Petroplus ou un nouvel exemple de la « méthode Montebourg »

Le feuilleton Petroplus n’en peut plus de rebondir… jusqu’au flop final ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Raffinerie Petroplus

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Petroplus ou un nouvel exemple de la « méthode Montebourg »

Publié le 14 mars 2013
- A +

Le feuilleton Petroplus n’en peut plus de rebondir… jusqu’au flop final ?

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Raffinerie Petroplus

Le candidat préféré du ministre jette l’éponge

Samedi dernier, c’était le conseil d’administration de la société égyptienne Arabiyya Lel Istithmaraat International qui décidait de renoncer au projet de reprise de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne (Seine-Maritime). Mohammed Metwalli, président de la société égyptienne, précise que « Cette décision négative est motivée par la grande complexité de cette reprise dans le cadre de la phase judiciaire actuelle et du peu de temps qui lui est imparti – compte tenu de son entrée tardive dans le processus – pour en maîtriser les risques et présenter un projet industriel viable. »

Pourtant,  Arnaud Montebourg, ministre du « redressement productif », nous avait vanté ce candidat en février dernier, qualifiant le dossier « de bonne qualité, d’un groupe égyptien qui a pignon sur rue, disposant de liquidités et de pétrole », étalant « le meilleur cabinet d’avocat, les meilleurs conseillers juridiques » que cette société avait sélectionnés pour cette négociation.

Après ce flop, voici notre ministre qui s’emballe pour un autre candidat ! Enfin la solution ?

Il s’agit de la société libyenne Murzuq Oil, qui a fait une offre conjointe avec la société suisse Terrae International.

Une rencontre a eu lieu à Bercy avec Arnaud Montebourg, une autre devrait avoir lieu en Libye. Un communiqué publié à la sortie de cet entretien, nous apprend que « Murzuq Oil a découvert en Arnaud Montebourg un grand ami de la Libye, soucieux du rapprochement entre les deux pays », et « tient à rassurer l’intersyndicale CGT-CFDT-CFE/CGC sur sa détermination à faire aboutir cette opération ». Une telle déclaration, plus politique qu’économique, laisse entendre que l’État, d’une manière ou d’une autre, a promis de mettre la main à la poche pour assurer le « succès » de cette reprise. Les emplois « sauvés » risquent donc de l’être au profit d’une société libyenne subventionnée par le contribuable français.

Le plan présenté par la société pétrolière Murzuq Oil, dont le PDG est Mabrouck Jomode Elie Getty, conjointement avec Terrae International, une société suisse d’ingénierie spécialiste des activités de pétrole, promet de garantir tous les emplois de la raffinerie en liquidation judiciaire, soit 470.

D’autres solutions possibles ?

De tous les candidats qui s’étaient soi-disant déclarés il y a quelques mois, seuls restent en lice, outre cette société libyenne, la panaméenne Net Oil et la chypriote FJ Energy Group. Seuls ? Non, car depuis le début de cette affaire, un candidat a fait une offre de reprise complète de la raffinerie, avec sauvegarde des emplois, perspectives d’agrandissement. Il s’agit de la société privée iranienne Tadbir Energy. Mais voilà, la France, tenue par ses liens de l’OTAN à respecter l’embargo américain sur l’Iran [1] ne veut pas retenir cette candidature. Pourtant, comme le reconnait Yvon Scornet, président de l’intersyndicale de Petroplus, Tadbir a tout pour plaire : «Ce sont des raffineurs, ils ont du pétrole et de l’argent ». En outre, pour ne pas s’opposer de front aux sanctions, les Iraniens proposeraient de livrer du pétrole qu’ils extraient de la mer du Nord. Mais rien n’y fait, notre gouvernement ne veut pas déplaire aux USA et préfère une solution partielle voire brinquebalante plutôt que traiter avec des Iraniens.

Cette affaire et ses rebondissements sont la démonstration supplémentaire (en fallait-il une ?) que l’interventionnisme étatique qui prévaut à l’action de « redressement productif » de notre gouvernement est voué à l’échec ou aux solutions artificielles condamnées à termes puisque économiquement non viables.

Ouvert en 1929, le site de Petit-Couronne est aujourd’hui sérieusement menacé. Pour l’instant, la poursuite de l’activité est prévue jusqu’au 16 avril.


Sur le web.

Note :

—-

Les Petroplus victimes des assauts haineux de l’Etat

  1. MVMA a été un des premiers, grâce à la perspicacité d’un de ses lecteurs, à vous informer des conséquences désastreuses de ces accords sur PSA.
Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Je ne vois pas qui peut être sérieusement intéressé par une vielle raffinerie en plein ville

  • L’opacité règne en maître sur cette fumeuse « reprise », sinon l’incompétence mêlée d’un émotionnel fort compréhensible…
    Quasi 85 d’âge, ça ne positionne plus la localisation (sinon les infrastructures, même actualisées) en regard des normes/exigences environnementales actuelles fixées par l’U.E. et les pressions démoniaques des Verts qui s’y agitent ! Nombre de grands ports d’Europe ceinturés de ces raffineries sont confrontés aux mêmes dilemmes !
    Le groupe suisse PetroPlus ne l’a pas larguée (surcapacité régionale) sans des raisons économique valables !
    Considérez les besoins de revamping technique, sinon de ré-ingénieurie liées au swap politique du diesel vers essences (la rengaine des microparticules, et autres blabla verdâtres).
    N’invoquons donc pas ici les mesures « Otan-Iran » et less enjeux mondiaux, elles dépassent le cadre mental d’un mec de l’intersyndicale ! Moi aussi je connais le secteur !

  • Résumé : Montebourg se prostitue, mais c’est lui qui paie ! 🙂

    Avec l’argent du contribuable, bien entendu.

    Quant à garantir des emplois (jusque quand ?) c’est déjà un violent indicateur de dés pipés, et de mépris de l’économie réelle.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Anne Hidalgo gauche française
0
Sauvegarder cet article

Par Olivier Maurice.

Y a-t-il encore une gauche en France ? On peut se poser la question : les derniers sondages indiquent que la somme des intentions de vote en faveur de candidats de gauche déclarés est à peine créditée d’un quart au premier tour de la prochaine élection présidentielle.

Alors bien sûr, un sondage à plusieurs mois de l’échéance électorale ne présume en rien de la réalité des opinions ou des décisions de votes qui seront finalement prises, mais le symbole est d’importance.

Où est passée la gauche triompha... Poursuivre la lecture

Par Alain Goetzmann.

Ces dernières semaines une vidéo d’Arnaud Montebourg, interviewé par Xerfi Canal, fait le buzz sur les réseaux sociaux. Ex-ministre de l’Économie, du redressement productif et du numérique, auparavant avocat et leader politique régional, il avait déjà surpris lorsqu’évincé du gouvernement, il décidait de suivre l’Advanced Management Program de l’INSEAD, dont l’objectif affiché est de transformer les cadres supérieurs en dirigeants d’exception.

Dans cette vidéo, il livre une sorte de rapport d’étonnement sur ... Poursuivre la lecture

Par Vladimir Vodarevski

Le keynésianisme a quelque chose de basique. Il suffit d'injecter de l'argent dans l'économie, pour que la croissance reparte. Ainsi, on se demande pourquoi les États n'usent pas de cette méthode pour relancer la croissance aujourd'hui. C'est ainsi que le socialiste Arnaud Montebourg et le banquier Matthieu Pigasse avaient écrit une tribune dans le Journal du Dimanche en faveur d'une injection d'argent dans l'économie.

Problème, c'est déjà ce que fait le gouvernement, avec ses déficits abyssaux, les plus ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles