu’en accusant l’islam, comme le font de nombreux internautes, on se trompe d’adversaire. Cette réforme procède, me semble-t-il, des sources idéologiques suivantes : d’abord, l’hostilité séculaire de certains milieux laïques et maçonniques – on peut tout dire sur l’Église, mais on hésite à mentionner la loge – à l’égard du fait chrétien. De ce point de vue, qui était celui des révolutionnaires de 1789, il est insupportable de conserver la moindre référence à la tradition chrétienne et légitime de disqualifier les fêtes religieuses, les mois et les années, de reprogrammer le calendrier, etc. Cette ivresse idéologique de « la table rase », les révolutionnaires eux-mêmes finirent par y renoncer, car ils s’aperçurent qu’en se coupant du passé, ils se retranchaient de la communauté des peuples.

Il y a aussi la volonté de certains dirigeants de partis d’accommoder l’électorat musulman, que l’on présume humilié par ces références chrétiennes. Toutefois rien n’est moins sûr. Je connais de nombreux musulmans (et Juifs) d’Europe qui fêtent Noël et qui témoignent aux traditions chrétiennes une forme d’indifférence, voire une franche sympathie, qui tranche radicalement avec la haine bouillonnante des milieux laïques visés au point précédent. Quand des chrétiens manifestent, en France, contre le mariage homosexuel, ils le font aux côtés de musulmans. En telle sorte que les seuls musulmans que ces lois d’effacement « accommodent », en fin de compte, sont les extrémistes. Nouvelle manifestation de l’alliance objective, dans nos contrées, des phalanges gauchistes et islamistes.

Dernier facteur explicatif de ce geste autoritaire : l’atavisme de nombreux politiques wallons, surtout à gauche, qui se figurent qu’en copiant la France, ils s’inscrivent dans le sens du progrès. Les appellations du décret Simonet ne reprennent-elles pas, à l’identique, des appellations officielles de l’État français ? Avec une pointe d’originalité pittoresque pour le Carnaval, qui deviendrait en Communauté française « Congé de détente », ce qui en français s’appelle un pléonasme.

En singeant, on fait le singe. Personne ne réclamait cette réforme et tout indique que l’écrasante majorité de la population lui est hostile. Pourquoi ne pas en faire l’un des enjeux, certes mineur, des prochains débats démocratiques, plutôt que de tenter un passage en force à quelques mois des élections ? Madame la ministre, ne vous enfermez pas dans une logique autoritaire : retirez ce décret, qui ne répond à aucun besoin réel, sinon de satisfaire les pulsions idéologiques de groupes minoritaires, férocement hostiles aux racines de votre propre parti – qui sont celles de notre civilisation.


Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Complètement stupide .

  • « De ce point de vue, qui était celui des révolutionnaires de 1789, il est insupportable de conserver la moindre référence à la tradition chrétienne  »
    Ouhlala vous allez heurter la sensibilité à Avot ! je vous le dis, c’est dangereux, faut pas jouer avec votre santé comme ça !

  • {{..la haine bouillonnante des milieux laïques visés au point précédent.}}
    mentionne Drieu G.

    Eh oui, Drieu, humanoïdes haineux imbus de suffisance, ces laïcards s’efforcent de gommer toutes références culturelles d’antan afin de mieux imprimer les leurs propres, mais imbibées du goût d’imitation ! Leurs premières manifestations vinrent dès le début des ’70s …avec des rituels imitant ceux qu’ils présument désuets…

    Derrière les propositions de Mme Simonet, devinons l’ombre des sinistres humanoïdes du MOC et l’empreinte indélébile de l’obtuse Mme Milquet ! Ajoutons-y les gesticulations idéologiques des marsiens verdâtres ?
    Comment de tels humanoïdes peuvent-ils s’arroger un « humaniste » surfait ?

  • Erreur ! Marie-Dominique Simonet ne fait qu’appliquer un décret bien antérieur à son règne, et précise que toute école peut dénomer ces vancances comme elle veut !

    Notons que, dans les écoles les plus furieusement laïques, les élèves se marrent, et sont unanimes à dire qu’ils continueront à utiliser la vieille terminologie.

    Joyuses Pâques, donc ! 🙂

  • @ Mauvaise langue : c’est vous qui faites erreur, en relayant (inconsciemment) la bonne parole du cabinet Simonet. Simonet fixe par DECRET ce qui n’était que mentionné dans deux arrêtés (le décret a force de loi, l’arrêté c’est peau de balle).
    Désormais références administratives, ces appellations laïques sont donc vouées à remplacer les précédentes dans TOUTE la législation, toute la pratique administrative, etc. Ne soyons pas naïf !!!

  • Nous devrons dorénavant questionner l’appellation de ces dates-repères par nos jeunes enfants. Enfants à qui « ON » (comme dans cON) enlève ces joies fondamentales du mystère et de la fête-tradition qui enchantait les familles, tant pauvres qu’aisées. Ainsi :

    – Papa et Maman :
    Q. : Pourquoi ne nous racontez-vous plus de contes et légendes?
    – Maman,
    Q. : Les grosses cloches gouvernementales du printemps sont-elles déjà passées ? Nous ont-elles laissé plein de petits cadeaux sous le gui plutôt que vous infliger de nouveaux diktats, taxes et vexations inutiles ?
    – Papa,
    Q. : Avons-nous donc été si méchants pour ne plus recevoir de cadeaux de Pâques ? Qui sont ces grands cONs qui nous manipulent désormais ?
    – Grand-maman,
    Q. : C’était comment la fête du sapin, quand tu était petite ?
    – Grand-père,
    Q. : Pourquoi nous ont-ils enlevé le ravissement des bougies et des boules de Noël pour les replacer par leurs sapins cubiques, cette bande d’abrutis ?

    Devrons-nous longtemps encore subir de tels « Zélus » incapables de gérer mais s’évertuant à remplacer l’ère de l’enchantement enfantin et même celui adulte… par celle de leur morosité idéologique ?

    • Ah oui, Monsieur Drieu :
      Dans cette même LaLibre, jadis gazette catho-étroite, désormais plutôt inféodée aux gauches des MOC – Verts et PS , avec accessoirement quelques lectorats rédiduels … je lis une « Riposte » pondue par un vieux prof grincheux (Claude J.) , tendance ULB-PS :
      {{ Tant qu’on peut empêcher la mainmise des religions (ou la supprimer) sur l’organisation des fêtes populaires, autant en profiter. Il s’agit de cONsolider certains garde-fous, de peur de voir notamment l’islam revendiquer des choses. }}

      Q. : Est-ce donc un bon prétexte pour renier toutes nos traditions culturelles au profit d’inclinations gauchistes , eux qui « encensent » les cultures d’importation dans de dites « Assises de l’Interculturalité » ? Le tout par un sombre calcul, afin de gonfler leurs chiffres électoraux et le pouvoir qui en résulte de fait ? Votre « capitale de l’U.E. » semble bien partie pour fabriquer une sorte de région-califat, hors toute modification de ces dates-repères !

  • C’est normal comme toute les cloches ell veut aller a Rome avec Pépé Grillo

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de l'IREF Europe

Pour comprendre la guerre d’Ukraine, il faut prendre en compte les différences de mentalité. Les Russes ne raisonnent pas comme les Occidentaux. Après avoir abattu le communisme soviétique, une frange de jeunes Russes impatients ont cherché à prendre leur revanche sur le monde en s’enrichissant au-delà de l’outrecuidance.

Mais depuis que ces Slaves orientaux ont construit et étendu leur nation, ils l’ont fait avec le dédain du peuple et une certaine propension à l’arrogance et à la violence.

Les R... Poursuivre la lecture

L’invasion de l’Ukraine par l’armée russe met en présence deux États, l’un estimant avoir des droits sur l’autre. La Russie de Poutine voit dans l’Ukraine un vassal faisant partie de sa zone d’influence. La majorité des Ukrainiens souhaite, au contraire, préserver l’indépendance géopolitique de leur pays. La position des autres États est bien connue.

Mais quelle est la position des autres puissances qui dominent ou influencent le monde sur le long terme ? Elles sont au nombre de trois : le capitalisme, les sciences et les religions.Poursuivre la lecture

marchés en afrique
0
Sauvegarder cet article

Par Lipton Matthews. Un article du Mises Institute

Les réformes du marché en Afrique peuvent être contrecarrées par une propagande affirmant que les marchés sont une importation occidentale. Bien que cette croyance soit courante, elle est manifestement absurde. Les marchés étaient florissants en Afrique avant le colonialisme, et partout où ils sont réprimés, il en résulte une paupérisation sociale, comme le souligne l'économiste William Hutt dans son étude révolutionnaire intitulée The Economics of the Colour Bar. Les marchands de l'Af... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles