Réchauffement climatique : une majorité de sceptiques

Non seulement, le réchauffement climatique n’est pas d’origine humaine, mais il n’y a plus de réchauffement du tout.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réchauffement climatique : une majorité de sceptiques

Publié le 27 février 2013
- A +

Pour la presse française, l’avantage avec le réchauffement climatique d’origine humaine, c’est qu’il rassemble un très large consensus de scientifiques tous d’accord, et que la science est maintenant fermement établie. L’ennui avec la presse anglaise, américaine, et anglo-saxonne en général, l’ennui avec les universitaires notamment au Canada, l’ennui avec internet et la communauté scientifique, c’est qu’elle n’est pas d’accord du tout avec ce que pipeaute la presse française.

Dans les figures de proue de cette presse française si tendrement lovée contre les organisations para/méta/étatiques qui distribuent de la subvention, on retrouve régulièrement Foucart & Huet, qui sont au journalisme scientifique ce que les saucisses aux lentilles Raynal & Roquelaure sont à la cuisine étoilée au Michelin. Malheureusement, cette fois-ci, je ne pourrai pas aller piocher dans les consternantes bêtises qu’ils sortent habituellement pour camoufler l’effondrement des théories réchauffistes qu’ils entretiennent à grands renforts d’effets de manches.

Foucart & Huet

En effet, si la presse anglo-saxonne a plutôt bien relayé les dernières nouveautés en matière climatologique, nos deux compères de la tambouille Gaïa-compatible se sont bien gardés d’en faire profiter leurs lecteurs qui resteront, comme d’habitude, dans ces ténèbres un peu moites que ces deux journalistes d’opérette entretiennent pour eux. Et, lorsqu’on lit de quoi il retourne, on comprend pourquoi : une récente étude universitaire, peer-reviewed de surcroît, établit que seulement 36% des scientifiques et des ingénieurs croient que ce sont les humains qui sont responsables du réchauffement climatique. Par contraste, une bonne majorité des 1077 personnes interrogées croient que la Nature est la principale cause du récent réchauffement, et/ou qu’un éventuel réchauffement planétaire à venir ne sera pas un très grave problème. Cela corrobore assez joliment deux précédents sondages qui avaient montré, l’un en 2010, puis l’autre en 2012, que la majorité des météorologues rejetaient la nature anthropique du réchauffement observé.

L’étude, relayée par Forbes (mais pas du tout par ces références de journalisme scientifique que sont Libération, Voici, Le Monde, Biba, Le Figaro, Marie-Claire, S&V Junior, etc.) montre que les personnes interrogées sont majoritairement sceptiques devant les affirmations habituelles d’un réchauffement climatique causé par l’Homme, et peuvent se ranger dans quatre grandes catégories :

  1. 24% forment le groupe de ceux qui estiment que les changements observés rentrent dans le cadre de ce que la Nature fait habituellement.
  2. 17% estiment que les changements climatiques sont en partie dus à l’intervention humaine, mais contestent l’opinion selon laquelle les débats scientifiques sur le réchauffement climatique, son origine et les modèles numériques du GIEC, serait clos. Ils posent généralement la question : « comment prendre une décision si les recherches sont biaisées ? »
  3. 10% estiment que les changements sont peut-être humains ou naturels, mais en tout cas, globalement inconnus, mais insistent surtout sur les effets néfastes de politiques de régulations mal pensées, notamment au plan économique.
  4. Enfin, 5% estiment que les changements sont autant dus à l’homme que naturels, qu’ils ne posent qu’un risque modéré, estiment que le débat scientifique n’est pas clos et sont les plus indécis concernant la précision et la pertinence des modèles proposés par le GIEC.

Au passage, on pourra aller lire l’étude, histoire de se convaincre qu’elle n’est pas le fait d’un groupe d’activistes de Shell, d’Exxon, d’Areva ou d’un fonds de pension capitaliste quelconque, et lire les questions posées ainsi que l’analyse menée, qui ne permet décidément pas de placer les auteurs eux-mêmes dans le camp des sceptiques (au contraire même). Mais bref : cette étude lance une nouvelle pierre dans la vitre déjà bien abîmée du consensus scientifique et de l’énorme communauté scientifique, toute bien homogène et main dans la main pour affirmer que oui, l’Homme est responsable des problèmes climatiques, et que oui, tous s’accordent à dire qu’il faut faire quelque chose (de préférence tous ensemble et avec une intervention des États un peu partout).

climategate

On pourrait croire que nos amis les animaux Verts se calmeront après cette nouvelle débandade, mais je crains qu’il n’en faille plus, et pendant plus longtemps.

Heureusement, le Dr. Rajendra Pachauri vient à ma rescousse. Pour rappel, il s’agit de nul autre que de l’ingénieur spécialisé dans les chemins de fer (ce qui lui a permis, comme on s’en doute logiquement, de récupérer la présidence du GIEC – si vous ne voyez pas le lien, c’est normal, c’est le GIEC). On apprend tout récemment qu’il a lui-même convenu qu’en fait, le réchauffement climatique s’est bien arrêté il y a 17 ans. Mieux encore : pour notre gardien du temple, le débat scientifique n’est pas clos, c’est même nécessaire de poser plein de questions, et que les vues iconoclastes (lire : « sceptiques ») sont absolument nécessaires au bon fonctionnement de la science. Encore une fois, on est à la fois loin du consensus hurlé ubi & orbi par les aficionados des taxes carbones, interventions étatiques musclées et autres clefs de bras écolo-compatibles. Et on est aussi très loin du « science is settled » d’un Al Gore qui pourrait bien retrouver cette phrase ridicule gravée en épitaphe de la pierre tombale qui lui sera dédiée lorsqu’il sera, enfin, mort de honte.

Du reste, on ne s’étonnera pas de la nouvelle position de Pachauri qui consiste maintenant à demander plus de 30 ou 40 années sans réchauffement (et non plus 15) pour revenir sur la conclusion générale déjà établie (la Terre se réchauffe, c’est tout, fermez le ban). Ceci permet de bien étouffer le débat sur l’écart maintenant de plus en plus criant entre les modèles numériques, sur lesquels des actions politiques furent et sont encore basés, ne l’oublions pas, et la réalité, qui refuse obstinément de se plier aux désidératas des petits totalitaires verts…

Je résume donc : les températures refusent de monter de façon claire depuis plus de 16 ans, le baltringue en chef du groupe de clowns du GIEC l’a reconnu alors qu’il soutenait mordicus le contraire, le fameux consensus, une fois, puis deux fois, puis régulièrement examiné, n’existe absolument pas, l’origine anthropique n’est toujours pas prouvée alors que de plus en plus d’éléments tendent, eux, à établir l’action prédominante du soleil, et l’aspect politique (attaché à une facture de plus en plus longue) des mouvements écologistes n’échappe plus à personne. En somme, tout le dogme s’effondre, pan par pan, morceaux par morceaux. Que fait la presse française ? Elle continue au mieux d’éviter le sujet, au pire, de ratiociner sur les vraies bonnes raisons qu’il y a de couper les radiateurs, arrêter les centrales nucléaires, interdire le gaz de schiste, surtaxer les voitures, empêcher l’exploitation du charbon, du pétrole et du gaz, et louer (à crédit) les vraies valeurs et le retour au dénuement, nettement moins consommateur d’énergie.

Ce pays, en plus d’être foutu, mérite-t-il une presse aussi médiocre ?

—-
Sur le web

Voir les commentaires (60)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (60)
  • Pas d’inquiétude, en France, les écolos seront recyclés par le gouvernement avec la transition énergétique. Si ce n’est plus le climat qui fera fonction d’excuse, on nous resservira le couplet plus classique sur l’indépendance énergétique. Qui a dit minable ?

  • Entre 1991 et 2011, il y a eu 13 950 PEER-REVIEWED articles concernant le climat,
    23 de ces article rejettent le changement climatique.

    Et seulement 34 des auteurs de ces articles disent que le changement climatique n’est pas d’origine humaine (sur 33 700 auteurs)

    No comment,

    pour ce qui comprennent l’anglais:

    • ant : « Et seulement 34 des auteurs de ces articles disent que le changement climatique n’est pas d’origine humaine (sur 33 700 auteurs) »
      ——————————–
      A contrario, il n’y a pas 33700 auteurs, ni 13 950 articles qui disent que le réchauffement climatique EST d’origine anthropique.
      Bref, argumentum ad populum, poubelle !

      Du reste, les soit-disant « 23 de ces article rejettent le RCA », c’est comme dab l’argument caniveau des réchauffistes. Il n’y en a pas 23, il y a plus d’un millier : http://www.populartechnology.net/2009/10/peer-reviewed-papers-supporting.html
      Bref, mentir et encore mentir, c’est tout ce qui reste aux bigots de l’Eglise de Climatologie.

      • Merci pour ta reponse,

        Je vais etudier ça, ton lien et bien plus interressant que cette article qui fait reference a Forbes (?!?!) concernant le changement climatique!

    • De toute manière j’en ai marre d’être pris pour une andouille par des « scientifiques » qui prétendent « qu’il y a réchauffement » alors qu’on ne voit rien, absolument rien depuis des années.
      Si c’était si évident que cela, il y a belle lurette qu’on apercevrait des effets tangibles.

      Vous n’avez pas l’impression de vous battre contre des moulins à vent avec votre réchauffement et toute cette science de Foire du Trône qui va avec ?

    • Vous avez bien raison de ne pas vouloir commenter: la discussion est scientifiquement close, non? Hahahahahaha! Sacré farceur!
      Merci pour ce bon moment de détente.

    • « Ce n’est pas parce qu’ils sont plus nombreux à avoir tort qu’ils ont raison » (Coluche).

  • Je comprend plus rien là. Ils étaient pourtant sûr d’eux avec un indice de certitude de 90%………………….

  • 24+17+10+5 soit 56% de sceptiques qui reconnaisent implicitement qu’il y a bien un changement climatique !

    • Si H16 considère ces 56% de sondés compatibles avec son opinion, il reconnaît du même coup, le changement climatique et déplace ainsi le débat sur l’origine du changement.

      Rester sur la posture qu’il n’y a pas de changement/réchauffement était trop risqué, bien joué !

      • CITOYEN: « il reconnaît du même coup, le changement climatique et déplace ainsi le débat sur l’origine du changement.  »

        Il ne l’a d’ailleurs répété que quelques centaines de fois. Tu as une zone de Mariotte de 5cm ou quoi ?

        CITOYEN: « Rester sur la posture qu’il n’y a pas de changement/réchauffement était trop risqué, bien joué ! »

        Misère !

        • « il reconnaît du même coup, le changement climatique et déplace ainsi le débat sur l’origine du changement.  »

          «  »Il ne l’a d’ailleurs répété que quelques centaines de fois » »

          Mais alors Il n’y a donc plus qu’un débat sur l’origine anthropique ?
          Il suffisait de le dire clairement 🙂

          De toute façon personne ne pourra le prouver formellement !

    • Effectivement, le climat change : il fait plus chaud l’été que l’hiver, le jour que la nuit. C’est terriblement antropocentrique de croire qu’aucune variation du climat peut être naturelle tout en ayant un cycle plusieurs ordres de grandeur au dessus de la durée de vie d’un être humain.
      La terre existait avant nous, elle existera après nous, elle va très bien, merci pour elle.

  • Minitax,

    J’ai jeté un coup d’oeil a votre lien, J’y ai remarqué la citaation de l’étude de Caillon et al (dont Jouzel) 2003 . Cette étude ne va en aucun cas à l’encontre de notre responsabilité dans l’augmentation de l’effet de serre et de l’augmentation des témpératures qui en découle.

    Votre lien fait au mieux de la désinformation au pire il ment (tout comme vous le faites).

    • Ouais plutôt douteux,

      Il mets des dizaines de parutions scientifique concernant l’activité du soleil, nombres d’autres ne concluent pas une non-responsabilité de l’activité humaine…

      • en même temps les 13950 articles peer-reviewed cités plus hauts ne cherchent pas tous à remettre en cause la théorie globale. La plupart des papiers:
        – ou portent sur des travaux de mesures/reconstructions de températures passées et ne prenne position qu’en rappelant « il y a un réchauffement climatique » alors que l’article en soit ne démontre rien ;
        – ou portent sur les conséquences et les éventuelles mesures à prendre, en prenant le RCA comme présupposé. Donc évidemment ces articles sont dans le sens « réchauffiste », mais ça ne veut rien dire, car les gens qui les écrivent n’ont jamais questionné scientifiquement la chose ;
        – enfin, quelques uns, très peu, s’attaquent véritablement à la physique fondamentale derrière ça et à la synthèse de la théorie à la lumière des faits actualisés.

        De toute façon la science ne fonctionne pas par « consensus », et il est inquiétant que ça ne paraisse pas plus évident à beaucoup.

    • Robert : « J’ai jeté un coup d’oeil a votre lien, J’y ai remarqué la citaation de l’étude de Caillon et al (dont Jouzel) 2003. Cette étude ne va en aucun cas à l’encontre de notre responsabilité dans l’augmentation de l’effet de serre et de l’augmentation des témpératures qui en découle. »
      ————————–
      Le papier de Caillon est celui qui montre que la hausse de CO2 vient ***après*** une hausse de température, et ce, depuis des centaines de milliers d’années. Donc que c’est la température la cause d’une hausse de CO2 et non l’inverse. Donc les données de Caillon sont une réfutation directe de la théorie du RCA.
      Donc tes dénégations sont toujours aussi débiles, pour ne pas changer. Mais bon, essayer de discuter rationnellement un bigot comme toi, autant pisser dans un violon.
      Mais merci quand même pour ta tentative d’enfumage, j’ai beaucoup aimé le « j’ai jeté un oeil sur… ». N’oublie surtout pas de le récupérer ton oeil, ça t’aiderait, peut-être, à voir un jour.

  • A l’heure où la France grelotte (tandis que le printemps est attendu dans moins de 4 semaines), que la Corse et la Côte d’Azur connaissent des chutes de neige d’une abondance jamais vue, les « rechauffistes » avec leurs théories, ne passent-ils pas pour des nazes au yeux de l’opinion ?

    • Ils ont changé ! On ne parle plus de réchauffement, mais de dérèglement, c’est la toute la subtilité, sachant qu’il fait toujours plus froid ou plus chaud d’une année sur l’autre, c’est bien que le climat se dérègle !
      Les français sont des veaux …

      • + 1

        Y a quelques années, c’était le trou dans la couche d’ozone. Il s’est rebouché, alors est apparût le réchauffement, le froid n’aidant pas, on est passé au dérèglement qui a au moins l’avantage de s’appliquer dès qu’il fait froid ou chaud.

        On va créer une loi pour s’assurer qu’il ne fasse pas trop chaud en été, ni trop froid en hivers parce que franchement ! Et pour veiller à la bonne application de la loi, une petite taxe sur le consommateur de chaud et de froid sera de bon aloi. Il devrait y avoir assez pour recruter les fonctionnaires en charge de vérifier la bonne application de la loi, sinon on augmentera un petit peu la taxe.

    • c’est parce que tu ne connais pas la theorie que tu dis ça…le réchauffement c’est pas juste du chaud…mais des écart plus grand l’hiver et l’été…d’ou le changement de nom par « déréglement » qui correspond plus à la théorie….qui n’en est plus une…mais le froid et le chaud c’est pas le pire…c’est les pluies plus locales et plus violentes qui labourent les terres qui posera le plus de problèmes…le climat c’est pas juste des records de température sur tf1…c’est plus que ça

  • Le climategate a secoué le monde scientifique. Tout le monde ? Non, un petit peuple en Europe de l’ouest tient à rester sourd face aux révélations qui ont déjà fait changer d’avis bien de personnes. Pour vivre heureux vivons à l’écart de la presse anglo-saxonne.

  • débat ancestral, débat sans fin… extraits:

    Réchauclimatix: Le ciel va nous tomber sur la tête
    Climatosceptix: T’as des preuves?
    Réchauclimatix: Bah oui, 500 augures, 200 druides, toute la communauté scientifix est d’accord!

  • La réalité c’est qu’il n’y a jamais eu de consensus. (à part celui auto-décrété par le GIEC après avoir écarté les opinions dérangeantes)
    Pas plus hier qu’aujourd’hui.

    Vous voulez voir comment on en fabrique un de consensus ? celui de nos amis anglais par exemple ?
    http://www.contrepoints.org/2013/01/03/110078-bbc-et-28gate-ca-chauffe

    • Et le silence assourdissant de nos médias mainstream cache très probablement le même type de manipulation des masses.

    • Ray : « La réalité c’est qu’il n’y a jamais eu de consensus. »
      ——————————-
      Surtout que les charlatans qui veulent nous vendre le soit-disant « consensus scientifique », comme par hasard, c’est invariablement les mêmes qui pissent sur le consensus scientifique dès qu’il ne s’agit pas du réchauffement, il n’y a qu’à voir leur hystérie contre les OGMs (approuvés par toutes les académies, de médecine, de science, tous les organismes de recherche en toxicologie, de veille sanitaire…), le nucléaire, le gaz de schiste (PAS UNE SEULE preuve de contamination sur 1 million de puits percés aux USA). Preuve qu’ils n’en ont rien à battre du consensus quand ça ne colle pas à leur idéologie. Comme menteurs et hypocrites, difficile de faire mieux.

  • Pfff, c’est top le climat : ça réchauffe les échanges ! Je l’avais pourtant déjà dit : c’est le soleil qui chauffe la terre. A ce propos il y a 2 sattelites qui s’occupent d’analyser les rayons en provenance de cette magnifique boule de feu, sans laquelle nous ne serions pas…bof, après tout….ce que j’en dis, on peut éteindre le soleil, c’est pas ça qui va changer l’humain.

  • « Consensus scientifique »
    Le terme de consensus, au niveau scientifique, me fait bondir.
    La signification de ce terme étant «accord conforme aux voeux de la majorité», en science une majorité n’a jamais fait une vérité, un consensus non plus.
    Un phénomène peut être totalement expliqué par les éléments en notre possession, modélisé par ces éléments. Si la réponse est positive, cela peut être une explication mais en gardant un oeil critique, car ce n’est pas obligatoirement la vérité.
    Le problème en science est l’existence des chapelles, des tenants de la vérité qui ne veulent pas se remettre en question, des charlatans qui ne veulent pas être dévoilés.
    Que l’on me parle de probabilités de l’existence d’une corrélation, soit, jamais de certitudes. Ainsi, en été, j’ai fait une corrélation entre la fonte du goudron sur les routes et la fonte du beurre dans ma cuisine. Tout le monde a pu faire cette constatation. Par contre la fonte du beurre dans ma cuisine n’entraine pas une fonte du goudron, en général, l’inverse si. Où est l’erreur?

  • H16, mon frère, tu vilipendes souvent les media français et je te soutiens à fond. Aurais tu déjà publié sur les écoles de journalisme ? car il doit quand même bien y avoir à la base une raison « fondammentale » pour qu’il y ait un tel écart entre le journalisme en France et ailleurs (et je précise que j’ai vécu dans beaucoup d’autres pays). Quand j’étais au lyçée, les éléves les plus rigoureux, les plus travailleurs, acceptant de faire des efforts pour aboutir à quelque chose, n’ambitionnaient JAMAIS la carrière journalistique. Le romantisme de Victor Hugo (vivre en parasite pour profiter un max des largesses du systeme) a fait beaucoup d’émules.

  • Sinon
    @CITOYEN qui parlait des phénomènes extrêmes.
    L’année 2012 est 54ème au classement des années présentant des phénomènes météo « extrêmes » (comprenant les périodes de froids intenses en hiver, les périodes de fortes chaleurs en été, ainsi que les tornades, tempêtes tropicales et ouragans).
    Et sur les 100 dernières années, ça n’a pas bougé d’un pouce :
    http://notalotofpeopleknowthat.files.wordpress.com/2013/01/image36.png
    C’est pas chance n’est-ce pas ?
    On continue ? (si oui, allez vous apporter le moindre élément concret ? Ne faites pas le timide, je suis persuadé que ça intéresserais tout le monde.)

  • ant : « Entre 1991 et 2011, il y a eu 13 950 PEER-REVIEWED articles concernant le climat,
    23 de ces article rejettent le changement climatique.

    Et seulement 34 des auteurs de ces articles disent que le changement climatique n’est pas d’origine humaine (sur 33 700 auteurs) »

    Entre 1991 et 2011, 13 950 articles pour 33 700 auteurs.

    Si l’on se dit qu’un article est écrit par un auteur, il y aurait 19 750 « auteurs » qui n’auraient fait que se toucher pendant 20 ans ? Ou s’agit-il de 19 750 « auteurs » qui ne partageraient pas votre vision ?

    Pas clair…

  • encore une article de négationniste qui veut réécrire l’histoire et surtout rejeter la faute sur le soleil…et non plus sur es pollueurs industriels et notr fonctionnement de vie…..50 ans de combat pour faire passer l’idée et la théorie du réchauffement…50 ans de combat qui n’a servi qu’à faire un constat tardif, alors que si ces gens avaient été écouté on en ne serait pas là…et maintenant voilà des articles comme ça qui apparaissent partout et qui accusent des pires maux ceux qui se sont battus toute leur vie contre le fascisme economique.
    la honte ce genre d’article

    • Que l’article ne vous plaise pas est une chose et vous avez parfaitement le droit. Vous avez fait passer le message je crois. 🙂
      Par contre, pourriez-vous préciser ce qui vous semble faux ? D’avance merci !

    • Votre message étant un peu obscur, je vais essayer de le démêler.

      « négationniste qui veut réécrire l’histoire »
      Quelle histoire cet article tente-t-il de réécrire ?

      « la faute sur le soleil »
      la faute de quoi ?
      Savez-vous que (et nombre d’études scientifique récentes le montrent) jusqu’à maintenant l’influence du soleil sur notre climat était très mal connu et largement sous-estimé.

      « pollueurs industriels »
      De quelle pollution parlez-vous exactement ? Peut-être le CO2 ? Savez-vous que ce dernier, loin d’être un polluant, est au contraire une molécule indispensable à la vie, permettant le développement des végétaux ?

      « 50 ans de combat pour faire passer l’idée et la théorie du réchauffement »
      50 ans ? Savez-vous qu’il y a 40ans, même moins, les scientifiques prédisaient un refroidissement global ?
      Ils se sont trompés pour hier, comme ils se sont trompés pour aujourd’hui. C’est pas de chance tout de même. A chaque fois ils avaient 1 chance sur 2, et à chaque fois, ils font le mauvais choix.

      « on en ne serait pas là »
      De quoi parlez-vous exactement ?

      « et maintenant voilà des articles comme ça qui apparaissent partout et qui accusent des pires maux ceux qui se sont battus toute leur vie contre le fascisme economique »
      Là j’avoue que ça fait un peu gloubiboulga altermondialiste.

      • je parle de l’histoire des combats des ecologistes contre les pollueurs industriels ou agricoles…
        le soleil chauffe….oui, il semblerait…et même si bien qu’on peut en faire de l’énergie, mais faut pas le dire sinon les gens ne voudront plus du nucléaire.
        50 ans de combat des écologistes pour convaincre LES SCIENTIFIQUES justement (les mêmes qui disaient le contraire hier)…et qui aujourd’hui sont devenu unanime.
        le CO2 très bon pour les végétaux, les forêts..etc enfin s’il en reste encore…(bien sur on va vous dire qu’il y en a plus en France qu’au 18éme siècle (encore des conneries, certes on avait rasé la France pour faire des bateaux….mais on ne parle que des forêts pas des arbres…..enfin j’me comprend).
        on en ne serait pas là : pollution de nappes, agro-alimentaire menteurs, pollueurs, voleurs. chomage, désertification…etc…etc…y’en a sans limite.
        j’avoue que l’article fait gloubiboulga de néo-industrialisto-mondialisto-negationnisto..etc…

        • Vous avez pris tout le pack « monde de merde » simpliste dont nous arrosent les médias sans aucun esprit critique mais vous pouvez tout à fait refuser le « fascisme économique »: Ne consommez plus, produisez vous même, c’est tout à fait possible.

          Va y avoir du boulot pour vous réinformer.

        • C’est bien ce qu’il me semblait. Vous mélangez tout types de pollutions.
          Là en l’occurrence, l’article traite uniquement de l’arnaque du RCA.

          « le soleil chauffe….oui, il semblerait…et même si bien qu’on peut en faire de l’énergie »
          Donc là : renseignez-vous bien sur ce que permettent (ou ne permettent pas justement), les techno des panneaux solaires.

          « 50 ans de combat des écologistes pour convaincre LES SCIENTIFIQUES justement »
          A oui, je comprend mieux comment des brochures du WWF se sont retrouvés dans les rapport du GIEC. (Nous le savions déjà remarquez……)

          « qui aujourd’hui sont devenu unanime »
          Et bien non justement, vous retardez grandement. Ça c’est ce qu’Al’Gore et consorts aimeraient bien. Et c’est la douce mélodie de nos média mainstream, donc vous êtes pardonnés.
          A simple titre d’exemple, je vous suggère d’aller voir ce site qui recense les scientifiques en désaccord profond avec ce qu’avance le GIEC.
          http://www.oism.org/pproject/
          Actuellement plus de 31000 scientifiques (juste pour les états-unis).

          Plus la science avance et plus les alarmistes du GIEC sont marginalisés. Ils ne représentent que la minorité qui fait du bruit médiatique. Rien de plus.

          Sinon plus généralement, comme vous partez de loin, je vous suggère ce site didactique très accessible et en français, qui fait le point régulièrement. Tenu par un disciple de Pierre-Gilles de Gène.
          http://www.pensee-unique.fr
          (Préparez-vous à avoir un choc.)

          • vous avez le même discourt que les vendeurs d’armes américains.
            plus y’a de la criminalité, plus ils faut s’armer pour se protéger.

        • Ah, et j’oubliais, mais c’est un détail vu l’abime dans lequel vous avez l’air d’être plongé.
          Les panneaux solaires s’avèrent extrêmement polluants à la fabrication comme au recyclage en fin de vie. Les études récentes qui prennent en compte le cycle complet en dressent un bilan extrêmement noir. Comme quoi…
          Après vous allez peut-être me rétorquer :
          « Ouais mais c’est fabriqué en Chine, on s’en tape de la pollution là bas. »
          Et pour la fin de vie :
          « Bah on n’a qu’à leur renvoyer. Après tout c’est eux qui les ont fabriqué… »
          Je vous laisserait la responsabilité de ces propos ! 😉
          (Désolé, fin du hors sujet)

  • H16, le rechauffement, c’est juste pour faire un taux d’audience ? En tout cas, ça chauffe à mort ! Pour ou contre…..c’est la même chose, c’est juste une question de point de vue.

  • Je cite : « Au passage, on pourra aller lire l’étude, histoire de se convaincre qu’elle n’est pas le fait d’un groupe d’activistes de Shell, d’Exxon, d’Areva ou d’un fonds de pension capitaliste quelconque, et lire les questions posées ainsi que l’analyse menée, qui ne permet décidément pas de placer les auteurs eux-mêmes dans le camp des sceptiques (au contraire même). »

    Je n’ai pas lu l’étude citée par H16 http://oss.sagepub.com/content/33/11/1477.full en entier, (manque de temps…) mais il m’a fallu deux minutes pour trouver l’objectif principal de l’étude (ie « question posée par les auteurs » qui comprend les caractéristiques de la population étudiée), à la fin de l’introduction (c’est généralement ici qu’on détaille l’objectif de l’étude) :

    « To address this, we reconstruct the frames of one group of experts who have not received much attention in previous research and yet play a central role in understanding industry responses – professional experts in petroleum and related industries. Not only are we interested in the positions they take towards climate change and in the recommendations for policy development and organizational decision-making that they derive from their framings, but also in how they construct and attempt to safeguard their expert status against others » ,

    juste au début du paragraphe Méthode :
    « To answer this question, we consider how climate change is constructed by professional engineers and geoscientists in the province of Alberta, Canada. We begin by describing our research context and the strategic importance of Canadian oil worldwide, to the economy of Canada, and the province of Alberta. We outline the influential role of engineers and geoscientists within this industry, which allows them to affect national and international policy. Then, we describe our research design and methods. » ,

    et dans la discussion :
    « We examine the discursive contestation of climate change and associated expertise by professional engineers and geoscientists. We use an instrumental case to examine the debate among these professionals who dominate the oil industry in Alberta, with the oil sands as a source of particularly ‘dirty’ oil »

    Alors question : la population étudiée dans l’étude citée est-elle représentative de la globalité des scientifiques et ingénieurs? Où, dans cet article, est-il précisé que la population de l’étude est constituée de « professional engineers and geoscientists » d’Alberta, dont beaucoup semblent travailler dans l’industrie du pétrole (et c’est justement le but de l’étude que d’étudier l’opinion des professionnels de ce domaine)?

    Vous extrapolez des résultats qui concernent une population très précise à l’ensemble des scientifiques et des ingénieurs, ce n’est pas très honnête…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
12
Sauvegarder cet article

Nouvelles gesticulations gouvernementales alors que des orages assez violents ont traversé la France il y a quelques jours : pour les ministricules de la République, pas de doute, voilà un nouveau signe du réchauffement climatique forcément anthropique contre lequel il faut lutter au quotidien, de préférence avec des petits gestes inutiles mais religieusement effectués pour apaiser Gaïa.

C'est ainsi qu'Amélie de Montchalin, propulsée ministre des Trucs Verts en Transition après cinq années de succès retentissants au service de la Macro... Poursuivre la lecture

Réuni ce vendredi à Matignon, ce qui s’apparente à un gouvernement technique en pleine campagne législative s’est vu confier sa feuille de route par le Premier ministre Élisabeth Borne.

Une feuille de route fondée sur trois priorités : le pouvoir d’achat, la santé et le climat.

Cette liste fait écho à une autre, adressée une semaine auparavant par le président de la République dans un tweet :

https://twitter.com/EmmanuelMacron/status/1526250371638874115?ref_src=twsrc%5Etfw

 

Le chef de l’État évoque une... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

Le jour de la Terre, Wynn Alan Bruce, un écologiste et photographe du Colorado âgé de 50 ans s'est immolé devant la Cour suprême des États-Unis.

À la suite de sa mort, ses amis ont déclaré qu'il s'inquiétait du changement climatique. Kritee Kanko, la scientifique en chef de l'Environmental Defense Fund a déclaré :

« Ce gars était mon ami. Ce n'était pas un acte de suicide. C'est un acte de compassion profondément intrépide pour attirer l'attention sur la crise climatique. »

T... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles