De profondis décentralisationibus

Le projet de loi de la décentralisation concocté par Marylise Lebranchu est contesté en région.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013654 décentralisation

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

De profondis décentralisationibus

Publié le 23 mars 2013
- A +

Le projet de loi de la décentralisation concocté par Marylise Lebranchu est contesté en région.

Un billet d’humeur de René Le Honzec.

Marylise Lebranchu, ministre de  la Réforme de l’État, de la Décentralisation et de la Fonction Publique fait aussi partie de l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité. Est-ce pour cela que sa proposition de loi sur la Décentralisation fait figure de soins palliatifs ?

Pourtant d’origine bretonne, la Ministre semblait toute désignée pour une politique dont la Bretagne est depuis toujours la figure de proue, et qui servit de chiffon rose à la gauche socialiste pour exciter les velléités régionalistes des autochtones, accordant même des strapontins à des élus autonomistes de l’Union Démocratique Bretonne qui ne représentaient guère qu’eux-mêmes.

Depuis les lois Defferre nées au forceps, la décentralisation, d’un bord comme de l’autre, avance à reculons. Romain Pasquier, talentueux politologue breton, prof’ à Sciences-Po Rennes et chercheur au CNRS, dénonce dans un interview à Ouest-France « de nouvelles strates administratives, de nouveaux schémas technocratiques pour pallier vainement l’enchevêtrement des compétences et des responsabilités locales », ce qui lui vaut d’être flatteusement cité (et rabroué) à trois reprises dans son discours d’ouverture de la Session  du Conseil Régional de Bretagne par le rose président Massiot, vexé, qui n’en peut mais de défendre, mollement, des dispositions que les conseillers, de toutes tendances, étrillent.

À l’autre bout de l’hexagone, le hiérarque socialiste Jean-Jack Queyranne, président de la région Rhône-Alpes, donne « un zéro pointé » au projet « anachronique, ringard et sans vision » qu’il résume bien : « l’État cherche toujours à garder la main et organise l’émiettement des pouvoirs ».

La France, celle des élus comme celles des électeurs est incapable de sortir de sa structure mentale jacobine, comme de pouvoir « penser libéral ». Pour les mêmes raisons de fond : deux siècles d’endoctrinement de la naissance à la mort, de «  l’Éducation Nationale » à la retraite par répartition qui abolit tout esprit de liberté et de responsabilité individuelle. Le libéralisme ne peut prospérer dans ces barbelés de la pensée jacobine qui entrave toute tentative de mouvement.

En 1969, De Gaulle, incarnation d’une « certaine idée de la France », s’était fait mettre à la porte par un « Non » massif à ses propositions de régionalisation. Du coup Flamby a de belles années devant lui soutenu par des armées d’élus et d’employés de toutes ces strates qui copulent pour se multiplier.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Miam ! Y’a bon la décentralisation ! La gamelle va être encore plus grande !

    • C’est de probléme en france, car decentralisation dans un pays normal, ca veut dire qu’on divise les competances, pas que tout le monde fait de tout avec l’argent public comme on a en france

  • La dame pense qu’on fait une réforme institutionnelle fonctionnelle et profonde comme on se repoudre le nez !

    Si on ne supprime pas toutes les attributions inutiles de l’etat, si on ne simplifie pas drastiquement les structures territoriales, et surtout si on ne lui ristourne pas une bonne partie des impôts locaux en échange d’une totale esponsabilité financière, c’est peine perdue !

    En Belgique, où le compartimentage est effectué, on voit le changement des mentalités : les régions deviennent soudain des gestionnaires vertueuses (sauf les écolos bien sûr, qui continuent à claquer comme des princes drogués d’air pur)… Dès lors que les errements de gestion apparaissent directement sur lla feuulle d’impôts, les gens sont bien plus attentifs 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alexandre Massaux. Un article de l'Iref-Europe

Les monarchies parlementaires, comme certains pays du Commonwealth et scandinaves, dominent les classements des libertés économiques et politiques. L’importance donnée au Parlement tout comme la non-politisation du chef de l’État offrent un cadre institutionnel propice à des décisions libérales.

La mort du prince consort Philip Mountbatten, mari de la reine Elizabeth II, a soulevé des questions relatives au rôle de la monarchie dans nos sociétés modernes. Certains en France von... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

La décision de la Cour constitutionnelle polonaise du jeudi 7 octobre fait réagir. Elle considère que la Constitution polonaise est au-dessus des traités européens. En effet, ses derniers contiendraient, selon la cour, des dispositions inconstitutionnelles.

Ce n’est pas la première fois qu’une Cour constitutionnelle européenne bloque le droit européen : la Cour allemande de Karlsruhe avait considéré en 1974, avec l’arrêt Solange, que le droit européen ne primerait sur le droit allemand que s’il respectait ... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

Les débats sur l’OTAN et la défense européenne n’en finissent pas. Le secrétaire général actuel de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a critiqué les pays désireux de renforcer la défense européenne, lié à une crainte de voir des organisations concurrentes émerger. Cette situation n’est pas nouvelle, la secrétaire d’État américaine de Bill Clinton, Madeleine Albright avait formulé les mêmes craintes à la fin des années 1990.

Mais dans le même temps, les États-Unis souhaitent que les Européens inves... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles