Du bon usage de la liberté de manifester

Les participants de la manif pour tous qui n’ont pu se rendre sur les Champs-Élysées ont-il été privés de leur liberté absolue de manifester ?

Les participants de la manif pour tous qui n’ont pu se rendre sur les Champs-Élysées ont-il été privés de leur liberté absolue de manifester ?

Par Roseline Letteron.

Les manifestants qui ont désormais l’habitude d’envahir les beaux quartiers pour protester contre le mariage pour tous se livrent aujourd’hui à une opération de communication destinée à les victimiser. N’a-t-on pas osé interdire l’accès des Champs-Élysées à d’honnêtes bourgeois, souvent accompagnés de leur charmante progéniture ? Manifestant en faveur de l’intérêt supérieur des enfants, ces papas et ces mamans, aussi hétérosexuels que parfaitement responsables, ont tenté de pénétrer quand même sur la plus belle avenue du monde. Horreur, ils ont été repoussés par les forces de l’ordre. Certes, ces dernières n’ont pas utilisé les canons à eau (qu’aurait-on dit ?), mais elles ont tout de même brandi des aérosols de gaz lacrymogène, suscitant quelques crises de larmes, et même un très médiatique évanouissement.

Une liberté loin d’être absolue

Le droit positif fait entrer les manifestations dans le domaine des libertés publiques. Mais il ne lui attribue pas de véritable autonomie. Pour le Conseil constitutionnel, la liberté de manifester se rattache au « droit d’expression collective des idées et des opinions » (décision du 18 janvier 1995). Pour la Cour européenne, elle est plutôt liée à la « liberté de réunion pacifique » garantie par l’article 11 de la Convention européenne des droits de l’homme.

Ces petites divergences sont sans influence sur les éléments de langage développés par les manifestants hostiles au mariage pour tous. Pour eux, le droit de manifester est une liberté, et une liberté absolue. Cette analyse est soutenue avec toute la fougue du néophyte, dès lors que ces mêmes manifestants ne déployaient pas le même attachement aux libertés lorsqu’une « manifestation géante » contestait la réforme des retraites engagée par Nicolas Sarkozy en 2009, ou lorsque les syndicats organisaient un défilé particulièrement contestataire pour le 1er mai 2012, à quelques jours de l’élection présidentielle.

Cette nouvelle revendication en faveur du caractère absolu de la liberté de manifester prend des formes parfois divertissantes. On a vu des participants protester vigoureusement car ils ne pouvaient pas se rendre à l’Élysée pour s’adresser directement à celui qui est l’origine de tous leurs malheurs, le Président de la République. Comme si la loi n’était pas votée par le Parlement : sarkozysme impénitent qui ramène tout, et à tout propos, au supposé chef ? Décidément, la République et la séparation des pouvoirs ont du mal à pénétrer certains esprits. D’autres ont considéré comme une atteinte à leur liberté l’interdiction d’organiser un « sit-in » sur les Champs-Élysées.

Ce n’est plus le principe même de la liberté de manifester qui est en cause, mais son mode d’organisation. Ces discours reposent sur une idée simple : la liberté de manifestation reposerait sur un régime dit « répressif », ce qui signifie que l’on peut exercer librement sa liberté, sauf, peut-être, à rendre des comptes au juge pénal, en cas d’infraction.

Le droit positif : un régime de déclaration préalable

Hélas, tous ces manifestants auraient dû ouvrir un manuel de droit ou consulter les cent soixante-dix « juristes » signataires d’une lettre ouverte contre le mariage pour tous. Ces derniers leur auraient sans doute confirmé que la liberté de manifestation relève d’un régime dit « de déclaration préalable ». Autrement dit, on peut exercer sa liberté après avoir déclaré son intention auprès des autorités compétentes, en l’espèce la préfecture de police. En soi, ce régime de déclaration préalable ne constitue pas une atteinte à la liberté, principe admis dès 1979 par la Cour européenne des droits de l’homme, dans une décision Rassemblement jurassien c. Suisse.

Cette déclaration ne porte pas une atteinte excessive à la liberté d’expression, affirme la Cour européenne, car elle permet aux autorités de s’assurer du caractère pacifique du rassemblement. En droit français, le régime juridique des manifestations relève du décret-loi du 23 octobre 1935. Il prévoit une déclaration auprès du préfet de police par les organisateurs entre trois et quinze jours avant la date prévue. Elle doit mentionner l’objet, le lieu et l’itinéraire de la manifestation. Rappelons que la « manif’ pour tous » repose sur un collectif  de trente sept associations, plus ou moins déclarées. Mais, en tout état de cause, rien n’interdit à un groupement de fait d’organiser une manifestation, dès lors que les autorités connaissent l’identité des responsables.

En revanche, le décret-loi de 1935 autorise l’autorité de police à prononcer l’interdiction quand elle estime que « la manifestation projetée est de nature à troubler l’ordre public » (art. 3). Cette possibilité d’interdiction conduit généralement à une négociation avec les autorités de police au moment de la déclaration. C’est ainsi que l’itinéraire d’un cortège revendicatif est négocié, et les organisateurs doivent s’incliner devant les nécessités de l’ordre public. Nul n’ignore que les manifestations sur les Champs-Élysées sont toujours interdites pour des motifs liés aux difficultés de garantir l’ordre à partir des rues étroites qui encadrent l’avenue, à la présence de nombreux sites sensibles, surtout dans une période où le plan Vigipirate est déployé au niveau « rouge ». Les manifestants étaient donc parfaitement informés de cette interdiction, et le préfet de police avait d’ailleurs pris un arrêté précisant l’étendue de l’autorisation de manifester.

L’interdiction d’accéder aux Champs-Élysées était donc parfaitement normale au regard de la mise en œuvre de la liberté de manifester, puisque ceux qui ont entrepris d’accéder à l’avenue violaient un arrêté préfectoral. Leurs organisateurs sont aussi fautifs, car ils ont trop longtemps refusé de prendre en considération les nécessités de l’ordre public et d’appliquer la loi républicaine. La liberté de manifester, comme tous les droits, ne comporte pas l’abus de ce droit. Les forces de l’ordre ont donc dû user de la contrainte pour réprimer cette forme particulière de délinquance. Mais les premiers intéressés, les manifestants eux-mêmes, devraient plutôt s’en réjouir. Ils ne pourront plus dire que le pouvoir socialiste ne réprime pas la délinquance…


Sur le web.