Et si le parlement de Chypre votait contre la taxe sur les comptes en banques ?

Cette question fait retenir leur souffle aux marchés financiers mondiaux. Est-ce vraiment une possibilité ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et si le parlement de Chypre votait contre la taxe sur les comptes en banques ?

Publié le 19 mars 2013
- A +

Cette question fait retenir leur souffle aux marchés financiers mondiaux. Est-ce vraiment une possibilité ? Si oui, quelles en sont les implications ? Examinons les différents scénarios.

Par Open Europe, depuis Bruxelles.

Le parlement chypriote peut-il voter contre la saisie ?

Selon Reuters le porte-parole du gouvernement, Christos Stylianides, a déclaré à la radio que « apparemment, ça ne passera pas ». Pendant ce temps, via Zerohedge :

  • Le président de Chypre : le parlement trouve le plan de sauvetage injuste, le gouvernement fait d’autres plans.
  • Le président de Chypre : le parlement va rejeter le plan de sauvetage.

Comme nous le disions hier sur Twitter, le parti DIKO (membre minoritaire de la coalition avec 8 parlementaires) a déclaré qu’il n’approuverait pas cette offre sous sa forme actuelle, mais nous pensons qu’un allègement de la charge sur les petits épargnants pourrait les convaincre. Le Parti Européen (2 parlementaires) voulait également rejeter la saisie, mais selon la CYBC il est prêt à se repositionner à condition que les épargnants soient remboursés avec intérêts à l’aide de bons gouvernementaux (dont nous supposons qu’ils seraient liés aux revenus du gaz, ce que le gouvernement a déjà offert).

Ceci étant, d’après la presse chypriote, la dernière proposition exempte les comptes en dessous de 20 000€, taxe à 6.75% ceux entre 20 000€ et 100 000€ et à 9.9% ceux contenant plus de 100 000€, ce qui est peu susceptible de satisfaire ceux qui veulent épargner les plus pauvres. La barre des 5.8 milliards d’euros serait également difficile à atteindre, puisque le taux originel serait appliqué à un ensemble plus petit de comptes.

Par ailleurs, nous avons ce matin des rapports contradictoires concernant un nouveau report du vote. Le gouvernement ne risquera probablement pas un vote avant d’avoir toutes les assurances possibles qu’il passera.

Quelles seraient les répercussions ?

Un rejet du projet aurait des conséquences explosives sur lesquelles nous ne pouvons que spéculer, mais l’adhésion à la zone euro serait sans doute remise en question. Comme nous le notions dans notre analyse flash Chypre a bien peu d’alternatives pour récolter l’argent nécessaire, et la zone euro a clairement fait comprendre qu’elle ne règlerait pas entièrement l’addition (ce qui rendrait de toute façon la dette chypriote non viable).

L’Europe pourrait donner à Chypre quelques jours pour changer d’avis ou pour trouver les 5.8 milliards par un autre moyen. Un autre vote parlementaire pourrait avoir lieu (ce ne serait pas la première fois que l’UE exige qu’on vote dans son sens).

La BCE aurait déjà averti des conséquences néfastes d’un rejet. Plus spécifiquement, les deux plus grandes banques chypriotes ne seraient pas recapitalisées et pourraient ne plus recevoir de liquidités de l’ELA (qui dépendent la BCE via la Banque de Chypre). Elles deviendraient alors insolvables et s’effondreraient, entraînant potentiellement avec elles leurs dépôts s’élevant à 30 milliards d’euros (puisque le gouvernement ne peut évidemment pas les garantir) et la plus grande partie, sinon la totalité, du système financier chypriote.

Avec un secteur financier sinistré et sans support de la zone euro ou de la BCE, Chypre pourrait être amenée à quitter l’euro pour émettre sa propre monnaie. Une telle monnaie serait peu reconnue à l’international, ce qui pourrait entraîner une spirale d’hyperinflation (en clair, un très mauvais scénario).

Il y a bien sûr une chance que, devant la perspective du départ de Chypre, le reste de la zone euro trouve un autre moyen de sauvetage, mais les implications politiques d’un tel scénario ont de quoi faire froid dans le dos. Même si la BCE ne donne pas suite à sa menace de priver les banques chypriotes de liquidités, cela ne sera qu’un soulagement temporaire. Le gouvernement sera à court d’argent début juin lorsqu’il devra rembourser une obligation d’un nominal de 1,4 milliard d’euros, et entre temps la situation des banques aura été empirée par la probable vague de prélèvements une fois qu’elles auront rouvert leurs portes, que la taxe soit appliquée ou non.

Quels sont les « autres plans » ?

Le président Nicos Anastasiades n’a pas été très clair en évoquant « d’autres plans ». Nous avons repéré depuis longtemps une option viable pour Chypre qui serait l’approfondissement des relations avec la Russie. Les russes sont furieux contre la zone euro, qui a tenté de brûler les doigts de certains de ses ressortissants titulaires de comptes, et pourraient décider d’apporter leur soutien, peut-être à la condition que Chypre quitte l’euro (non sans implications géopolitiques comme nous l’avons noté ici).

D’autres options font l’objet de rumeurs, dont une taxe sur les transactions financières et la proposition de Lee C. Buchheit et Mitu Gulati (qui ont déjà travaillé sur la restructuration en Grèce) de convertir les dépôts en certificats de dépôts aux taux fixés à long terme. La première a été largement rejetée par Chypre et ne rapporterait sans doute pas assez. La seconde est intéressante mais se concentre sur la liquidité et pas sur la solvabilité, et les banques resteraient sous-capitalisées. Une telle proposition nécessiterait dans tous les cas un soutien (qui ne sera pas gratuit) de la zone euro ou de la Russie, et un accord pourrait être tout aussi difficile à trouver.

Au final, même si l’éventualité d’un « non » de la part des parlementaires chypriotes est séduisante, elle ne mènerait qu’à d’autres choix encore plus sévères. Cela reste une possibilité, mais elle est peu probable.

—-

Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Cependant, après avoir regardé le bilan consolidé des banques chypriotes, il apparaît qu’on pourrait résoudre le pbm en allant à la faillite, évinçant les actionnaires, faisant un petit debt equity swap à la Vincent Bénard, sans pour autant toucher aux dépôts.

  • Le parlement voulant épargner les petits déposants propose de remonter le niveau à partir duquel la taxation s’opèrera.
    Il espère ainsi frapper les Russes qui ont immédiatement réagi, menaçant Chypre de rétorsions.
    On est en plein climat mafieux dans ce « paradis fiscal « .
    Voilà à quoi mène a dérugulation., les pays chimériques soit-disant sans taxes et sans impots

    • oui mais qu’est-ce que ça change ?
      S’il n’y a pas une levée de caution, les Allemands refuseront de verser l’aide réclamée car ils savent que Chypre est incapable de rembouser.
      les mecs qui satent de joie ce soir, auront 10 000 livres chypriotes sur leur compte à la place de 10 000 euros.
      quelle bande de nazes !

      • Tiens, vous revoilà avec vos propos stupides et condescendants ! En attendant, même si les Chypriotes risquent de perdre beaucoup en raison de leur acte de désinvolture face à une élite européenne corrompue et achetée par les lobbys, ces derniers font preuve d’un courage immense. Enfin, je tiens à vous rappeler qu’ils détiennent d’immenses ressources en gaz naturel, ce qui pourrait bien les sauver. Alors après, vous savez, je pense que le premier des nases, c’est bien vous….

        • faire preuve de courage serait de dire non sans moyen de secours.
          Dire non parce qu’on sait que certaines sociétés se verraient bien à la tête des réserves de gaz, et feraient donc le nécessaire pour obtenir l’accès exclusif, c’est juste changer d’allégeance… et l’un dans l’autre le résultat reste le même : le peuple se fait baiser dans les grandes largeurs par les politiques.

  • Franchement, quelle situation ! Quelle serait la solution la moins catastrophique et la plus libérale ? Et comment les gens au pouvoir sur cette île en sont arrivé à cette situation ?

    • A mon avis, la meilleure solution depuis le début serait de laisser le marché fonctionner: faillite des deux grosses banques, puis rachat par des acteurs étrangers. C’est la procédure de faillite qui doit déterminer ce qu’il adviendra des dépots dans ces deux banques. En tous cas, c’est purement tyrannique de forcer l’ensemble des banques a rester fermées jusqu’au 26. En quoi cette affaire concerne elle les filiales de banques étrangères, par exemple.

  •  » convertir les dépôts en certificats de dépôts aux taux fixés à long terme  »

    quezaco ? comptes-bloqués ?

  • Removed Account
    24 mars 2013 at 0 h 41 min

    je crois qu’en France, qui a une très gorsse épargne, la publicité pour les fabricants et marchands de coffres forts est oute faite, banqiers attendez vous à des retraits massifs

  • facebook_bruno.coubat
    24 mars 2013 at 0 h 44 min

    je crois qu’en France, qui pays ou l’épargne est aujourd’hui massive, la publicité pour les fabricants et marchands de coffres forts est toute faite, banqiers attendez vous à des retraits massifs

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jacques Garello.

Je crois avoir été trop sévère dans un de mes derniers articles consacré au plan de relance. J’incriminais Bruno Le Maire de faire la chasse à l’épargnant qui ne dépense pas assez et manque ainsi à son devoir citoyen de relancer la croissance.

J’osais conclure que le plan de relance n’avait qu’un objectif : persuader les Français que tout ira bien d’ici 2022, date où ils auront ainsi l’irrésistible désir de reconduire le Président et sa majorité pour un nouveau bond en avant.

L’annonce de Bruno Le Mai... Poursuivre la lecture

Par Ferghane Azihari. Un article de l'Iref-Europe

C’est historique. Quelques États européens parviennent à emprunter à des taux négatifs. Au début du mois de septembre, le magazine Capital rapportait que le Trésor français avait émis des obligations sur 15 ans en bénéficiant de taux invraisemblables (-0,03 %). « Athènes a annoncé mercredi avoir levé 487 millions d’euros lors l’émission d’une obligation à trois mois à un taux négatif », rapporte encore Capital.

Bien sûr, une telle situation n’est possible que parce que les banque... Poursuivre la lecture

Par Simone Wapler.

Les lois spoliatrices s’enchaînent dans l’indifférence générale tandis que les autorités s’affairent à border leurs arrières dans la nouvelle crise qui s’annonce.

Après avoir prévu le gel des assurances-vie en euro pour étouffer toute crise de la dette publique, les autorités mitonnent le possible recours au gel des dépôts bancaires pour stopper une crise de la dette privée.

Est-ce la grande réconciliation avec la réalité qui commence sur les marchés ? Les indices actions hésitent depuis la semaine dern... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles